Pluriel interne : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
 
(16 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
ce qu'on appelle un pluriel interne est la forme [[pluriel]]le d'un [[nom]] lorsque la base de celui-ci alterne entre le singulier et le pluriel. Ces formes sont assez restreintes; la plupart des pluriels en breton sont dérivés par [[suffixation]].
+
Ce qu'on appelle un '''pluriel interne''' est la forme [[pluriel]]le d'un [[nom]] lorsque sa base alterne entre le singulier et le pluriel. Il y a en breton relativement peu de pluriels internes car la plupart des pluriels y sont dérivés par [[suffixation]].
  
  
Ligne 15 : Ligne 15 :
 
Phonologiquement, les pluriels internes montrent une contamination de la voyelle du suffixe final sur les voyelles du radical.  
 
Phonologiquement, les pluriels internes montrent une contamination de la voyelle du suffixe final sur les voyelles du radical.  
  
La plupart du temps, la voyelle finale contaminante est celle du [[morphème]] [[pluriel]], mais ce n'est pas toujours le cas, comme dans ''p'''o'''rc'h'''ell''''' 'petit cochon', ''p'''e'''rc'h'''ell''''' ([[Vallée (1980)|Vallée 1980]]: 'cochon').
 
  
 +
=== assimilation ===
 +
 +
La plupart du temps, la voyelle finale contaminante est celle du [[morphème]] [[pluriel]], mais ce n'est pas toujours le cas en synchronie, comme dans ''p'''o'''rc'h'''ell''''' 'petit cochon', ''p'''e'''rc'h'''ell''''' ([[Vallée (1980)|Vallée 1980]]: 'cochon').
  
 
La voyelle de la base peut ne montrer que partiellement les éléments articulatoires de la finale. Au singulier <font color=green>/m'''ã'''n'''a'''X/</font color=green> correspond le pluriel <font color=green>/m'''e'''n'''ɛ'''X/</font color=green>.
 
La voyelle de la base peut ne montrer que partiellement les éléments articulatoires de la finale. Au singulier <font color=green>/m'''ã'''n'''a'''X/</font color=green> correspond le pluriel <font color=green>/m'''e'''n'''ɛ'''X/</font color=green>.
Ligne 24 : Ligne 26 :
 
| (2) || Ni, ||Breur Arzhur, || a zo da vezañ || m'''e'''n'''e'''c’h ac’hanomp…
 
| (2) || Ni, ||Breur Arzhur, || a zo da vezañ || m'''e'''n'''e'''c’h ac’hanomp…
 
|-
 
|-
| ||[[pfi|nous]]|| Frère Arthur ||[[R]] [[COP|est]] [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> [[bezañ|être]] || moines [[a|P]].[[pronom incorporé|nous]]
+
| ||[[pfi|nous]]|| [[breur|Frère]] Arthur ||[[R]] [[COP|est]] [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> [[bezañ|être]] || moines [[a|P]].[[pronom incorporé|nous]]
 
|-
 
|-
 
| ||colspan="4" | 'Nous, Frère Arthur, sommes destinés à être moines.' || ''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:53)
 
| ||colspan="4" | 'Nous, Frère Arthur, sommes destinés à être moines.' || ''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:53)
Ligne 30 : Ligne 32 :
  
  
Cet effet peut être renforcé lorsque, comme dans ''troad'', ''treid'' 'pied(s)', les voyelles sont contigües.  
+
Cet effet peut être renforcé lorsque, comme dans ''[[troad]]'' / ''treid'' 'pied(s)', les voyelles sont contigües.  
  
  
Ligne 36 : Ligne 38 :
 
|(3)|| botou-ler ||kaer ||ouz e dr'''eid''' ||||''Léon (Plouzane)'', [[Briant-Cadiou (1998)|Briant-Cadiou (1998]]:21)
 
|(3)|| botou-ler ||kaer ||ouz e dr'''eid''' ||||''Léon (Plouzane)'', [[Briant-Cadiou (1998)|Briant-Cadiou (1998]]:21)
 
|-
 
|-
| || chaussure[[-où (PL.)|s]]-cuir ||[[kaer|beau]] ||[[ouzh|à]] [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> pieds
+
| || [[botez|chaussure]].[[-où (PL.)|s]]-cuir ||[[kaer|beau]] ||[[ouzh|à]] [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> [[troad|pieds]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | '(Il avait) de belles chaussures de cuir aux pieds.'  
 
|||colspan="4" | '(Il avait) de belles chaussures de cuir aux pieds.'  
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
=== variation dialectale dans la voyelle ===
 +
 +
Selon [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:69), dans les bases altérées au pluriel, "la voyelle est régulièrement ''e'' [...]; autour de Vannes cependant, elle peut être ''oe'' (fr.''eu''), ou ''i''."
  
