Labourat : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Diachronie)
 
Ligne 44 : Ligne 44 :
 
=== ''labourat'' vs. ''gounit'' ===
 
=== ''labourat'' vs. ''gounit'' ===
  
Dans les états anciens de la langue, les verbes ''[[gounid]]'' et ''labourat'' qui est un emprunt roman ancien, étaient en concurrence sur le sens de 'cultiver, travailler'. Le verbe ''labourat'' a ensuite supplanté ''gounid'' sur ce sens ([[Fleuriot (1970b)|Fleuriot (1970b]]:715). On trouve encore en breton moderne des traces d'emploi de ''gounit'' ou ses dérivés dans le sens de 'cultiver, travailler' en trégorrois ([[Gros (1966)|Gros 1966]]:107) ou dans ''gounideg'' 'cultivateur'.
+
Dans les états anciens de la langue, les verbes ''[[gounid]]'' et ''labourat'' qui est un emprunt roman ancien, étaient en concurrence sur le sens de 'cultiver, travailler'. Le verbe ''labourat'' a ensuite supplanté ''gounid'' sur ce sens ([[Fleuriot (1970b)|Fleuriot 1970b]]:715). On trouve encore en breton moderne des traces d'emploi de ''gounit'' ou ses dérivés dans le sens de 'cultiver, travailler' en trégorrois ([[Gros (1966)|Gros 1966]]:107) ou dans ''gounideg'' 'cultivateur'.
  
  

Version actuelle datée du 6 mai 2021 à 14:11

Le verbe labourat signifie 'travailler'.


Morphologie

composition

Le suffixe verbal de l'infinitif de ce verbe est -at, sur le nom labour 'travail'.


dérivation

(2) Al labourer ne chom james da baouez.
le travaill.eur ne reste jamais à1 arrêter
'Le paysan ne reste jamais sans rien faire.'
Standard, Menard & Kadored (2001)


Syntaxe

structure thématique

Labourat est un verbe transitif (labourat an douar 'travailler la terre') ou intransitif inergatif (activité de travailler). En (1), c'est la version transitive du verbe qui est interprétée sans que l'objet soit réalisé.


(3) Bez' oa tud pinvidikoh hag e labourent ket.
expl était gens riche.plus et R4 travaillaient pas
'Il y avait des gens plus riches et qui ne travaillaient pas (leur terre).'
Ouessant, Gouedig (1982)


Diachronie

labourat vs. gounit

Dans les états anciens de la langue, les verbes gounid et labourat qui est un emprunt roman ancien, étaient en concurrence sur le sens de 'cultiver, travailler'. Le verbe labourat a ensuite supplanté gounid sur ce sens (Fleuriot 1970b:715). On trouve encore en breton moderne des traces d'emploi de gounit ou ses dérivés dans le sens de 'cultiver, travailler' en trégorrois (Gros 1966:107) ou dans gounideg 'cultivateur'.