Lavarout : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Diachronie)
 
(9 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 83 : Ligne 83 :
 
===== ''lavar'' =====
 
===== ''lavar'' =====
  
En (1), c'est la forme ''la(v)ar'' qui est utilisée, mais le [[sandhi]] déclenché sur la [[préposition]] qui suit le verbe révèle un /t/ final, non pronocé mais calculé dans la forme phonologique.
+
En (1), c'est la forme ''la(v)ar'' qui est utilisée, mais le [[sandhi]] déclenché sur la [[préposition]] qui suit le verbe révèle un /t/ final. Ce /t/ n'est pas prononcé mais il est calculé dans la [[forme phonologique]] puisqu'il provoque un [[dévoisement]].
  
  
Ligne 153 : Ligne 153 :
 
==== nominalisations ====
 
==== nominalisations ====
  
Le verbe ''lavar'' peut subir un processus de [[nominalisation]] avec un [[morphème zéro]] (''al lavar'' 'le langage, la langue'), ou la [[finale]] ''[[-erezh]]'' des [[noms abstraits]].
+
Le verbe ''lavar'' peut subir un processus de [[nominalisation]] avec un [[morphème zéro]] (''al [[lavar]]'' 'le langage, la langue'), ou la [[finale]] ''[[-erezh]]'' des [[noms abstraits]].
  
  
Ligne 159 : Ligne 159 :
 
|(2)||... da lennerion ||a zo ar brezhoneg ||o ||lavar pemdeziek, ||èl m'ema ||hon hani-ni.
 
|(2)||... da lennerion ||a zo ar brezhoneg ||o ||lavar pemdeziek, ||èl m'ema ||hon hani-ni.
 
|-  
 
|-  
| ||  [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> lecteurs ||[[R]] [[E|y.a]] [[art|le]] breton ||[[POSS|leur]]<sup>[[2]]</sup> ||langue quotidien ||[[evel|comme]] [[ma|que]]'[[eman|est]] ||[[POSS|notre]] [[hini|N]]-[[écho|nous]]  
+
| ||  [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[lenn|lect]].eurs ||[[R]] [[E|y.a]] [[art|le]] breton ||[[POSS|leur]]<sup>[[2]]</sup> ||[[lavar|langue]] quotidien ||[[evel|comme]] [[ma|que]]'[[eman|est]] ||[[POSS|notre]] [[hini|N]]-[[écho|nous]]  
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" | '... aux lecteurs dont la langue quotidienne est le breton comme c'est le cas chez nous.'
 
| ||colspan="4" | '... aux lecteurs dont la langue quotidienne est le breton comme c'est le cas chez nous.'
Ligne 170 : Ligne 170 :
 
|(3)|| ...|| ne oa ket fin ||d'he '''lârerezh'''.
 
|(3)|| ...|| ne oa ket fin ||d'he '''lârerezh'''.
 
|-  
 
|-  
| || ||[[ne]] [[COP|était]] [[ket|pas]] fin ||[[da|de]]'[[POSS|son]]<sup>[[2]]</sup> parl.[[-erzh, -ereah|sfx]]
+
| || ||[[ne]] [[COP|était]] [[ket|pas]] fin ||[[da|de]]'[[POSS|son]]<sup>[[2]]</sup> parl.[[-erezh, -ereah|sfx]]
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" | '...elle n'en finissait pas de parler.' |||| ''Vannetais'', [[ar Meliner (2009)|Ar Meliner (2009]]:31)
 
| ||colspan="4" | '...elle n'en finissait pas de parler.' |||| ''Vannetais'', [[ar Meliner (2009)|Ar Meliner (2009]]:31)
 
|}
 
|}
 
  
 
== Syntaxe ==
 
== Syntaxe ==
Ligne 191 : Ligne 190 :
 
| (1) ||Goût 'rit || '''lar''' ||'oa bet prenet ||he zi ganti ||dre gle?  
 
| (1) ||Goût 'rit || '''lar''' ||'oa bet prenet ||he zi ganti ||dre gle?  
 
