Différences entre les versions de « La négation »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « Schafer, R.  » par « Schafer, Robin.  »)
 
(587 versions intermédiaires par 6 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
= EN CHANTIER =
La négation propositionnelle est un processus ou une construction par laquelle une [[proposition]] est dite fausse. Sa forme la plus répandue en breton est une [[négation discontinue]] qui entoure le verbe conjugué ''[[ne]] (verbe) ''[[ket]]''.
 
Quels sont en breton les items de polarité négative? Y-a-t-il des items de polarité positive? Y-a-t-il concordance négative? Est-elle optionnelle?... L'étude demande un tour d'horizon des quantifieurs, des indéfinis, et des noms nus - on y planche...
 
= Description du phénomène =
 
 
== Inventaire du matériel de la négation ==
 
 
Le breton a une négation propositionnelle ''discontinue'' ou ''bipartite''. Cela veut dire que ses éléments entourent le verbe tensé: [''ne'' VERB ''ket''], comme c'est le cas en français avec [''ne'' VERBE ''pas'']. Les deux éléments ''ne'' et ''ket'' ne sont pas systématiquement associés. ''Ne'' peut fonctionner avec d'autres mots négatifs.
 
 
Les mots négatifs sont:
 
'''Quantifieur''': ''ebet'', 'aucun.e'
 
'''Noms''': ''netra'', 'rien'; ''nikun'', 'personne'; ''mann'', 'zéro, rien'...
 
'''Adverbes''': ''mui'', 'plus', ''biskoazh'', ''biken'', ''morse'', 'jamais'...
 
Certains '''noms nus''' peuvent devenir des mots négatifs (sans l'adjonction de ''ebet'', 'aucun.e'):''den'', 'personne'; ''hini'', ''tra'', 'chose'; ''banne'', contenu d'un verre ...
 
 
Le breton admet facilement des phrases avec plusieurs éléments négatifs (dont l'un est le marqueur de négation propositionnelle). L'interprétation ne calcule alors pas les négations séparément, et une seule négation est interprétée.
Ce phénomène est appelé la concordance négative, car seule une des négations est calculée pour obtenir le sens de la phrase.




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(1)
|(1)|| '''N''''eo || '''ket''' || melen.
|'''Ne'''
|gavan
|'''morse'''
|'''den'''
|'''ebet'''.
|
 
|-
|
|Neg
|trouve.1sg
|jamais
|personne
|aucune
|
 
|-
|
| colspan="4" | 'Je ne trouve jamais personne.'
 
|-
|-
|  
||| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[COP|est]] || [[ket|pas]] || [[melen|jaune]]
| colspan="4" | '''*''''Ce n'est pas le cas que je ne trouve jamais aucune personne.'
 
|-
|-
|  
||| colspan="15" | 'Ce n'est pas jaune.' 
|  
|
|
|
|
|Kervella (1947§234)
 
|}
|}


== Des mots négatifs autonomes ==


Dans les phrases ci-dessous, lorsque le ''ne'' préverbal est omis, la seule marque de la négation sémantique est le mot négatif. Ceci contredit donc la généralisation selon laquelle le breton est une langue à concordance négative, c'est-à-dire une langue où les mots négatifs sont utilisés avec (au moins un des deux marqueurs de) la négation propositionnelle.
== Matériel morphologique ==


=== négation propositionnelle ===


{| class="prettytable"
==== ''ne... ket'' ====
| (13)
|'''Nitra'''
|'''ne'''
|oé
|d'
|ober


|-
Le breton, comme le français, a une [[négation bipartite]], ce qui est assez rare typologiquement. Cette négation propositionnelle est dite ''[[négation discontinue|discontinue]]'' ou ''bipartite'' car les éléments ''[[ne]] '' et ''[[ket]]'' entourent le verbe tensé: [''[[ne]]'' VERB ''[[ket]]'']. Les tournures les plus archaïsantes peuvent n'utiliser que ''[[ne]]'', le [[standard]] utilise ''[[ne]]'' et ''[[ket]]'', et certains dialectes montrent une utilisation possible de ''[[ket]]'' uniquement.
|
|Neg.chose
|neg
|était
|de
|faire.Infinitif
 
|-
|
| colspan="4" | 'Il n'y avait rien à faire'  
 
|-
|
|''Vannetais''
|Schapansky (1996:183),  
|citant
|Guilloux (1992)
 
|}




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (14)
|(2) ... || med || '''e''' || hellent || '''ked''' || ober || da || doud || an dud.
|'''Nitra'''
|e
|
|ou
|kuelet
|én
|devalen
 
|-
|-
|  
||| [[met|mais]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> || [[gallout|pouvaient]] || [[ket|pas]] || [[ober|faire]] || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> || [[tout|tout]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[tud|gens]] 
|Neg.chose
|®
|était
|3P
|voir.Infinitif
|dans.la
|descente
 
|-
|-
|  
||| colspan="15" | 'Mais ils ne pouvaient pas le faire pour tout le monde.'
| colspan="4" | 'Ce n'était rien de les voir descendre'  
 
|-
|-
|  
||||||| colspan="15" | ''Ouessant'', [[Gouedig (1982)]]
|
|
|
|''Vannetais''
|Schapansky (1996:183),  
|citant
|Guilloux (1992)
 
|}
|}




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (11a)
|(3)|| Ar gwaz || '''a''' nevez || '''ket''' || ar vugale || tamallet.
|Bet
|-  
|on
||| [[art|le]] [[gwaz|homme]] || [[R]] [[anavezout|connaît]] || [[ket|pas]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[bugel|enfant]].[[pluriel interne|s]] || [[tamall|accus]].[[-et (Adj.)|é]]
|e
|'''neblec'h'''
 
|-
|  
|été
|suis
|P
|neg.lieu
 
|-
|-
|  
||| colspan="15" | 'L'homme ne connaît pas les enfants accusés.'
| colspan="4" | 'Je suis allé.e nulle part'
 
