Différences entre les versions de « Préposition e »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « -[[kaout| » par «  [[kaout| »)
 
(145 versions intermédiaires par 4 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
La [[préposition]] ''e'' signifie l'inclusion de la figure dans le fond.  
La [[préposition]] ''e(n)'', comme ''[[e-barzh]]'', signifie l'inclusion de la figure dans le fond.  
Elle correspond aux prépositions françaises 'en' ou 'dans'.  
Elle correspond aux prépositions françaises 'en' ou 'dans'.  




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(1)|| Bez’ e  kaver    c’hoaz  tier-soul    '''e''' Breizh.
|(1)|| '''En''' || eur pod || war || an tan || e verve || sistr || yac'hus.
|-
|-
| || [[Bezañ preverbal|bez]] [[R]] trouve.[[IMP]] [[c'hoazh|encore]] chaumières en Bretagne
||| [[P.e|en]] || [[art|un]] pot || [[war|sur]] || [[art|le]] [[tan|feu]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> [[birviñ|bouillait]] || [[sistr|cidre]] || [[yac'h|sain]]  
|-
|-
||| colspan="4" |'On trouve encore des chaumières en Bretagne.'
|||colspan="15" | 'Du bon cidre bouillait en pot sur le feu.'
|-
|-
|||||||||||[[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:§440)  
|||||||||colspan="15" | ''Cornouaille (Pleyben)'', [[Ar Floc'h (1950)|Ar Floc'h (1950]]:70)
|}
 
 
== Phonologie ==
 
=== variation dialectale ===
 
[[Timm (1987a)|Timm (1987a]]:256) relève la prononciation avec une voyelle fermée <font color=green>/'''in'''bRø'zonek/</font color=green> 'en breton' comme un particularité de Carhaix.
 
 
=== de coda en attaque ===
 
En isolation, dans /ɛn/, la nasale est en [[coda]] de la [[syllabe]]. En contexte devant un article, la nasale peut être prononcée en attaque de la syllabe de l'article.
 
 
{| class="prettytable"
|(2)||<font color=green> '''n-u'''r ||<font color=green>va:k ||<font color=green> pesku:r </font color=green>
|-
||| en ur || vag || peskour
|-
||| [[P.e|en]].[[art|un]].<sup>[[1]]</sup> || [[bag|bateau]] || [[pesk|poisson]].[[-er, -our|eur]]
|-
|||colspan="15" | 'dans un bateau de pêche'
|-
|||||||colspan="15" | ''Vannetais (Groix)'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:323)
|}
|}


Ligne 16 : Ligne 41 :
== Morphologie ==
== Morphologie ==


=== [[variation dialectale]] ===
=== préposition fléchie ===
 
==== pronoms incorporés... ou non ====
 
La [[préposition]] ''e'' peut recevoir un pronom objet [[incorporé]] et former ainsi un paradigme de [[préposition fléchie]].
 
 
{| class="prettytable"
|(3)|| Ar  yez || ma ra || ganti || un den || a  zo || anezi || eur bed || ma || vev || ha || ma || striv || '''ennañ'''...
|-
||| [[art|le]] [[yezh|langue]] || [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> [[ober|fait]] || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|elle]] || [[art|un]] [[den|homme]] || [[R]] [[COP|est]] || [[a|P]].[[pronom incorporé|elle]] || [[art|un]] [[bed|monde]] || [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> || [[bevañ|vit]] || [[&|et]] [[ma[que]]<sup>[[4]]</sup> || agit || [[P.e|en]].[[pronom incorporé|lui]]
|-
|||colspan="15" | 'La langue qu'un homme parle est un monde dans lequel il vit et agit... '
|-
|||||||colspan="15" | ''Cornouaillais (bigouden)'', [[Helias (2002)|Helias (2002]]:II,117), cité dans [[Rezac (2009)]].
|}
 
 
Certaines graphies suggèrent que le pronom peut n'être pas incorporé.
 
