Différences entre les versions de « Postpositions »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « colspan="10" » par « colspan="15" »)
Ligne 5 : Ligne 5 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(1)|| Mont || a ran || '''kuit'''.   
|(1)|| Mont || a || ran || '''kuit'''.   
|-
|-
||| [[mont|aller]] || [[R]] [[ober|fais]] || [[kuit|postposition]]
||| [[mont|aller]] || [[R]] || [[ober|fais]] || [[kuit|postposition]]
|-
|-
|||colspan="15" | 'Je m'en vais.' || (''I'm going '''away''''')
|||colspan="15" | 'Je m'en vais.' || (''I'm going '''away''''')
Ligne 162 : Ligne 162 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(4)|| Ni || vie || o || redek || '''kuit''' || en || tu || all || dre || an nor.
|(4)|| Ni || || vie || o || redek || '''kuit''' || en || tu || all || dre || an nor.
|-  
|-  
||| [[pfi|nous]] ([[R]]) || [[COP|étions]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> || [[redek|courir]] || ''Postpos.'' || [[P.e|en]].[[art|le]] || [[tu|côté]] || [[all|autre]] || [[dre|par]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[dor|porte]]
||| [[pfi|nous]] || [[R]] || [[COP|étions]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> || [[redek|courir]] || ''Postpos.'' || [[P.e|en]].[[art|le]] || [[tu|côté]] || [[all|autre]] || [[dre|par]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[dor|porte]]
|-
|-
||| colspan="15" | 'Nous, on courait de l'autre côté par la porte.'  
||| colspan="15" | 'Nous, on courait de l'autre côté par la porte.'  
|-
|-
|||||||colspan="15" | ''Bas-Cornouaillais'' (Le Juch), [[Hor Yezh (1983)|Hor Yezh (1983]]:5)
|||||||||colspan="15" | ''Bas-Cornouaillais'' (Le Juch), [[Hor Yezh (1983)|Hor Yezh (1983]]:5)
|}
|}



Version du 21 juillet 2022 à 14:14

Il existe en breton une liste restreinte (et variable selon les dialectes) de postpositions verbales semblables aux particules verbales de l'anglais telles que away, up, off, etc.

Ces postpositions peuvent changer ou préciser le sens du verbe.


(1) Mont a ran kuit.
aller R fais postposition
'Je m'en vais.' (I'm going away)


Inventaire

verbes de mouvement

Les verbes qui sélectionnent des postpositions sont principalement des verbes de mouvement. On trouve, en usage de postposition:

 da, e-barzh, en-dro, er-maez, e-biv/hebiou, kuit, rut, tre, war-giz, war-raok
 et avec des verbes de saisiessement:
 krog...


(1) An traoù a ya en-dro getoñ.
le choses R va Postpos. avec.lui
'C'est un meneur !'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:81)


(2) Nikun ne da tre, 'met a Vreiz e ve.
personne ne1 va Postpos. sauf de1 Bretagne R serait
'Personne ne pénètre, à moins d'être né en Bretagne.'
Léonard, Kerrien (2000:12)


(3) Na bout 'oa bihanoc'h 'vitoñ, eh ae dezhoñ.
bien.que était petit.plus que.lui R allait à.lui
'Bien qu'il fût plus petit que lui, il l'attaquait.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:19)


(4) /pɛn'vaR tɛj ʒɔ̃ waj̆ji:s/
Penvare (e) teuio Jean war-giz?
quand R4 viendra Jean sur-arrière
'Quand est-ce que Jean reviendra ?'
Poher (Carhaix), Timm (1987a:284)


(5) [ ər ɟɥelãnø mi hehɛχ arɔk ahanəma ]
Ar gwellañ eo m'eh ahec'h a-raok ahanemañ.
le mieux est que R alliez sur-avant de.ici
'Le mieux c'est que vous partiez.'
Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:22)


Certaines postpositions comme e-biv ou da ont des emplois alternatifs comme préposition. D'autres postpositions sont plus manifestement adverbiales.

Certaines postpositions, comme rut, sont assez peu répandues (6).


(6) [ a pje:ɤ də po'fXãs ɤut ]
[... ha Pier da Po-Frans rut...]
... and Pyer de Po-Frañs away...
Breton central, Wmffre (1998:59)


chom berr, 'ne pas réussir à'

L'adjectif berr est une postposition dans chom berr 'ne pas réussir à'.


(2) Ar marc'hadour roñseed, hag a oar e vicher koulskoude, a chomas berr da laerezh anezhañ.
le march.and cheval.s que R sait son1 métier cependant R1 resta court pour1 voler P.lui
'Le marchand de chevaux, qui connait pourtant son métier, n'a pu le voler.'
Press (1986:208), citant Trépos (1974:121)


source de grammaticalisation

Des noms archaïsants qui ont de moins en moins d'usage en dehors de locutions gelées, pled dans taoler pled, se comportent comme des postpositions.


