Différences entre les versions de « Possession »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « -[[kaout| » par «  [[kaout| »)
 
(48 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 6 : Ligne 6 :
En breton, les éléments grammaticaux qui peuvent endôsser le rôle de possesseur sont:
En breton, les éléments grammaticaux qui peuvent endôsser le rôle de possesseur sont:


* les [[déterminants possessifs]]: ''ma, da...''
* les [[déterminants possessifs]]: ''ma, da... ''
* le [[sujet]] du verbe ''[[kaout]]'', ''[[endevout]]'' 'avoir, posséder' ou de ''piaouiñ'' 'posséder'
* le [[sujet]] du verbe ''[[kaout]]'', ''[[endevout]]'' 'avoir, posséder' ou de ''piaouiñ'' 'posséder'
* l'objet d'une préposition dénotant une relation de l'ordre de la possession, l'[[attribution]] ou l'[[accompagnement]]: ''[[da]]'' 'à', ''[[e-kerzh]]'', ''[[e-dalc'h]]'', ''[[diouzh]]'', ''[[gant]]''...
* l'objet d'une préposition dénotant une relation de l'ordre de la possession, l'[[attribution]] ou l'[[accompagnement]]: ''[[da]]'' 'à', ''[[e-kerz]]'', ''[[e-dalc'h]]'', ''[[diouzh]]'', ''[[gant]]''...
* un dépendant du nom au [[Cas direct]] dans la construction dite de [[l'état construit]]  
* un dépendant du nom au [[Cas direct]] dans la construction dite de [[l'état construit]]  


Ligne 16 : Ligne 16 :
== Verbes de possession ==
== Verbes de possession ==


=== ''kaout'', ''endevout'', ''piaouiñ'' ===
=== ''kaout'', ''endevout'', ''piaouiñ'', ''perc'hennañ'' ===


Les dialectes varient dans leurs stratégies pour réaliser le verbe infinitif de sens 'posséder, avoir'. La plupart des dialectes utilisent le verbe ''[[kaout]]''/''[[endevout]]'', mais dans la partie Sud-Est de l'aire parlante, on trouve aussi le verbe ''piaouiñ'' ou ''biaouiñ''. [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:300) relève à Groix la forme <font color=green>/ bijew /</font color=green>.
Les dialectes varient dans leurs stratégies pour réaliser le verbe infinitif de sens 'posséder, avoir'. La plupart des dialectes utilisent le verbe ''[[kaout]]''/''[[endevout]]'', mais dans la partie Sud-Est de l'aire parlante, on trouve aussi le verbe ''[[piaouiñ]]'' ou ''biaouiñ''. [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:300) relève à Groix la forme <font color=green>/ bijew /</font color=green>.  




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(1)|| <font color=green> mə'''bijeẃ''' || <font color=green>əndra:-zaj </font color=green>
|(1)||<font color=green> mə ||||<font color=green>'''bijeẃ''' ||<font color=green>əndra:-zaj </font color=green>
|-
|-
| || [[pfi|moi]] possède || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>chose-[[DEM|ci]]
||| [[pfi|moi]] || [[R]]</sup>[[1]]</sup> || [[piaouiñ|possède]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[tra|chose]]-[[DEM|ci]]
|-
|-
|||colspan="4" | 'Je possède cela.'|||| ''Groix'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:300)
|||colspan="15" | 'Je possède cela.'
|-
|||||||colspan="15" | ''Vannetais (Groix)'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:300)
|}
|}


En standard, on trouve aussi le verbe ''perc'hennañ'' 'posséder', sur lequel est formé le nom ''[[perc'henn]]'' 'propriétaire', et ''ar perc'hennañ'' 'la possession'.


