Le passé proche : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Variations dialectales)
(Variations dialectales)
Ligne 49 : Ligne 49 :
 
| || [[Ne]] [[R]].1SG-avait fait ||[[nemet|mais]] ||fermer [[art|le]] porte
 
| || [[Ne]] [[R]].1SG-avait fait ||[[nemet|mais]] ||fermer [[art|le]] porte
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Je venais de fermer la porte.'||||||||||[[Merser (2009)|Ar Merser (2009]]:585)   
+
|||colspan="4" | 'Je venais de fermer la porte.'||||||||||''Haute-Cornouaille'', [[Merser (2009)|Ar Merser (2009]]:585)   
 
|}
 
|}
  

Version du 5 mars 2012 à 17:43

Le passé proche, ou passé immédiat, est rendu par différentes constructions analytiques.


formes progressives

Être 'en train de cesser', c'est avoir juste fini.


(1) Ema Yann o paouez erruout.
est Yann à cesser arriver
'Jean vient d'arriver.' Ar Merser (2009:585)


(2) Emaon o tihan serri an nor.
suis à cesser fermer le porte
'Je viens de fermer la porte.' Ar Merser (2009:585)


'venir de'

Avec une transposition du spatial au temporel, comme en français, venir de signifie 'avoir juste fini de'.


(3) Yann a zo o tond da zerri an nor.
Yann R est à venir de fermer le porte
'Jean vient de fermer la porte.' Ar Merser (2009:585)


Variations dialectales

Ar Merser (2009:585) reporte, pour la Haute-Cornouaille, la forme en ober 'med.


(4) N'am-oa greet 'med serri an nor.
Ne R.1SG-avait fait mais fermer le porte
'Je venais de fermer la porte.' Haute-Cornouaille, Ar Merser (2009:585)


La structure en est similaire au français J'avais pas juste tourné les talons que...