 
{| class="prettytable"
|(4)|| Ne || oé || ket || kroget || er hlinùed || '''én hon'''.
|-
||| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> || [[COP|était]] || [[ket|pas]] || [[kregiñ|croché]] || [[art|le]] <sup>[[5]]</sup>[[kleñved|maladie]] || en lui
|-
|||colspan="15" | 'Il n'avait pas attrapé la maladie.'
|-
|||||||colspan="15" | ''Vannetais'' ([[Larboulet (1907)|Larboulet 1907]]), cité dans [[Louis (2015)|Louis (2015]]:156)
|}
 
 
==== morphèmes porte-manteaux ====
 
Lorsque la préposition ''e'' est suivie d'un [[possessif]] aux deux premières personnes du singulier, on observe des formes particulières, des morphèmes porte-manteaux.
 
(5) '''''me''', '''nes''''' ,  Trégorrois (Plougrescant), [[Le Dû (2012)|Le Dû (2012]]:48)
 
 
(6) <font color=green>Nõnn blijou réz '''nes''' pró.</font color=green>
: [[en em|se]] [[plijout|plaire]] [[Auxiliaire ober|fais]] dans.[[POSS|ton]] [[bro|pays]]
: 'Tu te plais dans ton pays.', ''Trégorrois (Plougrescant)'', [[Le Dû (2012)|Le Dû (2012]]:48)
 
 
=== en composés ===
 
La [[préposition]] ''e'' apparaît dans de nombreuses prépositions complexes, comme ''[[e-barzh]]'' 'dedans', ''[[e-kichen]]'' 'à-côté'.
 
 
=== support d'incorporation ===
 
La préposition ''e'' peut se [[sélectionner]] elle-même, la seconde occurrence offrant un support morphologique à l'[[incorporation]]. Ce phénomène montre que le redoublement n'est pas toujours le fait d'un paradigme défectif.
 
 
{| class="prettytable"
|(1)|| Daouchte (hag) || Anna a yoa foug || '''en enni''' || o fichañ || al loa || pe daouchte || me am eus hureet ?
|-
||| [[daoust|est-ce]] ([[C.ha(g)|que]])|| [[nom propre|Anna]] [[R]] [[COP|était]] [[foug|fierté]] || dans dans.[[pronom incorporé|elle]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> brandir || [[art|le]] [[loa|cuillière]] || [[pe|ou]] [[daoust|est-ce]] || [[pfi|moi]] [[R]].1SG [[kaout|a]] [[hunvreal|rêvé]]
|-
|||colspan="15" | 'Est-ce que Anna a fièrement brandi la cuillère ou est-ce que je l'avais inventé ?'
|-
|||||||colspan="15" | ''Léon (Plougerneau)'', [[M-L. B. (05/2016)]]
|}
 
 
{| class="prettytable"
|(2)|| Eur || fiziañs || vraz || o-doa || '''en enni'''.
|-
||| [[art|un]] || [[fiziañs|confiance]] || <sup>[[1]]</sup>[[bras|grande]] || 3PL [[kaout|avait]] || [[P.e|en]] [[P.e|en]].[[pronom incorporé|elle]]
|-
|||colspan="15" | 'Ils avaient une grande confiance en elle.'
|-
|||||||colspan="15" | ''Léon (Plouzane)'', [[Briant-Cadiou (1998)|Briant-Cadiou (1998]]:25)
|}
 
 
(3) ''plantañ an dorn '''en ennañ''' giz an dra-se''
: 'Planter la main dedans comme ça.'
::: Bernard, [[Hor Yezh (1983)|Hor Yezh (1983]]:5)
 
 
{| class="prettytable"
|(4)|| bgcolor="#4682B4"|<i><font color=white>1SG</font></i> ||||<font color=green>/'nɛ nõ/ || ''ennon
|-
||| bgcolor="#4682B4"|<i><font color=white>2SG</font></i> ||||<font color=green>/'nɛ noh/ || ''ennoh
|-
||| bgcolor="#4682B4"|<i><font color=white>3SGM</font></i> ||||<font color=green> /'nɛ na/ || ''ennañ
|-
||| bgcolor="#4682B4"|<i><font color=white>3SGF</font></i> ||||<font color=green> /'nɛ ni/ || ''enni
|-
||| bgcolor="#4682B4"|<i><font color=white>1PL</font></i> ||||<font color=green> /'nɛ nõm/ || ''ennom
|-
||| bgcolor="#4682B4"|<i><font color=white>2PL</font></i> ||||<font color=green> /'nɛ noh/ || ''ennoh
|-
||| bgcolor="#4682B4"|<i><font color=white>3PL</font></i> ||||<font color=green> /'nɛ nu/ || ''enno'' || ''Plozévet'', [[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:261)
|}
 
 
La préposition ''e'' peut aussi servir de support morphologique à l'[[incorporation]] de l'objet d'une autre préposition.
 