Pour une description détaillée des usages sémantiques de ''[[kaout]]''/''[[endevout]]'', se reporter à [[kaout|cet article]].  
Pour une description détaillée des usages sémantiques de ''[[kaout]]''/''[[endevout]]'', se reporter à [[kaout|cet article]].  
Pour une description de la défectivité de ''piaouiñ'' et sa variation dialectale et diachronique en vannetais, se reporter à [[Châtelier (2016)|Châtelier (2016]]:180-194).
Pour une description de la défectivité de ''piaouiñ'' et sa variation dialectale et diachronique en vannetais, se reporter à [[Châtelier (2016)|Châtelier (2016]]:180-194).


=== alternatives lorsque le possédé est défini ===
=== alternatives lorsque le possédé est défini ===
Ligne 44 : Ligne 49 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(2)|| Ar gontell-mañ ||'''zo din'''.
|(2)|| Ar gontell-mañ || '''zo''' || '''din'''.
|-
||| [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[kontell|couteau]]-[[DEM|ci]] || [[zo|est]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|moi]]
|-
|-
| || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>couteau-[[DEM|ci]] || [[zo|est]] [[da|à]].[[pronom incorporé|moi]]
|||colspan="15" | 'Ce couteau m'appartient.'
|-
|-
|||colspan="4" | 'Ce couteau m'appartient.'||||[[Gourmelon (2014)|Gourmelon (2014]]:15)
|||||||colspan="15" | [[Gourmelon (2014)|Gourmelon (2014]]:15)
|}
|}


Ligne 58 : Ligne 65 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(3)|| <font color=green>/ né ké ||<font color=green> dox||<font color=green> nèy / ||vs. ||<font color=green> /ma ké ||<font color=green> dãõ/
|(3)||<font color=green>/ né ||<font color=green> ké ||<font color=green> dox ||<font color=green> nèy / || vs. ||<font color=green> /ma ||<font color=green> ké ||<font color=green> dãõ/
|-
|-
| || N’eo ket ||doc’h ||anezhi.|||| (N’e)mañ ket ||dezhañ. ||||''graphie peurunvan''
||| N'eo || ket || doc'h || anezhi. |||| (N'e)mañ || ket || dezhañ.  
|-
|-
| || [[ne]]<sup>[[1]]</sup>[[COP|est]] [[ket|pas]] || [[diouzh|à]] || [[a|P]].[[pronom incorporé|elle]]|||| [[ne]]<sup>[[1]]</sup>[[emañ|est]] [[ket|pas]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|lui]]  
||| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[COP|est]] || [[ket|pas]] || [[diouzh|à]] || [[a|P]].[[pronom incorporé|elle]] |||| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[emañ|est]] || [[ket|pas]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|lui]]  
|-
|-
|||colspan="4" |'Cela n'est pas à elle.' vs. 'Ce n'est pas à lui.' ||||''Cornouaillais (Saint-Yvi)'', [[German (1984)|German (1984]]:129,30)
|||colspan="15" | 'Cela n'est pas à elle.' vs. 'Ce n'est pas à lui.'  
|-
||||||||| colspan="15" | ''Cornouaillais (Saint-Yvi)'', [[German (1984)|German (1984]]:129,30)
|}
|}


== Horizons comparatifs ==
== Horizons comparatifs ==
Ligne 84 : Ligne 92 :
Ortman (2018) propose que la possession inaliénable est la seule possession d'ordre sémantique car le référent du possédé ne peut être établi sans spécification du référent du possesseur. La possession aliénable, elle, est de l'ordre de la pragmatique car c'est le contexte qui établit la relation de possession, et non la sémantique lexicale.  
Ortman (2018) propose que la possession inaliénable est la seule possession d'ordre sémantique car le référent du possédé ne peut être établi sans spécification du référent du possesseur. La possession aliénable, elle, est de l'ordre de la pragmatique car c'est le contexte qui établit la relation de possession, et non la sémantique lexicale.  


