Le présent : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Lecture générique)
(Futur proche)
Ligne 21 : Ligne 21 :
 
|(3)||M-eus aon || e '''ya''' d'ober || eun tamm barr || c'hoaz
 
|(3)||M-eus aon || e '''ya''' d'ober || eun tamm barr || c'hoaz
 
|-
 
|-
| || 1SG [[kaout|a]] peur || [[R]] [[mont|va]] [[da|de]] [[ober|faire]] || [[art|un]] [[tamm|morceau]] averse || [[c'hoazh|encore]]   
+
| || selon.moi || [[R]] [[mont|va]] [[da|de]] [[ober|faire]] || [[art|un]] [[tamm|morceau]] averse || [[c'hoazh|encore]]   
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Je crois qu'il va faire encore une petite averse.'
 
|||colspan="4" | 'Je crois qu'il va faire encore une petite averse.'

Version du 18 janvier 2013 à 18:27

Le breton a un temps présent synthétique qui exprime le temps présent imperfectif (Heinecke 2001:79).


(1) Me am-eus c'hoant da lavared penaoz ema ar wirionez gant ar skolaer !
moi R.1SG a envie de dire que est le vérité avec le instituteur
'Moi, j'ai envie de dire que la vérité est avec l'instituteur. Français du Trégor, Gros (1984:176)
'Moi, je prétends que l'instituteur a raison.' Trégorrois, Gros (1984:176)


Futur proche

Le futur proche peut être obtenu avec une morphologie du présent sur le verbe mont, 'aller' sélectionnant un groupe verbal infinitif introduit par da. En français de Basse-Bretagne, le miroir en est l'expression 'aller pour faire qqch'.


(3) M-eus aon e ya d'ober eun tamm barr c'hoaz
selon.moi R va de faire un morceau averse encore
'Je crois qu'il va faire encore une petite averse.'
Trégorrois, Gros (1984:158)

Lecture générique

Comme en français, le temps présent a parfois une interprétation générique.


(2) Iffig a zebr bara du.
Iffig R1 mange pain noir
'Iffig eats black bread.' Standard, Heinecke (2001:79)
'Iffig mange du pain noir.'

Stylistique

Un temps morphologique présent peut exprimer un temps sémantique futur.


(4) An den a zo hirio; warc'hoazh n'ema mui!
le humain R E aujourd'hui demain ne est plus
'L'homme existe aujourd'hui, demain il ne sera plus!'
BSA. (1877:165), cité dans Le Gléau (1973:41)