Pelec'h : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 4 : Ligne 4 :
 
|  ||  [[ne]] [[gouzout|sais]] [[ket|pas]] ||[[da|à]] quel.lieu || [[art|le]] foudre || [[R]] [[COP|est]]  [[mont|allé]]   
 
|  ||  [[ne]] [[gouzout|sais]] [[ket|pas]] ||[[da|à]] quel.lieu || [[art|le]] foudre || [[R]] [[COP|est]]  [[mont|allé]]   
 
|-
 
|-
|  ||colspan="4" | 'Je ne sais où diable il est allé.'  
+
|  ||colspan="4" | 'Je ne sais où diable il est allé.' |||| ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:319)
|-
 
| |||| colspan="4" |''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:319)
 
 
|}
 
|}
  

Version du 21 janvier 2013 à 13:33

(1) N'ouzon ket da beleh ar foeltr ez eo bet eet.
ne sais pas à quel.lieu le foudre R est allé
'Je ne sais où diable il est allé.' Trégorrois, Gros (1984:319)


Morphologie

La variation dialectale de la réalisation morphologique de l'interrogatif de lieu est documentée dans la carte 014 de Le Dû (2001), par une traduction du français où?.

'Pelec'h bennak'

L'interrogatif pelec'h peut être suivi de bennak, 'quelconque' (Kervella 1995:§476).