|-
|-
|  
||||||| colspan="15" | ''Plougerneau'', [[M-L.B (10/2018)]]
|
|  
| ??
|Mélanie Jouitteau (à vérifier)
 
|}
|}




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (11b)
|(4)|| Ar vugale || '''o''' deus || '''ket''' || c'hoariet.
|'''Neblec'h'''
|-  
|e
||| [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[bugel|enfant]].[[pluriel interne|s]] || 3PL [[kaout|a]] || [[ket|pas]] || [[c'hoari|jou]].[[-et (Adj.)|é]]
|tebran
 
|-
|  
|neg.lieu
|
|mange.1sg
 
|-
|-
|  
||| colspan="15" | 'Les enfants n'ont pas joué.'
| colspan="4" | 'Nulle part je ne mange'
 
|-
|-
|  
||||||||||| colspan="15" | ''Plougerneau'', [[M-L.B (10/2018)]]
|
| ??
|Mélanie Jouitteau (à vérifier)
 
|}
|}




L'autonomie négative des mots négatifs ci-dessus peut tenir à l'incorporation morphologique de la négation ''ne'' à l'échelle du mot négatif.
==== infinitives ====


Le morphème ''Ne'' n'a donc pas toujours le même impact sémantique. Il peut être vide d'impact sémantique, c'est à dire 'explétif'.
Dans les [[propositions infinitives]], on trouve les négations ''[[nompas]]'' ou ''[[pas]]''.  


== La négation explétive ==
Il existe aussi des stratégies alternatives qui utilisent la [[préposition]] privative ''[[hep]]'', 'sans' (''tremen hep ober'', /passer [[hep|sans]] [[ober|faire]]/ ou ''chom hep ober'', /[[chom|rester]] [[hep|sans]] [[ober|faire]]/). Dans les propositions infinitives à l'[[impératif]], on trouve une stratégie alternative en ''[[arabat]]'', une [[construction modale]].




''Ne'' et ''Ket'' ont chacun une version explétive dont la distribution peut être décrite.
=== autres négations ===


La négation implique des éléments autres que les éléments de négation propositionnels:


=== ''Ne'' explétif ===
: - la préposition privative ''[[hep]]'', 'sans'
: - les négations non-propositionnelles ''[[pas]]'' et ''[[nompas]]''.
: - les [[item de polarité négative|items de polarité négative]]
: - les [[indéfinis]] sous la négation
: - les [[mots négatifs]]: ''[[netra]]'', ''[[neblec'h]]''...


Le morphème ''ne'' semble optionnel et sémantiquement vide dans les contextes précis où un autre mot négatif occupe la zone préverbale.


Il existe d'autres contextes à travers les langues où un élément négatif explétif est possible, voire obligatoire dans la syntaxe, sans que cela affecte l'interprétation. C'est notamment le cas en français de certains types de comparatives (''Il a mangé plus que je ne le pensais.''), ainsi que les subordonnées introduites par ''avant'' (''Elle m’a appelé avant qu’elle ne parte'') ou les compléments de verbes comme ''craindre'' (''Je crains qu’il ne soit en retard'').
=== noms nus devenus mots négatifs ===
 
=== ''Ket'' explétif ===
 
Il est plus rare à travers les langues d'avoir deux éléments de la négation qui ont une version explétive. C'est le cas en breton. Kervella (1947 : 234) note le caractère optionnel de ''ket'' : "Quand il se trouve un autre mot négatif dans la phrase, comme ''ebet'' (aucun), ''netra'' (neg.chose), ''nikun'' (nul), ''mann'' (zéro, rien), ''mui'' (plus), ''biskoazh''/ ''biken''/ ''morse'' (jamais), etc., on ne met pas ''ket'' la plupart du temps. "
 
 
En fait, lorsque qu'un mot négatif est présent dans la 'zone de ''ket''', c'est à dire la zone postverbale, alors ''Ket'' devient optionnel et explétif.
 
En (12), le mot négatif ''nitra'' (rien) est postverbal, et c'est le seul élément sémantiquement négatif. ''Ne'' n'est ici requis que pour marcher en tandem avec ''nitra'', c'est un explétif. ''Ket'' est aussi ici purement explétif - sa présence/absence ne change en rien le sens de la phrase.
 
 
{| class="prettytable"
| (12)
|'''Ne'''
|oé
|'''ket'''
|'''nitra'''
 
|-
|
|Neg
|était
|neg
|neg.chose
 
|-
|
| colspan="4" | 'Ce n'était rien'
 
|-
|
|''Vannetais''
|Schapansky (1996:183),
|citant
| Guilloux (1992)
 
|}


La phrase en (4) est une [[conditionnelle]], avec une [[protase]] sans négation de proposition aucune, ni ''[[ne]]'' ni ''[[ket]]''. Son interprétation est cependant clairement négative (''s'il n'y avait pas eu d'ajonc'', ''s'il n'y avait eu aucun ajonc''). Le [[nom nu]] ''tamm lann'' est en [[breton standard]] un [[item de polarité négative]]. Il pourrait être autorisé par la protase de la conditionnelle, mais il aurait alors un sens positif (''le moindre ajonc'', ''quelque ajonc''). Ce n'est pas le cas dans le dialecte de Ouessant où le [[nom nu]] ''[[tamm]]''  a évolué en [[mot négatif]], capable de porter seul la négation.




