Mor-, mar- : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(productivité)
 
(24 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
| || [[kavout|trouvé]] || [[R]] [[zo|est]] [[diouzhtu|immédiatement]] ||[[art|un]] sur.nom [[da|à]].[[pronom incorporé|lui]]
 
| || [[kavout|trouvé]] || [[R]] [[zo|est]] [[diouzhtu|immédiatement]] ||[[art|un]] sur.nom [[da|à]].[[pronom incorporé|lui]]
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'On lui trouve de suite un surnom:''Fil-de-fer''!'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:104)
+
|||colspan="4" | 'On lui trouve de suite un surnom: ''Fil-de-fer''!'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:104)
 
|}
 
|}
 
  
[[Chalm (2008)|Chalm (2008]]:w-218) donne '''''mar'''lonk'', 'glouton'; '''''mar'''noaniet'', 'affamé'; '''''mar'''soñj'', 'réminiscence, vague souvenir'; '''''mar'''blev'', 'duvet de poil'
+
 
 +
[[Chalm (2008)|Chalm (2008]]:w-218) donne '''''mar'''soñj'' 'réminiscence, vague souvenir', '''''mar'''blev'' 'duvet de poil'.
  
  
Ligne 31 : Ligne 31 :
 
|(2)|| Didud ha '''mor'''gousket || e oa ||ar gompezenn.
 
|(2)|| Didud ha '''mor'''gousket || e oa ||ar gompezenn.
 
|-
 
|-
| || [[di-|sans]]<sup>[[1]]</sup>.gens [[&|et]] ''pfx''<sup>[[1]]</sup>.endormi || [[R]] [[COP|était]]|| [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>plaine
+
| || [[di-|sans]]<sup>[[1]]</sup>.[[tud|gens]] [[&|et]] ''pfx''<sup>[[1]]</sup>.[[kousk|endormi]] || [[R]] [[COP|était]]|| [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>plaine
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" |  'La plaine était endormie et déserte.' ||||||||''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:36)
 
|||colspan="4" |  'La plaine était endormie et déserte.' ||||||||''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:36)
Ligne 39 : Ligne 39 :
 
Cependant, l'étendue des consonnes que la lénition peut affecter est sujette à discussion. Selon [[Chalm (2008)|Chalm (2008]]:w-218), ''mar-'' provoque une [[lénition]] sur les consonnes <font color=green>/k, t, p/</font color=green> seulement.
 
Cependant, l'étendue des consonnes que la lénition peut affecter est sujette à discussion. Selon [[Chalm (2008)|Chalm (2008]]:w-218), ''mar-'' provoque une [[lénition]] sur les consonnes <font color=green>/k, t, p/</font color=green> seulement.
  
Les exemples fournis par [[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§885) montrent qu'il fait aussi les lénitions sur <font color=green>/m, b/</font color=green> ('''''mar'''velen'', '''''mor'''vaout'', et '''''mor'''vran'', '''''mor'''vezhin'').
+
Les exemples fournis par [[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§885) montrent qu'il fait aussi les lénitions sur <font color=green>/m, b/</font color=green> ('''''mar'''velen'', '''''mor'''vaout'', et '''''mor'''vran'', '''''mor'''vezhin''). Dom Lan Inisan à la fin du XIX° a la forme non-mutée ''mar'''b'''lev''.
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(3)|| N'eo ket || pluet a-walc'h ||da laboused; || n'eus nemet || '''mar'''bleo warnezo. ||||''Léon 1878'', [[Inisan (1930)|Inisan (1930]]:11)
 +
|-
 +
| || [[ne]]<sup>[[1]]</sup>'[[COP|est]] [[ket|pas]] || emplumé [[a-walc'h|assez]]||[[POSS|ton]]<sup>[[1]]</sup> [[labous|oiseaux]] ||  [[ne]]<sup>[[1]]</sup>'[[E|est]] [[nemet|seulement]] || ''pfx''.[[blev|chevelure]] [[war|sur]].[[pronom incorporé|eux]]
 +
|-
 +
|||colspan="4" |'Tes oiseaux n'ont pas assez le plumage, ils n'ont qu'un duvet.'
 +
|}
  