|-
 
|-
||| [[gouzout|savoir]] [[auxiliaire ober|faites]]|| [[la(r)|que]] ||[[bezan|était]] [[bet|été]] acheté ||[[POSS|son]]<sup>[[2]]</sup> [[ti|maison]] [[gant|avec]].[[pronom incorporé|elle]] || [[dre|par]]<sup>[[1]]</sup> dette
+
||| [[gouzout|savoir]] [[auxiliaire ober|faites]]|| [[la(r)|que]] ||[[bezan|était]] [[bet|été]] [[prenañ|acheté]] ||[[POSS|son]]<sup>[[2]]</sup> [[ti|maison]] [[gant|avec]].[[pronom incorporé|elle]] || [[dre|par]]<sup>[[1]]</sup> [[dle|dette]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Saviez-vous qu'elle avait acheté sa maison à crédit?' ||||||||''Cornouaillais de l'Est (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:28)
 
|||colspan="4" | 'Saviez-vous qu'elle avait acheté sa maison à crédit?' ||||||||''Cornouaillais de l'Est (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:28)
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
== Diachronie ==
 +
 +
* ''Henri Bossec a'''lauar''' mar car doe me ambezo auantur mat ha quarzr [quaezr].'', ''Moyen breton de 1331'', [[Thomas (1922)|Thomas (1922]]:209)
 +
: 'Henri Bossec dit: si Dieu veut, j'aurai aventure bonne et belle.'
 +
 +
 +
[[Matasović (2009)]] propose une racine proto-celtique en * ''lab(a)ro-'', menant à la racine bretonne ''lavar'', ''[[lavarout]]'' dire', ''al lavar'' 'le langage', ''lavarenn'' 'proposition'.
 +
 +
 +
  [[Matasović (2009)]]:
 +
  "PCelt: ''*lab(a)ro-'' ‘eloquent, talkative’ [Adj]
 +
  GOID: OIr. ''labar'' [o]
 +
  W: MW ''llafar'' ‘loud, resonant, talkative’
 +
  BRET: OBret. ''labar'' ‘talking’, MBret. ''lauaret'' ‘talk’, MoBret. ''lavar'' [m] ‘language, speech’
 +
  CO: OCo. ''lauar'' glosed ''sermo''
 +
  GAUL: ''Labarus'', ''Labrios'' [PN]
 +
  ETYM: In OIr., there is also the denominative deponent verb ''labraithir'', ''-labrathar'' ‘talks’. Cf. the parallel formation of the antonyms W ''aflafar'' ‘mute’ and OIr. ''amlabar'' ‘mute’. These Celtic words may have been onomatopoetic in origin; the connection with ME ''flappen'' ‘hit’ suggested by [[IEW]] (831) is a mere possibility (if this is correct, the PCelt. form of the root was [[*]] ''flab-'' ), cf. also Germ. ''labern'' ‘babble’.
 +
  REF: [[DGVB ]] 236, [[Delamarre (2001)|Delamarre]] 194f., [[Deshayes (2003)|Deshayes 2003]]: 453, [[Zimmer (2000)|Zimmer 2000]]: 486, [[Meid (2005)|Meid 2005]]: 56."
 +
 +
 +
=== expression idéophonique ===
 +
 +
Il semble y avoir une régularité typologique pour [[grammaticaliser]] des verbes ou des noms dénotant des actes de langage en faisant usage des consonnes dont la prononciation est visible pour l'interlocuteur, donc les consonnes d'avant comme les labiales. Il s'agirait donc à l'origine d'une [[expression idéophonique]], qui pourrait aussi obtenir le français ''blabla'', ''blablabla'', ''blablater'', ''parler'', les verbes bretons ''[[prech]]'', ''[[prezeg]]'' 'parler'. On pense aussi à ''flappiñ'', ''flappañ'' 'parler, causer'.
 +
 +
Cet idéophone n'a pas de pouvoir prédictif: des verbes de non-communication peuvent être réalisés avec des consonnes labiales, cf. ''[[tevel]]'' '(se) taire', et des [[verbes déclaratifs]] peuvent être réalisés sans, cf. ''[[komz]]'', ''[[kaozeal]]'' 'parler'.
  
  

Version actuelle datée du 27 août 2020 à 11:32

Le verbe lavar, lavarout, ou lavaret signifie 'dire'. C'est un verbe déclaratif.