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (5)
|(4)|| ma || viche || bet || '''tamm''' || '''lann''', || viche || ket || bet || gellet || tomma || ar forn.
|'''N''''
|em
|bije
|'''ket'''
|kredet
|'''james'''
|e
|oa
|gwir
 
|-
|-
|  
||| [[ma(r)|si]]<sup>[[4]]</sup> || [[COP|serait]] || [[bet|été]] || [[tamm|morceau]] || [[lann|ajonc]] || [[COP|serait]] || [[ket|pas]] || [[bet|été]] || [[gallout|pu]] || [[tomm|chauff]].[[-añ (V.)|er]] || [[art|le]] [[forn|four]]
|Neg
|®
|aux
|neg
|cru
|jamais
|®
|cop
|vrai
 
|-
|-
|  
||| colspan="15" | 'S'il n'y avait pas eu d'ajonc, le four n'aurait pas pu être chauffé.'  
| colspan="4" | 'je n'aurai jamais cru que cela était vrai'
 
|-
|-
|  
||||||||||| colspan="15" | ''Ouessant'', [[Gouedig (1982)]]
|  
|
|
|
|
|
|
|''Cap Sizun'',
|Chalm (2008)
 
|}
|}


 
Il est aussi possible que la négation puisse être la particule ''ne'' vidée de sa phonologie, car le verbe peut sembler être à l'initiale. La position devant lui serait remplie par la négation qui n'est pas prononcée. Ces phrases sans morphologie de la négation contiennent toujours un [[nom nu]] qui est autorisé par elles. En cela, elles sont comparables au français ''T'inquiète !'', qui ne peut signifier que ''ne t'inquiète pas'', avec la cliticisation de l'[[expérienceur]] qui est le signe syntaxique fort que la négation est présente (à l'affirmative, ''t'inquiète'' ne peut pas signifier ''inquiète-toi'').
Lorsqu'il n'y a pas de mot négatif dans la zone postverbale, alors ''ket'' contribue sémantiquement à la phrase par l'apport de la négation.  
En (3) et en (4), ''Ne'' est explétif, il n'est là que pour fonctionner en tandem avec ''nemet'', qui n'est pas négatif non plus. La présence ou l'absence de ''ket'' marque alors la présence ou l'absence de la négation. Le contraste montre que, au moins dans ce contexte, ''ket'' apporte une vraie négation sémantique.




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (3)
|(5)|| med, || ato || ar memez || kestion, || '''oa''' || tamm || arhant, || setu...
|Ne
|ra
|nemet 
|debriñ
|ha
|kousket.
 
|-
|-
|  
||| [[met|mais]] || [[atav|toujours]] || [[art|le]] [[memes|même]] || [[kestion|question]] || [[COP|était]] || [[tamm|morceau]] || [[arc'hant|argent]] || [[setu|alors]]
|Neg
|V
|seulement
|manger
|et
|dormir
 
|-
|-
|  
|||colspan="15" | 'Mais, toujours la même question, il n'y avait pas d'argent, alors… '
| colspan="4" | 'Il/Elle ne fait que manger et dormir.'
 
|-
|-
|  
||||||||||| colspan="15" | ''Ouessant'', [[Gouedig (1982)]]
|  
|
|
|  
|''Cap Sizun'',
|Chalm (2008)
 
|}
|}


== Syntaxe ==


{| class="prettytable"
=== ''ne'' complémenteur ===
| (4)
|Ne
|ra
|'''ket'''
|nemet 
|debriñ
|ha
|kousket.
 
|-
|
|Neg
|V
|neg
|seulement
|manger
|et
|dormir
 
|-
|
| colspan="4" | 'Il/Elle ne fait pas que manger et dormir.'
 
|-
|
|
|
|
|
|''Cap Sizun'',
|Chalm (2008)


|}
En termes syntaxiques, la partie pré-verbale ''ne'' de la négation est un [[complémenteur]] ([[Tallerman (2005)|Tallerman 2005]],
[[Anderson (2005)|Anderson 2005]], [[Jouitteau (2005/2010)|Jouitteau 2005/2010]]), comme son équivalent en irlandais ([[Hendrick (1990)|Hendrick 1990]]:130).


=== ''Ket'' ken  ===
Lorsque le [[sujet]] apparaît au-dessus du [[complémenteur]] ''[[ne]]'', il déclenche un [[accord riche]]. Empiriquement, lorsque le sujet est devant la partie ''ne'' de la négation, ce sujet est doublé par un [[pronom]] de même traits qui s'incorpore sur le verbe et y déclenche un [[système d'accord|accord riche]] (voir l'article sur le [[sujet prénégation]]). Selon [[Jouitteau (2005/2010)|Jouitteau (2005]]:411), le pronom qui déclenche l'accord sur le verbe est un [[résomptif]] du sujet déclenché par un ' ''that''-trace effect'.


Un cas particulier à noter est celui de l'usage de ''ken'', qui est restreint au champ postverbal mais ne rend pas ''ket'' explétif. Pour Kervella (1947§234:III), Chalm (2008: 86-88)  "on peut se passer de ''ket'' si ''ken'' suit directement le verbe" :


=== incompatibilité avec ''bez'' '  ===


{| class="prettytable"
Les phrases qui contiennent la particule ''[[bez']] '' ne sont pas compatibles avec la [[négation]] ([[Press (1986)|Press 1986]]:193).
|(1)
|'''Ne'''
|bellgomzo
|('''ket''')  
|'''ken'''
|bremañ.


|-
|
|Neg
|V
|neg
|plus
|maintenant


|-
=== incompatibilité avec la conjugaison en ''ober''  ===
|
| colspan="4" | 'Il/Elle ne téléphonera plus maintenant.'


|-
Les structures de [[conjugaison analytique]] en ''[[ober]]'' ne sont pas compatibles avec la négation.
|
|
|
|
|''Cap Sizun'',
|Chalm (2008)


|}


=== incompatibilité avec le pronom objet postverbal d'un impératif ===


Cependant, si un mot s’interpose entre le verbe et ''ken'', ''ket'' est obligatoire.  
La négation propositionnelle bipartite ''ne... ket'' est incompatible avec le [[pronom]] [[objet postverbal d'un impératif]] ([[Le Gléau (1973)|Le Gléau 1973]]:19). C'est alors le [[Pronoms objet proclitiques|proclitique objet]] qui est utilisé.