 
=== accentuation ===
 
=== accentuation ===
  
L’[[accentuation]] en [[KLT]] tombe sur l’avant-dernière syllabe et montre avec les bisyllabiques que le préfixe ''mor-'' peut prendre l’[[accentuation de mot]] (''MORc’hed'', [[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§887).
+
L’[[accentuation]] en [[KLT]] tombe sur l’avant-dernière syllabe et montre avec les bisyllabiques que le [[préfixe]] ''mor-'' peut prendre l’[[accentuation de mot]] (''MORc’hed'', [[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§887).
  
  
 
=== productivité ===
 
=== productivité ===
  
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:369) donne '''''mar'''naoniet'', 'affamé' et '''''mor'''livet'', 'pâle'. Il considère que ce préfixe remonte au [[vieux breton]] et n'est plus productif en breton trégorrois.
+
La productivité de ce préfixe est sujette à variation dialectale.
 +
 
 +
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:369) considère que ce préfixe remonte au [[vieux breton]] et n'est plus productif en breton trégorrois. De plus, il cite '''''mar'''naoniet'' 'affamé' et '''''mor'''livet'' 'pâle' qui plausiblement ne relèvent pas de ce suffixe. Le premier dérive de ''[[marv]]-'', et l'autre du nom ''[[mor]]'' 'mer'.
 +
 
 +
On trouve le minoratif ''mor-, mar-'' de façon assez productive dans le dictionnaire cornouaillais de [[Ar Scao (1945)]] et dans [[Ar Gow (1999b)|Ar Gow (1999b]]:54) ([[Kedez (2016)|Kedez (2016]]:47).
  
On en trouve cependant de façon assez productive dans le dictionnaire cornouaillais de [[Ar Scao (1945)]] et dans [[Ar Gow (1999b)|Ar Gow (1999b]]:54) ([[Kedez (2016)|Kedez (2016]]:47).
 
  
 
== Diachronie ==
 
== Diachronie ==
  
Selon [[Deshayes (2003)| Deshayes (2003]]:37), ''mor-'' est une variante de ''mar-'', qui comme ''[[min-]]'', dérive du vieux breton ''men-'', 'petit'.
+
Selon [[Deshayes (2003)| Deshayes (2003]]:37), ''mor-'' est une variante de ''mar-'', qui comme ''[[min-]]'', dérive du [[vieux breton]] ''men-'' 'petit'.
  
  
== Sémantique ==
+
L'[[allomorphe]] ''mar-'' a pu être soutenu sporadiquement par ''marv'' 'mort'.
  
=== sens péjoratif ===
+
L'[[allomorphe]] ''mor-'' a pu être soutenu par des emprunts romans. Ainsi de l'adjectif prénominal ''mort'' du français, comme dans ''mort fil'' 'lame émoussée' que [[Ernault (1901b)|Ernault (1901b]]:95) propose comme source d'[[emprunt]] pour ''morfilañ'' 'dormir d'un sommeil léger', ''divorfil'' 'réveillé'.
 
 
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§885) note un sens péjoratif léger et [[Chalm (2008)|Chalm (2008]]:w-218) un sens clairement dépréciatif.
 
  
 +
== Sémantique ==
  
 
=== a-perfectivité ===
 
=== a-perfectivité ===
  
Sur un verbe, le préfixe peut être [[a-perfectif]]. L'action n'est pas entièrement réalisée ('''''mor'''gousket'', 'somnolent', [[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:§230).
+
Sur un verbe, le préfixe peut être [[a-perfectif]]. L'action n'est pas entièrement réalisée ('''''mor'''gousket'' 'somnolent', [[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:§230).
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(3)|| Donet a ran da benn || a '''vor'''gousket, || rak ne harzan ket mui…
+
|(4)|| Donet a ran da benn || a '''vor'''gousket, || rak ne harzan ket mui…
 
