Le Gonidec (1866)

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
  • Le Gonidec, J-F. 1866. Bibl Santel pe Levr ar Skritur Sakr lekeat e Brezonnek gant ann aotrou Le Gonidec – tome I. Saint-Brieuc, imprimerie L. Prud’homme.


traduction de la Bible en breton du Léon, avec introduction par Troude dans le tome I
l'introduction mentionne des corrections par MM. Troude et Milin, "le premier au point de vue scientifique, le second au point de vue théologique".


acronyme du tome I: BSLss I
acronyme du tome II: BSLss II
acronyme de Ann Eksod, de l'Ancien testament: EKS. est utilisé est comme corpus dans Hemon (2000)


histoire éditoriale

Il s'agit d'une publication posthume, imprimée 28 ans après la mort du traducteur Le Gonidec. Il avait publié le Nouveau testament en 1827, sur une commande de la protestante Société Biblique de Londres qui n'avait pas réussi à écouler son stock en Bretagne et n'avait finalement pas publié l'Ancien Testament, pourtant commandé à Le Gonidec dès la réception de la traduction du Nouveau testament.

Quelques traductions bibliques de l'auteur avaient déjà paru. Le texte Buez Ruth, La vie de Ruth de l'Ancien Testament apparaissait déjà comme thème à la fin de sa grammaire (Le Gonidec 1807:294-308). Le Gonidec avait aussi déjà publié dans Le Gonidec (1808) une traduction bretonne de La Parabole de l'Enfant Prodigue, texte déjà repris et corrigé dans sa première publication du Nouveau Testament, Le Gonidec (1827).


Il existe un retravail plagiaire du texte par le pasteur Le Coat de Trémel (Dujardin 1949:201, qui réfère aux Annales de Bretagne III:4, p. 648, VII:1, p.151, Revue Celtique VI:3, 382-383). Le Nouveau Testament avait aussi fait l'objet d'un retravail de traduction par un pasteur protestant, basé sur le Testamant Nevez de Le Gonidec (1827):

  • Jenkins, John. 1847. Testamant névez hon Aotrou hag hor Salver Jésus Christ, lékéét e Brézonnec, ha réizet hervez ar vam-scrid gregach, Brest, Lekéét e gwaskérez gant Ch. Le Blois, Rû Neptun, 10; in-14, 467 pp.

à propos

 Bellamy (1894:361):
 "Aussitôt [le Testamant Nevez imprimé en 1827], la Société biblique de Londres demanda à l'auteur la traduction de l' Ancien Testament. Pour ce travail, il sentit le besoin d'avoir à sa disposition le dictionnaire latin-gallois de Davies, malheureusement introuvable en France et fort rare partout, même dans le pays de Galles. On fit des recherches en ce dernier pays, et bientôt un ministre protestant, Price, apporta en France le précieux dictionnaire. Le Gonidec, qui était un fervent catholique, déclara nettement à Price que l' Ancien Testament serait traduit, comme le Nouveau, d'après la Vulgate. Quand son travail fut terminé (Testamant Koz), la Société biblique ne voulut pas l'imprimer, sous prétexte qu'il était trop catholique. De son côté, l'auteur refusa net de laisser transformer son œuvre en Bible protestante, et sa traduction resta manuscrite jusqu'après sa mort. C'est seulement en 1866 que la Bible bretonne de Le Gonidec fut imprimée tout entière, à Saint-Brieuc, sous ce titre : Bibl Santel, pe Levr ar Skritur Sakr, lekeat e brezounek, gant an aotrou Le Gonidec (Prud'homme, Saint- Brieuc, deux forts in-8° de XXXI-849 et 691 pages). 
 Le manuscrit fut revu et quelque peu corrigé par M. Troude au point de vue philologique, et par M. Milin au point de vue exégétique."


Bibliographie

  • Dujardin, Louis. 1949. La vie et les oeuvres de Jean-François-Marie-Maurice-Agathe Le Gonidec, grammairien et lexicographe breton (1775-1838), Brest.


voir la liste complète des corpus anciens et gloses