Mots composés : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
([V-arguments]N = Agent)
 
(23 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 90 : Ligne 90 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)||fornioù ||'''pri-livet''' ||||''Standard'', [[Drezen (1932)|Drezen (1932]]:13)
+
|(2)|| fornioù || '''pri-livet'''  
 
|-
 
|-
| || fours ||terre-[[livañ|peint]]
+
||| [[forn|four]].[[-ioù (PL.)|s]] || [[pri|terre]]-[[livañ|peint]]
 
|-
 
|-
|||colspan="10" |'fours de faiencerie(s)'  
+
|||colspan="10" |'fours de faïencerie(s)'  
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |''Standard'', [[Drezen (1932)|Drezen (1932]]:13)
 
|}
 
|}
  
Ligne 360 : Ligne 362 :
  
  
[[Le Roux (1915)|Le Roux (1915]]:71) considère grammaticaux mais maladroits les adjectifs dérivés en ''[[-el (Adj.)|-el]]'' en concurrence avec un [[mot composé]]. Il recommande ''kregin-ster'' 'des coquilles fluviales', en contraste avec #''kregin-steriel'', et ''ar c'henwerz-mor'' 'le commerce maritime' en contraste avec #''ar c'hemwerz morel''.
+
[[Le Roux (1915)|Le Roux (1915]]:71) considère grammaticaux mais maladroits les adjectifs dérivés en ''[[-el (Adj.)|-el]]'' en concurrence avec un [[mot composé]]. Il recommande ''kregin-ster'' 'des coquilles fluviales', en contraste avec #''kregin-steriel'', et ''ar [[kenwerzh|c'henwerz]]-[[mor]]'' 'le commerce maritime' en contraste avec #''ar c'henwerz morel''.
  
  
Ligne 536 : Ligne 538 :
 
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:390) donne ''bag-pesketa'' 'bateau de pêche', ''stank-kannañ'' 'étang, lavoir'. Le premier nom est la tête, le verbe infinitif exprime l'usage, le but.
 
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:390) donne ''bag-pesketa'' 'bateau de pêche', ''stank-kannañ'' 'étang, lavoir'. Le premier nom est la tête, le verbe infinitif exprime l'usage, le but.
  
Parfois, par accident, ce nom [[tête]] peut être le [[patient]] du verbe infinitif [[transitif]], comme dans les composés ''bara-prenañ'' /pain-acheter/, 'pain acheté à la boulangerie' ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:389) ou ''bara-poazhat'' /[[bara|pain]]-[[poazhañ|cuire]]/, 'pain de ménage' (''Trégorrois de Perros-Guirrec'', [[Konan (2017)|Konan 2017]]:'bara')
+
Parfois, par accident, ce nom [[tête]] peut être le [[patient]] du verbe infinitif [[transitif]], comme dans les composés ''bara-prenañ'' /[[bara|pain]]-[[prenañ|acheter]]/, 'pain acheté à la boulangerie' ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:389) ou ''bara-poazhat'' /[[bara|pain]]-[[poazhañ|cuire]]/, 'pain de ménage' (''Trégorrois de Perros-Guirrec'', [[Konan (2017)|Konan 2017]]:'bara')
  
Le cas de ''skiant-prenañ'', ''skiant-prenet'', 'litt. science achetée, expérience' ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:389) est plus difficile.
+
Le cas de ''[[skiant]]-[[prenañ]]'', ''[[skiant]]-prenet'', 'litt. science achetée, expérience' ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:389) est plus difficile.
  
  
Ligne 552 : Ligne 554 :
 
L'adjectif composé ''mall-e-goll'' 'importun, indésirable' ([[Vallée (1931)|Vallée 1931]]) a la même structure.
 
L'adjectif composé ''mall-e-goll'' 'importun, indésirable' ([[Vallée (1931)|Vallée 1931]]) a la même structure.
  
=== le cas des noms déverbaux ===
 
  
Les noms en composés qui sont eux-mêmes dérivés de verbes sont aussi modifiables.
+
== Le cas des noms déverbaux ==
 +
 
 +
Les noms en composés dont la tête est un verbe semblent pouvoir avoir une structure assez riche à l'intérieur du nom composé.  
  
  
==== [Agent-V-patient]<sup>N</sup> = Agent ====
+
=== [Agent-V-patient]<sup>N</sup> = Agent du V ===
  
 
Une structure verbale du verbe transitif peut nominaliser en bloc, et référer à l'[[agent]] de ce [[verbe]].  
 
Une structure verbale du verbe transitif peut nominaliser en bloc, et référer à l'[[agent]] de ce [[verbe]].  
Ligne 563 : Ligne 566 :
 
* ''genou-pak-kelien'', <font color=green>[genupa'ke:ljɛn]</font color=green>, '(fam.) gobe-mouche, niais qui reste toujours la bouche ouverte', [[Cornillet (2020)]]
 
* ''genou-pak-kelien'', <font color=green>[genupa'ke:ljɛn]</font color=green>, '(fam.) gobe-mouche, niais qui reste toujours la bouche ouverte', [[Cornillet (2020)]]
  
* ''ur gra-pep-tra'' 'un homme à tout faire' [[Menard (2016)]]]
 
  
(1) ''ur paotr yaouank anvet Weathers a laboure en Tivoli evel c'hoarier ouesk hag « arzour » gra pep tra''
+
Dans la plupart des cas, le sujet [[agent]] du verbe transitif est absent du composé (''dizeh-[[tud]]'' 'dessèche-gens, épuisant', [[Gros (1984)|Gros 1984]]:390).
: 'un jeune homme nommé Weathers, qui faisait le chanteur, le diseur, l'acrobate et un peu de tout au Tivoli'  
+
 
::: ''Al Liamm'' 1951, n°25, traduction de ''Gens de Dublin'' de Joyce par Per Denez.
+
 
 +
==== agent absent du nom composé ====
 +
 
 +
Lorsque le sujet agent est absent, on voit un élément verbal [[transitif]] précéder un nom [[tête]] qui est sémantiquement son [[patient]]. Ce nom composé réfère à l'[[agent]] du [[verbe]] transitif. Le verbe n'est pas à l'[[infinitif]] (comparer ''torr(-)'' avec ''[[terriñ]]'' 'casser'). L'objet [[patient]] est un nom tête (''[[*]] un torr-ar-penn'').  
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(1)||un || torr-penn, || un || den || torr-penn
 +
|-
 +
||| [[art|un]] || [[terriñ|casse]]-[[penn|tête]] || [[art|un]] || [[den|homme]] || [[terriñ|casse]]-[[penn|tête]]
 +
|-
 +
|||colspan="10" |''un importun, un emmerdeur'
 +
|}
  
==== [V-arguments]<sup>N</sup> = Agent du V ====
 
  
Dans un nom composé, un élément verbal [[transitif]] peut précéder un nom [[tête]] qui est sémantiquement son [[patient]]. Ce nom composé réfère à l'[[agent]] du [[verbe]] transitif. Le verbe n'est pas à l'[[infinitif]].
+
L'[[agent]] du verbe et référent du nom composé est souvent un [[animé]], mais peut aussi être un objet utilitaire comme un 'parapluie'.  
  
  
* ''un torr-penn'', sur le verbe ''[[terriñ]]'' 'casser'
+
{| class="prettytable"
: [[art|un]] [[terriñ|casse]]-[[penn|tête]]
+
|(2)||Degas't || ho ||'''harz-glav''' ||ganeoc'h ||betegoût ma || teuio ||ar barrad.
: 'un importun, un emmerdeur'
+
|-
 +
||| [[degas|apportez]] ||[[POSS|votre]]<sup>[[3]]</sup> || [[herzel|stoppe]]-[[glav|pluie]] ||[[gant|avec]].[[pronom incorporé|vous]] || [[betegout|au.cas.où]] [[ma|que]] ||[[dont|viendra]] ||[[art|le]] [[barr|avers]].[[-ad|ée]]
 +
|-
 +
|||colspan="10" | 'Prenez votre parapluie, au cas où il viendrait une averse.'
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" | ''Cornouaillais de l'est maritime (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:29)
 +
|}
  
  
Dans la plupart des cas on ne pourrait pas distinguer entre une racine verbale et un verbe fléchi, mais en (1), la forme ''ra'' et non ''gra'' suggère un [[rannig]], ce qui à son tour suggère que le verbe est fléchi à la seconde personne.
+
Avec la plupart des verbes on ne peut pas distinguer entre une racine verbale et un verbe fléchi, mais dans ''ur ra-netra'' 'un fainéant' ([[Menard & Cornillet (2020)|Menard & Cornillet 2020]]), la forme ''ra'' et non ''gra'' du verbe suggère un [[rannig]], ce qui à son tour suggère que le verbe est fléchi à la seconde personne. Dans ce cas de figure, ''(a) ra netra'' pourrait être une [[relative]], comme dans ''an doktor a-oar-pep-tra'' 'le docteur je sais tout', titre de recueil de Divi Kervella.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(1)||Hag || an div  || '''"ra-netra"''' || en em zigollas || en ur brenañ || pep || a dok || divalav.
+
|(3)||Hag || an div  || '''"ra-netra"''' || en em zigollas || en ur || brenañ || pep || a dok || divalav.
 