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(2)
|(1)||<font color=green>nǝ ||<font color=green> '''''' ||<font color=green> hasǝ ||<font color=green> cǝt.
|'''Ne'''  
|-
|bellgomzo
||| Na || ma || c'hasit || ket
|'''ket'''
|-
|endro
||| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> || [[POP|me]]<sup>[[2]]</sup> || [[kas|envoyez]] || [[ket|pas]]
|'''ken''' .
|-  
 
|||colspan="15" | 'Ne m'emmenez pas.'  
|-
|-  
|
|||||||||||||colspan="15" | ''Bas-vannetais'', [[Cheveau (2007)|Cheveau (2007]]:207)
|Neg
|V
|neg
|de encore
|plus
 
|-
|  
| colspan="4" | ' Il/Elle ne téléphonera plus.'
 
|-
|
|  
|
|
|''Cap Sizun'',
|Chalm (2008)
 
|}
|}


== Sémantique ==


On relève des [[cas d'absence superficielle de ne]], où la négation est tout de même calculée sémantiquement. A l'inverse, il existe aussi des contextes où ''ne'' réalise une [[négation explétive]], c'est-à-dire une négation qui n'est pas calculée sémantiquement.


=== Mots négatifs préverbaux ===
Lorsque plusieurs éléments négatifs sont présents dans une même phrase, le breton suit pour le calcul de la négation le système de la.


Si la phrase contient un mot négatif qui ne se trouve pas dans le champ postverbal, mais préverbal, alors ''ket'' devient illicite. Chalm (2008) signale les faits en (7).
Deux marques de la négation dans la même phrase peuvent être calculées comme une seule négation ([[concordance négative]]), ou comme deux négations qui s'annulent ([[bris de concordance négative]]). A l'inverse, deux expressions positives ne peuvent jamais être calculées comme une négation. 




La présence dans une phrase d'une négation permet l'usage de certains éléments autrement agrammaticaux: les [[items de polarité négative]].


{| class="prettytable"
| (6)
|'''James'''
|'''n''''
|em
|bije
|sonjet
|e
|oa
|gwir
|


|-
La négation est un [[contexte monotone décroissant]], ce qui veut dire qu'elle implique ses sous-ensembles.
|
* Si ''L'ordinateur ne reconnait pas Michel et Zoé.'', ceci implique logiquement que ''L'ordinateur ne reconnait pas Zoé.''
|jamais
* Si ''Je n'ai pas mangé de gâteau'', ceci implique logiquement que ''Je n'ai pas mangé de gâteau aux pommes''.
|neg
* Si ''Il est sans chemise et sans pantalon.'', ceci implique logiquement que ''Il est sans chemise.''
|aux
|pensé
|cop
|vrai
 
|-
|
| colspan="4" | 'je n'aurai jamais cru que cela était vrai'
 
|-
|
|
|
|
|
|
|
|
|''Cap Sizun'',
|Chalm (2008)


|}


=== notation ===


En sémantique formelle, la négation est notée par le symbole ¬. On lit ''¬ p'' par 'ce n'est pas le cas que /proposition/'.


{| class="prettytable"
| (7)
|''*''
|James
|n'
|em
|bije
|ket
|sonjet
|e
|oa
|gwir
|


|}
== Diachronie ==


En [[moyen breton]], la particule ''ne(nd)'' est restreinte aux phrases [[matrices]] et la particule ''na(c)'' aux [[enchâssées]] et aux [[impératives]]. La particule postverbale ''[[quet]]'' s'y rajoute progressivement en [[moyen breton]].
Pour une comparaison des systèmes de la négation dans la diachronie des langues brittoniques, se reporter à [[Willis (2013)]].


=== ''Ne'' est-il seulement un marqueur de portée? ===


== Horizons comparatifs ==


Comme ''ne'' semble optionnel, explétif uniquement lorsq'un autre mot négatif le précède (en fait, le c-commande), est-ce le cas que ''ne'' est toujours uniquement un marqueur de portée de la négation sur le verbe?
Dans les langues indo-européennes, la négation qu'elle soit continue ou [[négation discontinue|discontinue]] apparaît proche du verbe [[fléchi]]. Ce n'est pas toujours le cas à travers les langues du monde. Plusieurs zone de l'Afrique subsaharienne montrent par exemple un phénomène de négation de fin de phrase (Idiatov 2018).


La situation est peut-être différente selon les dialectes, comme semble le suggérer l'exemple suivant en ''vannetais'', où ''ne'' peut être le seul marqueur négatif.


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (18)
|(1)|| ʔám || gbɛ́ || sàɗì || hã́ || kóò kɔ́m || ɲɔ́ŋ || ''''''.
|Get
|-
|ur
||| Je || tuais || animal || pour.que || femme mon || mangeait || NEG
|mesu
|-  
|èl
|||colspan="15" | 'Je n'ai pas tué de gibier pour nourrir ma femme.' (que ma femme mange)
|hennéh
|-
|hiréh
|||||||||||colspan="15" | ''Gbaya Kara (Centre Afrique)''
|'''n''''
|-  
|hur
|||||||||||colspan="15" | Roulon-Doko (2012:5), citée dans Idiatov (2018)
|hoé
|d'
|er
|ieu
 
|-
|  
|avec
|un
|maître
|comme
|celui-
|envie
|neg
|1P
|avoir.Passé
|à
|le
|jeudi
|-
|  
| colspan="4" | 'Avec un maître comme celui-là, on n'était pas pressés que jeudi arrive'  
 
|-
|  
|
|
|
|Schapansky (1996:53)
 
|}
|}


== Terminologie ==


Le terme breton qui correspond à 'la négation' est ''an nac'hañ''. Le terme de ''[[ger nac'h]]'' renvoie aux [[mots négatifs]].


