Le progressif : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Bibliographie)
(progressif en 'war')
Ligne 70 : Ligne 70 :
 
| ||||||||colspan="4" |''Trégorrois (Kaouenneg)/Standard'', [[ar Barzhig (1976)|ar Barzhig (1976]]:50)  
 
| ||||||||colspan="4" |''Trégorrois (Kaouenneg)/Standard'', [[ar Barzhig (1976)|ar Barzhig (1976]]:50)  
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
A Plozévet, [[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:206) note que cette structure, usitée est cependant restreinte [[[lexicalement]] à quelques verbes. Il donne:
 +
 +
* ''war wellaad e ya'', /[[war|sur]] mieux.sfx [[R]] [[mont|va]]/, 'son état s’améliore'
 +
. ''war wasaad e yee'', /[[war|sur]] pire.sfx [[R]] [[mont|allait]]/, 'son état empirait'
 +
* ''war rouesaad e yeont'', /[[war|sur]] rare.sfx [[R]] [[mont|vont]]/, 'ils se raréfient'
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==

Version du 12 mars 2013 à 17:03

Le progressif est une construction aspectuelle imperfective.

L'aspect progressif marque que la borne de fin du prédicat doit être calculée comme postérieure au temps de la phrase, indépendamment du temps de l'énonciation. En (1), la borne de fin de chom e Gwened est antérieure au temps de l'énonciation (le locuteur n'habite plus à Vannes lorsqu'il prononce la phrase), mais elle est postérieure au temps de la phrase marqué morphologiquement par la forme léonarde edon.


(1) P'edon o chom e Gwened...
quand étais à rester dans Vannes
'When I was living in Vannes...' , Léon, Heinecke (2001:81)
'Quand j'habitais à Vannes...'


En breton, le progressif utilise des prépositions spatiales qui marquent une coïncidence entre la figure et le fond: ouzh/o, et war ('sur').


progressif en 'o'

Le mode progressif en 'o' est composé de l'auxiliaire 'être' (bezañ) à la forme de situation emañ, ou à la forme d'habituel vez, sélectionnant la particule o qui introduit un syntagme verbal.


(1) Met ni 'vi ' c'hoarzin.
mais nous était à rire
'Mais nous, nous rigolions.' (nous étions en train de rire)
Cornouaillais (Saint-Yvi), German (2007:173)


Tout usage de la particule o n'est cependant pas la marque d'un progressif. En (2), la forme du verbe 'être' (bezañ) qui apparaît avec la particule o est la forme d'actualité int (forme eo de 'être', bezañ). La forme de situation correspondante, emaint, ne serait pas grammaticale.


(2) Laouen int o4 klevet o bugale o komz e brezhoneg.
heureux sont à entendre leur enfants à parler en breton
'Ils sont heureux d'entendre leurs enfants parler breton.'
standard, A. Cousin, 'Ken eürus e galleg hag e brezhoneg'
Finistère, Revue d’Information du Conseil Général du Finistère p.22.


à ne pas confondre

Le progressif réalisé avec la particule o ne doit pas être confondu avec en ur, l'équivalent du gérondif français.

progressif en 'war'

Le progressif marquant un changement d'état est formé à partir de la préposition war 'sur', suivi d'un verbe de changement d'état reconnaissable à sa terminaison en -aat.


(2) Matriona gaezh a yae war goshaat ivez hec'h unanik.
Matriona chère R allait sur vieillir aussi POSS.3SGF+V un.DIM
'Matriona vieillissait aussi seule.
Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:50)


A Plozévet, Goyat (2012:206) note que cette structure, usitée est cependant restreinte [[[lexicalement]] à quelques verbes. Il donne:

  • war wellaad e ya, /sur mieux.sfx R va/, 'son état s’améliore'

. war wasaad e yee, /sur pire.sfx R allait/, 'son état empirait'

  • war rouesaad e yeont, /sur rare.sfx R vont/, 'ils se raréfient'

Bibliographie

  • Hewitt, Steve. 2001. 'Le progressif en breton à la lumière du progressif anglais', Actances 11, Paris, 49-70.
  • Hewitt, Steve, 1990. 'The progressive in Breton in the light of the English progressive', Ball, Fife, Poppe, Rowland, Celtic Linguistics: Readings in the Brythonic Languages, Festschrift for T. Arwyn Watkins, Current Issues in Linguistic Theory 68, Benjamins, 167-188.
  • Hewitt, Steve, 1986. 'Le progressif en breton à la lumière du progressif anglais', La Bretagne Linguistique, 2:132-48.