Dans le cas des expressions de possession inaliénable, comme avec les parties du corps, le verbe ''kaout'' est adapté, mais il n'est pas en situation de monopole (cf. ''bezañ kochet e gig warnañ'' 'avoir des bourrelets de chair', [[Favereau (1993)|Favereau 1993]]).
Dans le cas des expressions de possession inaliénable, comme avec les parties du corps, le verbe ''[[kaout]]'' 'avoir' est adapté, mais il n'est pas en situation de monopole (cf. ''bezañ kochet e gig warnañ'' 'avoir des bourrelets de chair', [[Favereau (1993)|Favereau 1993]]).




Ligne 93 : Ligne 101 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(1)|| Kaer em-oa ||rei <font color=violet>ø</font color=violet> ||bronn dezi,|| ne zerre ket '''eur''' genou.
|(1)|| Kaer || em-oa || rei <font color=violet>ø</font color=violet> || bronn || dezi, || ne || zerre || ket || '''eur''' genou.
|-
|-
| || [[kaer|beau]] [[R]].1SG-[[kaout|avait]]|| [[reiñ|donner]] || sein [[da|à]].[[pronom incorporé|elle]] || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> fermait [[ket|pas]] [[art|un]] bouche.
||| [[kaer|beau]] || [[R]].1SG [[kaout|avait]] || [[reiñ|donner]] || sein || [[da|à]].[[pronom incorporé|elle]] || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> || [[serriñ|fermait]] || [[ket|pas]] || [[art|un]] [[genoù|bouche]].
|-
|-
|||colspan="4" | 'J'avais beau lui donner le sein, elle ne fermait pas la bouche.'
|||colspan="15" | 'J'avais beau lui donner le sein, elle ne fermait pas la bouche.'
|-
|-
|||||||colspan="4" |''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'bronn')
|||||||colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'bronn')
|}
|}




En (2), c'est le [[déterminant possessif]] qui est utilisé (et non pas l'[[article défini]] comme en français standard).
==== déterminant possessif vs. article ====
 
Dans les exemples suivants, on voit un contraste net entre les dialectes bretons d'une part et le français standard d'autre part. Le [[déterminant possessif]] apparaît en breton, alors que dans la même structure, le français standard autorise seulement un article défini.




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(2)|| Yann ||e-neus trohet ||'''e''' viz.
|(2)|| E || '''ma''' || goûg || ha || rac'h || 'm eus || bet || unan.
|-
|-
| ||  Yann || [[R]].3SGM-[[kaout|a]] coupé|| [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> doigt
||| [[P.e|en]] || [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> || [[gouzoug|gorge]] || [[&|et]] || [[rac'h|tout]] || 1SG [[kaout|a]] || [[kaout|eu]] || [[unan|un]]
|-
|-
|||colspan="4" | 'Yann s'est coupé le doigt ([[*]] son doigt).'||||''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'biz')
|||colspan="15" | 'J'en ai eu aussi un à '''la''' gorge.' (un furoncle)  
|-
||||||||| colspan="15" | ''Haut-vannetais (JMh)'', [[Louis (2015)|Louis (2015]]:218)
|}
|}




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(3)|| Ma vije laosket|| '''o''' brid ||gant'''o''' ||war '''o''' moue.
|(3)|| Ma || vije || laosket || '''o''' || brid || gant'''o''' || war || '''o''' || moue.
|-
||| [[ma(r)|si]]<sup>[[4]]</sup> || [[COP|serait]] || [[leuskel|laiss]].[[-et (Adj.)|é]] || [[POSS|leur]]<sup>[[2]]</sup> || bride || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|eux]] || [[war|sur]] || [[POSS|leur]]<sup>[[2]]</sup> || [[moue|crinière]]
|-
|-
| ||[[ma|si]]<sup>[[4]]</sup> [[COP|serait]] [[leuskel|laissé]]|| [[POSS|leur]]<sup>[[2]]</sup> bride || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|eux]] || [[war|sur]]  [[POSS|leur]]<sup>[[2]]</sup> crinière
|||colspan="15" | 'Si on leur laissait la bride sur la crinière' (sur le cou)
|-
|-
|||colspan="4" | 'Si on leur laissait la bride sur la crinière (le cou).'|||| ''Trégorrois'', [[Gros (1970b)|Gros (1970b]]: 'brid')
||||||||| colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Gros (1970b)|Gros (1970b]]: 'brid')
|}
|}
En (4), on voit que le déterminant possessif supporte le [[liage]] (comparez le français ''Yann s'est coupé le doigt'', et [[*]] ''Yann s'est coupé son doigt'').