(7) den ebet ne daole pled ouzh an dour lous.
personne aucun ne1 jeter intérêt à le eau sale
'Personne ne prêtait attention à l'eau sale.'
Standard, Herri (1982:18)


(8) Me zo arri aog gant hennezh !
moi est arriv.é roui avec celui.ci
'Il m'écœure !'
Trégorrois (Perros-guirrec), Konan (2017:31)


Distribution

après le verbe lexical

On peut trouver la postposition dans la projection verbale. Elle est alors accolée à son verbe lexical.


(1) a-raok mont kuit d'ur gêr all
avant aller postpos. à1 un 1ville autre
'avant de partir dans une autre ville'
Standard, Kervella (1933:48)


(4) Ni vie o redek kuit en tu all dre an nor.
nous R étions à4 courir Postpos. en.le côté autre par le 1porte
'Nous, on courait de l'autre côté par la porte.'
Bas-Cornouaillais (Le Juch), Hor Yezh (1983:5)


Le sujet peut même apparaître après la postposition.


(5) pa zegouez tre Pat.
quand1 arrive dedans Pat
'Quand Pat fait son entrée'
Cornouaillais de l'Est, Derrien (1980:26)


séparé du verbe lexical

La postposition peut être séparée de son verbe lexical.


(1) Tec'het ' neus kuit dirak ar eontroù-kordenn.
enfu.i a Postpos. devant le oncles-corde
'Il s'est échappé devant les gendarmes.' (les tontons à corde)
Le Scorff, Ar Borgn (2011:38)


stranding

La postposition, comme les particules de l'anglais, apparaît le plus souvent en fin de phrase, séparée de son verbe lexical. Selon Chalm (2008:§C10), "les sujets et les compléments d'objet se placent entre le verbe et la postposition."


(2) Er c'hontrol, mont a ra ar re all buan kuit.
à.le 5contraire aller R fait le ceux autre vite Postpos.
'Au contraire, les autres partent vite.'
Standard, Kervella (1933:48)


(3) [ he wije pig̈is wahô be daj c̈wiT ]
Int a ouie pegiz (e)c'h oa-eñ bet deuet kuit.
eux R savait comment R était-lui été ven.u Postpos.
'Eux savaient comment il était parti.'
Cornouaillais de l'Est, (Lanvénégen), Evenou (1987:575)


On trouve la postposition seule en fin de phrase aussi dans les propositions d'où le temps morphologique est absent.


(1) P'oa deuet er maez, partiet al loan kuit.
quand1 était ven.u dehors parti le bête parti
'Quand il est sorti, le cheval était parti.'
Léon, Mellouet & Pennec (2004:79).


Cependant, un complément de lieu peut le suivre.


(5) Dec'h da noz, goude koan, en deus Yann kaset din va levrioù en-dro betek ar gêr.
hier de1 nuit après souper 3SGM a Yann envoy.é à.moi son2 livre.s de.retour jusqu'à le 1foyer
'Hier après souper, Yann est passé me ramener mes livres.'
Standard (Dirinon), Kervella (1947:§706)


focalisation

Contrairement aux particules verbales anglaises, kuit peut être déplacé sans son verbe en zone focale.


(4) Kuit ez eas _ Kongar eus Breizh.
Postpos. R+C alla Kongar de Bretagne
'Kongar partit de Bretagne.'
Standard, Denez (1993:23)


Horizons comparatifs

On retrouve des constructions similaires en français de Basse-Bretagne, qui peut utiliser partir comme verbe lexical et s'en aller comme postposition complétant le sens du verbe.

Il est parti s'en aller. (Kervarec 1910:620)
Elle est partie s'en aller ensemble que son frère. (Kervarec 1910:621)


Terminologie

Kervella (1947:§238) et SADED (2010) utilisent le terme breton lerc'henn.

Le terme français particule verbale peut porter à confusion avec le rannig, ou les autres complémenteurs. Chalm (2008) utilise en français le terme de postposition, traduit lerc'henn en index.

En anglais, Rottet (2017) étudie les postpositions concernant le mouvement. Il utilise l'expression directional particle, c'est-à-dire une particule directionnelle. Ce terme dénote une sous-classe de post-positions.

Bibliographie

  • Rottet, Kevin. 2017. 'Translation and contact languages: The case of motion events', Babel 63(4):523-555.
  • Rottet, Kevin J. 2021. 'Directional Idioms in English and Welsh: A Usage-Based Perspective on Language Contact', Journal of Language Contact 13, 573-611.