Questions oui/non

De Arbres
Révision datée du 28 février 2011 à 10:20 par M. Jouitteau (discussion | contributions) (Page créée avec « Aux "questions oui / non", on peut répondre par 'oui' ou par 'non' (par exemple, la question 'C'est vrai?', ou 'Iras-tu loin?'). Comme ces questions portent l'interrogation… »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Aux "questions oui / non", on peut répondre par 'oui' ou par 'non' (par exemple, la question 'C'est vrai?', ou 'Iras-tu loin?'). Comme ces questions portent l'interrogation sur toute la phrase, on les appelle aussi les 'questions totales'.

En breton, les questions oui / non sont formées en imposant sur la phrase une intonation montante (1) ou en plaçant devant le verbe fléchi une particule hag, hag-en, daoust hag-en (2).


(1) Ar vro a zo kaer ive?
DET pays R est beau aussi
'L'intérieur est beau aussi?' Leon (Kleder), Seite (1998:58)


(2) Ha klevet hoc'h eus a-wechoù [ PRO displegañ an taolennoù e misionoù hor bro]?
Q entendu 2PL ai parfois expliquer DET tableaux P missions POSS.2PL pays
'Avez-vous parfois entendu expliquer les tableaux dans les missions de notre pays?'
standard, Kervella (1933:39)


Certains adverbes ont besoin du contexte de l'interrogation pour être "autorisés" dans la phrase. Par exemple, biskoazh en (3) est autorisé par la présence de ha qui marque l'interrogation. La phrase déclarative correspondante serait agrammaticale ou interprétée comme négative (*klevet ac'h eus en deus biskoazh bet aon.)


(3) Ha klevet ec'h eus en defe biskoazh bet aon?
Q entendu R.2SG a R.3SGM aurait jamais eu peur
'As-tu jamais (la moindre fois) entendu qu'il aurait eu peur?' standard, An Here (2001:§'biskoazh')