Le conditionnel

De Arbres
Révision datée du 12 octobre 2010 à 21:00 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Page créée avec « Le conditionnel ''réalis'' en breton moderne est caractéristique du morphème -''fe''. == Diachronie == Le Gléau (1973:12,13) '''Vers 1710 l… »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Le conditionnel réalis en breton moderne est caractéristique du morphème -fe.

Diachronie

 Le Gléau (1973:12,13)
 
 Vers 1710 la forme potentielle se confond avec l'imparfait.
 Vers 1710, les trois cinquièmes des formes potentielles des 
 verbes réguliers s'entendent et s'écrivent comme des imparfaits. 
 Par exemple, la caractéristique H s'est toujours amuie en 
 position intervocalique, sauf pour quelques formes de dont.
 
 [...]
 Le besoin de clarté a imposé progressivement une caractéristique 
 F. Ce passage de H à F existe dans des mots comme dihuniñ: 
 Josef a zifunas Péron (1877:50) 
 
 [...]
 Entre 1610 et 1830 la caractéristique FE s'impose en Haut-Léon
 dans les verbes réguliers. Bris semble encore ignorer FE, Milin 
 ignore déjà HE.
 
 [...]
 Endevout dans le dernier tiers du 19° siècle et bezan dans
 le premier tiers du 20° alignent leurs formes potentielles sur 
 celles des verbes réguliers. 

Terminologie

La forme conditionnelle réalis est appellée 'forme potentielle' dans Le Gléau (1973:12).