|-
 
|-
| || [[dont|venir]] [[R]] [[ober|fais]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> bout||[[a|à]]<sup>[[1]]</sup> ''pfx''<sup>[[1]]</sup>.dormir|| [[kar|car]] [[ne]]<sup>[[1]]</sup> supporte [[ket|pas]] [[mui|plus]]
+
| || [[dont|venir]] [[R]] [[ober|fais]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[penn|bout]]||[[a|à]]<sup>[[1]]</sup> ''pfx''<sup>[[1]]</sup>.[[kousk|dormir]] || [[kar|car]] [[ne]]<sup>[[1]]</sup> supporte [[ket|pas]] [[mui|plus]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Je parviens à m'endormir à peu près car je n'en peux plus...'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:306)
 
|||colspan="4" | 'Je parviens à m'endormir à peu près car je n'en peux plus...'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:306)
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
=== sens péjoratif ===
 +
 +
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§885) note pour ce préfixe un sens péjoratif léger et [[Chalm (2008)|Chalm (2008]]:w-218) un sens clairement dépréciatif (mais il inclut dans ses exemples des mots dérivés en ''marv-'', ce qui peut l'expliquer).
  
  
Ligne 84 : Ligne 100 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(1)|| daoust ha ma || vezen '''les'''anvet ||ganto "an debrer-gleskered".
+
|(5)|| daoust ha ma || vezen '''les'''anvet ||ganto "an debrer-gleskered".
 
|-
 
|-
 
| || [[daoust|bien]] [[c.ha(g)|que]] [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> ||[[vez|étais]] [[les-|sur]].nommé || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|eux]] "le mangeur de grenouilles"
 
| || [[daoust|bien]] [[c.ha(g)|que]] [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> ||[[vez|étais]] [[les-|sur]].nommé || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|eux]] "le mangeur de grenouilles"
Ligne 90 : Ligne 106 :
 
|||colspan="4" | 'bien qu'ils m'aient surnommé "le mangeur de grenouilles".'|||| ||||||||''Trégorrois'', [[Priel (1959)]]
 
|||colspan="4" | 'bien qu'ils m'aient surnommé "le mangeur de grenouilles".'|||| ||||||||''Trégorrois'', [[Priel (1959)]]
 
|}
 
|}
 +
  
 
== A ne pas confondre ==
 
== A ne pas confondre ==
  
Il existe un préfixe <font color=green>/mar-/</font color=green> qui vient de ''marv'', 'mort' (''marvor, marskaonv'', [[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§885). Il n'est pas toujours évident de distinguer sémantiquement ces deux suffixe, par exemple dans ''marnaoniet'', 'affamé, mort de faim'.
+
Il existe un préfixe <font color=green>/mar-/</font color=green> qui vient de ''[[marv]]'' 'mort' (''marskaonv'', [[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§885, ''marskañviñ'' 'apprêter un défunt sur son lit de mort', [[Menard (2016)|Menard 2016]]).  
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
| (1) ||on daoulagad || beuc'h || '''mar'''louiet
 +
|-
 +
|  || [[art|un]] [[duel|deux]].[[lagad|oeil]] || [[buoc'h|vache]] || mort.[[leue|veau]].é
 +
|-
 +
|  ||colspan="4" | 'une paire d'yeux de vache ayant eu un veau mort-né.'
 +
|-
 +
| || (triste, incrédule, décontenancé) ||||||''Breton central'', [[Favereau (1984)|Favereau (1984]]:300)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
Il n'est pas toujours évident de distinguer sémantiquement ces deux suffixes. Dans l'adjectif '''''mar'''lonk'' 'vorace' ([[Seite & Stéphan (1957)|Seite & Stéphan 1957]]:76), construit sur le radical de ''[[lonkañ]]'' 'avaler, engloutir', l'effet n'est pas [[atténuateur]] ni [[a-perfectif]]. Au contraire, c'est un intensifieur, tout au plus dépréciatif. C'est donc plausiblement le préfixe ''mar(v)-''. On peut globalement soupçonner le sens de ''marv'' lorsque ''mar-'' a un sens d'[[intensifieur]], par exemple dans ''marnaoniet'' 'affamé, mort de faim', ou '''''mar'''lonk'' 'glouton' ([[Chalm (2008)|Chalm 2008]]:w-218).
 +
Dans certains environnements sémantiques (2), il pourrait s'agir aussi bien de ''marv-'' que du minoratif ''mar-''.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (4) || pa veze || '''mar'''vor.
+
| (2) || pa veze || '''mar'''vor.
 
