La verbalisation : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 18 : Ligne 18 :
 
|||colspan="4" | 'L’horloge avance.'|||| ||||||||''Trégorrois'',  [[Gros (1989)|Gros (1989]]: 'abil')
 
|||colspan="4" | 'L’horloge avance.'|||| ||||||||''Trégorrois'',  [[Gros (1989)|Gros (1989]]: 'abil')
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
== Terminologie ==
 +
 +
Le terme ''dérivation des verbes'' peut aussi référer aux dérivations morphologiques qui prennent les verbes comme base, ce qui peut porter à confusion. Le terme breton équivalent est ''deveradur ar verb''.
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:verbes|*16|Categories]]
 
[[Category:verbes|*16|Categories]]

Version du 13 juillet 2016 à 19:27

La formation de verbes à partir de noms ou d'adjectifs est productive en breton, par l'ajout simple d'un suffixe verbal de l'infinitif.


(1) hɑ̃nter-ĩ

hanteriñ
moitié/demi-suffixe verbal
'partager en deux, couper la poire en deux', Trégorrois, Le Dû (2012:276)


On trouve aussi des adverbes comme abred, 'tôt', dérivés en verbes.


(2) Abreji a ra an orolaj.
tôt.er R fait le horloge
'L’horloge avance.' Trégorrois, Gros (1989: 'abil')


Terminologie

Le terme dérivation des verbes peut aussi référer aux dérivations morphologiques qui prennent les verbes comme base, ce qui peut porter à confusion. Le terme breton équivalent est deveradur ar verb.