Différences entre les versions de « Questions en reprise »

De Arbres
(Remplacement de texte — « ||''' » par « || ''' »)
(Remplacement de texte — « ]] || » par « ]] || »)
Ligne 64 : Ligne 64 :
|(4)|| Da || vamm || ne || gaozea || ket || brezhoneg || diouzhit, || '''gra ''' ?
|(4)|| Da || vamm || ne || gaozea || ket || brezhoneg || diouzhit, || '''gra ''' ?
|-
|-
||| [[POSS|ton]]<sup>[[1]]</sup> || [[mamm|mère]]|| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> || [[kaozeal|parle]] || [[ket|pas]]|| [[brezhoneg|breton]] || [[diouzh|à]].[[pronom incorporé|toi]] || [[ober|fait]]
||| [[POSS|ton]]<sup>[[1]]</sup> || [[mamm|mère]]|| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> || [[kaozeal|parle]] || [[ket|pas]]|| [[brezhoneg|breton]] || [[diouzh|à]].[[pronom incorporé|toi]] || [[ober|fait]]
|-  
|-  
|||colspan="10" |'Ta mère ne te parle pas breton, si ?'  
|||colspan="10" |'Ta mère ne te parle pas breton, si ?'  

Version du 15 mars 2022 à 16:33

En fin de phrase, dans la périphérie droite, une reprise verbale peut réaliser une question en reprise (anglais tag-question).


(1) Se ne vez ket graet ken, bez ?
se ne1 est pas fait plus si
'On ne fait plus ça, si?'
Trégorrois (Bégard), locuteur né en 1915
Yekel (2016:'goulenn nac'h')


Morphologie

bez, reprise non-mutée

La reprise d'une forme d'habitude vez prend la forme non-mutée bez.


information temporelle ou non

Les dialectes, voire les locuteurs, varient suivant l'étendue de leur paradigme de reprise. En (2), la reprise est en bez malgré le verbe au futur qui aurait pu laisser prédire une forme en bo.


(2) (An) toennoù plouz ne vo ket adkomañset dont ken, bez ?
(le) toit.s paille ne1 sera pas re-.commencé venir plus si
'Les toits en paille, ils ne vont pas commencer à revenir, si ?'
Trégorrois (Bégard), locuteur né en 1915
Yekel (2016:'goulenn nac'h')

/G/ + reprise

(3) [nøs kə ta’wɑh wid ’o:bər gwi:n ’ije gøs]
N’eus ket trawalc’h evit ober gwin ivez, geus ?
ne1 est pas assez pour faire vin aussi si
'Il n’y a pas assez pour faire du vin aussi, si ?'
Trégorrois (Bégard), locuteur né en 1915,
Yekel (2016:'goulenn nac'h')

reprise en ober

La reprise en ober peut être interrogative (, gra ?) ou exclamative (Hag e ra !).


(4) Da vamm ne gaozea ket brezhoneg diouzhit, gra  ?
ton1 mère ne1 parle pas breton à.toi fait
'Ta mère ne te parle pas breton, si ?'
Trégorrois (Bégard), locuteur né en 1920
Yekel (2016:'goulenn nac'h')

deo, geo 'si'

Selon Kenneth George, (c.p. 2003 dans Hornsby 2005:fn. p.201), les locuteurs traditionnels emploient la reprise en deo, de variante dialectale geo ou geo, comme dans N'emaout ket o tont, deo? ('Tu ne viens pas, si?').


keta, neketa 'n'est-ce pas'

On trouve, toujours en périphérie droite, la forme keta, ou neketa, N'eo ket 'ta, littéralement 'N'est-ce donc'. Les locuteurs traditionnels fournissent de nombreux exemples d'usages de reprises en keta, neketa ou à Sein, keda.


(5) Eun amzer eet da goll abaoe pell 'zo, neketa !
un temps allé à1 perdre depuis long y.a n'est.ce.donc
'Un temps disparu de longue date, n'est-ce pas!'
Léon (Cléder), Seite (1985:24)


Selon Kenneth George, (c.p. 2003 dans Hornsby 2005:fn. p.201), les néobrittophones utilisent neketa?, qui serait un calque du français n’est-ce pas?, en lieu et place du traditionnel deo, ou geo. Il faut sans doute comprendre que les usages de néobrittophones concernent spécifiquement les reprises en neketa de phrases négatives.


adverbes de doute

Les adverbes évidentiels de doute sont en concurrence avec les questions en reprise.


