Différences entre les versions de « Sakre, sapre »

De Arbres
Ligne 25 : Ligne 25 :
||| [[petra|quoi]] || [[an diaoul|le diable]] || [[zo|est]] || [[mont|aller]] || [[en-dro|postpos.]] || [[Satordallik !, Satordistac'h !|sapristi]]
||| [[petra|quoi]] || [[an diaoul|le diable]] || [[zo|est]] || [[mont|aller]] || [[en-dro|postpos.]] || [[Satordallik !, Satordistac'h !|sapristi]]
|-
|-
|||colspan="10" | 'Qu'est-ce qui se passe, sapristi ?'  
|||colspan="10" | 'Bon sang ! Que se passe-t-il ?'  
|-
|-
|||||||colspan="10" |''Standard'', [[Moulleg (1978)|Moulleg (1978]]:33)
|||||||colspan="10" |''Standard'', [[Moulleg (1978)|Moulleg (1978]]:33)

Version du 18 janvier 2022 à 21:23

L'adjectif sapre, sakre, est un emprunt transparent au français sapré, sacré. Sa dimension taboue motive de multiples maquillages morphologieques : Satordallik ! Sapredistak !, etc.


(1) Serret en des ur sapre chulad.
attraper R.3SGM a un sacré bol.ée
'Il a pris une sacrée bordée'
Haut vannetais, Delanoy (2010:'chulad')


Morphologie

camouflage de nom tabou

La dimension taboue de l'adjectif sakre favorise la déviation morphologique sapre. Il en est de même des interjections dérivées sur sakre : Sakrampouezh ! 'Saperlipopette !', Sakredistac'h! (Menard & Bihan 2016-), Satordallik !, Satordistac'h !.


(2) Petra an diaoul 'zo 'vont en-dro Satordallik ?
quoi le diable est aller postpos. sapristi
'Bon sang ! Que se passe-t-il ?'
Standard, Moulleg (1978:33)


(3) Sapredistak ! Mar karjen bezañ kaset ma disglavier ganin !
saperlipopette ! si avais.aimé être envoy.é mon2 para.pluie.eur avec.moi
'Saperlipopette ! Je n'aurais pas dû sortir sans parapluie...'
Standard, Kervella (2001:7)


(4) Sapredistak ! P'en devoa lavaret chom mut !
saperlipopette ! quand 3SG avait dit rester muet
'Saperlipopette ! Il avait pourtant promis de ne rien dire !'
Standard, Kervella (2001:23)

Sémantique

L'adjectif sapre, sakre intensifie les propriétés du nom qu'il qualifie.