|-  
 
|-  
||| [[&|et]] -| [[art|le]] [[numéraux cardinaux|deux]]<sup>F</sup>  || [[ober|fait]]-[[netra|rien]] || [[en em|se]]<sup>[[1]]</sup> consola || [[en ur|en]]<sup>[[1]]</sup> [[prenañ|acheter]] || [[pep|chaque]] || [[a|de]]<sup>[[1]]</sup> [[tok|chapeau]] || [[divalav|laid]]
+
||| [[&|et]] || [[art|le]] [[numéraux cardinaux|deux]]<sup>[[1]]</sup>  || [[ober|fait]]-[[netra|rien]] || [[en em|se]]<sup>[[1]]</sup> consola || [[en ur|en]]<sup>[[1]]</sup> || [[prenañ|acheter]] || [[pep|chaque]] || [[a|de]]<sup>[[1]]</sup> [[tok|chapeau]] || [[divalav|laid]]
 
|-  
 
|-  
 
|||colspan="10" |'Et les deux bonnes-à-rien se consolèrent en achetant chacune un chapeau hideux.'  
 
|||colspan="10" |'Et les deux bonnes-à-rien se consolèrent en achetant chacune un chapeau hideux.'  
Ligne 593 : Ligne 612 :
  
  
En contraste, le composé ''gra-netra'' 'farniente' ([[Menard & Cornillet (2020)|[[Menard & Cornillet 2020]]), littéralement ''fare niente'' /faire rien/, montre la racine verbale /gra/ du verbe ''[[ober]]'' 'faire', celle que l'on retrouve à l'impératif ''Gra!'' 'Fais-le!' ou comme base du participe ''graet'' 'fait'. Le nom composé ''gra-netra'' 'farniente' ne réfère pas à l'[[agent]] de l'action verbale, et n'utilise pas de verbe fléchi.  
+
En contraste avec ''ur ra-netra, un den ra-netra'', le composé ''gra-netra'' à /g/ initial, montre la racine verbale /gra/ du verbe ''[[ober]]'' 'faire', celle que l'on retrouve à l'impératif ''Gra!'' 'Fais-le!' ou comme base du participe ''graet'' 'fait'.  Ce nom composé ''gra-netra'' a deux lectures. Il a la lecture où le nom réalise l'agent du verbe qu'il contient dans ''Lampon fall, gra-netra !'' ([[Keravel (1947)|Keravel 1947]]), mais il réalise aussi une structure plus simple avec ''gra-netra'' 'farniente' ([[Menard & Cornillet (2020)|Menard & Cornillet 2020]]), littéralement ''fare niente'' /faire rien/ '(action de ne) faire rien'. Le nom composé ''gra-netra'' 'farniente' ne réfère pas à l'[[agent]] de l'action verbale.
 +
 
 +
 
 +
La lecture où le nom réalise l'agent du verbe qu'il contient  peut aussi être obtenue avec ''ur gra-pep-tra'', ''un den gra-pep-tra''.
 +
 
  
 +
(4) ''ur '''gra-pep-tra''''', un den '''gra pep-tra'''''
 +
: 'un homme à tout faire', [[Menard (2016)]], [[Menard & Cornillet (2020)]]
 +
 +
(5) ''ur paotr yaouank anvet Weathers a laboure en Tivoli evel c'hoarier ouesk hag « arzour » '''gra pep tra'''''
 +
: 'un jeune homme nommé Weathers, qui faisait le chanteur, le diseur, l'acrobate et un peu de tout au Tivoli'
 +
::: ''Al Liamm'' 1951, n°25, traduction de ''Gens de Dublin'' de Joyce par Per Denez.
  
En vannetais, [[Doujet (2016)|Doujet (2016]]:25) relève le nom ''krèv gen nan'' 'crêve-la-faim', avec le [[complément d'agent]].
 
  
 
Certains cas sont moins clairs sur quel est l'agent du verbe. Dans le cas de ''treuz-yeot'', /[[treuziñ|traverse]]-[[geot|herbe]]/ ('chiendent', [[Gros (1989)|Gros 1989]]:176), ''[[geot]]'' pourrait être un [[agent]], un [[patient]], ou ''treuz'' pourrait tout aussi bien modifier le nom [[tête]] ''[[geot]]'' 'herbe'.
 
Certains cas sont moins clairs sur quel est l'agent du verbe. Dans le cas de ''treuz-yeot'', /[[treuziñ|traverse]]-[[geot|herbe]]/ ('chiendent', [[Gros (1989)|Gros 1989]]:176), ''[[geot]]'' pourrait être un [[agent]], un [[patient]], ou ''treuz'' pourrait tout aussi bien modifier le nom [[tête]] ''[[geot]]'' 'herbe'.
Ligne 603 : Ligne 631 :
  
  
{| class="prettytable"
+
{|class="prettytable"
|(3)|| <font color=green>[xɥɪ zɔ || <font color=green>twæʁ pɛn || <font color=green>a twæ ʁæʁ || <font color=green> spɛn ]
+
|(6)|| <font color=green>[xɥɪ zɔ || <font color=green>twæʁ pɛn || <font color=green>a twæ ʁæʁ || <font color=green> spɛn ]
 
|-  
 
|-  
 
|||C'hwi zo || '''torr-penn''' || ha '''torr-revr''' ||ouzhpenn.
 
|||C'hwi zo || '''torr-penn''' || ha '''torr-revr''' ||ouzhpenn.
Ligne 616 : Ligne 644 :
  
  
L'[[argument]] du verbe peut être une [[petite proposition]] [[infinitive]], comme dans ''ul lez-da-vont'' 'un laxiste' (/[[art|un]] [[lezel|laisse]]-[[da|pour]]<sup>[[1]]</sup>-[[mont|aller]]/ 'une personne qui laisse les choses, les gens, aller'). L'ensemble ''lez-da-vont'' réfère à l'agent sujet du verbe ''[[lezel]]'' 'laisser'. L'argument objet de ''[[lezel]]'' 'laisser' est un [[PRO]] arbitraire ou bien il est [[élidé]], comme c'est communément le cas en breton. L'argument sujet de la proposition [[infinitive]] coréfère avec lui obligatoirement.
+
{| class="prettytable"
 +
|(7)||Ur '''sav-kalon''' || eo || an || den-se. ||||([[*]]''ur sevel-kalon'')
 +
|-
 +
| || [[art|un]] [[sevel|lève]]-[[kalon|cœur]] || [[COP|est]] || [[art|le]] || [[den|homme]]-[[DEM|là]]
 +
|-
 +
|||colspan="10" | 'Cet homme vous soulève le cœur, est abject.'
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:7)
 +
|}
  
==== [V-V]<sup>N</sup> = Agent ====
 
  
Un nom peut être formé de deux verbes qui dénotent son usage, comme dans ''froum-fraot'' /vibre(r)-masse(r)/ 'vibro-masseur'. C'est ici une [[morphologie expressive]] en ce que les racines des deux verbes, identiques au début, semblent [[redupliquées]], ce qui crée un effet [[itératif]]. Le suffixe infinitif est absent.
+
{| class="prettytable"
 
+
|(8) … ||'''abuz-tan''' ||int. || ([[*]]''un abuziñ-tan'')
==== [Patient-[V]<sup>N</sup>]<sup>N</sup> ====
+
|-
 
+
||| perte-[[tan|feu]] ||[[COP|sont]]
Le nom [[tête]] est ici une dérivation nominale sur le verbe ''[[deviñ]]'' 'brûler'. Cette tête nominale signifie 'brûlure'. Le nom ''[[kalon]]'' 'estomac' est le [[patient]] antéposé.
+
|-
 +
|||colspan="10" | '… ils exigent trop de feu (pour les cuire).'
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |''Trégorrois''[[Gros (1989)|Gros (1989]]:'abuzi')
 +
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(4)|| Me ||am-eus bet || '''kalondev''' || goude ||kreisteiz || aze pa || oan er ||park.
+
|(9)||Pezh || '''koll-kalon''' || 'vit || an intañv!
 
|-
 
|-
||| [[pfi|moi]] || [[R]].1SG [[kaout|a]] [[kaout|eu]] || [[kalon|coeur]]<sup>[[1]]</sup>.[[deviñ|brûle]] || [[goude|après]] || [[kreiz|mi]].[[deiz|jour]] || [[ads|ici]] [[pa|quand]] ||[[COP|étais]] [[P.e|dans]].[[art|le]] || [[park|champ]]
+
||| [[pebezh|quel]] || [[koll|perte]]-[[kalon|cœur]] || [[evit|pour]] || [[art|le]] [[intañv|veuf]]
 
|-
 
|-
|||colspan="10" | 'J'ai eu des brûlures d'estomac cet après-midi quand j'étais au champ.'
+
|||colspan="10" | 'Quel abattement pour le veuf!'
|-
+
|-  
|||||||colspan="10" |''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'dèvi')
+
|||||||colspan="10" |''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:7)
 
|}
 
|}
  
  
Cette formation est attestée de longue date avec le verbe ''[[karout]]'' 'aimer' précédé par l'objet de l'amour en question.
+
L'[[argument]] du verbe peut être une [[petite proposition]] [[infinitive]], comme dans ''ul lez-da-vont'' 'un laxiste' (/[[art|un]] [[lezel|laisse]]-[[da|pour]]<sup>[[1]]</sup>-[[mont|aller]]/ 'une personne qui laisse les choses, les gens, aller'). L'ensemble ''lez-da-vont'' réfère à l'[[agent]] [[sujet]] du verbe ''[[lezel]]'' 'laisser'. L'argument objet de ''[[lezel]]'' 'laisser' est un [[PRO]] arbitraire ou bien il est [[élidé]], comme c'est communément le cas en breton. L'argument sujet de la proposition [[infinitive]] coréfère avec lui obligatoirement.
En [[vieux brittonique]], [[Evans & Fleuriot (1985)]] relèvent ''dihud'' /dihüdh/ 'commodité, réconfort' et ''dihudgar'' /dihüdhgar/ 'ami réconfortant'.
+
 