(1) Lavaret a vefe lipadennou leue!
dit R1 serait lèch.N.1.PL veau
'On dirait des lèchements de veau!'
(des coulées, des traînées de peinture inégales) Gros (1970b:§'lipadenn')


Morphologie

variations dialectales

infinitif

On trouve, pour réaliser l'infinitif, les formes lavarout et lavaret, ainsi que la forme lavar (avec un morphème vide) et la forme réduite lar'. Toutes ne sont pas licites dans tous les dialectes, ni dans tous les environnements syntaxiques.

En trégorrois parlé, Gros (1966:25) donne comme équivalents lared et laroud 'dire' (il utilise aussi lavared).


lavaret
(2) Lavared ya pe nann krak 'n hini a vez d'ober.
dire oui ou1 non carrément le N R1 est à'faire
'Dire carrément oui ou non, c'est ce qu'il faut faire.'
Trégorrois, Gros (1984:82)


(3) Ze a zo heg, 'vat, goude m'emañ em genou, n'on ket kap da lavared.
ça R1 est irritant tout.de.même après que4'estdans.mon bouche ne1'suis pas capable de1 dire
'C'est tout de même agaçant, : alors que je l'ai sur le bout de langue, je ne peux pas le dire.' Trégorrois, Gros (1989:'hég')


Ar Borgn (2011:36) rapporte un jeu de mot rapprochant lâret et le nom lard 'du lard'.


(4) Derc'hel a rae da lâret, mes lard n'eo ket kig eo.
continuer R faisait de dire mais lard ne'est pas viande est
'Il continuait à dire, mais le lard/le dire n'est pas viande (il y a loin du dire au faire; lâret = lar't).'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:36)


lavarout, larout
(5) Goudeze, setu mestrez an ti, eur plac'h koz, da lavarout...
après.ça voici maitresse le maison un fille vieux de1 dire
'Après ça, la maitresse de maison, une vieille femme, dit...'
Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:157)


(6) Pas larout netra da zen.
pas dire rien à1 personne
'Ne dites rien à personne.' Cornouaillais de l'est maritime (Riec), Bouzeg (1986:34)
lavar

En (1), c'est la forme la(v)ar qui est utilisée, mais le sandhi déclenché sur la préposition qui suit le verbe révèle un /t/ final. Ce /t/ n'est pas prononcé mais il est calculé dans la forme phonologique puisqu'il provoque un dévoisement.


(1) [ wèh h,ón l'a:r _[ø]_ tén ]
'oac'h o vont da lâret din
étiez à4 aller à1 dire _ à.moi
'Vous alliez me (le) dire.' Breton central, Humphreys (1995:393)


Le morphème vide de l'infinitif verbal n'est pas licite dans tous les environnements syntaxiques. Madeg (2013:14) signale comme une faute de néo-brittophones l'usage du verbe infinitif lavaret a ra sous la forme avec désinence élidée lavar a ra. Cependant, il n'est pas vrai que l'ordre de mots lavar a ra est agrammatical: on en trouve des usages dans Trépos (2). Il est possible que le focus contrastif joue ici un rôle.


(2) Lavar a ra, ober ne ra ket.
dire R fait faire ne fait pas
litt. 'Dire il fait, faire il ne fait pas.'> 'Il dit, il ne fait pas.' Trépos (2001:351)


On trouve aussi des formes en lavar dans différents contextes syntaxiques, illustrés par les relevés ci-dessous:


(3) an oberour a lavar dimp e-unan en deus graet gant respont un den..., F. Kervella, Al Liamm 43 (1954), p. 43.

(4) Un den kozh a oa ken laouen ma ne ouie ken penaos lavar deomp ar blijadur a rae dezhañ lenn brezhoneg, bemdez, war ar c'hae., Itron Kemener (Quimper), Courrier des lecteurs de Al Liamm 43, p.71.

(5) N'ouzon ket re vat penaos lavar se hep bezañ tagus., 'Pavezioù an Ifern', blog Moran Dipode, [10/03/2010].

participes

La forme standard du participe est lavaret, mais on trouve occasionnellement des formes abrégées.


