Lonkañ

De Arbres
Révision datée du 15 mars 2022 à 08:25 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Remplacement de texte — « ]]|| » par « ]] || »)

Le verbe lonkañ 'avaler' est transitif.


(1) Lonka a ra ar homzou bep ma vezont lavaret.
avaler R fait le 5parole.s chaque que4 sont dit
'Il avale (il oublie) les paroles à mesure qu'on les prononce.'
Gros (1970b:§'lonka')


Morphologie

variation dialectlae

(2) [ lõnke na n u' en kri ]
aval.é avait un œuf en cru
'Il avait avalé un œuf tout cru.'
Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012b:'tout')


dérivation

Le préfixe tar-, tour- donne 'avaler de travers'.


(3) Ken braz e veze ar genaouajou ma venne tourlonka ...
tant grand R était le bouche.ée.s que4 voulait pfx.avaler
'Les bottes étaient tellement grandes qu'elle manquait d'avaler de travers...' (la moissonneuse)
Léon (Cléder), Seite (1985:95)


Le préfixe dis- obtient le verbe dislonkañ 'vomir'.

Diachronie

Matasović (2009) propose une racine verbale protoceltique * slu-n-k-o- 'avaler' donnant le vieil irlandais slucaid, -slucai avec son prétérite sloicis et son prétérite passé -slogeth, et pour la branche brittonique le moyen gallois llyncu, le vieux breton ro-luncas glosé guturicauit et le moyen breton louncaff.

La racine proto-indoeuropéenne * (s)lewk-, * (s)lewg- (IEW:964) a aussi donné avec ce même sens 'avaler' le grec lyzo 'avaler', l'ukrainien lykaty ou l'allemand schlucken.