En [[moyen breton]] de 1499, dans le ''[[Catholicon]]'', on a le composé ''trugar, [[trugarez]]'' (''tru''+''gar'' /pitié-aime/, 'miséricorde'), qui a aussi des correspondants dans les autres langues celtiques, le cornique ''tregereth'' 'compassion, pitié, sympathie', le gallois ''trugaredd'' 'merci' et l'irlandais ''tròcaire'' 'merci, clémence, compassion' ([[Deshayes (2003)|Deshayes 2003]]:'trugar').
+
 
En breton moderne, dans ''tudkarantez'' 'altruisme' et ''tudkarouriezh'' 'philosophie altruiste' ([[Vallée (1980)|Vallée 1980]]), on voit une racine [''[[tud]]-kar''] qui forme le noyau sur lequel s'affixent les morphèmes nominaux.
+
En français aussi, l'ensemble verbe-objet peut former un composé nominal (''un lave-vitres'', ''un vide-poches'' ''un crève-cœur'', ''un crève la faim''). La productivité de l'ensemble a ses limites. Les expressions comme ''prendre la mer'' ne sont pas nominalisables (cf. ''[[*]] un prend-mer'' 'un marin').
  
 +
==== passivisation ====
  
Certains composés de ce type sont plus difficiles à analyser quant au rôle de [[patient]] assigné au nom initial. Dans ''banktorr'' (m. ''–ioù'' 'banqueroute', [[Cornillet (2020)|Cornillet 2020]]), la tête est bien une dérivation nominale sur ''[[terriñ]]'' 'casser' qui montre sa racine ''torr-'', mais ''bank-'' la 'banque' n'est pas le patient qui subit l'action de casser. Une banqueroute est plus un "cassage" de type bancaire (modification adjectivale) qu'un 'casse de banque'.
+
[[Doujet (2016)|Doujet (2016]]:25) relève en vannetais le nom ''krèv gen nan'' 'crêve-la-faim'. Le verbe dans le composé peut donc être au [[passif]], et contenir le [[complément d'agent]]. Le nom composé réfère alors au [[patient]] du verbe transitif, le [[sujet]] de ce verbe passif.
  
 +
==== [V-V]<sup>N</sup> = Agent du V ====
  
==== [[V]<sup>N</sup>-Patient]<sup>N</sup> ====
+
Un nom peut être formé de deux verbes qui dénotent son usage, comme dans ''froum-fraot'' /vibre(r)-masse(r)/ 'vibro-masseur'. C'est ici une [[morphologie expressive]] en ce que les racines des deux verbes, identiques au début, semblent [[redupliquées]], ce qui crée un effet [[itératif]]. Le suffixe infinitif est absent.
  
Un composé nominal productif est l'ensemble verbe-objet, comme en français (''lave-vitres'', ''crève-cœur''). Dans les exemples ci-dessous, on peut noter que les verbes n'apparaissent pas avec un [[suffixe verbal de l'infinitif]] ([[*]]''ur sevel-kalon'', [[*]]''un abuziñ-tan'') mais avec leur radical.
 
  
 +
=== [[V]<sup>N</sup>-Patient]<sup>N</sup> = nom d'action ===
  
{| class="prettytable"
+
Dans ces cas, il semble que la tête verbale aie d'abord été nominalisée, avant de composer avec un nom tête qui est sémantiquement le patient du verbe. Le nom composé réfère à un nom d'action. Comparez ''[[astenn]]-[[gouzoug]]'' 'allongement de cou' ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:390) et ''[[astenn]]-[[gouzoug]]'' '(instrument) qui sert à allonger le cou', ou encore ''[[sachañ|chach]]-[[blev|bleo]]'' 'crêpage de chignon' et 'tire-cheveux' ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:390).
|(1)||Ur '''sav-kalon''' || eo || an den-se.
 
|-
 
| || [[art|un]] [[sevel|lève]]-[[kalon|cœur]] || [[COP|est]] || [[art|le]] [[den|homme]]-[[DEM|]]
 
|-
 
|||colspan="10" | 'Cet homme vous soulève le cœur, est abject.'
 
|-
 
|||||||colspan="10" |''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:7)
 
|}
 
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)||Gober || a ra || '''pleg-kein''' || lies.
+
|(1)||Gober || a ra || '''pleg-kein''' || lies.
 
|-
 
|-
 
||| [[ober|faire]] || [[R]] [[ober|fait]]  ||plie-[[kein|dos]] || [[alies|souvent]]
 
||| [[ober|faire]] || [[R]] [[ober|fait]]  ||plie-[[kein|dos]] || [[alies|souvent]]
Ligne 674 : Ligne 707 :
  
  
{| class="prettytable"
 
|(3)||Pezh || '''koll-kalon''' || 'vit || an intañv!
 
|-
 
||| [[pebezh|quel]] || [[koll|perte]]-[[kalon|cœur]] || [[evit|pour]] || [[art|le]] [[intañv|veuf]]
 
|-
 
|||colspan="10" | 'Quel abattement pour le veuf!'
 
|-
 
|||||||colspan="10" |''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:7)
 
|}
 
  
 +
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:390) donne ''dismantr-[[spered]]'' 'ruine d'esprit, agacement'.
 +
 +
 +
=== [Patient-[V]<sup>N</sup>]<sup>N</sup> ===
  
{| class="prettytable"
+
Le nom [[tête]] est ici une dérivation nominale sur le verbe ''[[deviñ]]'' 'brûler'. Cette tête nominale signifie 'brûlure'. Le nom ''[[kalon]]'' 'estomac' est le [[patient]] antéposé.
|(4)… ||'''abuz-tan''' ||int. 
 
|-
 
||| perte-[[tan|feu]] ||[[COP|sont]]
 
|-
 
|||colspan="10" | '… ils exigent trop de feu (pour les cuire).'
 
|-
 
|||||||colspan="10" |''Trégorrois'',  [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'abuzi')
 
|}
 
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(5)||Degas't ||ho ||'''harz-glav''' ||ganeoc'h ||betegoût ma || teuio ||ar barrad.
+
|(4)|| Me ||am-eus bet || '''kalondev''' || goude ||kreisteiz || aze pa || oan er ||park.
 
|-
 
|-
||| [[degas|apportez]] ||[[POSS|votre]]<sup>[[3]]</sup> || [[herzel|stoppe]]-[[glav|pluie]] ||[[gant|avec]].[[pronom incorporé|vous]] || [[betegout|au.cas.où]] [[ma|que]] ||[[dont|viendra]] ||[[art|le]] averse
+
||| [[pfi|moi]] || [[R]].1SG [[kaout|a]] [[kaout|eu]] || [[kalon|coeur]]<sup>[[1]]</sup>.[[deviñ|brûle]] || [[goude|après]] || [[kreiz|mi]].[[deiz|jour]] || [[ads|ici]] [[pa|quand]] ||[[COP|étais]] [[P.e|dans]].[[art|le]] || [[park|champ]]
 
|-
 
|-
|||colspan="10" | 'Prenez votre parapluie, au cas où il viendrait une averse.'  
+
|||colspan="10" | 'J'ai eu des brûlures d'estomac cet après-midi quand j'étais au champ.'
 
|-
 
|-
|||||||colspan="10" | ''Cornouaillais de l'est maritime (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:29)
+
|||||||colspan="10" |''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'dèvi')
 
|}
 
|}
  
  
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:390) donne ''[[astenn]]-gouzoug'' 'allongement de cou', ''[[sachañ|chach]]-[[blev|bleo]]'' 'tire-cheveux, crêpage de chignon', ''dismantr-[[spered]]'' 'ruine d'esprit, agacement', ''dizeh-[[tud]]'' 'dessèche-gens, épuisant'...
+
Cette formation est attestée de longue date avec le verbe ''[[karout]]'' 'aimer' précédé par l'objet de l'amour en question.
 +
En [[vieux brittonique]], [[Evans & Fleuriot (1985)]] relèvent ''dihud'' /dihüdh/ 'commodité, réconfort' et ''dihudgar'' /dihüdhgar/ 'ami réconfortant'.
 +
En [[moyen breton]] de 1499, dans le ''[[Catholicon]]'', on a le composé ''trugar, [[trugarez]]'' (''tru''+''gar'' /pitié-aime/, 'miséricorde'), qui a aussi des correspondants dans les autres langues celtiques, le cornique ''tregereth'' 'compassion, pitié, sympathie', le gallois ''trugaredd'' 'merci' et l'irlandais ''tròcaire'' 'merci, clémence, compassion' ([[Deshayes (2003)|Deshayes 2003]]:'trugar').
 +
En breton moderne, dans ''tudkarantez'' 'altruisme' et ''tudkarouriezh'' 'philosophie altruiste' ([[Vallée (1980)|Vallée 1980]]), on voit une racine [''[[tud]]-kar''] qui forme le noyau sur lequel s'affixent les morphèmes nominaux.
  
