Raktal : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
m (coquille)
Ligne 18 : Ligne 18 :
 
| || [[pa|quand]] ||faites louanges ||[[art|un]] [[all|autre]] ||[[bennak|quelconque]]|| [[dirak|devant]].3PL ||sont de.suite inquiet
 
| || [[pa|quand]] ||faites louanges ||[[art|un]] [[all|autre]] ||[[bennak|quelconque]]|| [[dirak|devant]].3PL ||sont de.suite inquiet
 
|-  
 
|-  
| || colspan="4" | 'Ils sont tout se suite inquiets quand sont chantées les louanges de quelque autre.'
+
| || colspan="4" | 'Ils sont tout de suite inquiets quand sont chantées les louanges de quelque autre.'
 
|-  
 
|-  
 
| |||||||| colspan="4" | [[KAV.]] (1909:17), cité dans [[Le Gléau (1973)|Le Gléau (1973]]:41)
 
| |||||||| colspan="4" | [[KAV.]] (1909:17), cité dans [[Le Gléau (1973)|Le Gléau (1973]]:41)

Version du 6 janvier 2013 à 17:24

Raktal est un adverbe temporel anaphorique. Il se calcule comme directement consécutif à un temps saillant du co-texte.


(1) Raktal, ar merc'hed da sevel o fenn, ar vugale da zigeriñ o genoù, ar baotred da dostaat...
de.suite le femmes de lever le tête le enfants de ouvrir leur bouche le hommes de approcher
'De suite, les femmes levèrent la tête, les enfants ouvrirent la bouche, les hommes s'approchèrent.'
Kervella (1995:§279)


(2) Pa reot meuleudi un all bennak dirazo, emaint raktal ankeniet.
quand faites louanges un autre quelconque devant.3PL sont de.suite inquiet
'Ils sont tout de suite inquiets quand sont chantées les louanges de quelque autre.'
KAV. (1909:17), cité dans Le Gléau (1973:41)