Met

De Arbres
Révision datée du 21 juillet 2022 à 18:46 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Remplacement de texte — « allé » par « all.é »)

La conjonction met, 'mais' marque l'opposition logique entre deux propositions.


(1) [ brøma sεlant ʃəvras dən trəwsə anε nøzεn wεn sevεr ]
Bremañ ' sellant ket vras d'an traoù-se anezhe met neuze 'oant sever.
maintenant ne1 regardent pas 1grand à le choses-ci P.eux mais alors R étaient sévère
'Maintenant ils ne sont pas regardants sur ces choses-là, mais à l'époque, ils étaient sévères.'
Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:22).


Morphologie

variation dialectale mes/met

À Lesneven, A.M. déclare utiliser également les formes mes et met (A.M. 02/2016). À Plougerneau, l'allomorphe mes de met n'est pas reconnue (M-L. B. 02/2016).


met pour nemet?

Parfois, met est utilisé comme forme abrégée de nemet, 'sauf'. Ceci est d'autant plus facile que nemet est visiblement lui-même composé de la négation de phrase ne et du marqueur d'opposition met.


(2) Nikun ne da tre, 'met a Vreiz e ve.
personne ne1 va postpos. sauf de1 Bretagne R4 serait
'Personne ne pénètre, à moins d'être né en Bretagne.'
Léonard, Kerrien (2000:12)


ken + (ne)met

Après ken, 'autre, autre chose', les formes met et nemet semblent équivalentes. Elles introduisent un ensemble de contraste ('autre chose que').


(3) Eno a zo kokouz penegwir ne vez ken med kargañ ar voz d'ober.
y R1 y.a coques C ne1 est autre.chose mais charger le 1poignée à1 faire
'Là, il y a des coques, puisqu'il n'y a qu'à ramasser à pleines mains.'
Trégorrois, Gros (1984:13)


(4) Ne ra ken nemet ober goap.
ne1 fait autre.chose seulement faire moquerie
'Il ne fait que se moquer.'
Kervella (1995:§234.III.)


Les formes /met/ et /nemet/ semblent aussi équivalentes quand la négation est apportée par ne, dans l'expression ci-dessous, qui exprime un passé proche.


(5) N'am-oa greet 'med serri an nor.
Ne R.1SG avait fait mais fermer le porte
'Je venais de fermer la porte.'
Haute-Cornouaille, Ar Merser (2009:585)

Syntaxe

ordres V2 après met

Press (1986:209) note que met, hogen 'mais' et rak 'car' n'ont pas besoin d'être immédiatement suivis du verbe fléchi. Le verbe fléchi peut donc apparaître en troisième position.


(1) Méd ni pa welem kement-se, a veze didruez ouz ar filouter...
mais nous quand1 voyions autant-ça R1 était sans1.pitié pour le filou
'Mais nous quand on voyait cela, on était sans pitié pour le filou... '
Léon, Seite & Stéphan (1957:107)


C'est l'ordre à verbe second est pour Press (1986:209) le signe que ce ne sont pas des conjonctions de subordination. Cependant, certains autres complémenteurs en breton autorisent les ordres V2 en enchâssées. Sémantiquement, les deux propositions connectées par met sont indépendantes.


(2) Met kerkent ec'h adkemere an tren e lañs hag ar veajourien o flasoù.
mais aussitôt R+C,4 re.prenait le train son1 élan et le 1voyag.eurs leur2 place.s
'Mais le train reprenait aussitôt son élan, et les voyageurs leurs places.'
Trégorrois (Kaouenneg), ar Barzhig (1976:09)

terme absent

Les deux termes en opposition ne doivent pas absolument être tous deux prononcés. Typiquement, le terme absent est la proposition antérieure dans le discours.


(3) Met m'eus disoñjet tout an dra-se paotr paour, aet eo tout deus ma spered.
mais 1SG a oubli.é tout le 1chose-ci gars pauvre all.é est tout de mon2 esprit
'Mais j'ai oublié tout ça, mon pauvre, c'est tout parti de ma tête.'
Bas-cornouaillais (Tréboul), Hor Yezh (1983:72)


(4) Med se a oa eun ankounah dezañ.
mais ça R était un oubli de.lui
'C'était un oubli de sa part.'
Trégorrois, Gros (1970:153)

Sémantique

avec la négation de phrase

Dans une phrase négative, met prend le sens de 'à l'exception de, sauf', glosé que ci-dessous.


(1) /a məmej nwa če rəsurz me-arnon/
Ha Mémé n'oa ket resourz met warnon.
et mémé ne.avait pas ressource que-sur.moi
'Et grand-mère n'avait pas d'autre appui que moi.'
Vannetais (Groix), Ternes (1970:348)

Expression

'Mais enfin !'

La conjonction met 'mais' n'est pas un exclamatif comme le français Mais ! (Tu te crois où ?). Il est possible que met ait donné l'interjection Ma !, mais en pratique l'exclamatif Mais ! est traduisible par toute sorte d'interjections.


(2) Kurun ! Petra emaoc'h oc'h ober aze ?
Tonnerre ! quoi êtes à1 faire
'Mais qu'est-ce que vous me fichez là ?'
Standard, Biguet (2017:60)