==== [ [V]<sup>N</sup>-Agent]<sup>N</sup> ====
+
 
 +
Certains composés de ce type sont plus difficiles à analyser quant au rôle de [[patient]] assigné au nom initial. Dans ''banktorr'' (m. ''–ioù'' 'banqueroute', [[Cornillet (2020)|Cornillet 2020]]), la tête est bien une dérivation nominale sur ''[[terriñ]]'' 'casser' qui montre sa racine ''torr-'', mais ''bank-'' la 'banque' n'est pas le patient qui subit l'action de casser. Une banqueroute est plus un "cassage" de type bancaire (modification adjectivale) qu'un 'casse de banque'.
 +
 
 +
 
 +
=== [ [V]<sup>N</sup>-Agent]<sup>N</sup> ===
  
  
Ligne 723 : Ligne 750 :
  
  
==== [ Patient.V.Agent ]<sup>N</sup> ====
+
=== [ Patient.V.Agent ]<sup>N</sup> ===
  
 
Le sujet [[agent]] d'un verbe nominalisé peut être présent dans le composé par suffixation de ''[[-er, -our]]'', avec une [[incorporation]] de l'[[objet]] en initiale de ce composé. Dans ''madoberour'', le verbe est sous sa forme infinitive.
 
Le sujet [[agent]] d'un verbe nominalisé peut être présent dans le composé par suffixation de ''[[-er, -our]]'', avec une [[incorporation]] de l'[[objet]] en initiale de ce composé. Dans ''madoberour'', le verbe est sous sa forme infinitive.
Ligne 746 : Ligne 773 :
  
  
==== [ Patient.V.rad ]<sup>N</sup> ====
+
=== [ Patient.V.rad ]<sup>N</sup> ===
  
 
Dans les composés ''denlazh'' 'homicide' ou ''benlazh'' 'féminicide', le verbe est sémantiquement la tête du composé. Un morphème zéro dérivationnel obtient 'action de V', mais son emplacement dans le composé est difficile à saisir.   
 
Dans les composés ''denlazh'' 'homicide' ou ''benlazh'' 'féminicide', le verbe est sémantiquement la tête du composé. Un morphème zéro dérivationnel obtient 'action de V', mais son emplacement dans le composé est difficile à saisir.   
  
  
==== [[V.Agent]<sup>N</sup>-Patient]<sup>N</sup> ====
+
=== [[V.Agent]<sup>N</sup>-Patient]<sup>N</sup> ===
  
 
Le sujet [[agent]] d'un verbe nominalisé peut aussi être présent dans le composé avec son objet qui le suit (cf. ''gounid'''er'''-bara'' 'un homme qui gagne bien sa vie', [[Gros (1989)|Gros 1989]]:186). La structure est alors [[V-S]-O]<sup>N</sup>, avec une relation de [[constituance]] inverse à l'ordre [[VSO]] d'une phrase, où le verbe et son objet forment un [[constituant]] ([[VP]]) dont le [[sujet]] est exclut.
 
Le sujet [[agent]] d'un verbe nominalisé peut aussi être présent dans le composé avec son objet qui le suit (cf. ''gounid'''er'''-bara'' 'un homme qui gagne bien sa vie', [[Gros (1989)|Gros 1989]]:186). La structure est alors [[V-S]-O]<sup>N</sup>, avec une relation de [[constituance]] inverse à l'ordre [[VSO]] d'une phrase, où le verbe et son objet forment un [[constituant]] ([[VP]]) dont le [[sujet]] est exclut.
Ligne 761 : Ligne 788 :
 
||| [[daoust|bien]] || [[c.ha(g)|que]] [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> ||[[vez|étais]] || [[les-|sur]].[[anv|nom]].mé || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|eux]] || "le mangeur de grenouilles"
 
||| [[daoust|bien]] || [[c.ha(g)|que]] [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> ||[[vez|étais]] || [[les-|sur]].[[anv|nom]].mé || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|eux]] || "le mangeur de grenouilles"
 
|-
 
|-
|||colspan="10" | 'bien qu'ils m'aient surnommé "le mangeur de grenouilles".'|||| ||||||||''Trégorrois'', [[Priel (1959)]]
+
|||colspan="10" | 'bien qu'ils m'aient surnommé "le mangeur de grenouilles".'
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |''Trégorrois'', [[Priel (1959)]]
 
|}
 
|}
  
Ligne 776 : Ligne 805 :
  
  
===== liage interne à l'objet =====
+
==== liage interne à l'objet ====
  
 
Dans un composé, quand l'ordre est [[VSO]] avec une [[nominalisation]] du verbe et de son [[agent]], l'[[objet]] peut comprendre un [[possessif]] lié par cet [[agent]].
 
Dans un composé, quand l'ordre est [[VSO]] avec une [[nominalisation]] du verbe et de son [[agent]], l'[[objet]] peut comprendre un [[possessif]] lié par cet [[agent]].
Ligne 824 : Ligne 853 :
  
 
On voit que la traduction littérale en français, en contraste, doit utiliser un [[possessif]] de deuxième personne, ''ton'' ([[*]] ''Quel lève-son-nez tu es/vous êtes!'').
 
On voit que la traduction littérale en français, en contraste, doit utiliser un [[possessif]] de deuxième personne, ''ton'' ([[*]] ''Quel lève-son-nez tu es/vous êtes!'').
 +
 +
 +
=== ''lak-pep-tra'' 'vide-poches' ===
 +
 +
Le nom composé ''lak-pep-tra'' 'fourre-tout' dénote un objet qui n'est en rien l'agent du verbe ''[[lakaat]]'' 'mettre' sur lequel il est construit. Le sujet, si présent dans la structure, est un [[impersonnel]] ou un [[PRO]] arbitraire. Il est parallèle au français ''fourre-tout''.
 +
 +
* ''lak-pep-tra'' 'vide-poches, fourre-tout', [[Menard & Cornillet (2020)]]
  
 
== Adjectifs modifiés ==
 
== Adjectifs modifiés ==
Ligne 861 : Ligne 897 :
 
Un [[nom]] peut modifier un [[adjectif]]. Dans l'ordre [Adj-N]<sup>Adj</sup>, on obtient une sémantique en 'Adj. comme un N'.
 
Un [[nom]] peut modifier un [[adjectif]]. Dans l'ordre [Adj-N]<sup>Adj</sup>, on obtient une sémantique en 'Adj. comme un N'.
  
(4) ''koz-ebestel'' 'vieux comme les apôtres', ''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'abostol')
+
(4) ''koz-ebestel''  
 +
: 'vieux comme les apôtres'
 +
::: ''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'abostol')
  
(5) ''ar brini-du-torch-pod'', 'les corbeaux noirs comme un torchon de chaudron', ''Cornouaillais / Léon'', [[Croq (1908)|Croq (1908]]:1)
+
(5) ''ar brini-du-torch-pod''
 +
: 'les corbeaux noirs comme un torchon de chaudron'
 +
::: ''Cornouaillais / Léon'', [[Croq (1908)|Croq (1908]]:1)
  
  
 
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:387) donne ''brein-tont'' 'pourri comme l'amadou', ''glaz-dour'' 'vert d'eau', ''koz-douar'' 'vieux comme la terre', ''leun-barr'' 'plein à ras-bords', ''melen-aour'' 'jaune comme l'or', ''noaz-pill'' 'nu comme un ver', ''yah-pesk'' 'bien portant comme un poisson dans l'eau'...
 
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:387) donne ''brein-tont'' 'pourri comme l'amadou', ''glaz-dour'' 'vert d'eau', ''koz-douar'' 'vieux comme la terre', ''leun-barr'' 'plein à ras-bords', ''melen-aour'' 'jaune comme l'or', ''noaz-pill'' 'nu comme un ver', ''yah-pesk'' 'bien portant comme un poisson dans l'eau'...
 +
  
 
=== [N-Adj]<sup>Adj</sup> ===
 
=== [N-Adj]<sup>Adj</sup> ===

Version actuelle datée du 16 octobre 2021 à 18:20

Plusieurs mots indépendants peuvent s’agréger pour former un mot complexe, ou mot composé selon des propriétés régulières:


  • Chacun des deux éléments existe indépendamment (il ne s'agit pas de préfixes ou suffixes)
  • L'accent tonique est calculé à partir du dernier composant
  • Un des deux composants est la tête du composé: il porte par exemple les marques de pluriel


Le lien créé entre les deux mots est typiquement visibilisé à l'écrit par un trait d'union (Gros 1984:386). Cependant, la décision orthographique peut être variante et arbitraire et le recensement ci-dessous considère des formations trouvées en corpus sans trait d'union.