== Influence des effets de focus sur le calcul de la négation ==


La focalisation influe sur le calcul de la négation. Deux éléments négatifs peuvent s'annuler dans le champ postverbal dans le cas d'un focus postverbal sur un mot négatif.
= Bibliographie =


== breton ==


=== description générale ===


{| class="prettytable"
* [[Chalm (2008)|Chalm, E. 2008]]. ''La Grammaire bretonne pour tous'', An Alarc'h embannadurioù (p.86-88).
| (16)
|
|Ne
|ra
|ket
|NETRA


* [[Kervella (1947)|Kervella, F. 1995]] [1947].''Yezhadur bras ar brezhoneg'', 1947 edition Skridoù Breizh, La Baule ; 1995 edition Al Liamm.


|-
* [[Hemon (1975)|Hemon, Roparz. 1975]]. ''A historical morphology and syntax of Breton'', Dublin: Institute for Advanced Studies (/ ''moyen breton, surtout p. 281–6'').
|
|
|Neg
|fait
|neg
|neg.chose


|-
* [[Hemon (2000)|Hemon, R. 2000]]. ''Yezhadur Istorel ar Brezhoneg'' (traduction Hemon 1975 par A. Dipode), Hor Yezh.
|
| colspan="4" | 'Ce n'est pas le cas que ça (ne) fait rien.


|-
* [[Press (1986)|Press, I. 1986]]. ''A Grammar of Modern Breton'', Mouton, Berlin (p.110-114).
|
|
|
|
|
|??Mélanie Jouitteau (à vérifier)


|}
* [[Bihan & Press (2003)|Bihan, H. (ar) & Press, I. 2003]]. ''Colloquial Breton: The Complete Course for Beginners'' (CD audio). (manuscrit)


* [[Ernault (1892b)|Ernault, Émile. 1892b]]. 'Études bretonnes - VIII sur la négation', [[Revue Celtique, Table des matières |''Revue Celtique'']] XIII, 346-360. [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65071517 texte].


La position où tombe le focus sur un des deux items négatifs sont des facteurs déterminants pour cette lecture de double négation et doivent donc être pris en compte dans toute étude empirique. L'existence de ce type d'ambiguïté peut fournir des indices précieux sur l'identité et la nature des éléments sémantiquement négatifs en breton, à la fois pour la négation propositionnelle et les indéfinis/quantifieurs.


== annulation de deux négations ==
=== description de la variation dialectale ===


Il existe des cas de co-occurrences de plusieurs éléments négatifs. Il semble qu'en plus de la lecture habituelle (de concordance négative),une phrase avec deux éléments négatifs peut également avoir une lecture où les deux négations s'annulent.
* [[TBP.I|Gros, Jules 1970]]. ''Le trésor du breton parlé'' I. Le langage figuré. Saint Brieuc: Les Presses Bretonnes.


{| class="prettytable"
* [[Gros (1984)|Gros, Jules 1974]] [1984]. ''Le trésor du breton parlé'' III. Le style populaire. Barr-Heol, Lannion: Giraudon, édition 1984 Brest: Emgleo Breiz - Brud Nevez.
| (17)
|'''Nitra'''
|'''n'''
|em
|boé
|de
|houlen
|get
|'''hanni'''
 
|-
|
|neg.chose
|neg
|1.sg
|avoir.Présent
|de
|demander.Infinitif
|avec
|personne


|-
* [[Trépos (2001)|Trépos, Pierre. 2001]] [1968, 1980, 1996], ''Grammaire bretonne'', 1968 édition Simon, Rennes.- 1980 édition Ouest France, Rennes; 1996, 2001 édition Brud Nevez, Brest.
|
| colspan="4" | 'Il n'y a rien que j'ai demandé à personne'  


|-
* [[Wmffre (1998)|Wmffre, I. 1998]]. Central Breton. [= Languages of the World Materials 152] Unterschleißheim: Lincom Europa. 
|
: en particulier Wmffre (1998[[Wmffre (1998:19,20)|:19,20]])
|
|
|Guilloux (1992:189),
|paraphrase traduite
|de Schapansky (1996)


|}
* [[Plourin (1982)|Plourin, Jean-Yves. 1982]]. ''Description phonologique et morphologique comparée des parlers bretons de Langonnet (Morbihan) et de Saint-Servais (Côtes-du-Nord)'', thèse de doctorat, Université de Rennes II.




=== ouvrages théoriques sur la négation en breton ===


* [[Jouitteau (2005/2010)|Jouitteau, Mélanie. 2005/2010]]. ''La syntaxe comparée du Breton'', éditions universitaires européennes, ISBN 978-613-1-52800-2. tapuscrit en pdf [http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010270/en/ ici] ou [http://ldh.livingsources.org/2010/06/07/escidoc401993/ ici].


== tests et hypothèses de travail ==
* [[Schafer (1995)|Schafer, Robin. 1995]], 'Negation and Verb Second in Breton.', ''Natural Language and Linguistic Theory'' 13, 135-172.


Lorsqu'on cherche à établir le type exact de concordance négative, il se peut que les réponses varient selon les classes d’éléments impliqués : nom nu ou élément morphologiquement négatif. Les langues ont souvent plusieurs paradigmes différents qui correspondent à différents emplois : d'un côté les items de polarité négative (qui doivent être légitimés par une négation), comme ''qui que ce soit'' en français, d'un autre, les quantifieurs négatifs (qui peuvent introduire à eux-seuls un sens négatif dans une phrase), comme par exemple ''personne'' ou ''rien''. Pour chaque paradigme/élément qui participe au système de concordance négative, il s’agit donc de déterminer s’il peut/doit apparaître sans négation propositionnelle.  
* Schafer, Robin. 1992. ''Negation and Verb Second in Breton''. Santa Cruz, UCSC unpublished manuscript.  


L'un des tests clé qui permettent de déterminer si un item introduit à lui seul un sens négatif est la réponse à une question. Ainsi, en (15), ''personne'' peut constituer une réponse négative, alors que ''qui que ce soit'' est exclu dans ce même contexte.
* Le Pipec, Erwan. 2009. 'La phrase négative en breton : de la phonologie à la syntaxe', ''[[La Bretagne Linguistique]]'' 14, CRBC.  