(7) Hag ar chaosonioù-mañ vo mad, mitio?
et le chaussons-ci sera bien sans.doute
'Ces chaussons-là conviendront, non?'
Léon, Kervella (2009:93)

Syntaxe

La question en reprise est un phénomène de matrice qui n'est pas possible dans les propositions enchâssées.


ordre des mots dans la question en reprise

La reprise peut montrer l'ordre des mots d'une proposition matrice (ici à temps second), auquel cas son niveau d'intégration dans la phrase est moindre.


(1) An arhant-se n'int ket deoh; bez ez int? Daoust m' emaint ganeoh.
le argent- ne sont pas à.vous être R sont malgré que sont avec.vous
'Cet argent ne vous appartient pas, n'est-ce pas? Bien que vous l'ayez (sur vous).'
Cornouaillais (bigouden), Bijer (2003:17).


On peut aussi trouver des questions en reprise qui sont manifestement assez intégrées dans la phrase matrice pour que l'ordre des mots ne soit pas celui d'une indépendante.


(2) [’ree niɲ cə plɑ̃n ’ʒɔ:vaʃ hiɲ]
Ar re-se n'int ket plant saovaj, h int ?
le ceux-ci ne sont pas plantes sauvage R sont
'Ce ne sont pas des plantes sauvages, si ?'
Trégorrois (Bégard), locuteur né en 1931
Yekel (2016:'goulenn nac'h')


keta en incise

Keta, neketa peut se trouver en dehors de la périphérie droite, en incise dans la phrase.


(3) Neb n'en deus gwelet, keta, e vez roet peoc'h dezhañ...
qui ne 3SG a vu n'est.ce.pas R est donné paix à.lui
'Celui qui n'a rien vu est laissé tranquille (, mais celui qui sait est parfois envoyé au loin...)'
Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:63)

pas de recopiage partiel

La morphologie de la question en reprise est relative à la sémantique de la question, et ne procède pas d'une règle de recopiage partiel : en (4) le verbe de la matrice exprime un temps d'habitude sans emprunter la morphologie d'habitude du verbe (à cause de la présence de la négation) et la reprise est cependant avec la morphologie d'habitude.


(4) [wa kə mœ:r rew vrɛɲ be]
Ne oa ket nemeur reoù vrein, bez ?
ne était pas guère N.PL 1pourri si
'Il n’y avait guère de pourries, si ?'
Trégorrois (Bégard), locuteur né en 1915
Yekel (2016:'goulenn nac'h')


Sémantique

questions polaires et verum focus

Les questions en reprise sont des questions polaires. Comme telles, elles impliquent un verum focus.

Une exception pourrait être l'interjection hañ ?, heñ ?.


hañ ?, heñ ?

L'interjection Hañ ? ou Heñ ? correspond au français Einh ?. Elle est grammaticale en isolation, mais en périphérie droite, elle réalise une question en rapport avec le contenu qui la précède (on peut répondre Na c'houllez ket ganin ! 'Me demande pas !'). Elle est restreinte à la périphérie droite (* Ha ma teufe ar mell bazar-se hañ ? da vont a-dreuz).


(1) Ha ma teufe ar mell bazar-se da vont a-dreuz, hañ ?!
et si4 venait le grand bazar- à1 aller à-travers einh ?
'Et si cet énorme bazar se mettait à dérailler, einh ?!'
Standard, Moulleg (1978:6)


Comme les questions en reprise, ces questions peuvent réaliser des questions polaires (auxquelles on peut toujours répondre par ya, nann, n'eo ket, etc., cf. Aze 'mañ Katell, hañ ? 'Katell est là, einh?'). Contrairement aux questions en reprise cependant, les questions en hañ ?, heñ ? ne sont pas restreintes aux questions polaires. Elles peuvent suivre une question ou une conditionnelle.

Diachronie

Ernault (1879-1880:162) documente enta à St-Mayeux, mais aussi des formes maintenant disparues, comme malac'h 'n'est-ce pas ?', ou le "plus respectueux" mazeu à Mur. A Trévérec, il donne laga, laga-ze, quelquefois écrit laka, et à Perros, kouita = (ne ket), gwir'ta. Il cite enfin du Manuel breton-français de Guyot-Jomard (1863) le vannetais hama.

Terminologie

En anglais, les questions en reprise sont étudiées sous le terme tag questions. En breton, le préfixe ad-, as-, az- permet de former le terme azgoulenn.

Bibliographie

breton