Morphologie

sandhi

La carte 574 de l'ALBB donne les variantes dialectales de tad-kozh 'grand-père'. On observe le dévoisement par sandhi de la finale de tad en /tat/.


pluriel ou singulier dérivés sur la tête

Les mots composés forment leur pluriel sur la tête du composé.


(1) 'Monet en-dro an taolioù-mouezh e brezhoneg Malgeneg'
aller de-retour le coup.s-voix dans breton Malgeneg
'Le fonctionnement des accentuations dans le breton de Malgenec'
titre de Pipec (2005), Hor Yezh 243.


(2) Al laboused-mor [...] n'en em vagont ken nemet diwar pesked.
le oiseau.x-mer ne se1 nourrissent pas seulement de poisson.s
'Les oiseaux de mer se nourrissent exclusivement de poisson.'
Cornouaille (Bigouden), Bijer (2007:134)


Lorsqu'ils ne sont plus interprétés comme des composés, le pluriel apparaît en finale (cf. fri-galionoù 'proues de galions', ou le trégorrois po-fer-o 'des marmites (pots de fer)' rapportés par (Ernault 1903:189).

En (3), c'est le cas pour le singulatif -enn.


(3) Loa(r)iet é un aldouarenn deut glas ga'r loar.
lune est un patate venu vert avec le lune
'« Loariet », c'est une pomme-de-terre qui est devenue verte à cause de la lune.'
Cornouaillais de l'intérieur (Laz), Lozac'h (2014:'avalou-douar')


accentuation

Hemon (1995:§274-275) note que dans les mots composés mettant côte-à-côte deux mots portant l'accent, c'est celui du premier qui s'efface ou s'amuise. La carte 574 de l'ALBB montre que le nom composé tad-kozh 'grand-père' est accentué sur la dernière syllabe.

Noms modifiés

par un adjectif

[N-Adj]N

Un adjectif peut modifier un nom sur sa droite comme dans tad-kozh 'grand-père' (carte 574 de l'ALBB) ou paotr-kozh 'célibataire (homme)'.

Gros (1984:388) donne forh-pevarbizeg 'fourche à quatre dents', gwin-ardant 'eau-de-vie', kig-sall 'lard salé', koajou-kamm 'membrures de bateau', leur-nevez 'aire neuve', loar-nevez 'nouvelle lune', louarn-daou.droad.eg 'renard à deux pattes'...


(1) He mamm-gaer ha hi na oant ket a-unan.
son2 mère-1belle et elle ne1 étaient pas à-un
'Sa belle-mère et elle n'étaient pas d'accord.'
Trégorrois, Gros (1984:188)


C'est le même ordre de mots avec les participes.


(2) fornioù pri-livet
four.s terre-peint
'fours de faïencerie(s)'
Standard, Drezen (1932:13)


[Adj-N]N

Un adjectif peut modifier un nom sur sa gauche. C'est le cas du standard nevez-amzer 'printemps'. On obtient une sémantique en 'N qui est Adj'.


(3) Ar berranal a zo get Yann.
le court-souffle R est avec Yann
'Yann est essouflé.' (d'avoir fait un effort physique important)
Haut-vannetais, Louis (2015:113)


Cependant, dans un état ancien de la langue, les adjectifs apparaissaient devant le nom dans le groupe nominal. Il est plausible qu'en breton moderne, les adjectifs antéposés au nom dont la productivité est restreinte soient devenus des préfixes, auquel cas il s'agit de noms dérivés et non pas de noms composés. Dans un état ancien de la langue, les adjectifs précédaient le nom dans le groupe nominal. L'adjectif provoque souvent une lénition sur le nom qu'il modifie, comme dans donvor 'océan'.

Il s'agit de:

 arall-, berr-, bihan-, boull-, bras-, brizh-, dister-, don-, dreist-, droch-, drouk-, fall-/fals-, gouez-, gwall-, gwen-, gwir-, heñvel-, hir-, izel-, kamm-, kozh-, krak-, krenn-, kreñv-, izel-, nevez-, pell-, pounner-, reizh-, skañv-, tomm-, uhel-


La productivité de ces suffixes varie de façon dialectale. En vannetais, Doujet (2016:25) relève par exemple le nom brein boued 'boustifaille pourrie'. En trégorrois de Perros-Guirrec, Konan (2017) donne baskartenn pour 'carte d'un jeu de cartes de basse valeur, de 1 à 7 par exemple', ('la bigaille').


Dans le cas particulier des numéraux cardinaux, le morphème cardinal montre un accord en genre avec la racine (divrec'h Santez Gwen Teirbronn, 'les deux bras de sainte Gwen aux trois seins').

par un nom

[N-N]N

Dans les noms composés de deux noms, le nom tête apparaît parfois à gauche, parfois à droite du composé.


(4) ki > dourgi, Standard, Kervella (1947:§299) / > kidour, Favereau (1993:'loutre')
chien > eau-1chien > chien-eau
yar > douryar, Standard, Kervella (1947:§299) / > yarzour, Favereau (1993:'poule')
poule > eau-poule > poule-1eau
'loutre, poule d'eau'


Dans certains cas, le sens peut être équivalent. Vallée (1980) donne pour 'cocher' paotr(ed)-karr, karr-rener(ien). Cette liberté ne s'étend cependant pas à tous les composés.


(5) labous > labous-noz (* noz-labous) kazeg > kazeg-koad (* koad-kazeg)
oiseau > oiseau-nuit jument > jument-bois
'oiseau de nuit, cheval de bois (ou pivert)'


nombre

Le nombre du mot composé apparaît sur la tête gauche du composé.


(6) Hag e rafe ferhier-houarn, bugale, d'ar skol e vo ret mond! .
et R ferait fourches-fer enfants à'le école R sera obligé aller
'Même s'il tombait des fourches en fer (des hallebardes), mes enfants,
il faudra aller à l'école!' Trégorrois, Gros (1989:163)


Cependant, le terme droit peut apparaître avec un pluriel ou un nom collectif qui déclencherait un accord pluriel (à contraster avec le français lait de jument/ ?? lait de cheval / * lait de chevaux).


(7) Al lêz-kezeg a zo kalz gwelloh evit al lêz-saout.
le lait-chevaux R1 est beaucoup mieux que le lait-vaches
'Le lait de jument est bien meilleur que le lait de vache.'
Trégorrois, Gros (1989:'gwelloh')


genre

Dans les noms composés de deux noms, le genre des deux peut être différent (comme dans le français femme-enfant).


(8) fuzuilhenn-mindrailher pistolenn-tennataer Vannetais, Herrieu (1974) cité dans Schapansky (2012:1258)
fusil-mitrailleur pistolet-tireur
'un fusil-mitrailleur, un révolver'


Dans ces cas de composés de noms aux genres opposés, c'est le nom tête qui donne son genre au composé (Kervella 1947:§299).


(9) ki > [dourgi] yar > [douryar] labous > [labous-noz] kazeg > [kazeg-koad]
chien > eau-1chien poule > eau-poule oiseau > oiseau-nuit jument > jument-bois
'loutre, poule d'eau, oiseau de nuit, cheval de bois (ou pivert)' Standard


Press (1986:63-64) note que Hemon (1978:420) considère que les deux formes loargann et kann-loar 'pleine lune' sont masculines alors que Kervella (1947:§299) considère effectivement kann-loar comme masculin mais loar-gann (avec un tiret) comme féminin.

Pour désigner ce nom tête qui transmet son genre au composé, Press (1986:63) utilise le terme de "qualifiant", à la suite de Kervella (1947:§299, anv doareer). Cette terminologie induit cependant une confusion entre "le nom qui transmet ses qualités au reste du composant" et "le nom qualificatif qui modifie le reste du composant".


sémantique des composés tête à droite

Dans les composés nominaux de deux noms dont le droit est la tête du composé, le lien sémantique entre ces deux noms peut être varié. Le nom de gauche tient un rôle adjectival.


caractérisation
(1) ba c'horn-troioù Cornouaillais de l'Est (Riec)
dans le5 coin-tournants
'dans les virages'
Bouzec & al. (2017:77)


matière

Le nom composé maengleuz /pierre.1fossé/ dénote une carrière (cf. carte 453 de l'ALBB).


(caractérisation par) localisation
  • /mordoseg/ , /mer1.crapaud/, 'lotte' (Groix, Ternes 1970:185).

sémantique des composés tête à gauche

Dans les composés nominaux de deux noms dont le gauche est la tête du composé, le lien sémantique entre ces deux noms peut être varié. Le second nom peut obtenir la localisation, la matière ou la fonction, le but. On relève aussi des relations partie-tout.


patient

Lorsque le nom de gauche est un nom déverbal, le nom de droite tient le rôle de patient.


(2) or spontailh-brini
un épouvant.ail-corbeaux
'un épouvantail à corbeaux (personne excentrique).'
Breton central, Favereau (1984:298)


relation partie/tout

La relation partie-tout peut être réalisée avec la sous-partie en premier ou second membre du nom composé.