|-
 
|-
||| [[pa|quand]]<sup>[[1]]</sup> [[vez|était]] ||''pfx''<sup>[[1]]</sup>.mer
+
||| [[pa|quand]]<sup>[[1]]</sup> [[vez|était]] ||''pfx''<sup>[[1]]</sup>.[[mor|mer]]
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" |'lors des marées de mortes-eaux' ||||||''Léon (Plougerneau)'', [[Elégoët (1982)|Elégoët (1982]]:23)
 
| ||colspan="4" |'lors des marées de mortes-eaux' ||||||''Léon (Plougerneau)'', [[Elégoët (1982)|Elégoët (1982]]:23)
Ligne 105 : Ligne 137 :
 
   
 
   
  
Il existe un préfixe ''[[mor- (N.)]]'' <font color=green>/mor-/</font color=green> qui est le [[préfixe]] [[grammaticalisé]] à partir du nom ''mor'', 'mer'. Il n'est pas toujours évident de distinguer sémantiquement ces deux suffixe, par exemple dans ''morlivet'', 'pâle'.
+
Il existe aussi un préfixe ''[[mor- (N.)]]'' <font color=green>/mor-/</font color=green> qui est le [[préfixe]] [[grammaticalisé]] à partir du nom ''mor'' 'mer'. Il n'est pas toujours évident de distinguer sémantiquement ces deux suffixes, par exemple dans '''''mor'''livet'' 'pâle'. Il existe cependant des paires minimales sémantiques, comme ''morglav'' 'bruine' et ''morc'hlav'' 'grain, pluie venant de la mer' (les deux préfixes peuvent provoquer une [[lénition]]).  
  
  

Version actuelle datée du 28 mai 2020 à 17:41

Le morphème mor-, ou mar- préfixe minorativement toutes sortes de catégories: noms, adjectifs, verbes.


(1) Kavet a zo doc'htu ur moranv dezhoñ: Fil-de-fer!
trouvé R est immédiatement un sur.nom à.lui
'On lui trouve de suite un surnom: Fil-de-fer!' Vannetais, Herrieu (1994:104)


Chalm (2008:w-218) donne marsoñj 'réminiscence, vague souvenir', marblev 'duvet de poil'.


Morphologie

On trouve les formes mor- comme mar-.

Kervella (1947:§885) donne:

marbluñv, marvelen, marnaoniet, margalon, marlonk, marnec'het, marsoñj
morgousket, morlivet, morgoad, morc'hed, morvitellet


mutation

Ce préfixe provoque la lénition, ici K>G.


(2) Didud ha morgousket e oa ar gompezenn.
sans1.gens et pfx1.endormi R était le 1plaine
'La plaine était endormie et déserte.' Standard, Drezen (1990:36)


Cependant, l'étendue des consonnes que la lénition peut affecter est sujette à discussion. Selon Chalm (2008:w-218), mar- provoque une lénition sur les consonnes /k, t, p/ seulement.

Les exemples fournis par Kervella (1947:§885) montrent qu'il fait aussi les lénitions sur /m, b/ (marvelen, morvaout, et morvran, morvezhin). Dom Lan Inisan à la fin du XIX° a la forme non-mutée marblev.


(3) N'eo ket pluet a-walc'h da laboused; n'eus nemet marbleo warnezo. Léon 1878, Inisan (1930:11)
ne1'est pas emplumé assez ton1 oiseaux ne1'est seulement pfx.chevelure sur.eux
'Tes oiseaux n'ont pas assez le plumage, ils n'ont qu'un duvet.'

accentuation

L’accentuation en KLT tombe sur l’avant-dernière syllabe et montre avec les bisyllabiques que le préfixe mor- peut prendre l’accentuation de mot (MORc’hed, Kervella 1947:§887).


productivité

La productivité de ce préfixe est sujette à variation dialectale.

