Différences entre les versions de « Rostrenen (1738) »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « ’ » par « ' »)
 
(6 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 4 : Ligne 4 :
: abréviation dans [[Hemon (2000)]]: Gramm.GR.
: abréviation dans [[Hemon (2000)]]: Gramm.GR.


: première grammaire à de dégager du modèle latin. Grégoire de Rostrenen est persuadé que breton et gallois sont des langues proches. Il s'est inspiré de la [[Davies (1621)|grammaire galloise de John Davies]] ([[Davies (1621)|Davies 1621]]) pour son plan.


   'Introduction' à l'édition de 2008 (Loeiz Moulleg et Al Lanv)
 
=== ciblage dialectal ===
 
 
   'Introduction' à l'édition de 2008 (Loeiz Moulleg et ''Al Lanv'')
    
    
   "On sait peu de choses du Père Grégoire [note 1] Il semble qu'il naquit à Perret (un peu au sud de Gouarec) ou à Rostrenen vers 1672 (...). Il mourut en 1750 au couvent des capucins de Roscoff. Sa tâche de prédicateur l'amena à séjourner dans diverses régions de Bretagne, et il est hors de doute qu'il connaissait bien les différents dialectes."   
   "On sait peu de choses du Père Grégoire [note 1] Il semble qu'il naquit à Perret (un peu au sud de Gouarec) ou à Rostrenen vers 1672 (...). Il mourut en 1750 au couvent des capucins de Roscoff. Sa tâche de prédicateur l'amena à séjourner dans diverses régions de Bretagne, et il est hors de doute qu'il connaissait bien les différents dialectes."   


C'est lui qui avait fourni les données dialectales de son prédécesseur, [[Le Pelletier (1752)]] ([[Lambert (1976)|Lambert 1976]]:236).


=== histoire éditoriale ===
=== histoire éditoriale ===


Ligne 19 : Ligne 26 :
=== extraits ===
=== extraits ===


* [[De Rostrenen (1738:48,49)]]: chapitre sur le [[suffixe]] [[diminutif]] et [[hypocoristique]] ''[[-ig]]''
* [[Rostrenen (1738:48,49)]]: chapitre sur le [[suffixe]] [[diminutif]] et [[hypocoristique]] ''[[-ig]]''


* [[De Rostrenen (1738:69-70)]]: les [[pronoms relatifs]] ''Pe hiny'', ''pe re''
* [[Rostrenen (1738:69-70)]]: les [[pronoms relatifs]] ''Pe hiny'', ''pe re''


* [[Rostrenen (1738:175-6)]]: les [[pronoms relatifs]] ''Pe hiny'', ''pe re''
* [[Rostrenen (1738:175-6)]]: les [[pronoms relatifs]] ''Pe hiny'', ''pe re''
== Références ==
* [[Lambert (1976)|Lambert, P.Y. 1976]]. 'Les grammaires bretonnes jusqu'en 1914', ''[[Études Celtiques]]'' XV:1, 229-188. [https://www.persee.fr/doc/ecelt_0373-1928_1976_num_15_1_1574 texte].




[[Category:ouvrages de recherche|Categories]]
[[Category:ouvrages de recherche|Categories]]
[[Category:grammaires|Categories]]
[[Category:grammaires|Categories]]
[[Category:breton pré-moderne|Categories]]

Version actuelle datée du 2 juillet 2022 à 15:58

  • Rostrenen (de), G. 1738. Grammaire Françoise-Celtique ou Françoise-Bretonne qui contient tout ce qui est nécessaire pour apprendre par les Règles la langue celtique ou bretonne, Roazhon : Vatar, 1738. In-12 : XVI-192 p, texte.


abréviation dans Hemon (2000): Gramm.GR.
première grammaire à de dégager du modèle latin. Grégoire de Rostrenen est persuadé que breton et gallois sont des langues proches. Il s'est inspiré de la grammaire galloise de John Davies (Davies 1621) pour son plan.


ciblage dialectal

 'Introduction' à l'édition de 2008 (Loeiz Moulleg et Al Lanv)
 
 "On sait peu de choses du Père Grégoire [note 1] Il semble qu'il naquit à Perret (un peu au sud de Gouarec) ou à Rostrenen vers 1672 (...). Il mourut en 1750 au couvent des capucins de Roscoff. Sa tâche de prédicateur l'amena à séjourner dans diverses régions de Bretagne, et il est hors de doute qu'il connaissait bien les différents dialectes."  

C'est lui qui avait fourni les données dialectales de son prédécesseur, Le Pelletier (1752) (Lambert 1976:236).


histoire éditoriale

  • réédition 1795. Alain Le Fournier, Brest.
C'est cette édition que Le Gonidec (1807:vx) mentionne comme source pour sa grammaire.
  • réédition 2008. Embannadurioù Al Lanv

extraits


Références