Différences entre les versions de « Les Questions »

De Arbres
Ligne 91 : Ligne 91 :
{| class="wikitable"
{| class="wikitable"
|(3)
|(3)
| '''Oare''' || '''cine''' || '''ce''' || aduce la cina
| '''Oare''' || '''cine''' || '''ce''' aduce la cina
|-
|-
|
|
| INT || qui || quoi || apporte le dîner
| INT || qui || quoi apporte le dîner
|-
|-
|  
|  

Version du 2 février 2009 à 00:25

Les questions sont formées en plaçant un mot interrogatif dans la zone préverbale.

Le verbe fléchi suit immédiatement l'interrogatif.


Variation dialectale dans les interrogatifs

Certains interrogatifs ont des formes dialectales très diverses et servent donc commodément de marqueurs de dialecte.


Questions oui / non

Les questions oui / non portent sur toute la phrase (cf. 'c'est vrai?'). En breton, elles sont formées en plaçant devant le verbe fléchi une particule hag, hag-en, daoust hag-en...ou en imposant sur la phrase une intonation montante.


Interrogatif ciblé (Mot WH)

Un mot dit 'mot -wh' (car il commencerait par wh- en anglais: who, what, which...) est un interrogatif qui cible un élément en particulier dans la phrase. En français, ces mots commencent par 'qu-' (quel, qui, quoi).

En breton, ont reconnait souvent le composant 'pe-'.

Liste des mots -wh



  • 'combien' (comptable: standard pegement; non comptable, standard pegeit)

Des variations dialectales apparaissent dans l'usage comptable/non-comptable pour des entités comme le temps. (ALBB carte 517)


  • 'quand' se trouve sous différentes formes dont les principales sont : peur en léon, pedavare, pelare, pevare dans le sud de l'aire centrale, pegoulz au nord-est... (ALBB carte 518)


  • 'comment' se trouve sous les formes penaos, peseurt mod, pegiz (ALBB carte 519). Wmffre (1998) signale la forme peneuz (lit. quelle.apparence) en breton central.


Wmffre (1998:32) signale un interrogatif pour demander le nom de quelque chose: petra din-me (quoi à.moi-moi). Ce composé est utilisé comme interrogatif à Plounévézel, en breton central. Ailleurs, ce composé est uniquement utilisé comme nom générique ('truc', 'machin'...), comme en français nantais Alors j'ai pris le dis-moi-donc et puis je l'ai lavé après.


  • 'pourquoi' se trouve sous les formes perak, abalamour da betra, abalamour da beseurt, d'ober petra, a gaoz da betra, a gaoz da berak, petra 'zo kaoz, (ALBB carte 521)


  • 'quel X?', se trouve sous les formes petare, peseurt ou pe (ALBB carte 524).

Interrogatifs multiples

Dans l'exemple en (1) signalé par Anne-Marie C. (Clohars), on compte un élément interrogatif, un complémenteur du type 'que' en français, puis un syntagme interrogatif. Les conditions de ce redoublement et l'extension dialectale de ce phénomène ne sont pas, à ma connaissance, documentés.


(1) Daoust ha pegeit amzer oa chomet ?
INT C combien temps était resté ?
'Elle/il était resté.e combien de temps?'


Cette structure, si avérée, rappelle la même structure en roumain (2). Cependant, il est à noter que le roumain, indépendamment, autorise les questions multiples (3) ce qui n'est pas possible en breton.

(2) Oare când pleaca la munte  ?
INT quand part à montagne
'Quand est-ce qu'il/elle part à la montagne?'
roumain, A. Falaus (01/2009)


(3) Oare cine ce aduce la cina
INT qui quoi apporte le dîner
'Qui apporte quoi au dîner?'
roumain, A. Falaus (01/2009)


- à documenter -