Différences entre les versions de « Logod »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « A Locronan » par « À Locronan »)
Ligne 3 : Ligne 3 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(1)|| Diwar gizhier || ne deu ket || a '''logod'''. |||||| ''Trégorrois (Perros-Guirrec)'', [[Konan (2017)|Konan (2017]]:'diwar')
|(1)|| Diwar || gizhier || ne || deu || ket || a || '''logod'''.
|-  
|-  
||| [[diwar|de]]<sup>[[1]]</sup> [[kazh|chats]] || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[dont|vient]] [[ket|pas]] || [[a|de]]<sup>[[1]]</sup> souris
||| [[diwar|de]]<sup>[[1]]</sup> || [[kazh|chat]].[[pluriel interne|s]] || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> || [[dont|vient]] || [[ket|pas]] || [[a|de]]<sup>[[1]]</sup> || souris
|-  
|-  
|||colspan="10" | 'Les chiens ne font pas des chats.'
|||colspan="10" | 'Les chiens ne font pas des chats.'
|-
|||||||||colspan="10" | ''Trégorrois (Perros-Guirrec)'', [[Konan (2017)|Konan (2017]]:'diwar')
|}
|}


Ligne 19 : Ligne 21 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(2)|| Hennezh || 'zo || 'giz || 'l '''logodenn''' || 'ba' bleud.
|(2)|| Hennezh || 'zo || 'giz || 'l '''logodenn''' || 'ba' || bleud.
|-
|-
||| [[DEM|celui.ci]] || [[zo|est]] || [[e-giz|comme]] || [[art|le]] souris.[[-enn|SG]] || [[e-barzh|dans]] [[art|le]] [[bleud|farine]]
||| [[DEM|celui.ci]] || [[zo|est]] || [[e-giz|comme]] || [[art|le]] souris.[[-enn|SG]] || [[e-barzh|dans]] [[art|le]] || [[bleud|farine]]
|-
|-
|||colspan="10" | 'Celui-là est à son affaire.'  
|||colspan="10" | 'Celui-là est à son affaire.'  
|-
|-
|||colspan="10" |(litt. comme une souris dans la farine), ''Cornouaillais (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:I)
|||||||colspan="10" | ''Cornouaillais (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:I)
|}
|}


Ligne 37 : Ligne 39 :


Le [[suffixe verbal de l'infinitif]] ''[[-a]]'' provoque un [[dévoisement]] de la consonne qu'il suit et obtient ''logo'''t'''a'' 'chasser des souris' ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:341).
Le [[suffixe verbal de l'infinitif]] ''[[-a]]'' provoque un [[dévoisement]] de la consonne qu'il suit et obtient ''logo'''t'''a'' 'chasser des souris' ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:341).


== Diachronie ==
== Diachronie ==

Version du 15 juin 2022 à 10:30

Le nom logod dénote des 'souris'. C'est un nom collectif.


(1) Diwar gizhier ne deu ket a logod.
de1 chat.s ne1 vient pas de1 souris
'Les chiens ne font pas des chats.'
Trégorrois (Perros-Guirrec), Konan (2017:'diwar')


Morphologie

nombre

Le singulier s'obtient avec le singulatif -enn.


(2) Hennezh 'zo 'giz 'l logodenn 'ba' bleud.
celui.ci est comme le souris.SG dans le farine
'Celui-là est à son affaire.'
Cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:I)


À Locronan, A-M. Louboutin (09/2015a) a le nom collectif pluriel logod, le dérivé singulier logodenn, mais pas son dérivé double pluriel * logodennoù.

Châlons & Loth (1895) relèvent à Quiberon la forme llouogoadian 'souris'.


dérivation

Le suffixe verbal de l'infinitif -a provoque un dévoisement de la consonne qu'il suit et obtient logota 'chasser des souris' (Gros 1984:341).


Diachronie

Hemon (1975a:§25) considère que la forme *logot est à son origine un pluriel du nom comptable loc 'souris (SG.)'.