(1) Laa nœs tĩ penõz wa Jobéĝ võnn te dimĩ.
dit a.3SG à.moi que était Joseph à aller pour marier
'Il m'a dit que Joseph allait se marier.' Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:97)


formes fléchies

La carte 525 de l'ALBB, 'Que (dites-vous)?', montre que la variation morphologique (tensée) du verbe lavarout a été documentée, mais les résultats ne sont pas reportés sur la carte.


dérivation

Le préfixe dis- n'obtient pas le sens contraire de 'dire', mais le sens 'dire le contraire'.


(1) Ne zislavaran ket.
ne1 .dire pas
'Je ne me dédis pas (Je le maintiens).' Trégorrois, Gros (1984:162)


nominalisations

Le verbe lavar peut subir un processus de nominalisation avec un morphème zéro (al lavar 'le langage, la langue'), ou la finale -erezh des noms abstraits.


(2) ... da lennerion a zo ar brezhoneg o lavar pemdeziek, èl m'ema hon hani-ni.
à1 lect.eurs R y.a le breton leur2 langue quotidien comme que'est notre N-nous
'... aux lecteurs dont la langue quotidienne est le breton comme c'est le cas chez nous.'
Vannetais, ar Meliner (2009:11)


(3) ... ne oa ket fin d'he lârerezh.
ne était pas fin de'son2 parl.sfx
'...elle n'en finissait pas de parler.' Vannetais, Ar Meliner (2009:31)

Syntaxe

structure thématique

Le verbe lavarout est un verbe déclaratif qui a des usages transitifs, 'dire quelque chose' ou ditransitifs 'dire quelque chose à quelqu'un'. Il sélectionne comme argument un sujet animé et un objet, groupe nominal ou proposition. Il peut aussi sélectionner un argument d'adresse.


grammaticalisation en complémenteur

En cornouaillais, le verbe lavar 'dire' a grammaticalisé et formé le un complémenteur: la(r).


(1) Goût 'rit lar 'oa bet prenet he zi ganti dre gle?
savoir faites que était été acheté son2 maison avec.elle par1 dette
'Saviez-vous qu'elle avait acheté sa maison à crédit?' Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:28)


Diachronie

  • Henri Bossec alauar mar car doe me ambezo auantur mat ha quarzr [quaezr]., Moyen breton de 1331, Thomas (1922:209)
'Henri Bossec dit: si Dieu veut, j'aurai aventure bonne et belle.'


Matasović (2009) propose une racine proto-celtique en * lab(a)ro-, menant à la racine bretonne lavar, lavarout dire', al lavar 'le langage', lavarenn 'proposition'.


 Matasović (2009):
 "PCelt: *lab(a)ro- ‘eloquent, talkative’ [Adj]
 GOID: OIr. labar [o]
 W: MW llafar ‘loud, resonant, talkative’
 BRET: OBret. labar ‘talking’, MBret. lauaret ‘talk’, MoBret. lavar [m] ‘language, speech’
 CO: OCo. lauar glosed sermo
 GAUL: Labarus, Labrios [PN]
 ETYM: In OIr., there is also the denominative deponent verb labraithir, -labrathar ‘talks’. Cf. the parallel formation of the antonyms W aflafar ‘mute’ and OIr. amlabar ‘mute’. These Celtic words may have been onomatopoetic in origin; the connection with ME flappen ‘hit’ suggested by IEW (831) is a mere possibility (if this is correct, the PCelt. form of the root was * flab- ), cf. also Germ. labern ‘babble’.
 REF: DGVB  236, Delamarre 194f., Deshayes 2003: 453, Zimmer 2000: 486, Meid 2005: 56."


expression idéophonique

Il semble y avoir une régularité typologique pour grammaticaliser des verbes ou des noms dénotant des actes de langage en faisant usage des consonnes dont la prononciation est visible pour l'interlocuteur, donc les consonnes d'avant comme les labiales. Il s'agirait donc à l'origine d'une expression idéophonique, qui pourrait aussi obtenir le français blabla, blablabla, blablater, parler, les verbes bretons prech, prezeg 'parler'. On pense aussi à flappiñ, flappañ 'parler, causer'.

Cet idéophone n'a pas de pouvoir prédictif: des verbes de non-communication peuvent être réalisés avec des consonnes labiales, cf. tevel '(se) taire', et des verbes déclaratifs peuvent être réalisés sans, cf. komz, kaozeal 'parler'.