{| class="prettytable"
* [[Schapansky (1996)|Schapansky, Nathalie. 2000]]. ''Negation, Referentiality and Boundedness in Gwenedeg Breton: A Case Study in Markedness and Asymmetry'', Lincom Europa, Munich.
| (15)
|Qui
|est venu?
|


|-
* [[Schapansky (1996)|Schapansky, Nathalie. 1996]]. ''Negation, Referentiality and Boundedness in Breton, a case study in markedness and asymmetry'', ms. de thèse.
|
| colspan="4" | '''Personne'''  


|-
* Schapansky, Nathalie. 1994a. '[http://r1.chass.utoronto.ca/twpl/pdfs/cla1994/CLA1994_Schapansky.pdf Affixal negation in Breton]', ''Proceedings of the 1994 Annual Conference of the Canadian Linguistic Association''.
|
| colspan="4" | '''*Qui que ce soit'''  
|}


* [[Schapansky (1992a)|Schapansky, Nathalie. 1992a]]. 'The scope of negation in Celtic: an introduction', ''Proceedings of the 1992 Annual Conference of the Canadian Linguistic Association'', 285-300. [http://r1.chass.utoronto.ca/twpl/pdfs/cla1992/CLA1992_Schapansky.pdf texte].


== Horizons comparatifs et intérêt théorique ==
* Schapansky, Nathalie. 1992b. 'The Preverbal Position in Breton and Relational Visibility', ''Working papers in Linguistics'' 2, Burnaby SFU, 136-170. (MA thesis)


Dans un premier temps, il est important de situer le breton par rapport à la typologie des systèmes négatifs existants. Cette documentation doit se faire sur doit dimensions différentes:
* Schapansky, Nathalie. 1991. 'Negation in Celtic: A Preliminary Study of the Interactions Between Word Order and Scope of Negation', ''Proceedings of the Centre for System Science and Graduate Student Review'', Simon Fraser University, Burnaby.


'''(i) Négation propositionnelle'''
* [[Willis (2013)|Willis, David. 2013]]. 'Negation in the history of the Brythonic Celtic languages', David Willis, Christopher Lucas & Anne Breitbarth (éds.), ''The History of Negation in the Languages of Europe and the Mediterranean'', 239-298.


La négation bipartite correspond à ce qu'on appelle ''le stade II du cycle de la négation'' (également connu sous le nom de ''cycle de Jespersen''). Plus précisément, l'évolution des marqueurs négatifs à travers les langues suit généralement les étapes suivantes:
== langues de contact ==


(I) '''Marqueur négatif préverbal''' (soit morphème libre, soit clitique) comme par exemple en italien actuel ''Gianni '''non''' è venuto.'' ('Jean n'est pas venu')
* Donaldson, Bryan, Monique Dufresne, Marie Labelle. 2018. 'Diachronie de la négation phrastique en français: apports d'une approche sociohistorique', ''Canadian Journal of Linguistics'' 63:2, 221-241.


(II) '''Marqueur négatif + Verbe + Marqueur négatif emphatique'''. La négation préverbale est perçue comme insuffisante et un deuxième élément est de plus en plus souvent utilisé. Il s'agit le plus fréquemment d'un morphème libre, de nature adverbiale.  
* Becerra Zita, Samantha & Demirdache Hamida. 2018. 'On negative indefinites in Gallo: Evidence for non-intrinsically negative (scalar) negation', ''Lingvisticæ Investigationes'' 41(1):111-128.


(III) '''Verbe + marqueur négatif'''. Le marqueur négatif postverbal est grammaticalisé. (Illustrer avec l'allemand)
* Guilliot, Nicolas & Samantha Becerra Zita. 2017. 'Negative Concord and Sentential Negation in Gallo', ms.


Le stade II est celui où il y a le plus de fluctuation. Plus précisément, à certains moments de cette évolution, l'un ou l'autre des deux marqueurs est optionnel avant que l'usage stabilise leur distribution et leur rôle sémantique. 


Dans un article récent, Breitbarth & Haegeman (2007?) discutent l'évolution du système négatif dans plusieurs langues et dialectes germaniques et font l'hypothèse que les deux éléments d'une négation bipartite ne remplissent pas le même rôle. Plus précisément, l'élément préverbal n'est pas une négation, mais un marqueur de polarité (notion qui intègre non seulement la négation, mais également d'autres types de contextes comme certaines types de subordonnées, questions ou phrases impératives). Leur analyse prédit également qu'une langue ne garde l'élément préverbal que s'il acquiert d'autres fonctions dans la langue (en flamand, par exemple, il a un usage emphatique).
== horizons comparatifs et théoriques ==


L'étude détaillée de la situation du breton doit permettre de vérifier les généralisations et les hypothèses avancées pour d'autres langues qui ont une négation bipartite.  
* Borsley, Robert D., and Jones, Bob Morris. 2005. ''Welsh negation and grammatical theory'', Cardiff: University of Wales Press.  


'''(ii) Concordance négative'''
* Breitbarth, Anne and Liliane Haegeman. 2008. ''Not continuity, but change: stable stage II in Jespersen's cycle''. Manuscript, University of Cambridge & STL Lille III.


Le système de concordance négative constitue l'autre typologie dans laquelle il faut situer le breton.
* Brown, Sue. 2003. 'A minimalist approach to negation in Old Church Slavonic: A look at the Codex Marianus', ''Annual workshop on Formal Approaches to Slavic Linguistics: The Amherst meeting 2002'', eds. Wayles Browne, Ji-Yung Kim, Barbara H. Partee and Robert A. Rothstein, 159–78. Ann Arbor, Mich.: Michigan Slavic Publications.
Dans certaines langues (les variétés standard des langues germaniques), dites de ''double négation'', chaque négation présente dans la syntaxe correspond à une négation sémantique. Ainsi dans une phrase comme ''Nobody didn't come'' ('Personne n'est pas venu'), les deux négations (''not'' et ''nodody'') s'annulent et la phrase acquiert une lecture positive du type ''Tout le monde est venu''.  


