Parskan, parsker : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Syntaxe)
(répartition dialectale)
 
(3 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le [[complémenteur]] ''parskan'' marque la [[causalité]].
+
Le [[complémenteur]] ''parskan'', ou ''parsker'', marque la [[causalité]]. C'est un [[emprunt]] transparent au français ''parce que''.
  
  
Ligne 41 : Ligne 41 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(3)||O ! Ya || '''parce que''' ||e veze ket ||a varhadourez || bemdez er vro.
+
|(3)||O ! Ya || '''parce que''' ||e veze ket ||a varhadourez || bemdez || er || vro.
 
|-
 
|-
||| [[interjection|oh]] [[Ya|oui]] || parce que || [[R]]<sup>[[4]]</sup> [[vez|était]] [[ket|pas]] ||[[a|de]]<sup>[[1]]</sup> ravitaill.[[-ourezh|ement]] ||  [[bemdez|chaque.jour]] [[P.e|dans]].[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[bro|pays]]  
+
||| [[interjection|oh]] [[Ya|oui]] || parce que || [[R]]<sup>[[4]]</sup> [[vez|était]] [[ket|pas]] || [[a|de]]<sup>[[1]]</sup> [[marc'had|ravitaill]].[[-ourezh|ement]] ||  [[bemdez|chaque.jour]] || [[P.e|en]].[[art|le]] || <sup>[[1]]</sup>[[bro|pays]]  
 
|-
 
|-
 
||| colspan="10" | 'Oh oui parce qu'il n'y avait pas de ravitaillement tous les jours.'  
 
||| colspan="10" | 'Oh oui parce qu'il n'y avait pas de ravitaillement tous les jours.'  
Ligne 64 : Ligne 64 :
 
En Léon, la forme est inconnue à Plougerneau ([[M-L. B. (02/2016)|M-L. B. 02/2016]]) comme à Lesneven ([[A.M. (02/2016)|A.M. 02/2016]]). A Scaër/Bannalec, elle n'est pas non plus reconnue ([[H. Gaudart (04/2016b)|H. Gaudart 04/2016b]]).
 
En Léon, la forme est inconnue à Plougerneau ([[M-L. B. (02/2016)|M-L. B. 02/2016]]) comme à Lesneven ([[A.M. (02/2016)|A.M. 02/2016]]). A Scaër/Bannalec, elle n'est pas non plus reconnue ([[H. Gaudart (04/2016b)|H. Gaudart 04/2016b]]).
  
 +
== Syntaxe ==
  
== Syntaxe ==
+
=== ordre des mots ===
  
 
Le [[complémenteur]] ''parskan'' peut précéder une [[enchâssée]] d'ordre à [[verbe second]].
 
Le [[complémenteur]] ''parskan'' peut précéder une [[enchâssée]] d'ordre à [[verbe second]].

Version actuelle datée du 11 juillet 2021 à 23:24

Le complémenteur parskan, ou parsker, marque la causalité. C'est un emprunt transparent au français parce que.


(1) /nija də-va:laj, parskan ka:r-o Xiri:w /
Ni 'ya da vale, parskan kaer eo hiriv.
nous.va pour1 marcher parce.que beau est aujourd'hui
'Nous allons nous promener parce qu'il fait beau aujourd'hui.'
Groix, Ternes (1970:322)


Morphologie

variation dialectale

A Riantec près de Lorient, Benoît Allaire (2018) collecte une forme en paskèr.


(2)... paskèr, ken séh ma'd e en traù...
parske, ken sec'h ma'z eo an traoù... Glose en standardisé
parce.que tant sec que +C est le choses...
'... parce que, les choses sont tellement sèches...'
Vannetais (Riantec), RJ., collecté par B. Allaire, dico parlants 2018


répartition dialectale

La forme parskan est rapportée à Groix. A Ouessant ou à Guérande, on trouve un complémenteur de cause grammaticalisé à partir du même emprunt au français parce que.


(3) O ! Ya parce que e veze ket a varhadourez bemdez er vro.
oh oui parce que R4 était pas de1 ravitaill.ement chaque.jour en.le 1pays
'Oh oui parce qu'il n'y avait pas de ravitaillement tous les jours.'
Ouessant, Gouedig (1982)


(4) Noñ ez ched afer a heñveñ 'n arbréo pasque n'oñ 'z chet. Guérandais, Mathelier (2017:30)
N'hon eus ket afer a envel ar gwezennoù peogwir n'hon eus ket. Equivalent KLT
ne1'1PL a pas affaire à1 nomm.er le arbres.SG.PL puisque ne1'1PL a pas
'Nous n'avons pas besoin de nommer les arbres puisque nous n'(en) avons pas.'


En Léon, la forme est inconnue à Plougerneau (M-L. B. 02/2016) comme à Lesneven (A.M. 02/2016). A Scaër/Bannalec, elle n'est pas non plus reconnue (H. Gaudart 04/2016b).

Syntaxe

ordre des mots

Le complémenteur parskan peut précéder une enchâssée d'ordre à verbe second.


(5) /parskan bud əwaj e-rgaer bijənoX ẃidon.../
parskan bout e oa er gêr bihanoc'h evidon...
parce.que expl R.y.avait dans.le 1foyer petit.plus que.moi
'Parce qu'à la maison il y a avait des plus petits que moi...'
Groix, Ternes (1970:248)