Le Roux (1924-1953) : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(A propos)
Ligne 12 : Ligne 12 :
 
== A propos ==
 
== A propos ==
  
L'ensemble des cartes a fourni le matériel principal de la dialectologie bretonne du XX° (cf, entre autres, [[Falc'hun (1947)|Falc'hun 1947]], [[Falc'hun (1951a)|1951a]], [[Falc'hun (1963)|1963]], [[Falc'hun (1981)|1981]]).  
+
L'ALBB s'inspire directement de l'[[ALF]], l'''Atlas linguistique de la France'' de [[Gilliéron & Edmont (1902-1910)]].
  
Cet oeuvre a inspiré un second atlas un demi-siècle plus tard ([[NALBB]]), qui permet quelques comparaisons dans le temps, surtout pour la lexicologie.   
+
L'ensemble des cartes de l'ALBB a fourni le matériel principal de la dialectologie bretonne du XX° (cf, entre autres, [[Falc'hun (1947)|Falc'hun 1947]], [[Falc'hun (1951a)|1951a]], [[Falc'hun (1963)|1963]], [[Falc'hun (1981)|1981]]).
 +
 
 +
Cet oeuvre a inspiré un second atlas des dialectes bretons un demi-siècle plus tard ([[NALBB]]), qui permet quelques comparaisons dans le temps, surtout pour la lexicologie.   
  
  

Version du 15 avril 2021 à 10:57

  • Le Roux, P. 1924-1953. Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne, 6 vol. de 100 cartes chacun, Rennes Paris, en ligne.


acronyme: ALBB.


Histoire éditoriale

Il y a eu une réimpression aux Éditions Armoricaines à Brest en 1977. La dernière édition est de Brud Nevez.


A propos

L'ALBB s'inspire directement de l'ALF, l'Atlas linguistique de la France de Gilliéron & Edmont (1902-1910).

L'ensemble des cartes de l'ALBB a fourni le matériel principal de la dialectologie bretonne du XX° (cf, entre autres, Falc'hun 1947, 1951a, 1963, 1981).

Cet oeuvre a inspiré un second atlas des dialectes bretons un demi-siècle plus tard (NALBB), qui permet quelques comparaisons dans le temps, surtout pour la lexicologie.


datation

Les collectes ont été effectuées au tout début du XX°, pour la plupart avant la première guerre mondiale.


les locuteurs

Il n'est pas précisé dans la liste des locuteurs si ils sont des femmes ou des hommes, mais les noms de métiers lorsqu'ils ne sont pas épicènes comme "aubergiste" (Clohars-Carnoët 56, Languidic 84, Theix 75, Peumerit-Quintin 34, Plélauff 60, Plomeur-Bodou 15) ou "secrétaire de mairie" (Nevez 54) sont révélateurs. Mis à part ces cas douteux, et l'auteur, lui-même un homme, étant la source pour Pleubian (16), on arrive à un total de 48 hommes et 21 femmes, c'est-à-dire plus des deux tiers.

La raréfaction des hommes après la première guerre mondiale dont deux sur trois ne sont pas revenus, a manifestement influé sur les choix, et sur 6 locuteurs interrogés pendant la collecte de 1920, au moins quatre sont des femmes: à Ouessant (1), Prat (17), Bréhat (23) et Ploubaznalanec (24), ce qui renverse le pourcentage des deux tiers.

La répartition géographique des locuteurs selon leur sexe est étrange. Sur 21 femmes interrogées, 18 sont en extrême périphérie du domaine parlant: en situation insulaire, en bordure côtière, ou bien sur la frontière Est. Seules trois locutrices sur 18 viennent des terres de la Haute-cornouaille, à Scaër (50), Lennon (28) et Locmélar (13). On aurait pu penser que sur les périphéries, l'auteur rencontrait des formes plus divergentes, et donc aurait favorisé des locutrices qui auraient peut-être eu un parler plus conservateur. Cette théorie pourrait expliquer la répartition géographique genrée, mais elle doit expliquer pourquoi au contraire, autour de Pleubian (16) en Trégor, l'auteur a interrogé quatre femmes dans les quatre points les plus proches de sa commune. Peut-être en tant qu'homme, le collecteur avait-il des difficultés sociales à échanger avec des femmes inconnues de lui, et qu'il aurait utilisé ses réseaux de proximité en Trégor.