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (4) || E '''ma''' goûg ha rac’h ||'m eus bet unan.|| O ! ||Na droug !
|(4)|| '''Yann''' || e-neus || trohet || '''e''' || viz.
|-
|-
| || [[P.e|dans]] [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> gorge [[&|et]] [[rac'h|tout]]||1SG [[kaout|a]] [[kaout|eu]] [[unan|un]] || Oh || [[Na(g)|que]] [[drouk|mal]]
||| [[nom propre|Yann]] || [[R]].3SGM [[kaout|a]] || [[troc'hañ|coup]].[[-et (Adj.)|é]] || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> || [[biz|doigt]]
|-
|-
|||colspan="4" | 'J’en ai eu aussi un [furoncle] à '''la''' gorge. Oh ! Comme ça fait mal!' ||||||''Haut-vannetais (JMh)'', [[Louis (2015)|Louis (2015]]:218)
|||colspan="15" | 'Yann s'est coupé le doigt.'
|-
||||||||||| colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'biz')
|}
|}


En (5), on voit que cet argument s'applique aussi à l'impersonnel, avec une adresse générique (vs. ''Tu avais de l'eau ras les/*tes fesses'').
{| class="prettytable"
|(5)|| ''''pè''' || dour || 'resk || '''hou''' || fouessenno.
|-
||| Ho poa || dour || a-res || ho || feskennoù. |||||| ''Équivalent standardisé''
|-
||| 2PL [[kaout|avait]] || [[dour|eau]] || [[a-rez|à-ras]] || [[POSS|votre]]<sup>[[3]]</sup> || fesse.[[-où (PL.)|s]]
|-
|||colspan="15" | 'On avait de l'eau jusqu'aux fesses.'
|-
||||||||| colspan="15" | ''Cornouaillais (Moëlan)'', [[Bouzec & al. (2017)|Bouzec & al. (2017]]:357)
|}
==== pas dans l'argument de ''kaout'' ====


Le [[déterminant possessif]] n'apparaît pas dans l'[[argument]] du verbe ''[[kaout]]'' de possession.
Le [[déterminant possessif]] n'apparaît pas dans l'[[argument]] du verbe ''[[kaout]]'' de possession.
Ligne 137 : Ligne 173 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(5)|| Pipi '''e-neus''' || '''eur''' gorzaillenn || êz.
|(6)|| Pipi || '''e-neus''' || '''eur''' gorzaillenn || êz.
|-
||| [[nom propre|Pipi]] || [[R]] [[kaout|a]] || [[art|un]] gos.[[-ailh (N.)|ier]].[[-enn|une]] || [[aes|facile]]
|-
|-
| || Pipi [[R]]-[[kaout|a]] || [[art|un]] gos.[[-ailh (N.)|ier]].[[-enn|une]]|| [[aes|facile]]
|||colspan="15" | 'Pierre a la dalle en pente.'
|-
|-
|||colspan="4" | 'Pierre a un gosier facile (complaisant, se dit d’un ivrogne).'|||| ''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]: 'êz’)
||||||||| colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]: 'êz')
|}
|}


Ligne 156 : Ligne 194 :




=== théorie ===
=== horizons théoriques et comparatifs ===


* Guéron, Jacqueline. 2005. 'Inalienable Possession', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), ''The Blackwell companion to Syntax'', Blackwell Publishing, vol II, chap.35.
* Guéron, Jacqueline. 2005. 'Inalienable Possession', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), ''The Blackwell companion to Syntax'', Blackwell Publishing, vol II, chap.35.
Ligne 162 : Ligne 200 :
* Ortman, Albert. 2018. 'Connecting the typology and semantics of nominal possession: alienability splits and the morphology-semantics interface', ''Morphology'' 28:1, 99-144.
* Ortman, Albert. 2018. 'Connecting the typology and semantics of nominal possession: alienability splits and the morphology-semantics interface', ''Morphology'' 28:1, 99-144.