(3) ar c'hornad-bro a-bezh
le 5coin-pays en.entier
'le coin de pays en entier'
Vannetais, Herrieu (1994:218)


(4) bara-mel
pain-miel
'pain d'épices'
Standard, Louis (2015:103)


(5) 'kreiz al leur-gêr tommheoliet ha didud
au.milieu le aire-1ville chaud.soleillé et sans1.gens
'au milieu de la place publique vide chauffée par le soleil'
Standard, Drezen (1932:5)


Et, si on considère qu'un pot et sa cuillière forment un ensemble:


(6) Gwelloc'h 'tae ar c'hoaven war-c'horre, daspugnet gant ur loa-bod.
mieux R4 venait le 1crème en.surface ramassé avec un cuillière-1pot
'La crème remontait mieux à la surface, qu'on ramassait à la louche.'
Favereau (1997:§710)


De même, le lit d'une rivière ou du vent.


(7) hag e veze troet dac'h ar roud-avel a veze !
et R4 était tourné selon le trace-vent R1 était
'Et on tournait (le tuyau) selon le lit du vent.'
Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:10)


localisation
(1) dʁukɛɲ
droug-kein
mal-dos
'mal au dos'
Bas-vannetais, Cheveau (2007:207)


(2) toullgov
trou.1ventre
'hernie'
Helias (1986:'toullgov')


Le Roux (1915:71) considère grammaticaux mais maladroits les adjectifs dérivés en -el en concurrence avec un mot composé. Il recommande kregin-ster 'des coquilles fluviales', en contraste avec #kregin-steriel, et ar c'henwerz-mor 'le commerce maritime' en contraste avec #ar c'henwerz morel.


matière

Ce composé est très productif, et montre des pluriels sur la tête de gauche (bot-koad et non pas * bot-koad). Dans la carte 530 de l'ALBB, pour la traduction de 'marmite', on a pod-houarn et pod-fer, désignant la matière dans laquelle est faite le pot.


(3) Me a zo dourc'hwez toud.
moi R est eau-sueur tout
'Je suis baigné de sueur.'
Trégorrois, Gros (1989:73)


(4) ha ne veze ket c'hoant e vije glepet ar bara gant an dour-mor.
et ne1 était pas envie R serait mouillé le pain avec le eau-mer
'Et on ne voulait pas que le pain soit mouillé d'eau de mer.'
Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:10)


(5) E vab a zo war an hent-houarn.
son1 fils R1 est sur le chemin-fer
'Son fils est (employé) au chemin de fer.'
Trégorrois, Gros (1989:'hent')


(6) raktal ma vije lazhet ar goulou-rousin... Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:10)
de.suite que4 serait tué le lumière-résine
'Dès qu'on éteignait la chandelle de résine...'


Le nom de matière peut dénoter une sous-partie du référent du nom modifié. Il s'agit alors d'une sous-classe de la relation partie/tout.


(5) ti-soul, 'maison(-de)-chaume', Vallée (1980:XXI)


but

Dans la carte 530 de l'ALBB, pour la traduction de 'marmite', on a pod-soubenn, désignant la fonction et le but de l'objet.


Vallée (1980:XX) note que le verbe infinitif après un nom peut marquer le but.

(5) gwalenn-besketa 'canne-(à)-pêche'

bombezenn-entana, 'bombe incendiaire', Vallée (1980:XX)
kador-brezeg 'chaire(-à)-prêcher', Vallée (1980:XXI)


provenance
(1) Eur marmouz bennag e-nevoa libistret ar prenestr a goh-saout.
un singe quelconque 3SGM-avait barbouillé un fenêtre de1 merde-vaches
'Quelque galopin avait enduit la fenêtre de bouse de vache.'
Gros (1970b:§'libistra')


Ce type de nom composé peut être ensuite dérivé:


(2) Tu a zo da gaoc'hezeka war o lerc'h. Morlaix, Herri (1982:43)
moyen R1 est de1 merde-chevaux.chercher sur leur2 suite
'On peut ramasser le crottin après eux.'


sens non-compositionnel

Parfois, la sémantique du composé n'est pas compositionnelle: un coup de main n'est ni une 'sorte de coup' ni une 'sorte de main'.


(3) ar memes taol dorn
le même coup main
'la même façon (de mettre leur coiffe)'.
Douarnenez, Melle Griffon, Denez (1984:73)


En (4), le 'sens du vent' n'est ni une 'sorte de sens' ni une 'sorte de vent'.


(4) hag e veze troet dac'h ar roud-avel a veze !
et R4 était tourné selon le trace-vent R1 était
'Et on tournait (le tuyau) selon le lit du vent.'
Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:10)


En (5), comme dans son équivalent français le 'chemin de fer' hent-houarn n'est, dans son sens le plus courant, ni une sorte de chemin ni une sorte de fer.


(5) ... salv ne yafes ket war an hent-houarn... Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:86)
pourvu ne1 irait pas sur1 le chemin-fer
'... pourvu que tu ne deviennes pas cheminot...'


Avec une lénition sur le second composant, le sens est aussi non-compositionnel.


(6) Du-mañ, e red an dour, hañv-c’hoañv, e-barzh an traoniennoù.
côté-ci R court le eau été1-hiver dans le vallée.s
'Chez moi, l'eau court dans les vallées été comme hiver.'
Standard, Drezen (1990:30)


par un groupe nominal

[N-DP]N

Un groupe nominal (DP) peut modifier un nom. Le lien sémantique entre les deux est alors un lien d'identité.


(1) Sell marh-an-abil!
regarde cheval-le-espiègle
'Voilà monsieur l’espiègle ! '
Trégorrois, Gros (1989:'abil')


nom modifié par un verbe (il n'est pas la tête)

[N-V.inf]N

Le modifieur verbal d'un nom peut exprimer le but. Gros (1984:390) donne bag-pesketa 'bateau de pêche', stank-kannañ 'étang, lavoir'. Le premier nom est la tête, le verbe infinitif exprime l'usage, le but.

Parfois, par accident, ce nom tête peut être le patient du verbe infinitif transitif, comme dans les composés bara-prenañ /pain-acheter/, 'pain acheté à la boulangerie' (Gros 1984:389) ou bara-poazhat /pain-cuire/, 'pain de ménage' (Trégorrois de Perros-Guirrec, Konan 2017:'bara')

Le cas de skiant-prenañ, skiant-prenet, 'litt. science achetée, expérience' (Gros 1984:389) est plus difficile.


[N-V.rad]N

Le nom tête est le patient d'un verbe inaccusatif dans dour-red ('eau courante' Gros 1984:389).


[N-VP]Adj

Le nom mall 'hâte' a une structure argumentale qui comprend un expérienceur et un argument interne. L'adjectif composé mall-e-gas 'importun, indésirable' (Vallée 1931), signifie littéralement '(dont on a) hâte (de) l'envoyer (paître)'. L'expérienceur de mall 'hâte' est le sujet de la phrase, et son argument interne est la petite proposition e gas 'l'envoyer (paître)' dont l'objet proclitique co-réfère avec le nom qualifié par l'adjectif composé en entier.

L'adjectif composé mall-e-goll 'importun, indésirable' (Vallée 1931) a la même structure.


Le cas des noms déverbaux

Les noms en composés dont la tête est un verbe semblent pouvoir avoir une structure assez riche à l'intérieur du nom composé.


[Agent-V-patient]N = Agent du V

Une structure verbale du verbe transitif peut nominaliser en bloc, et référer à l'agent de ce verbe.

  • genou-pak-kelien, [genupa'ke:ljɛn], '(fam.) gobe-mouche, niais qui reste toujours la bouche ouverte', Cornillet (2020)


Dans la plupart des cas, le sujet agent du verbe transitif est absent du composé (dizeh-tud 'dessèche-gens, épuisant', Gros 1984:390).


agent absent du nom composé

Lorsque le sujet agent est absent, on voit un élément verbal transitif précéder un nom tête qui est sémantiquement son patient. Ce nom composé réfère à l'agent du verbe transitif. Le verbe n'est pas à l'infinitif (comparer torr(-) avec terriñ 'casser'). L'objet patient est un nom tête (* un torr-ar-penn).


(1) un torr-penn, un den torr-penn
un casse-tête un homme casse-tête
un importun, un emmerdeur'


L'agent du verbe et référent du nom composé est souvent un animé, mais peut aussi être un objet utilitaire comme un 'parapluie'.


(2) Degas't ho harz-glav ganeoc'h betegoût ma teuio ar barrad.
apportez votre3 stoppe-pluie avec.vous au.cas.où que viendra le avers.ée
'Prenez votre parapluie, au cas où il viendrait une averse.'
Cornouaillais de l'est maritime (Riec), Bouzeg (1986:29)


Avec la plupart des verbes on ne peut pas distinguer entre une racine verbale et un verbe fléchi, mais dans ur ra-netra 'un fainéant' (Menard & Cornillet 2020), la forme ra et non gra du verbe suggère un rannig, ce qui à son tour suggère que le verbe est fléchi à la seconde personne. Dans ce cas de figure, (a) ra netra pourrait être une relative, comme dans an doktor a-oar-pep-tra 'le docteur je sais tout', titre de recueil de Divi Kervella.