Le genre des locuteurs est d'importance quand il s'agit d'étudier à partir des cartes de l'ALBB les règles et usages de tutoiement et vouvoiement, car elles doivent prendre en compte le genre social du locuteur et de l'interlocuteur.


nom actuels des communes points d'enquête

Liste des communes et des points d'enquête de 1 à 39 et de 40 à 90.

Ci-dessous, la liste en français, puis breton:


1. Ouessant / Enez Eusa

2. Plourin / Plourin-Gwitalmeze

3. Landeda / Landeda

4. Saint-Frégant / Sant-Fregan

5. Île-de-Batz / Enez-Vaz

6. Santec / Santeg

7. Molène / Molenez

8. Trébabu / Trebabu

9. Bohars / Boc'harzh

10. Le Drennec / An Dreneg

11. Plouvorn / Plouvorn

12. Sainte-Sève / Sant-Seo

13. Locmélar / Lokmelar

14. -

15. Pleumeur-Bodou / Pleuveur-Bodoù

16. Pleubian / Pleuvihan

17. Prat / Prat

18. Plougasnou / Plouganoù

19. Plouzélambre / Plouzelambr

20. Tréglamus / Treglañviz

21. Lohuec / Lohueg

22. Saint Fiacre / Sant-Fieg

23. Bréhat / Enez-Vriad

24. Ploubazlanec / Plaeraneg

25. Pléguien / Plian

26. -

27. -

28. -

29. -

30. Plougastel-Daoulas / Plougastell-Daoulaz

31. Rumengol / Remengol

32. Brasparts / Brasparzh

33. Berrien / Berrien

34. Peumerit-Quintin / Purid-Kintin

35. Corlay / Korle

36. Crozon / Kraozon

37. Plomodiern / Ploudiern

38. Lennon (à l'ouest de Châteauneuf-du-Faou) / Lennon

39. Plounévézel / Plonevell

40. Plévin / Plevin

41. Mûr-de-Bretagne / Mur

42. Ploaré / Ploare (Douarnenez)

43. Edern / Edern

44. Roudouallec / Roudoualleg

45. Sein / Enez Sun

46. Plogoff / Plougoñ

47. Plouhinec (près d'Audierne) / Ploeneg

48. Pluguffan / Pluguen

49. Elliant / Eliant

50. Scaër / Skaer

51. Le Faouët / Ar Faoued

52. Plomeur (au Nord de Penmarc'h) / Ploveur

53. Clohars-Fouesnant (au Sud de Kemper/Quimper) / Kloar-Fouenant

54. Névez / Nevez

55. Tremeven / Tremeven

56. Clohars-Carnoët (à l'Est de Molan/Moëlan) / Kloar-Karnoed

57. -

58. -

59. -

60. Plélauff (au sud-est de Rostrenen) / Pelat sur la carte de l'ALBB, Pellann selon l'Ofis

61. Cléguérec / Klegereg

62. Ploërdut / Pleurdud

63. Noyal-Pontivy / Noal-Pondi

64. Bubry / Bubri

65. Pluméliau / Pluniav

66. Saint-Allouestre / Sant-Aleustr

67. Caudan / Kaodan

68. Pluvigner / Pleuwigner

69. Locqueltas / Lokeltaz

70. Ploemeur / Plañvour

71. Merlevenez / Brelevenez

72. Groix / Enez-Groe

73. Ploemel / pour l'ALBB Pliwir, pour l'Ofis Pleñver

74. Ploeren / Ploveren

75. Theix / Teiz

76. Île d'Arz / An Arzh

77. Locmariaquer / Lokmaria-Kaer

78. Saint-Pierre-Quiberon / Sant-Pêr-Kiberen

79. Saint-Gildas-de-Rhuys / Lok-Weltaz ou Sant-Weltaz selon ALBB et l'Ofis, Lokentaz

80. Damgan / Damgan

81. Houat / Houad

82. Sauzon (Belle-Île-en-mer) / Saozon

83. Locmaria (Belle-Île-en-mer) / Lokmaria

84. Languidic / Langedig

85. -

86. -

87. -

88. -

89. -

90. Bourg-de-Batz / Bourc'h-Baz

Errata ?

Trépos (1953:98) semble avoir travaillé sur une version antérieure de la carte 443 publiée dans Le Roux (1924-1953). Il y marquait une forme plurielle mircher en nord Léon qui est absente de la carte publiée.