Gros (1984:369) considère que ce préfixe remonte au vieux breton et n'est plus productif en breton trégorrois. De plus, il cite marnaoniet 'affamé' et morlivet 'pâle' qui plausiblement ne relèvent pas de ce suffixe. Le premier dérive de marv-, et l'autre du nom mor 'mer'.

On trouve le minoratif mor-, mar- de façon assez productive dans le dictionnaire cornouaillais de Ar Scao (1945) et dans Ar Gow (1999b:54) (Kedez (2016:47).


Diachronie

Selon Deshayes (2003:37), mor- est une variante de mar-, qui comme min-, dérive du vieux breton men- 'petit'.


L'allomorphe mar- a pu être soutenu sporadiquement par marv 'mort'.

L'allomorphe mor- a pu être soutenu par des emprunts romans. Ainsi de l'adjectif prénominal mort du français, comme dans mort fil 'lame émoussée' que Ernault (1901b:95) propose comme source d'emprunt pour morfilañ 'dormir d'un sommeil léger', divorfil 'réveillé'.

Sémantique

a-perfectivité

Sur un verbe, le préfixe peut être a-perfectif. L'action n'est pas entièrement réalisée (morgousket 'somnolent', Favereau 1997:§230).


(4) Donet a ran da benn a vorgousket, rak ne harzan ket mui…
venir R fais à1 bout à1 pfx1.dormir car ne1 supporte pas plus
'Je parviens à m'endormir à peu près car je n'en peux plus...' Vannetais, Herrieu (1994:306)


sens péjoratif

Kervella (1947:§885) note pour ce préfixe un sens péjoratif léger et Chalm (2008:w-218) un sens clairement dépréciatif (mais il inclut dans ses exemples des mots dérivés en marv-, ce qui peut l'expliquer).


les- vs. mor-

On trouve apparemment de façon équivalente moranv et lesanv 'surnom', avec le préfixe les-.


(5) daoust ha ma vezen lesanvet ganto "an debrer-gleskered".
bien que que4 étais sur.nommé avec.eux "le mangeur de grenouilles"
'bien qu'ils m'aient surnommé "le mangeur de grenouilles".' Trégorrois, Priel (1959)


A ne pas confondre

Il existe un préfixe /mar-/ qui vient de marv 'mort' (marskaonv, Kervella 1947:§885, marskañviñ 'apprêter un défunt sur son lit de mort', Menard 2016).


(1) on daoulagad beuc'h marlouiet
un deux.oeil vache mort.veau
'une paire d'yeux de vache ayant eu un veau mort-né.'
(triste, incrédule, décontenancé) Breton central, Favereau (1984:300)


Il n'est pas toujours évident de distinguer sémantiquement ces deux suffixes. Dans l'adjectif marlonk 'vorace' (Seite & Stéphan 1957:76), construit sur le radical de lonkañ 'avaler, engloutir', l'effet n'est pas atténuateur ni a-perfectif. Au contraire, c'est un intensifieur, tout au plus dépréciatif. C'est donc plausiblement le préfixe mar(v)-. On peut globalement soupçonner le sens de marv lorsque mar- a un sens d'intensifieur, par exemple dans marnaoniet 'affamé, mort de faim', ou marlonk 'glouton' (Chalm 2008:w-218). Dans certains environnements sémantiques (2), il pourrait s'agir aussi bien de marv- que du minoratif mar-.


(2) pa veze marvor.
quand1 était pfx1.mer
'lors des marées de mortes-eaux' Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:23)


Il existe aussi un préfixe mor- (N.) /mor-/ qui est le préfixe grammaticalisé à partir du nom mor 'mer'. Il n'est pas toujours évident de distinguer sémantiquement ces deux suffixes, par exemple dans morlivet 'pâle'. Il existe cependant des paires minimales sémantiques, comme morglav 'bruine' et morc'hlav 'grain, pluie venant de la mer' (les deux préfixes peuvent provoquer une lénition).