 
{| class="prettytable"
|(5)|| Eur || harr || karget || mad || a deue || '''etrezeg''' || '''ennañ'''.
|-
||| [[art|un]] || <sup>[[5]]</sup>[[karr|voiture]] || [[kargañ|charg]].[[-et (Adj.)|é]] || [[mat|bien]] || [[R]] <sup>[[1]]</sup> [[dont|venait]] || [[etrezek|vers]] || [[P.e|en]].[[pronom incorporé|lui]]
|-
|||colspan="15" | 'Une voiture bien chargée venait vers lui.'
|-
|||||||||colspan="15" | ''Léon (Plouzane)'', [[Briant-Cadiou (1998)|Briant-Cadiou (1998]]:19)
|}
 
 
On trouve aussi des doublements de type ''[[e-barzh]] e'', où l'incorporation n'est pas en jeu mais ''e'' est tout de même ajouté.
 
 
{| class="prettytable"
|(6)|| Ur yoc'h || traoù || a c'hell || donet || ''''barzh e''' || korv || an dud.
|-
||| [[art|un]] [[yoc'h|tas]] || [[traoù|choses]] || [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[gallout|peut]] || [[dont|venir]] || [[e-barzh|dans]] [[P.e|en]] || [[korf|corps]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[tud|gens]]
|-
|||colspan="15" | 'Le corps peut être affecté par tout plein de choses.'
|-
|||||||||colspan="15" | ''Haut-vannetais (Jo Sergent)'', [[Louis (2015)|Louis (2015]]:128)
|}
 
 
=== mutation rarissime ===
 
La préposition ''e'' ne provoque normalement pas de mutation. On trouve cependant en groisillon:
 
 
{| class="prettytable"
|(7)||<font color=green> /e-''' ̌j'''əmen ||<font color=green>mot / </font color=green> || (forme non-mutée <font color=green>/ čəmen / </font color=green>)
|-
||| de<sup>[[1]]</sup>-[[kement|tout]] || [[mod|façon]]
|-
|||colspan="15" | 'de toute façon, de telle ou telle façon.'
|-
|||||||colspan="15" | ''Vannetais (Groix)'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:225)
|}
 


L'[[ALBB]] documente la répartition dialectale de la préposition ''e'' dans la [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-173.jpg carte 173] (traduction de ''''dans''' ta main').
=== répartition dialectale vs. ''e-barzh'' ===


On y voit que dans une large aire centrale, c'est la préposition complexe ''e-barzh'', littéralement /dans-dedans/, qui est utilisée.
L'[[ALBB]] documente la répartition dialectale de la traduction de ''dans ta main'' dans la [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-173.jpg carte 173], et de ''dans ta bouche'' dans la  [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-220.jpg carte 220]. On y voit que dans une très large aire centrale, c'est la préposition complexe ''[[e-barzh]]'', littéralement /dans-dedans/, qui est utilisée. La situation est stable au XX° (cf. carte 020 du [[NALBB]] pour la traduction de ''(Il y a des nuages) dans le ciel'').


La préposition ''[[P.e|en]]'' 'dans' a perdu du terrain face à ''[[e-barzh]]'' en Tréguier depuis au moins le début du XX° ([[Académie bretonne (1922)|Académie bretonne 1922]]:292). A Plogonnec, [[Kergoat (1976)|Kergoat (1976]]:82) remarque que la préposition ''[[P.e|e]]'' est utilisée lorsqu'un pronom doit y être incorporé (''ennon'', ''ennez'', etc.). Autrement c'est ''[[e-barzh]]'' qui est utilisé.


=== accentuation ===


La [[préposition]] ''e-barzh'' est accentuée sur la seconde syllabe ([[Hemon (1995:§274-275)|Hemon 1995:§274-275]]). Sa réduction donne donc la forme /ba/.
== Syntaxe ==


=== sélection lexicale ===


== pronom vide ==
Certains verbes [[sélectionnent]] obligatoirement la préposition ''e'' pour introduire l'un de leurs [[arguments]] ([[Kervella (1995)|Kervella 1995]]:§620), comme ''[[soñjal]] e u.b.'' 'penser à qq.'. Cette sélection de la préposition dépend du verbe et n'est pas prévisible par la sémantique de ''e''.