(3) Hag an div "ra-netra" en em zigollas en ur brenañ pep a dok divalav.
et le deux1 fait-rien se1 consola en1 acheter chaque de1 chapeau laid
'Et les deux bonnes-à-rien se consolèrent en achetant chacune un chapeau hideux.'
Kervella (1947:§725), citant I. Krok


En contraste avec ur ra-netra, un den ra-netra, le composé gra-netra à /g/ initial, montre la racine verbale /gra/ du verbe ober 'faire', celle que l'on retrouve à l'impératif Gra! 'Fais-le!' ou comme base du participe graet 'fait'. Ce nom composé gra-netra a deux lectures. Il a la lecture où le nom réalise l'agent du verbe qu'il contient dans Lampon fall, gra-netra ! (Keravel 1947), mais il réalise aussi une structure plus simple avec gra-netra 'farniente' (Menard & Cornillet 2020), littéralement fare niente /faire rien/ '(action de ne) faire rien'. Le nom composé gra-netra 'farniente' ne réfère pas à l'agent de l'action verbale.


La lecture où le nom réalise l'agent du verbe qu'il contient peut aussi être obtenue avec ur gra-pep-tra, un den gra-pep-tra.


(4) ur gra-pep-tra, un den gra pep-tra

'un homme à tout faire', Menard (2016), Menard & Cornillet (2020)

(5) ur paotr yaouank anvet Weathers a laboure en Tivoli evel c'hoarier ouesk hag « arzour » gra pep tra

'un jeune homme nommé Weathers, qui faisait le chanteur, le diseur, l'acrobate et un peu de tout au Tivoli'
Al Liamm 1951, n°25, traduction de Gens de Dublin de Joyce par Per Denez.


Certains cas sont moins clairs sur quel est l'agent du verbe. Dans le cas de treuz-yeot, /traverse-herbe/ ('chiendent', Gros 1989:176), geot pourrait être un agent, un patient, ou treuz pourrait tout aussi bien modifier le nom tête geot 'herbe'.

Ces noms composés sont facilement utilisables en prédicats (koll boued ac'hanout! 'Bon à rien!').


(6) [xɥɪ zɔ twæʁ pɛn a twæ ʁæʁ spɛn ]
C'hwi zo torr-penn ha torr-revr ouzhpenn.
vous est casse-tête et casse-cul en.plus
'T'es un casse-cul et en plus, un casse-couilles.'
Cornouaille (Briec), Noyer (2019:322)


(7) Ur sav-kalon eo an den-se. (*ur sevel-kalon)
un lève-cœur est le homme-
'Cet homme vous soulève le cœur, est abject.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:7)


(8) … abuz-tan int. (*un abuziñ-tan)
perte-feu sont
'… ils exigent trop de feu (pour les cuire).'
Trégorrois, Gros (1989:'abuzi')


(9) Pezh koll-kalon 'vit an intañv!
quel perte-cœur pour le veuf
'Quel abattement pour le veuf!'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:7)


L'argument du verbe peut être une petite proposition infinitive, comme dans ul lez-da-vont 'un laxiste' (/un laisse-pour1-aller/ 'une personne qui laisse les choses, les gens, aller'). L'ensemble lez-da-vont réfère à l'agent sujet du verbe lezel 'laisser'. L'argument objet de lezel 'laisser' est un PRO arbitraire ou bien il est élidé, comme c'est communément le cas en breton. L'argument sujet de la proposition infinitive coréfère avec lui obligatoirement.


En français aussi, l'ensemble verbe-objet peut former un composé nominal (un lave-vitres, un vide-poches un crève-cœur, un crève la faim). La productivité de l'ensemble a ses limites. Les expressions comme prendre la mer ne sont pas nominalisables (cf. * un prend-mer 'un marin').

passivisation

Doujet (2016:25) relève en vannetais le nom krèv gen nan 'crêve-la-faim'. Le verbe dans le composé peut donc être au passif, et contenir le complément d'agent. Le nom composé réfère alors au patient du verbe transitif, le sujet de ce verbe passif.

[V-V]N = Agent du V

Un nom peut être formé de deux verbes qui dénotent son usage, comme dans froum-fraot /vibre(r)-masse(r)/ 'vibro-masseur'. C'est ici une morphologie expressive en ce que les racines des deux verbes, identiques au début, semblent redupliquées, ce qui crée un effet itératif. Le suffixe infinitif est absent.


[[V]N-Patient]N = nom d'action

Dans ces cas, il semble que la tête verbale aie d'abord été nominalisée, avant de composer avec un nom tête qui est sémantiquement le patient du verbe. Le nom composé réfère à un nom d'action. Comparez astenn-gouzoug 'allongement de cou' (Gros 1984:390) et astenn-gouzoug '(instrument) qui sert à allonger le cou', ou encore chach-bleo 'crêpage de chignon' et 'tire-cheveux' (Gros 1984:390).


(1) Gober a ra pleg-kein lies.
faire R fait plie-dos souvent
'Il courbe souvent l'échine.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:38)


Gros (1984:390) donne dismantr-spered 'ruine d'esprit, agacement'.


[Patient-[V]N]N

Le nom tête est ici une dérivation nominale sur le verbe deviñ 'brûler'. Cette tête nominale signifie 'brûlure'. Le nom kalon 'estomac' est le patient antéposé.


(4) Me am-eus bet kalondev goude kreisteiz aze pa oan er park.
moi R.1SG a eu coeur1.brûle après mi.jour ici quand étais dans.le champ
'J'ai eu des brûlures d'estomac cet après-midi quand j'étais au champ.'
Trégorrois, Gros (1989:'dèvi')


Cette formation est attestée de longue date avec le verbe karout 'aimer' précédé par l'objet de l'amour en question. En vieux brittonique, Evans & Fleuriot (1985) relèvent dihud /dihüdh/ 'commodité, réconfort' et dihudgar /dihüdhgar/ 'ami réconfortant'. En moyen breton de 1499, dans le Catholicon, on a le composé trugar, trugarez (tru+gar /pitié-aime/, 'miséricorde'), qui a aussi des correspondants dans les autres langues celtiques, le cornique tregereth 'compassion, pitié, sympathie', le gallois trugaredd 'merci' et l'irlandais tròcaire 'merci, clémence, compassion' (Deshayes 2003:'trugar'). En breton moderne, dans tudkarantez 'altruisme' et tudkarouriezh 'philosophie altruiste' (Vallée 1980), on voit une racine [tud-kar] qui forme le noyau sur lequel s'affixent les morphèmes nominaux.


Certains composés de ce type sont plus difficiles à analyser quant au rôle de patient assigné au nom initial. Dans banktorr (m. –ioù 'banqueroute', Cornillet 2020), la tête est bien une dérivation nominale sur terriñ 'casser' qui montre sa racine torr-, mais bank- la 'banque' n'est pas le patient qui subit l'action de casser. Une banqueroute est plus un "cassage" de type bancaire (modification adjectivale) qu'un 'casse de banque'.


[ [V]N-Agent]N

(1) redadegoù-tirvi Pamplona.
cour.se.s-taureau.x Pamplona
'les courses de taureaux de Pamplona.'
Standard, Drezen (1932:7)


[ Patient.V.Agent ]N

Le sujet agent d'un verbe nominalisé peut être présent dans le composé par suffixation de -er, -our, avec une incorporation de l'objet en initiale de ce composé. Dans madoberour, le verbe est sous sa forme infinitive.


(2) Kement-se ne vire ket ouzh an annezidi da reiñ d'o madoberour meur a frapad poan benn.
autant-ça ne1 empêchait pas à le habitants de1 donner à1'leur bien.fait.eur moulte de1 coup douleur tête
'Cela n’empêchait pas les habitants de donner à leur bienfaiteur plus d’une migraine.'
Léon, Abeozen (1986:52)


Ce composé existe avec une racine verbale. Si on prend dengarour 'humaniste, humanitaire, philanthrope', l'existence d'un adjectif dengar 'humaniste, humanitaire, philanthropique' suggère une structure [ [Patient.Verbe.rad]Adj.Agent]N, où la suffixation s'applique sur le composé du nom et du verbe.

  • brogar adj. 'patriote, patriotique'
+ -our > brogarour 'patriote'
+ -antez > brogarantez 'amour patriotique'


[ Patient.V.rad ]N

Dans les composés denlazh 'homicide' ou benlazh 'féminicide', le verbe est sémantiquement la tête du composé. Un morphème zéro dérivationnel obtient 'action de V', mais son emplacement dans le composé est difficile à saisir.


[[V.Agent]N-Patient]N

Le sujet agent d'un verbe nominalisé peut aussi être présent dans le composé avec son objet qui le suit (cf. gounider-bara 'un homme qui gagne bien sa vie', Gros 1989:186). La structure est alors [[V-S]-O]N, avec une relation de constituance inverse à l'ordre VSO d'une phrase, où le verbe et son objet forment un constituant (VP) dont le sujet est exclut.


(1) daoust ha ma vezen lesanvet ganto "an debrer-gleskered".
bien que que4 étais sur.nom.mé avec.eux "le mangeur de grenouilles"
'bien qu'ils m'aient surnommé "le mangeur de grenouilles".'
Trégorrois, Priel (1959)


(2) Amañ emañ ar roer-bilhiji.
ici est le donn.eur-billets
'Le distributeur de billets est là.
Léon, Kervella (2009:59)


liage interne à l'objet

Dans un composé, quand l'ordre est VSO avec une nominalisation du verbe et de son agent, l'objet peut comprendre un possessif lié par cet agent.


