Différences entre les versions de « Pasaat »

De Arbres
(Page créée avec « Le verbe ''pasaat'' signifie 'tousser'. C'est un verbe intransitif inergatif. == Diachronie == De son origine idéophonique en plosive d'arrière, les lang... »)
 
(6 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le verbe ''pasaat'' signifie 'tousser'. C'est un verbe [[intransitif]] [[inergatif]].
Le [[verbe]] ''pasaat'' signifie 'tousser'.  


{| class="prettytable"
|(1)|| Pa || vijen|| à || '''passaad''' || da || vad...
|-
||| [[pa|quand]]<sup>[[1]]</sup> || [[COP|étais]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> || tousser || [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> || [[mat|bon]]
|-
|||colspan="10" | 'Lorsque je toussais pour de bon...'
|-
|||||||colspan="10" |''Cornouaillais (Plouye)'', [[Lozac'h (2014)|Lozac'h (2014]]:'passaad')
|}
== Syntaxe ==
=== structure argumentale ===
C'est un verbe [[intransitif]] [[inergatif]].
=== répartition dialectale et concurrence lexicale ===
[[Favereau (1993)]] donne les sens proches ''peudal'' 'tousser d'une toux sèche', ''peukal'' 'tousser d'une grosse toux', ''peusat'' 'tousser d'une toux persistante', ''poulzañ'', ''poursal'', ''poursellat'' 'tousser d'une toux chronique, poussive'.
[[Lozac'h (2014)]] récolte deux formes en cornouaillais intérieur, ''passad'' et ''peukad''.
[[Troude (1886)]] a ''ar peud'' 'la toux, maladie des brebis' et ''ar pous'' 'la toux, maladie des chevaux'.
{| class="prettytable"
|(2)|| Ema ||ar peud || gant-hi.
|-
||| [[emañ|se.trouve]]||[[art|le]] toux || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|elle]]
|-
|||colspan="10" | '(Cette brebis) elle a la toux.'
|-
|||||||||colspan="10" |''Breton fin XIX°'', [[Troude (1886)]]
|}




== Diachronie ==
== Diachronie ==


De son origine [[idéophonique]] en plosive d'arrière, les langues brittoniques n'ont conservé que le trait plosif avec une plosive d'avant /p/, comme dans le breton ''pasaat'' 'tousser'.
De son origine [[idéophonique]] en consonne plosive d'arrière, les langues brittoniques n'ont conservé que le trait plosif avec une plosive d'avant /p/, comme dans le breton ''pasaat'' 'tousser'.
   
   
   [[Matasović (2009)]]:
   [[Matasović (2009)]]:
Ligne 18 : Ligne 55 :
   REF: [[LEIA]] C-215, [[GPC]] III: 2696f., [[DGVB]] 281, [[Hamp (1980)|Hamp 1980]].
   REF: [[LEIA]] C-215, [[GPC]] III: 2696f., [[DGVB]] 281, [[Hamp (1980)|Hamp 1980]].


== Sémantique ==
[[Favereau (1993)]] donne les sens proches ''peudal'' 'tousser d'une toux sèche', ''peukal'' 'tousser d'une grosse toux', ''peusat'' 'tousser d'une toux persistante', ''poulzañ'', ''poursal'', ''poursellat'' 'tousser d'une toux chronique, poussive'.





Version du 31 août 2021 à 09:55

Le verbe pasaat signifie 'tousser'.


(1) Pa vijen à passaad da vad...
quand1 étais à4 tousser pour1 bon
'Lorsque je toussais pour de bon...'
Cornouaillais (Plouye), Lozac'h (2014:'passaad')


Syntaxe

structure argumentale

C'est un verbe intransitif inergatif.


répartition dialectale et concurrence lexicale

Favereau (1993) donne les sens proches peudal 'tousser d'une toux sèche', peukal 'tousser d'une grosse toux', peusat 'tousser d'une toux persistante', poulzañ, poursal, poursellat 'tousser d'une toux chronique, poussive'.

Lozac'h (2014) récolte deux formes en cornouaillais intérieur, passad et peukad.

Troude (1886) a ar peud 'la toux, maladie des brebis' et ar pous 'la toux, maladie des chevaux'.


(2) Ema ar peud gant-hi.
se.trouve le toux avec.elle
'(Cette brebis) elle a la toux.'
Breton fin XIX°, Troude (1886)


Diachronie

De son origine idéophonique en consonne plosive d'arrière, les langues brittoniques n'ont conservé que le trait plosif avec une plosive d'avant /p/, comme dans le breton pasaat 'tousser'.

 Matasović (2009):
 PCelt: * kwaso- 'cough' [Noun]
 GOlD: MIr. casachtach [ā f] (DIL cosachtach) 'the act of coughing'
 W: W pas [m] 'whooping cough'
 BRET: OBret. pas glosed catarrus, MBret. pas, paz
 CO: Co. pas, MoCo. paz
 PIE: * kweh2s-t- 'cough' (IEW: 649)
 COGN: Skt. kā's- 'cough', OHG huosto, Lith. kósti, Russ. kášelj
 ETYM: The Celtic forms are from the zero-grade *kwh2st- of this originally onomatopoetic root. The laryngeal is assured by the acute in Lithuanian and Slavic.
 REF: LEIA C-215, GPC III: 2696f., DGVB 281, Hamp 1980.