Dans le cas des prépositions de type ''[[P.e|e-barzh]]'', 'dedans', le pronom anaphorique peut ne pas être prononcé (2). On peut penser qu'il peut sélectionner un [[pronom vide]].


=== élision ===


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (2)|| Plad Sant Alar, ||e poent ||ma veze bouchoù bihan  ||'''hennezh''', a veze traoù e-barzh '''_''' 
|(1)|| || Ti || ma mab || em-moa || laosket || anezhañ...
|-
||| (dans/à)|| [[ti|maison]] || [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> [[mab|fils]] || 1SG [[kaout|avais]] || [[laoskel|laiss]].[[-et (Adj.)|é]] || [[a|P]].[[pronom incorporé|lui]]
|-
|-
| || plat Saint Eloi ||P moment ||C était poulains petit  ||[[DEM|celui.ci]], [[R]] était choses dedans 
||| colspan="15" | 'Je l'avais laissé chez mon fils... '
|-
|||||||colspan="15" | ''Léon'', [[Kervella (2009)|Kervella (2009]]:221)
|}
 
 
{| class="prettytable"
|(2)|| Peus || ket soñjet || lakaat || ho || ano || ti || ar re || gozh ?
|-  
|-  
| || colspan="4" | 'A l'époque des poulains, le plat de saint Eloi, il était bien garni.'  
||| [[kaout|a]] || [[ket|pas]] [[soñjal|pens]].[[-et (Adj.)|é]] || [[lakaat|mettre]] || [[POSS|votre]]<sup>[[3]]</sup> || [[anv|nom]] (dans/à) || [[ti|maison]] || [[art|le]] [[hini|ceux]] || <sup>[[1]]</sup>[[kozh|vieux]]
|-
||| colspan="15" | 'Vous ne vous êtes pas inscrite dans une maison de retraite ?'
|-
|||||||colspan="15" | ''Léon'', [[Kervella (2009)|Kervella (2009]]:65)
|}
 
 
== Sémantique ==
 
=== arguments concrets, abstraits ===
 
La préposition spatiale favorise les [[arguments]] concrets (''er ger'' 'à la maison, dans la maison'), mais les déborde. L'entité dans laquelle le référent de l'[[argument interne]] de la préposition est inclus peut aussi n'être pas concrète (''e galleg, e brezhoneg'' 'en français, en breton'). Cet usage est courant dans tous les dialectes.
 
 
{| class="prettytable"
|(1)|| N'heller || ken || treiñ || ar seurt || traoù-mañ || '''e''' || galleg.
|-
||| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[gallout|peut]].[[IMP|on]] || [[ken|plus]] || [[treiñ|traduire]] || [[art|le]] [[seurt|sorte]] || [[traoù|choses]]-[[DEM|là]] || en || [[galleg|français]]
|-
|||colspan="15" | 'On ne peut plus traduire ces choses en français.'
|-
|||||||||colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Berthou (1985)|Berthou (1985]]:76)
|}
 
 
{| class="prettytable"
|(2)|| Bez' || e || kaver || c'hoaz || tier-soul || '''e''' || Breizh.
|-
||| [[bezañ préverbal|bez]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> || [[kavout|trouve]].[[IMP|on]] || [[c'hoazh|encore]] || [[ti|maison]].[[-er (PL.)|s]]-[[soul|chaume]] || [[P.e|en]] || [[Breizh|Bretagne]]
|-
||| colspan="15" | 'On trouve encore des chaumières en Bretagne.'
|-  
|-  
| |||||| colspan="4" |''Léon'', [[Mellouet & Pennec (2004)|Mellouet & Pennec (2004]]:58)
|||||||||||colspan="15" | [[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:§440)  
|}
|}


== Diachronie ==
 
[[Matasović (2009)|Matasović]] propose une racine indo-européenne en [[*]]''(h₁)eni'' 'dans' et proto-celtique en [[*]]''eni'', de même sens, ayant donné le vieil irlandais ''i'' [Nasalisant, + DAT et ACC], le vieux gallois ''in'', le gallois ''yn'', le [[moyen breton]] ''en'', et le cornique ''yn''.
 