* Rooryck, Johan. 2022. 'Reconsidering inalienable possession with definite determiners in French', ''Isogloss'' 8:1, [https://doi.org/10.5565/rev/isogloss.233  DOI].


[[Category:fiches|Categories]]
[[Category:fiches|Categories]]

Version actuelle datée du 18 juillet 2022 à 20:25

La possession est une relation entre deux entités, animées ou non. Le possesseur est le rôle thématique qui marque la possession d'une entité.

La langue bretonne distingue grammaticalement les rôles sémantiques de la possession aliénable (gwetur Mona 'la voiture de Mona') et inaliénable (dorn Mona 'la main de Mona'), de l'attribution (da1 Vona) et de l'accompagnement (gant Mona).


En breton, les éléments grammaticaux qui peuvent endôsser le rôle de possesseur sont:

  • tout pronom, dont les pronoms écho, dans la mesure où ils coréfèrent avec l'un des éléments ci-dessus.


Verbes de possession

kaout, endevout, piaouiñ, perc'hennañ

Les dialectes varient dans leurs stratégies pour réaliser le verbe infinitif de sens 'posséder, avoir'. La plupart des dialectes utilisent le verbe kaout/endevout, mais dans la partie Sud-Est de l'aire parlante, on trouve aussi le verbe piaouiñ ou biaouiñ. Ternes (1970:300) relève à Groix la forme / bijew /.


(1) bijeẃ əndra:-zaj
moi R1 possède le 1chose-ci
'Je possède cela.'
Vannetais (Groix), Ternes (1970:300)


En standard, on trouve aussi le verbe perc'hennañ 'posséder', sur lequel est formé le nom perc'henn 'propriétaire', et ar perc'hennañ 'la possession'.

Pour une description détaillée des usages sémantiques de kaout/endevout, se reporter à cet article. Pour une description de la défectivité de piaouiñ et sa variation dialectale et diachronique en vannetais, se reporter à Châtelier (2016:180-194).


alternatives lorsque le possédé est défini

A part avec certains noms abstraits, le sujet du verbe kaout ne peut pas être défini (Kervella 1947:§611, Fave 1998:59, Gourmelon 2014:15). Lorsque l'argument possédé est défini, apparaîssent des stratégies alternatives.


bezañ da

La possession d'un groupe nominal défini est typiquement exprimée par la préposition da. Le sens est attributif.


(2) Ar gontell-mañ zo din.
le 1couteau-ci est à.moi
'Ce couteau m'appartient.'
Gourmelon (2014:15)


bezañ diouzh

Diouzh peut aussi traduire l'attribution d'un groupe nominal défini.


(3) / né dox nèy / vs. /ma dãõ/
N'eo ket doc'h anezhi. (N'e)mañ ket dezhañ.
ne1 est pas à P.elle ne1 est pas à.lui
'Cela n'est pas à elle.' vs. 'Ce n'est pas à lui.'
Cornouaillais (Saint-Yvi), German (1984:129,30)

Horizons comparatifs

(1) Leila a de longues mains de pianiste.

Ils ont un château en Espagne.
Ma porte compte sept gonds.
Ma porte a sept gonds.
La chambre de Jeanne est jaune.