  
Ligne 46 : Ligne 53 :
 
=== finales relevées avec un pluriel interne ===
 
=== finales relevées avec un pluriel interne ===
  
==== SG. ''-ar'', PL. ''-ent'' ====
+
==== finale inchangée ====
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
| (1) || ||singulier || pluriel interne || sources
 +
|-
 +
| ||'rocher' || [[karreg]]|| k'''e'''rreg|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-  
 +
| ||'jument' || [[kazeg]] || k'''e'''zeg|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-  
 +
| ||'apôtre' ||abostol || '''e'''b'''e'''st'''e'''l|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|}
 +
 
  
Le suffixe ''[[-ent]]'' (''kar'' > ''ker'''ent''''') semble toujours être associé à un pluriel interne avec modification de la voyelle de la racine.
+
==== SG. ''-A'', PL. ''-ent'', ''ini'' ====
 +
 
 +
Le suffixe ''[[-ent]]'' semble toujours être associé à un pluriel interne avec modification de la voyelle de la racine, qui contient l'élément A.
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
| (2) || ||singulier || pluriel interne || sources
 +
|-
 +
| || 'proche' || kar || k'''e'''r'''ent'''
 +
|-
 +
| ||'démon' || azrouant|| '''e'''zr'''e'''v'''ent'''|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-
 +
| ||'dent' || dant|| d'''ent'''|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-
 +
| ||'saint' ||sant || s'''ent'''|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
| (3) ||Tost deom || e hournije didrouz ||goel'''i'''n'''i''' skañv|| a-uz ||d'an dour.|||| ''Léon'', [[Seite & Stéphan (1957)|Seite & Stéphan (1957]]:123)
 +
|-
 +
||| [[tost|près]] [[da|de]].[[pronom incorporé|nous]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> [[gour-, gor-, gou-|sur]].[[nijal|volait]] [[di-|sans]]<sup>[[1]]</sup>.[[trouz|bruit]] ||goelands [[skañv|léger]] || [[a-us|au-dessus]] ||[[da|de]]<sup>[[1]]</sup>'[[art|le]] [[dour|eau]]
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'De légers goélands survolaient l'eau silencieusement.'
 +
|}
  
  
Ligne 57 : Ligne 99 :
 
|(4)|| un d'''añ'''v'''a'''d|| d'''eñ'''v'''e'''d
 
|(4)|| un d'''añ'''v'''a'''d|| d'''eñ'''v'''e'''d
 
|-
 
|-
| || [[art|un]] mouton ||moutons
+
| || [[art|un]] [[dañvad|mouton]] ||[[deñved|mouton]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'un mouton, des moutons' |||||| carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-111.jpg 111] de l'[[ALBB]]
 
|||colspan="4" | 'un mouton, des moutons' |||||| carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-111.jpg 111] de l'[[ALBB]]
Ligne 71 : Ligne 113 :
 
|(5)|| Krog|| e oar ||da dapout ||toulladou || br'''i'''z'''i'''l'''i'''.  
 
|(5)|| Krog|| e oar ||da dapout ||toulladou || br'''i'''z'''i'''l'''i'''.  
 
|-
 
|-
| || [[kregin|commencé]] ||[[R]] [[COP|était]].[[IMP]] ||[[da|de]]<sup>[[1]]</sup> [[tapout|prendre]]|| [[toullad|poignée]].[[-où (PL.)|s]] || maquereaux
+
| || [[kregin|commencé]] ||[[R]] [[COP|était]].[[IMP]] ||[[da|de]]<sup>[[1]]</sup> [[tapout|prendre]]|| [[toullad|poignée]].[[-où (PL.)|s]] || [[brezhell|maquereau]]x
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'On commence à prendre de petites quantités de maquereaux.'|||||| ''Trégorrois'', [[Gros (1996)|Gros (1996]]:111)
 
|||colspan="4" | 'On commence à prendre de petites quantités de maquereaux.'|||||| ''Trégorrois'', [[Gros (1996)|Gros (1996]]:111)
Ligne 77 : Ligne 119 :
  
  
Avec une finale en ''[[-ell]]'', le pluriel peut aussi être uniquement interne. [[Vallée (1980)|Vallée (1980]]: 'cochon') donne ''p'''o'''rc'h'''ell''''' 'petit cochon' avec un pluriel en ''p'''e'''rc'h'''ell'''''. Ce [[dérivé]] est compatible avec des [[doubles pluriels]] en ''[[-igoù]]'' comme dans ''p'''o'''rc'h'''ellig'''-gouéz'', ''p'''e'''rc'h'''elligoù'''-gouéz'' ([[Vallée (1980)|Vallée 1980]]: 'marcassin').
+
Avec une finale en ''[[-ell]]'', le pluriel peut aussi être uniquement interne. [[Vallée (1980)|Vallée (1980]]: 'cochon') donne ''p'''o'''rc'h'''ell''''' 'petit cochon' avec un pluriel en ''p'''e'''rc'h'''ell'''''. Ce [[dérivé]] est compatible avec des [[doubles pluriels]] en ''[[-igoù]]'' comme dans ''p'''o'''rc'h'''ellig'''-gouéz'', ''p'''e'''rc'h'''elligoù'''-gouéz'' ([[Vallée (1980)|Vallée 1980]]:'marcassin').
  