Les mots apparentés sont le latin ''in'' qui a donné le français ''en'' de ''mettre '''en''' boîte'', et dans les autres langues indo-européennes le grec ''éni, en'', l'anglais ''in'', etc.
 
 
== Bibliographie ==
 
* [[Ledunois (2002)|Ledunois, J. P. 2002]]. ''La préposition conjuguée en breton'', thèse, Skol-Veur Roazhon, Atelier National de Reproduction des Thèses. (p. 280)
 
 
[[Category:articles|Categories]]
[[Category:articles|Categories]]
[[Category:prépositions|Categories]]

Version actuelle datée du 18 juillet 2022 à 21:04

La préposition e(n), comme e-barzh, signifie l'inclusion de la figure dans le fond. Elle correspond aux prépositions françaises 'en' ou 'dans'.


(1) En eur pod war an tan e verve sistr yac'hus.
en un pot sur le feu R4 bouillait cidre sain
'Du bon cidre bouillait en pot sur le feu.'
Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:70)


Phonologie

variation dialectale

Timm (1987a:256) relève la prononciation avec une voyelle fermée /inbRø'zonek/ 'en breton' comme un particularité de Carhaix.


de coda en attaque

En isolation, dans /ɛn/, la nasale est en coda de la syllabe. En contexte devant un article, la nasale peut être prononcée en attaque de la syllabe de l'article.


(2) n-ur va:k pesku:r
en ur vag peskour
en.un.1 bateau poisson.eur
'dans un bateau de pêche'
Vannetais (Groix), Ternes (1970:323)


Morphologie

préposition fléchie

pronoms incorporés... ou non

La préposition e peut recevoir un pronom objet incorporé et former ainsi un paradigme de préposition fléchie.


(3) Ar yez ma ra ganti un den a zo anezi eur bed ma vev ha ma striv ennañ...
le langue que4 fait avec.elle un homme R est P.elle un monde que4 vit et [[ma[que]]4 agit en.lui
'La langue qu'un homme parle est un monde dans lequel il vit et agit... '
Cornouaillais (bigouden), Helias (2002:II,117), cité dans Rezac (2009).


Certaines graphies suggèrent que le pronom peut n'être pas incorporé.


(4) Ne ket kroget er hlinùed én hon.
ne1 était pas croché le 5maladie en lui
'Il n'avait pas attrapé la maladie.'
Vannetais (Larboulet 1907), cité dans Louis (2015:156)


morphèmes porte-manteaux

Lorsque la préposition e est suivie d'un possessif aux deux premières personnes du singulier, on observe des formes particulières, des morphèmes porte-manteaux.

(5) me, nes , Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:48)


(6) Nõnn blijou réz nes pró.

se plaire fais dans.ton pays
'Tu te plais dans ton pays.', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:48)


en composés

La préposition e apparaît dans de nombreuses prépositions complexes, comme e-barzh 'dedans', e-kichen 'à-côté'.


support d'incorporation

La préposition e peut se sélectionner elle-même, la seconde occurrence offrant un support morphologique à l'incorporation. Ce phénomène montre que le redoublement n'est pas toujours le fait d'un paradigme défectif.


(1) Daouchte (hag) Anna a yoa foug en enni o fichañ al loa pe daouchte me am eus hureet ?
est-ce (que) Anna R était fierté dans dans.elle à4 brandir le cuillière ou est-ce moi R.1SG a rêvé
'Est-ce que Anna a fièrement brandi la cuillère ou est-ce que je l'avais inventé ?'
Léon (Plougerneau), M-L. B. (05/2016)


(2) Eur fiziañs vraz o-doa en enni.
un confiance 1grande 3PL avait en en.elle
'Ils avaient une grande confiance en elle.'
Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:25)


(3) plantañ an dorn en ennañ giz an dra-se

'Planter la main dedans comme ça.'
Bernard, Hor Yezh (1983:5)


(4) 1SG /'nɛ nõ/ ennon
2SG /'nɛ noh/ ennoh
3SGM /'nɛ na/ ennañ
3SGF /'nɛ ni/ enni
1PL /'nɛ nõm/ ennom
2PL /'nɛ noh/ ennoh
3PL /'nɛ nu/ enno Plozévet, Goyat (2012:261)


La préposition e peut aussi servir de support morphologique à l'incorporation de l'objet d'une autre préposition.