(1) Hennez a zo eur chaoker-e-henou.
celui.là R est un mâcheur-son1-bouche
'Celui-là est un grognon.'
Trégorrois, Gros (1989:'chaokad')


(2) Sell ar gargerez-he-horv-ze.
regarde le1 charg.euse-son2-corps-ci
'Regarde-moi cette femme qui s'empiffre.'
Trégorrois, Gros (1989:'karga')


Le composé peut obtenir un animé auquel est donné le rôle thématique d'agent sans qu'apparaisse le suffixe -er, -our qui cependant est est visible au pluriel. Kervella (1947:§871.c'h) donne:

kar-e-vro karerien-o-bro
triñs-e-vri triñserien-o-fri
lonk-e-sizhun lonkerien-o-sizhun


Dans ces constructions nominales composées d'un verbe et de son objet, lorsque l'objet est un possessif, on voit ses traits de personne différer de ceux d'éléments co-référents dans la phrase.


(3) Pesort sav-e-fri oc'h-c'hwi!
quel lève-sonx-nez êtesx-vousx
'Quel lève-ton-nez tu es! i.e. Qu'est-ce que tu peux être curieux!'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:30)


On voit que la traduction littérale en français, en contraste, doit utiliser un possessif de deuxième personne, ton (* Quel lève-son-nez tu es/vous êtes!).


lak-pep-tra 'vide-poches'

Le nom composé lak-pep-tra 'fourre-tout' dénote un objet qui n'est en rien l'agent du verbe lakaat 'mettre' sur lequel il est construit. Le sujet, si présent dans la structure, est un impersonnel ou un PRO arbitraire. Il est parallèle au français fourre-tout.

Adjectifs modifiés

[Adj-Adj]Adj

Dans les composés de deux adjectifs, le premier est la tête du composé et le second est le modifieur. La modification peut être sémantiquement variée.

intensifieurs

Les adjectifs à la droite du composé sont multiples. Ils peuvent avoir un sens intensifieur de l'adjectif qu'ils modifient (skuizh-marv, /fatigué-mort/, 'très fatigué'). Gros (1984:388) donne brein-put, 'pourri-âcre', dall-mouèk, 'aveugle tout-à-fait'...

Gros (1984:388) donne aussi différents participes passés en composé avec les adjectifs uhel, brav, mat, fall. Ils ont tous un sens intensifieur (lañset-mat 'bien émêché') ou évaluatif ( livet-brao 'qui a une belle couleur', livet-fall 'pâle', tuet-mat 'habile, adroit de ses mains'...).


manière

Lorsque le premier adjectif est un verbe dérivé, le second adjectif peut dénoter la manière ou le résultat de l'action dénotée par ce verbe.

(1) uioù poazh-tanav, uioù poazh-kalet

oeufs cuit-mince, oeufs cuit-dur
'oeufs mollets, oeufs durs', Standard, Louis (2015:102)

(2) park edet-stank, /champ blé.é-serré/, 'champ où le blé est serré'

park edet-rouez, /champ blé.é-rare/, 'champ où le blé est clairsemé', Vallée (1980:XXI)


Lorsque le premier adjectif est un nom dérivé, comme un participe lui-même formé sur un nom, le second adjectif revient à modifier sémantiquement le nom à l'intérieur du composé:

(3) askellet-ledan, /aile.é-large/, 'à larges ailes'

garret-eeun, /jambe.é-droit/, 'qui a des jambes droites'
garret-kamm, /jambe.é-boiteux/, 'dont les jambes sont tordues', Vallée (1980:XXI)


[Adj-N]Adj

Un nom peut modifier un adjectif. Dans l'ordre [Adj-N]Adj, on obtient une sémantique en 'Adj. comme un N'.

(4) koz-ebestel

'vieux comme les apôtres'
Trégorrois, Gros (1989:'abostol')

(5) ar brini-du-torch-pod

'les corbeaux noirs comme un torchon de chaudron'
Cornouaillais / Léon, Croq (1908:1)


Gros (1984:387) donne brein-tont 'pourri comme l'amadou', glaz-dour 'vert d'eau', koz-douar 'vieux comme la terre', leun-barr 'plein à ras-bords', melen-aour 'jaune comme l'or', noaz-pill 'nu comme un ver', yah-pesk 'bien portant comme un poisson dans l'eau'...


[N-Adj]Adj

Dans l'ordre [N-Adj]Adj, on obtient une sémantique de localisation (begsec'h 'sec au bout'). L'ensemble peut alors être verbalisé (beglemmañ 'effiler, tailler un crayon', Bouzec & al. 2017:228).


(6) Bégzèrh'd 'ma toud 'n gwé ga'n amz'r tomm-ru.
bout-séché est tout le arbres avec'le temps chaud-rouge
'A cause du temps très chaud, les extrémités des branches sont désséchées.'
Cornouaillais de l'Est (Moëlan), Bouzec & al. (2017:45)


Verbes

[N1-V]V

Le lieu d'application de l'action du verbe peut apparaître en composé avant son verbe. Ce nom provoque la lénition sur le verbe qui est la tête du composé.


  • maendresañ, 'lithographier'

La lithographie du grec lithos 'pierre' et graphein 'écrire' est une technique de reprographie où les lignes sont composées sur une pierre calcaire. Herri (1982:19) qui était imprimeur traduit ce terme par maendreserezh, un composé au même ordre de mots que le composé grec et français. Maendreserezh est un nom formé sur le verbe maendresañ, tresañ war vaen.


  • skingas, 'émettre'
(1) E oad o4 skingas gwerzioù Glinka.
R étions.IMP à4 ondes.1envoyer chanson.s Glinka
'La radio passait (émettait) des chansons de Glinka.'
Trégorrois (Kaouenneg), ar Barzhig (1976:40)


[V-P]V

L'objet et patient du verbe peut apparaître en composé après son verbe.


(2) N'eo ket bet toullgofet c'hoazh?
ne1'est pas été trou.1ventre.é encore
'Elle n'a pas encore été déflorée?'
Breton central, Favereau (1984:353)


[[V-P]V]Adj

Cette structure, relativement complexe, est à mettre en relation avec les appositives (ur vuoc'h marv he leue).


(3) on daoulagad beuc'h marlouiet
un deux.oeil vache mort.veau
'une paire d'yeux de vache ayant eu un veau mort-né.'
(triste, incrédule, décontenancé), Breton central, Favereau (1984:300)


[Adv-V]Adj

L'adjectif kalet-klev signifie 'dur d'oreille'. La tête est le verbe klevout 'entendre' ou sa racine, modifiée par l'adjectif kalet 'dur'. Il est aussi possible que le verbe soit nominalisé avant sa modification.

L'agent du verbe klevout coréfère avec le nom que cet adjectif peut modifier.

La structure de kaletpoazh '(oeuf) dur' est identique, sur la verbe poazhañ 'cuire'.


[résultat-[A-V]V]V

(4) 'kreiz al leur-gêr tommheoliet ha didud
au.milieu le aire-1ville chaud.soleil.lé et sans1.gens
'au milieu de la place publique vide chauffée par le soleil'
Standard, Drezen (1932:5)


[Prep-Cardinal]V

  • etredaouiñ, 'être entre deux, hésiter'

A ne pas confondre

La confusion la plus courante est entre mots composés et mot dérivés, c'est-à-dire décomposables en préfixe, racine et suffixe et non pas en mots autrement indépendants. Gros (1984:383-86) traite par exemple de l'affixation sous le titre 'mots composés'. Ce type de composition est décrit sur ce site dans la fiche sur l'affixation.


mots composés dans les dérivations

Certains mots composés n'existent que dans le cadre d'une suffixation particulière.

Avec une suffixation en -ad, on obtient dregantad 'pourcentage', alors que la base n'existe pas indépendamment: dre gant 'pour cent' est un syntagme prépositionnel dont on n'a pas d'emploi en composé (on trouve le même fonctionnement dans le français pourcentage, pour cent).


dérivations par morphème zéro: [[V-PP]-ø]]N

Certains mots composés n'existent que dans le cadre d'une suffixation particulière qui en plus implique un morphème zéro.


(1) Monet en-dro an taolioù-mouezh e brezhoneg Malgeneg'
aller de-retour le coup.s-voix dans breton Malgeneg
'Le fonctionnement des accentuations dans le breton de Malgenec'
titre de Pipec (2005), Hor Yezh 243.


Terminologie

Kervella (1947) utilise les termes bretons ger kevrenneg, 'mot composé' et kevrennadur, 'composition'. Chalm (2008) utilise le terme liesger.

Press (1986:239) traduit lies-ger par l'anglais compound word.


Bibliographie

  • Piechnik, Iwona. 2009. 'Mots composés en breton sous l'influence du français: observations historico-typologiques en comparaison avec les interférences étrangères en polonais', Romanica Cracoviensia, 126-152. texte.
  • Schapansky, N. 2012. 'Part I: Compounding in Breton grammatical and logical head', Lingua 122 (12), 1253-1267.


horizons comparatifs

  • Awbery, G. M. 2004 'Welsh', Arnaud, P. J. L. (éd.), Le Nom Composé: Données sur seize Langues, Lyon: Presses Universitaires de Lyon, 303–27.