Différences entre les versions de « Moarvat »

De Arbres
Ligne 43 : Ligne 43 :
[[Category:adverbes|Categories]]
[[Category:adverbes|Categories]]
[[Category:adverbes évidentiels|Categories]]
[[Category:adverbes évidentiels|Categories]]
[[Category:adverbes orientés vers le locuteur|Categories]]
[[Category:évidentiels|Categories]]
[[Category:évidentiels|Categories]]

Version du 12 avril 2018 à 18:51

Moarvat est un adverbe évidentiel: il apporte des informations sur l'attitude du locuteur vis-à-vis de la véracité de son énoncé. Sémantiquement, il induit que d'autres hypothèses que ce qu'il ou elle dit sont envisageables.


(1) …abalamour moarvat d’ar c’heleier ha d’ar gelennadurez a gaved enno…
à.cause sans.doute de'le 5nouvelles et de'le instruc.tion R1trouve.IMP dans.eux
'… sans doute à cause des nouvelles et de l’instruction qu’on y trouve.' Cornouaille (Pleyben), Ar Go (1950:5)


Syntaxe

L'adverbe moarvat, comme son synonyme emichañs, a un sens différent selon qu'il a portée sur la phrase ou pas.


Sémantique

en bord droit

En bord droit de constituant, moarvat exprime la confiance du locuteur quant à la probable véracité du constituant (cf. a-dra-sur, 'certainement').

'La poudre avait dû devenir humide, car je ne pouvais pas tirer.'

à l'initiale

A l'initiale de phrase, lorsque moarvat a portée sur la phrase, il exprime l'espoir du locuteur quant à la véracité de ce qui suit (cf. 'j'espère').

'J'espère qu'ils ne sont pas venus ici?'


Selon (Menard & Kadored 2001), la première lecture est aussi disponible à l'initiale:

'C'est sans doute/peut-être vrai.'