(5) Eur harr karget mad a deue etrezeg ennañ.
un 5voiture charg.é bien R 1 venait vers en.lui
'Une voiture bien chargée venait vers lui.'
Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:19)


On trouve aussi des doublements de type e-barzh e, où l'incorporation n'est pas en jeu mais e est tout de même ajouté.


(6) Ur yoc'h traoù a c'hell donet 'barzh e korv an dud.
un tas choses R1 peut venir dans en corps le 1gens
'Le corps peut être affecté par tout plein de choses.'
Haut-vannetais (Jo Sergent), Louis (2015:128)


mutation rarissime

La préposition e ne provoque normalement pas de mutation. On trouve cependant en groisillon:


(7) /e- ̌jəmen mot / (forme non-mutée / čəmen / )
de1-tout façon
'de toute façon, de telle ou telle façon.'
Vannetais (Groix), Ternes (1970:225)


répartition dialectale vs. e-barzh

L'ALBB documente la répartition dialectale de la traduction de dans ta main dans la carte 173, et de dans ta bouche dans la carte 220. On y voit que dans une très large aire centrale, c'est la préposition complexe e-barzh, littéralement /dans-dedans/, qui est utilisée. La situation est stable au XX° (cf. carte 020 du NALBB pour la traduction de (Il y a des nuages) dans le ciel).

La préposition en 'dans' a perdu du terrain face à e-barzh en Tréguier depuis au moins le début du XX° (Académie bretonne 1922:292). A Plogonnec, Kergoat (1976:82) remarque que la préposition e est utilisée lorsqu'un pronom doit y être incorporé (ennon, ennez, etc.). Autrement c'est e-barzh qui est utilisé.


Syntaxe

sélection lexicale

Certains verbes sélectionnent obligatoirement la préposition e pour introduire l'un de leurs arguments (Kervella 1995:§620), comme soñjal e u.b. 'penser à qq.'. Cette sélection de la préposition dépend du verbe et n'est pas prévisible par la sémantique de e.


élision

(1) Ti ma mab em-moa laosket anezhañ...
(dans/à) maison mon2 fils 1SG avais laiss.é P.lui
'Je l'avais laissé chez mon fils... '
Léon, Kervella (2009:221)


(2) Peus ket soñjet lakaat ho ano ti ar re gozh ?
a pas pens.é mettre votre3 nom (dans/à) maison le ceux 1vieux
'Vous ne vous êtes pas inscrite dans une maison de retraite ?'
Léon, Kervella (2009:65)


Sémantique

arguments concrets, abstraits

La préposition spatiale favorise les arguments concrets (er ger 'à la maison, dans la maison'), mais les déborde. L'entité dans laquelle le référent de l'argument interne de la préposition est inclus peut aussi n'être pas concrète (e galleg, e brezhoneg 'en français, en breton'). Cet usage est courant dans tous les dialectes.


(1) N'heller ken treiñ ar seurt traoù-mañ e galleg.
ne1 peut.on plus traduire le sorte choses- en français
'On ne peut plus traduire ces choses en français.'
Trégorrois, Berthou (1985:76)


(2) Bez' e kaver c'hoaz tier-soul e Breizh.
bez R4 trouve.on encore maison.s-chaume en Bretagne
'On trouve encore des chaumières en Bretagne.'
Trépos (2001:§440)

Diachronie

Matasović propose une racine indo-européenne en *(h₁)eni 'dans' et proto-celtique en *eni, de même sens, ayant donné le vieil irlandais i [Nasalisant, + DAT et ACC], le vieux gallois in, le gallois yn, le moyen breton en, et le cornique yn.

Les mots apparentés sont le latin in qui a donné le français en de mettre en boîte, et dans les autres langues indo-européennes le grec éni, en, l'anglais in, etc.


Bibliographie

  • Ledunois, J. P. 2002. La préposition conjuguée en breton, thèse, Skol-Veur Roazhon, Atelier National de Reproduction des Thèses. (p. 280)