La plupart des langues documentées sont des langues à concordance négative, ce qui veut dire qu'elles permettent la co-occurrence de plusieurs mots négatifs (dont au moins un est un marqueur négatif propositionnel) dans une même phrase pour donner lieu à une lecture avec une seule négation. Il existe différents types attestés, selon le nombre et la position (pré- ou post-verbale) des éléments qui participent au système de concordance négative. De même, il est possible que la situation soit différente selon qu'il s'agit de phrases avec un verbe tensé ou pas.  
* Déprez, Viviane. 2000. 'Parallel (a)symmetries and the internal structure of negative expressions', ''Natural Language and Linguistic Theory'' 18:253–342.


La concordance négative représente un grand enjeu théorique, notamment par rapport au principe de compositionalité du sens qui pose que le sens d'une phrase se construit sur la base du sens des différents constituants. Comment est-il possible que la co-occurrence de plusieurs éléments qui fonctionnent par ailleurs comme des éléments négatifs résulte dans une interprétation avec une seule négation sémantique? Pour résoudre ce problème d'interprétation, la plupart des analyses supposent que la concordance négative est un phénomène d'accord, avec un seul marqueur sémantiquement négatif (typiquement la négation propositionnelle ou un mot négatif préverbal) et les autres éléments comme des réflexes morpho-syntaxiques de cet accord.  
* Giannakidou, Anastasia. 2000. 'Negative Concord?', ''Natural Language and Linguistic Theory'' 18:457–523.


A un niveau empirique, il faut donc déterminer pour chacun des éléments qui participent à la concordance négative s'il a un sens négatif inhérent. La situation peut être différente pour chacun des deux marqueurs de la négation bipartite, ainsi que pour les autres mots traditionnellement décrits comme négatifs (cf. la liste de Kervella).
* Haegeman, Liliane. 1995. ''The syntax of negation'', Cambridge: Cambridge University Press.


La situation de la concordance négative en breton est complexe et donc toute description précise du système apporterait des données précieuses pour vérifier les généralisations établies pour d'autres langues et évaluer les analyses avancées dans la littérature.
* Haspelmath, Martin. 1997. ''Indefinite Pronouns''. Oxford: Clarendon Press.


* Idiatov, Dmitry. 2018. 'An areal typology of clause-final negation in Africa: Language dynamics in space and time', Daniël Van Olmen, Tanja Mortelmans, Frank Brisard (éds.), ''Aspects of linguistic variation'', De Gruyter Mouton, 115-163[https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01933965 texte].


== Bibliographie ==
* Ingham, Richard et Pierre Larrivee (éds.) 2012. ''The Evolution of Negation. Beyond the Jespersen Cycle'', Mouton de Gruyter.


=== Description générale ===
* Jespersen, Otto. 1917. 'Negation in English and other languages', ''Historisk-filologiske Meddelelser 1'', Copenhagen: A. F. Høst.


Press, I. 1986. ''A Grammar of Modern Breton'', Mouton, Berlin (p.110-114).
* Poppe, Erich. 1995. 'Negation in Welsh and 'Jespersen's Cycle', ''[[Journal of Celtic Linguistics]]'' 4, 99–107. (''surtout p.103–5'').


Chalm, E. 2008. ''La Grammaire bretonne pour tous'', An Alac'h embannadurioù (p.86-88).
* Richards, Melville. 1948. 'The negativing of the verb noun in Welsh', ''Études Celtiques'' 4:369–78.


Kervella, F. 1995 [1947].''Yezhadur bras ar brezhoneg'', 1947 edition Skridoù Breizh, La Baule ; 1995 edition Al Liamm.  
* Roberts, Ian, and Roussou, Anna. 2003. ''Syntactic change: A minimalist approach to grammaticalization'', Cambridge: Cambridge University Press.(''sur le grec et le français'')


* Rooryck, J. 2008. ''On the scalar nature of syntactic negation in French''. (ms.)


=== Ouvrages théoriques ===
* Roulon-Doko, Paulette. 2012. 'Le marqueur de négation ná en gbaya. Paper presented at the workshop “The history of post-verbal negation in African languages” at the 7th World Congress of African Linguistics, University of Buea, 20–24 August. http://idiatov.
mardi.myds.me/WOCAL7_Negation/ROULON-DOKO_2012_Presentation.pdf (accessed 7 April 2018, cité dans Idiatov 2018)


Schafer, R. 1995, ‘Negation and Verb Second in Breton.’, ''Natural Language and Linguistic Theory'' 13, 135-172.  
* Rowlett, Paul. 1998. ''Sentential negation in French'', Cambridge: Cambridge University Press.


Schafer, R. 1992. ''Negation and Verb Second in Breton''. Santa Cruz, UCSC unpublished manuscript.  
* Slomanson, P, 2009. 'Morphological Finiteness as Increased Complexity in Negation Systems', ''Complex Processes in New Languages'', E. Aboh & N. Smith (éds.), Amsterdam: John Benjamins Publishers.


Schapansky, N. 2000. ''Negation, Referentiality and Boundedness in Gwenedeg Breton: A Case Study in Markedness and Asymmetry'', Lincom Europa, Munich.  
* Van Kemenade, Ans. 2000. 'Jespersen's Cycle revisited: Formal properties of grammaticalization', ''Diachronic syntax: Models and mechanisms'', eds. Susan Pintzuk, George Tsoulas and Anthony Warner, 51–74. Oxford: Oxford University Press.


Schapansky, N. 1996. ''Negation, Referentiality and Boundedness in Breton, a case study in markedness and asymmetry'', ms thesis.
* Willis, David. 2006. 'Negation in Middle Welsh', ''Studia Celtica'' 40 (2006): 63–88.