  
Ligne 97 : Ligne 139 :
 
| |||||| colspan="4" |''Léon'', [[Miossec (1978)|Miossec (1978]]:55), cité dans [[Urien (1989)|Urien (1989]]:211)
 
| |||||| colspan="4" |''Léon'', [[Miossec (1978)|Miossec (1978]]:55), cité dans [[Urien (1989)|Urien (1989]]:211)
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
==== SG. ''-orn'' > PL. ''-ern'' ====
 +
 +
[[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70) donne ''ask'''o'''rn'', '''''e'''sk'''e'''rn'' 'os'.
  
  
Ligne 112 : Ligne 159 :
 
En breton, la plupart des marques de pluriel sont [[suffixales]] et il n'existe qu'une liste close de pluriels internes (pour le trégorrois, voir [[Le Dû (2012)|Le Dû 2012]]:41).
 
En breton, la plupart des marques de pluriel sont [[suffixales]] et il n'existe qu'une liste close de pluriels internes (pour le trégorrois, voir [[Le Dû (2012)|Le Dû 2012]]:41).
  
 +
 +
=== optionalité ===
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
| (1) || ||singulier || pluriel interne || pluriel suffixal || sources
 +
|-
 +
| ||'marche'||derez || d'''i'''r'''i''' ||derez'''ioù'''
 +
|-
 +
| ||'escabeau' || skabell|| sk'''e'''bell || skabell'''ou'''|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-
 +
| ||'aile' || askell|| '''e'''skell, ask'''i'''ll'''i''' ||  || [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-
 +
| ||'râteau' || rastell|| r'''e'''stell, rast'''i'''ll'''i''' || rastell'''ou'''|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-
 +
| ||'gâteau' || [[gwastell]] || gw'''e'''stell, gwast'''i'''ll'''i''' || gwastell'''ou'''|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-
 +
| ||'rocher' || roc'hell|| r'''e'''c'hell || roc'hell'''ou'''|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-
 +
| ||'mante, manteau de deuil' || mantell-gañv|| m'''e'''ntell-gañv, m'''i'''nt'''i'''ll'''i'''-kañv || mantell'''où'''-gañv|| [[Vallée (1980)|Vallée (1980]]:'mante')
 +
|-
 +
| || || mantell|| m'''e'''ntell, m'''i'''nt'''i'''ll'''i''', m'''a'''nt'''i'''ll'''i''' || mantell'''ou'''|| [[Trépos (1982)|Trépos (1982]]:70)
 +
|-
 +
| || 'maquereau' || brezel || brez'''i'''l'''i''', br'''i'''z'''i'''l'''i'''|||| [[Vallée (1980)|Vallée (1980]]:'maquereau')
 +
|}
 +
 +
 +
== Bibliographie ==
 +
 +
* [[Trépos (1956)|Trépos, Pierre. 1956]]. ''Le pluriel breton'', Emgleo Breiz, Brest. [édition 1982:'''69-71'''].
  
  
 
[[Category:fiches|Categories]]
 
[[Category:fiches|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
[[Category:pluriels|Categories]]
+
[[Category:pluriels|*03|Categories]]

Version actuelle datée du 28 mai 2020 à 13:32

Ce qu'on appelle un pluriel interne est la forme plurielle d'un nom lorsque sa base alterne entre le singulier et le pluriel. Il y a en breton relativement peu de pluriels internes car la plupart des pluriels y sont dérivés par suffixation.


(1) Amañ emañ ar roer-bilhiji. < SG. roer-bilhed
ici est le donn.eur-billets
'Le distributeur de billets est là. Léon, Kervella (2009:59)


Phonologie

Phonologiquement, les pluriels internes montrent une contamination de la voyelle du suffixe final sur les voyelles du radical.


assimilation

La plupart du temps, la voyelle finale contaminante est celle du morphème pluriel, mais ce n'est pas toujours le cas en synchronie, comme dans porc'hell 'petit cochon', perc'hell (Vallée 1980: 'cochon').

La voyelle de la base peut ne montrer que partiellement les éléments articulatoires de la finale. Au singulier /mãnaX/ correspond le pluriel /menɛX/.


