La négation

De Arbres

EN CHANTIER

(Cette fiche est en attente de l'analyse éclairée d'Anamaria Falaus, U. Nantes/Naoned... Merci à elle de prendre sur son temps de thèse...)

Description du phénomène

L'étude de la négation en breton est un grand chantier. A première vue, le breton use d'une double négation dont les éléments entourent le verbe tensé: [ne V ket], comme c'est le cas en français avec [ne V pas]. Dans les deux langues, le second élément peut être remplacé par une classe fermée d'adverbes (ex: james, 'jamais').

Quels sont en breton les items de polarité négative? Y-a-t-il des items de polarité positive? Y-a-t-il concordance négative? Est-elle optionnelle?... L'étude demande un tour d'horizon des quantifieurs, des indéfinis, et des noms nus. - On y planche.

Intérêt théorique

Horizons comparatifs

Bibliographie

Description générale

Press, I. 1986. A Grammar of Modern Breton, Mouton, Berlin (p.110-114).

Ouvrages théoriques

Schafer, R. 1995, ‘Negation and Verb Second in Breton.’, Natural Language and Linguistic Theory 13, 135-172.

Schafer, R. 1992. Negation and Verb Second in Breton. Santa Cruz, UCSC unpublished manuscript.

Schapansky, N. 2000. Negation, Referentiality and Boundedness in Gwenedeg Breton: A Case Study in Markedness and Asymmetry, Lincom Europa, Munich.

Schapansky, N. 1996. Negation, Referentiality and Boundedness in Breton, a case study in markedness and asymmetry, ms thesis.

Description de la variation dialectale

Spécialistes référents pour cette fiche de collectage

Anamaria Falaus, LLING, Université de Nantes/Naoned

David Willis, Selwyn College, Cambridge

Anne Breitbarth, Selwyn College, Cambridge