Négation explétive

De Arbres
(Redirigé depuis Négations explétives)

Il existe à travers les langues des contextes où un élément négatif explétif est possible, voire syntaxiquement obligatoire, sans que cela n'affecte l'interprétation (cf. ...sans que cela Ø affecte l'interprétation).


(1) Kaoziou nemet kaoziou na n'int.
paroles seulement paroles ne1 ne1 sont
'Les paroles ne sont jamais que des paroles.'
Trégorrois, Gros (1989:'kaoz')


La négation est alors dite explétive puisqu'elle n'a pas d'impact sur l'interface sémantique. Il existe plusieurs contextes en breton où la morphologie de la négation phrasale ne, n ', ne… ket est explétive.


Syntaxe

La langue bretonne obéit au système de la concordance négative, ce qui implique toute marque de négation peut être absente du calcul sémantique dès qu'une autre marque de négation est réalisée dans la phrase. Les cas de négation explétive doivent donc être observés en dehors de ces contextes de concordance négative, dans les contextes où aucune autre marque de négation n'est réalisée.

contextes d'apparition

sujet en ebet

(2) Martolod ebet n 'hall ober se !
marin aucun ne1 pourrait faire cela
'Jamais un marin ne ferait cela !'
Standard, An Here (1993:40)


comparatives

Ne est explétif dans certaines structures comparatives.


(3) Met al labour n'eo eno heñvel ouzh netra.
mais le travail ne est y pareil à NEG.chose
'Mais là, le travail (ne) ressemble à rien.'
Standard, Ar Barzhig (1976:32)


(4) Goest omp d'ober muioc'h a vad eget ne zonjomp.
capable sommes de faire plus de1 bien que ne1 pensons
'Nous sommes capables de faire plus de bien que nous (ne) le pensons.'
Buhez ar Zent, p.236


pegen … ne oa ket !, exclamatives

La négation bipartite bretonne ne… ket est aussi entièrement explétive dans les exclamatives comme en (5).


(5) Pegen glac'haret, evel ouzout, na oa ket mamm hennezh !
combien chagrin comme sais ne1 était pas mère celui.ci
'Quelle n'était (pas) l'affliction de sa mère !'
Trégorrois, Gros (1984:95)


La négation bipartite ne… pas n'est pas non plus calculée en français dans les exclamatives telles que "quelle ne fut pas sa joie !" (Stendahl, La chartreuse de Parme p.302).


Il est rare à travers les langues d'avoir deux éléments de la négation qui aient une version explétive. Hors les cas des exclamatives, où ket apparaît avec ne, il n'y a pas de cas de phrases avec ket qui n'aient pas de sens négatif.


ken na… , 'jusqu'à ce que'

Press (1986:209) signale que dans ken na 'jusqu'à ce que', la négation n'est pas calculée sémantiquement.


(6) N'oa ket droed da douch ken na vehe-heñv marv.
Ne1 avait pas droit de1 toucher jusqu.à que serait-lui mort
'Il n'avait pas le droit de toucher avant qu'il ne meure.'
Vannetais (Le Scorff), Ar Borgn (2011:71)


gant aon na

Press (1986:209) signale que dans gant aon na, /avec peur ne/, 'de peur que', la négation n'est pas calculée. Une autre hypothèse serait qu'elle est annulée par une négation interne à la sémantique de aon 'peur'.


na vezañ nemet, 'n'être que', 'être seulement'

(7) An dour na vo nemet tommoc'h a ze.
le eau ne.R sera seulement chaud.plus de1 ça
'L'eau n'en sera que plus chaude'
Trégorrois (Tréguier), Le Clerc (1986:130)


Sémantique

quand une négation explétive est calculée ailleurs

La règle des réponses aux questions négatives, qui vaut pour les réactions aux assertions, impose qu'une réponse d'assentiment à une phrase négative soit nann.

Étonnamment, cette règle s'applique aussi lorsque cette négation est explétive. La négation ne … ket n'est donc pas calculée sémantiquement dans la première phrase, mais déclenche tout de même la réponse/réaction propre aux phrases négatives.


(2) A: - [ nøs mɛd y:n ken] B: - [a nãn ]
- N'eus ket nemet unan ken. - Ah nann.
ne est pas seulement un plus ah non
'A: Il n'y en a plus qu'un' / B: 'Ah oui.'
Trégorrois (Bégard), Yekel (2016:'Respont d'ur goulenn nac'h')


Horizons comparatifs

Les contextes de négation explétive en français sont comparables :

- les subordonnées introduites par avant (Elle m'a appelée avant qu'elle ne parte.)
- les compléments de verbes comme craindre, ou de noms comme peur (Je crains/J'ai peur qu'il ne soit en retard.)
- certains types de comparatives (Il a mangé plus que je ne le pensais.)