Louis Eunius ou le Purgatoire de Saint Patrice

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
  • Louis Eunius ou le Purgatoire de Saint Patrice, ms.


acronyme: EN.
mystère
XVIII° siècle.


histoire éditoriale

 Piriou & al. (1990:10):
 "La plus anciene version que l'on connaisse du Purgatoire de Saint Patrice se trouve dans une vie de Saint Patrick, rédigée vers la fin du XII° par le moine gallois Jocelin. Marie de France, avec son Espurgatoire de Saint Patriz a également traité ce thème. En 1627 paraissait à Madrid la Vida y Purgatorio de S. Patricio par Juan Perez de Montalvan. C'est là qu'apparaît pour la première fois le personnage de Ludivico Enio. Dix ans plus tard, le livre était traduit en français, puis en hollandais en 1668 et enfin, en italien en 1757. Les extraordinaire aventures de Louis Eunius eurent ainsi des lecteurs dans toute l'Europe du XVIII° siècle. La Borderie notait l'existence d'un évêque de Vannes, du VI° siècle, qui portait le nom d' Eunius. Mais la source directe du mystère breton est plus proche puisque Georges Dottin l'a retrouvée dans l' Histoire de la vie et du Purgatoire de Saint Patrice, archevesque et primat d'Hibernie, une traduction de l'ouvrage de Montalvan par le père François Bouillon, des frères mineurs, dotn la première édition parut à Avignon en 1642.
 On connaît en breton, un bon nombre de manuscrits du mystère intitulé Buez Louis Enius."


Il existe au moins une version du manuscrit breton due au trégorrois Jean Conan (ms. 45, fond celtique, BN.), qui a été corrigée fin XIX° par J.M. Luzel en vue de publication dans la Revue de Bretagne. Ce manuscrit de 78 feuillets porte l'écriture reconnaissable de Jean Conan (1765-1834) et a un rajout p. 70 de la main de son fils François Conan (1804-1874).

Piriou & al. (1990:10) signalent trois autres manuscrits de cette pièce qui ne sont pas de Jean Conan dans la bibliothèque de Lesquiffiou, ainsi qu'une Bue Louis Enius Mab dan Duque a Glaranç [Vie de Louis Eunius, fils du Duc de Clarence], manuscrit copié à Ploumilliau en 1859 par Jean-Louis Nicolas, "dont les illustrations ressemblent aux dessins de Jean Conan". L'original aurait pu être de Jean Conan, prêté par son fils.

ciblage dialectal

 Le Roux (1957:16-17):
 "Les pièces de théâtre du breton moderne nous sont parvenues après des copies successives, faites le plus souvent par des paysans, qui en ont peu à peu rapproché la langue de leurs dialectes; mais on y trouve encore néanmoins beaucoup de formes qui remontent à la rédaction primitive en langue commune [standard littéraire KLT du moyen breton] : ainsi dans Eunius, Tréfine, etc." 


Bibliographie


voir la liste complète des corpus anciens et gloses