(2) Ni, Breur Arzhur, a zo da vezañ menec’h ac’hanomp…
nous Frère Arthur R est pour1 être moines P.nous
'Nous, Frère Arthur, sommes destinés à être moines.' Standard, Drezen (1990:53)


Cet effet peut être renforcé lorsque, comme dans troad / treid 'pied(s)', où les voyelles sont contigües.


(3) botou-ler kaer ouz e dreid Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:21)
chaussure.s-cuir beau à son1 pieds
'(Il avait) de belles chaussures de cuir aux pieds.'


variation dialectale dans la voyelle

Selon Trépos (1982:69), dans les bases altérées au pluriel, "la voyelle est régulièrement e [...]; autour de Vannes cependant, elle peut être oe (fr.eu), ou i."


Morphologie

finales relevées avec un pluriel interne

finale inchangée

(1) singulier pluriel interne sources
'rocher' karreg kerreg Trépos (1982:70)
'jument' kazeg kezeg Trépos (1982:70)
'apôtre' abostol ebestel Trépos (1982:70)


SG. -A, PL. -ent, ini

Le suffixe -ent semble toujours être associé à un pluriel interne avec modification de la voyelle de la racine, qui contient l'élément A.


(2) singulier pluriel interne sources
'proche' kar kerent
'démon' azrouant ezrevent Trépos (1982:70)
'dent' dant dent Trépos (1982:70)
'saint' sant sent Trépos (1982:70)


(3) Tost deom e hournije didrouz goelini skañv a-uz d'an dour. Léon, Seite & Stéphan (1957:123)
près de.nous R4 sur.volait sans1.bruit goelands léger au-dessus de1'le eau
'De légers goélands survolaient l'eau silencieusement.'


SG. -ad, PL. -ed

(4) un dvad dved
un mouton mouton
'un mouton, des moutons' carte 111 de l'ALBB


SG. -ell > PL. -illi

Quelques pluriels internes en -illi apparaissent dans les noms suffixés en -ell (kontilli, mantilli, kestilli, Kervella 1947:§834). Seule la voyelle finale du radical peut être touchée, comme dans brezel 'maquereau' au pluriel brezili, mais aussi toutes les voyelles comme dans son alternative brizilli (Vallée 1980: 'maquereau' donne les deux formes).


(5) Krog e oar da dapout toulladou brizili.
commencé R était.IMP de1 prendre poignée.s maquereaux
'On commence à prendre de petites quantités de maquereaux.' Trégorrois, Gros (1996:111)


Avec une finale en -ell, le pluriel peut aussi être uniquement interne. Vallée (1980: 'cochon') donne porc'hell 'petit cochon' avec un pluriel en perc'hell. Ce dérivé est compatible avec des doubles pluriels en -igoù comme dans porc'hellig-gouéz, perc'helligoù-gouéz (Vallée 1980:'marcassin').


SG. -estr > PL. -istr(i)

Le breton standard a mestr, mistri' 'maître(s)'. Le vannetais Herrieu (1974) utilise le pluriel ar vistr sans pluriel suffixal -i.


SG. -oc'h > PL. -eier

(6) Toud ar rehier a lavarfed ez int bet savet gwechall.
tout le pierres R dirait.IMP R sont été dressé autrefois
'Il a été dit que les pierres ont été dressées il y a longtemps.'
Léon, Miossec (1978:55), cité dans Urien (1989:211)


SG. -orn > PL. -ern

Trépos (1982:70) donne askorn, eskern 'os'.


variation dialectale

Il existe une variation dialectale pour certains pluriels internes.

La carte 533 de l'ALBB documente la variation dialectale pour la traduction de 'poulette > poulettes'. On y trouve les formes enez > inizi, enizi et enezi, ainsi que poles > polezi mais aussi polizi.

La carte 536 documente le pluriel du mot composé porzh-mor pour la traduction de 'port(s) de mer'. On trouve des pluriels en -où comme des pluriels internes.


productivité restreinte

En breton, la plupart des marques de pluriel sont suffixales et il n'existe qu'une liste close de pluriels internes (pour le trégorrois, voir Le Dû 2012:41).


optionalité

(1) singulier pluriel interne pluriel suffixal sources
'marche' derez diri derezioù
'escabeau' skabell skebell skabellou Trépos (1982:70)
'aile' askell eskell, askilli Trépos (1982:70)
'râteau' rastell restell, rastilli rastellou Trépos (1982:70)
'gâteau' gwastell gwestell, gwastilli gwastellou Trépos (1982:70)
'rocher' roc'hell rec'hell roc'hellou Trépos (1982:70)
'mante, manteau de deuil' mantell-gañv mentell-gañv, mintilli-kañv mantell-gañv Vallée (1980:'mante')
mantell mentell, mintilli, mantilli mantellou Trépos (1982:70)
'maquereau' brezel brezili, brizili Vallée (1980:'maquereau')


Bibliographie