La possession inaliénable

sémantique

Ortman (2018) propose que la possession inaliénable est la seule possession d'ordre sémantique car le référent du possédé ne peut être établi sans spécification du référent du possesseur. La possession aliénable, elle, est de l'ordre de la pragmatique car c'est le contexte qui établit la relation de possession, et non la sémantique lexicale.

Dans le cas des expressions de possession inaliénable, comme avec les parties du corps, le verbe kaout 'avoir' est adapté, mais il n'est pas en situation de monopole (cf. bezañ kochet e gig warnañ 'avoir des bourrelets de chair', Favereau 1993).


syntaxe

On note pour les structures dénotant la possession inaliénable des comportements grammaticaux non-canoniques. En (1), l'expression pour 'donner le sein' n'utilise pas d'article. L'expression 'fermer la bouche' pour 'se taire' prend un article indéfini bien qu'il soit peu plausible que l'enfant ait plus d'une bouche.


(1) Kaer em-oa rei ø bronn dezi, ne zerre ket eur genou.
beau R.1SG avait donner sein à.elle ne1 fermait pas un bouche.
'J'avais beau lui donner le sein, elle ne fermait pas la bouche.'
Trégorrois, Gros (1989:'bronn')


déterminant possessif vs. article

Dans les exemples suivants, on voit un contraste net entre les dialectes bretons d'une part et le français standard d'autre part. Le déterminant possessif apparaît en breton, alors que dans la même structure, le français standard autorise seulement un article défini.


(2) E ma goûg ha rac'h 'm eus bet unan.
en mon2 gorge et tout 1SG a eu un
'J'en ai eu aussi un à la gorge.' (un furoncle)
Haut-vannetais (JMh), Louis (2015:218)


(3) Ma vije laosket o brid ganto war o moue.
si4 serait laiss.é leur2 bride avec.eux sur leur2 crinière
'Si on leur laissait la bride sur la crinière' (sur le cou)
Trégorrois, Gros (1970b: 'brid')


En (4), on voit que le déterminant possessif supporte le liage (comparez le français Yann s'est coupé le doigt, et * Yann s'est coupé son doigt).


(4) Yann e-neus trohet e viz.
Yann R.3SGM a coup.é son1 doigt
'Yann s'est coupé le doigt.'
Trégorrois, Gros (1989:'biz')


En (5), on voit que cet argument s'applique aussi à l'impersonnel, avec une adresse générique (vs. Tu avais de l'eau ras les/*tes fesses).


(5) ' dour 'resk hou fouessenno.
Ho poa dour a-res ho feskennoù. Équivalent standardisé
2PL avait eau à-ras votre3 fesse.s
'On avait de l'eau jusqu'aux fesses.'
Cornouaillais (Moëlan), Bouzec & al. (2017:357)

pas dans l'argument de kaout

Le déterminant possessif n'apparaît pas dans l'argument du verbe kaout de possession.


(6) Pipi e-neus eur gorzaillenn êz.
Pipi R a un gos.ier.une facile
'Pierre a la dalle en pente.'
Trégorrois, Gros (1989: 'êz')

Terminologie

Kervella (1947) utilise perc'hennañ. Gourmelon (2014) utilise perc'henniezh.


Bibliographie

breton

  • Kersulec, P-Y. 2008. 'Doare ar perc'hennañ er c'hentañ gour lies e plasoù zo e Kernev-Izel, Kernev-Uhel, Gwened-Izel ha Gwened-Uhel (klokadennoù hag evezhiadennoù war eostad an ALBB)', Hor Yezh 255.


horizons théoriques et comparatifs

  • Guéron, Jacqueline. 2005. 'Inalienable Possession', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), The Blackwell companion to Syntax, Blackwell Publishing, vol II, chap.35.
  • Ortman, Albert. 2018. 'Connecting the typology and semantics of nominal possession: alienability splits and the morphology-semantics interface', Morphology 28:1, 99-144.
  • Rooryck, Johan. 2022. 'Reconsidering inalienable possession with definite determiners in French', Isogloss 8:1, DOI.