Peban : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Morphologie)
Ligne 17 : Ligne 17 :
 
''Peban'' est opaque en synchronie, mais a été composé dans un état antérieur de la langue de l'interrogatif ''[[pe-]]'' suivi d'une racine en [[*]]''pan''.
 
''Peban'' est opaque en synchronie, mais a été composé dans un état antérieur de la langue de l'interrogatif ''[[pe-]]'' suivi d'une racine en [[*]]''pan''.
  
[[Matasovic (2009)]] propose une racine proto-celtique en [[*]]''k<sup>w</sup>anā'', 'd'où' [where from], ayant donné le vieil irlandais ''can'', le vieux et moyen gallois ''pan'', le moyen breton ''pe-ban''.
+
[[Matasovic (2009)]] propose une racine proto-celtique en [[*]]''k<sup>w</sup>anā'', 'd'où' [where from], ayant donné le vieil irlandais ''can'', le vieux et moyen gallois ''pan'', le [[moyen breton]] ''pe-ban''.
  
  

Version du 15 janvier 2017 à 19:26

En vannetais, l’interrogation de lieu distingue la provenance de la destination, en utilisant respectivement peban et emen.


(1) …hag a c’houlenn gete a beban int ha d’e men eh aont.
et R demande avec.eux de1sont et à R vont
'Et il leur demande d’où ils sont et où ils vont.' Vannetais, Herrieu (1994:235)


Morphologie

diachronie

Peban est opaque en synchronie, mais a été composé dans un état antérieur de la langue de l'interrogatif pe- suivi d'une racine en *pan.

Matasovic (2009) propose une racine proto-celtique en *kwanā, 'd'où' [where from], ayant donné le vieil irlandais can, le vieux et moyen gallois pan, le moyen breton pe-ban.


répartition dialectale

Hors vannetais, la provenance ne peut pas être exprimée par l'interrogatif de lieu, pelec'h (> eus pelec'h, deus pelec'h).