Différences entre les versions de « Patient »

De Arbres
m (Remplacement de texte — «  tout  » par «  tout  »)
 
(28 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 2 : Ligne 2 :




En (1), le patient, qui réfère à l'entité qui est affectée par l'action, est ''e fas''. Ce groupe est aussi le [[sujet]] de la phrase.
En (1), deux expressions, ''ar hi-ze'' et ''anezañ'', [[co-réfèrent]] à l'entité qui subit l'action dénotée par le [[prédicat]]. Il s'agit d'une [[construction du faux sujet]]. Seul ''ar hi-ze'' est le patient du prédicat, ''anezañ'' est le pronom [[résomptif]] avec lequel il [[co-réfère]]. Avec un verbe [[transitif]] comme 'tuer', le patient est l'[[objet]] du verbe.




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (1) ||Skaret tout 'oa '''e fas'''.
|(1)|| '''Ar hi-ze''' || a || oa || bet || ranket || lazañ || anezañ.
|-
|-
| || ridé [[tout]] [[COP|était]] [[POSS|son]] face
||| [[art|le]] [[ki|chien]]-[[DEM|ci]] || [[R]] || [[COP|était]] || [[bet|été]] || [[rankout|d]].[[-et (Adj.)|û]] || [[lazhañ|tuer]] || [[a|P]].[[pronom incorporé|lui]]
|-
|-
|||colspan="4" | 'Il avait le visage tout creusé, ridé.' ||||||''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:29)
|||colspan="15" | 'Ce chien-là, il avait fallu le tuer.'
|-
|||||||||||||||colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:320)
|}
 
 
Le rôle de patient est associé à l'[[argument interne]] d'un verbe.
: > Le patient d'un verbe [[transitif]] est son [[objet]].
: > Le patient d'un verbe [[inaccusatif]] est son sujet.
: > Il n'y a pas de patient dans la [[structure thématique]] d'un verbe [[inergatif]], qui n'a qu'un [[argument externe]].
 
 
En (2), le patient, qui réfère à l'entité qui est affectée par l'action, est ''e fas''. Ce groupe est aussi le [[sujet]] de la phrase.
 
 
{| class="prettytable"
|(2)|| Skaret || tout || ' || oa || '''e''' || '''fas'''.
|-
||| [[skarañ|rid]].[[-et (Adj.)|é]] || [[tout|tout]] || [[R]] || [[COP|était]] || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> || [[fas|face]]
|-
|||colspan="15" | 'Il avait le visage tout creusé, ridé.'
|-
|||||||||||colspan="15" | ''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:29)
|}
|}
En (3), le patient, qui réfère à l'entité qui est affectée par l'action, est ''tezennou fentuz''. Le verbe ''[[dont]]'', 'venir' est un verbe [[inaccusatif]]. En tant que tel, son unique [[argument]], son sujet, est toujours le patient.
{| class="prettytable"
|(3)|| Hennez || a deu || '''tezennou''' || '''fentuz''' || gantañ.
|-
||| [[DEM|celui.là]] || [[R]] [[dont|vient]] || [[tezenn|thèse]].[[-où (PL.)|s]] || [[fentus|drôle]] || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|lui]] 
|-
|||colspan="15" | 'Celui-là raconte des histoires comiques.'
|-
|||||||||||colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:366) 
|}
== Horizons comparatifs ==
La notion de patient se retrouve dans toutes les langues.




Ligne 17 : Ligne 58 :
: '''La côte Nord''' a été frappée en premier.
: '''La côte Nord''' a été frappée en premier.
: Il massacre '''les airs les plus jolis'''.
: Il massacre '''les airs les plus jolis'''.
== Terminologie ==
Le terme breton ''gouzañver'' correspond à 'patient'.




[[Category:fiches|Categories]]
[[Category:fiches|Categories]]

Version actuelle datée du 18 juillet 2022 à 20:16

Le thème, ou le patient, est le rôle thématique d'un argument dont le référent subit l'action dénotée par le prédicat.


En (1), deux expressions, ar hi-ze et anezañ, co-réfèrent à l'entité qui subit l'action dénotée par le prédicat. Il s'agit d'une construction du faux sujet. Seul ar hi-ze est le patient du prédicat, anezañ est le pronom résomptif avec lequel il co-réfère. Avec un verbe transitif comme 'tuer', le patient est l'objet du verbe.


(1) Ar hi-ze a oa bet ranket lazañ anezañ.
le chien-ci R était été d.û tuer P.lui
'Ce chien-là, il avait fallu le tuer.'
Trégorrois, Gros (1984:320)


Le rôle de patient est associé à l'argument interne d'un verbe.

> Le patient d'un verbe transitif est son objet.
> Le patient d'un verbe inaccusatif est son sujet.
> Il n'y a pas de patient dans la structure thématique d'un verbe inergatif, qui n'a qu'un argument externe.


En (2), le patient, qui réfère à l'entité qui est affectée par l'action, est e fas. Ce groupe est aussi le sujet de la phrase.


(2) Skaret tout ' oa e fas.
rid.é tout R était son1 face
'Il avait le visage tout creusé, ridé.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:29)


En (3), le patient, qui réfère à l'entité qui est affectée par l'action, est tezennou fentuz. Le verbe dont, 'venir' est un verbe inaccusatif. En tant que tel, son unique argument, son sujet, est toujours le patient.


(3) Hennez a deu tezennou fentuz gantañ.
celui.là R vient thèse.s drôle avec.lui
'Celui-là raconte des histoires comiques.'
Trégorrois, Gros (1984:366)


Horizons comparatifs

La notion de patient se retrouve dans toutes les langues.


(2) Ma sœur, elle bat le beurre.

La côte Nord a été frappée en premier.
Il massacre les airs les plus jolis.


Terminologie

Le terme breton gouzañver correspond à 'patient'.