Nl. : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
* Guegen, Tanguy. 1650. ''Nouelou ancien ha devot, an oll amantet, corriget, hac augmentet, à vn nobr re neuez quen Brezonec, he Gallec'', Qvempercavrentin: George Allienne.  
 
* Guegen, Tanguy. 1650. ''Nouelou ancien ha devot, an oll amantet, corriget, hac augmentet, à vn nobr re neuez quen Brezonec, he Gallec'', Qvempercavrentin: George Allienne.  
  
: selon [[Widmer (2012)|Widemer (2012]]:38), qui utilise la fréquence des occurrences du [[R|rannig]] ''a'' devant la [[copule]] ''[[zo|so]]'' comme marqueur temporel, le manuscrit original qui n'a que 12% d'utilisation de la tournure ''a so'' serait d'un siècle antérieur (milieu XVI°).  
+
: selon [[Widmer (2012)|Widmer (2012]]:38), qui utilise la fréquence des occurrences du [[R|rannig]] ''a'' devant la [[copule]] ''[[zo|so]]'' comme marqueur temporel, le manuscrit original qui n'a que 12% d'utilisation de la tournure ''a so'' serait d'un siècle antérieur (milieu XVI°).  
  
 
: édition de Tanguy Guegen de 1650.
 
: édition de Tanguy Guegen de 1650.

Version du 26 mars 2013 à 13:05

  • Guegen, Tanguy. 1650. Nouelou ancien ha devot, an oll amantet, corriget, hac augmentet, à vn nobr re neuez quen Brezonec, he Gallec, Qvempercavrentin: George Allienne.
selon Widmer (2012:38), qui utilise la fréquence des occurrences du rannig a devant la copule so comme marqueur temporel, le manuscrit original qui n'a que 12% d'utilisation de la tournure a so serait d'un siècle antérieur (milieu XVI°).
édition de Tanguy Guegen de 1650.
Cette édition, selon sa page de titre, est partiellement basée sur une édition plus ancienne qui a été corrigée et augmentée.
édité avec traduction française par H. de la Villemarqué (éd.) dans
Revue Celtique X:288, XI:46, XII:20, XIII:126, 334.
l'édition reproduite par de la Villemarqué est due à Tanguy Guégen, qui a manifestement laissé
le texte ancien presque intact; la langue semble être de la fin du XV° ou du commencement du XVI°.
traduit en français en 1984 par Goulven Pennaod



voir la liste complète des corpus anciens et gloses