=== Description de la variation dialectale ===
* Willis, David. 2010. 'A Comparative perspective on the negative cycles in Welsh and Breton', presentation at the ''6<sup>th</sup> Celtic Conference'', University College of Ducblin sept. 12<sup>th</sup>.


== Spécialistes référents pour cette fiche de collectage ==
* Willis, David. 2010. 'Motivating the emergence of new markers of sentential negation, The case of Welsh ''ddim''', ''Diachronica'' 27:1, 110-156.


Anamaria Falaus, LLING, Université de Nantes/Naoned
* Willis, David. 201X. 'Reconstructing last week's weather: Syntactic reconstruction and Brythonic free relatives', ms.


[http://www.mml.cam.ac.uk/ling/staff/dwew2/ David Willis], Selwyn College, Cambridge
* Willis, David. 201X. 'Brythonic Celtic', ms.


[http://www.mml.cam.ac.uk/ling/staff/ab667/ Anne Breitbarth], Selwyn College, Cambridge
* Willis, David. 201X. 'Negative polarity and the Quantifier Cycle: Comparative diachronic perspectives from European languages', ms.


= Questions ouvertes =
* Zeijlstra, Hedde. 2005. 'What the Dutch Jespersen Cycle may reveal about negative concord', ''In Proceedings of the 38th meeting of the Chicago Linguistics Society'', ed. Mary Andronis, Erin Debenport, Anna Pycha and Keiko Yoshimura, ii. 143–58. Chicago: Chicago Linguistics Society.


* Est-il possible d'utiliser des items de polarité négative  sans ''ket''?
* De Zwart, Henriette. 2006. ''Expression and interpretation of negation''. Book manuscript (submitted)


Chalm (2008:86) prescrit de ne pas le faire avec ''ebet'' (il est de Cap-Sizun), mais une recherche google "ket * ebet" donne 9370 occurences...


Kervella (1947§234) note pour sa part que lorsqu'un mot négatif (dont ''ebet'') est utilisé, on se passe la plupart du temps de mettre ''ket''.
[[Category:fiches|Categories]]
[[Category:articles|Categories]]
[[Category:négation|*01|Categories]]

Version actuelle datée du 3 septembre 2022 à 19:25

La négation propositionnelle est un processus ou une construction par laquelle une proposition est dite fausse. Sa forme la plus répandue en breton est une négation discontinue qui entoure le verbe conjugué ne (verbe) ket.


(1) N'eo ket melen.
ne1 est pas jaune
'Ce n'est pas jaune.'


Matériel morphologique

négation propositionnelle

ne... ket

Le breton, comme le français, a une négation bipartite, ce qui est assez rare typologiquement. Cette négation propositionnelle est dite discontinue ou bipartite car les éléments ne et ket entourent le verbe tensé: [ne VERB ket]. Les tournures les plus archaïsantes peuvent n'utiliser que ne, le standard utilise ne et ket, et certains dialectes montrent une utilisation possible de ket uniquement.


(2) ... med e hellent ked ober da doud an dud.
mais R4 pouvaient pas faire à1 tout le 1gens
'Mais ils ne pouvaient pas le faire pour tout le monde.'
Ouessant, Gouedig (1982)


(3) Ar gwaz a nevez ket ar vugale tamallet.
le homme R connaît pas le 1enfant.s accus.é
'L'homme ne connaît pas les enfants accusés.'
Plougerneau, M-L.B (10/2018)


(4) Ar vugale o deus ket c'hoariet.
le 1enfant.s 3PL a pas jou.é
'Les enfants n'ont pas joué.'
Plougerneau, M-L.B (10/2018)


infinitives

Dans les propositions infinitives, on trouve les négations nompas ou pas.

Il existe aussi des stratégies alternatives qui utilisent la préposition privative hep, 'sans' (tremen hep ober, /passer sans faire/ ou chom hep ober, /rester sans faire/). Dans les propositions infinitives à l'impératif, on trouve une stratégie alternative en arabat, une construction modale.


autres négations

La négation implique des éléments autres que les éléments de négation propositionnels:

- la préposition privative hep, 'sans'
- les négations non-propositionnelles pas et nompas.
- les items de polarité négative
- les indéfinis sous la négation
- les mots négatifs: netra, neblec'h...


noms nus devenus mots négatifs

La phrase en (4) est une conditionnelle, avec une protase sans négation de proposition aucune, ni ne ni ket. Son interprétation est cependant clairement négative (s'il n'y avait pas eu d'ajonc, s'il n'y avait eu aucun ajonc). Le nom nu tamm lann est en breton standard un item de polarité négative. Il pourrait être autorisé par la protase de la conditionnelle, mais il aurait alors un sens positif (le moindre ajonc, quelque ajonc). Ce n'est pas le cas dans le dialecte de Ouessant où le nom nu tamm a évolué en mot négatif, capable de porter seul la négation.


(4) ma viche bet tamm lann, viche ket bet gellet tomma ar forn.
si4 serait été morceau ajonc serait pas été pu chauff.er le four
'S'il n'y avait pas eu d'ajonc, le four n'aurait pas pu être chauffé.'
Ouessant, Gouedig (1982)


Il est aussi possible que la négation puisse être la particule ne vidée de sa phonologie, car le verbe peut sembler être à l'initiale. La position devant lui serait remplie par la négation qui n'est pas prononcée. Ces phrases sans morphologie de la négation contiennent toujours un nom nu qui est autorisé par elles. En cela, elles sont comparables au français T'inquiète !, qui ne peut signifier que ne t'inquiète pas, avec la cliticisation de l'expérienceur qui est le signe syntaxique fort que la négation est présente (à l'affirmative, t'inquiète ne peut pas signifier inquiète-toi).


(5) med, ato ar memez kestion, oa tamm arhant, setu...
mais toujours le même question était morceau argent alors
'Mais, toujours la même question, il n'y avait pas d'argent, alors… '
Ouessant, Gouedig (1982)

Syntaxe

ne complémenteur

En termes syntaxiques, la partie pré-verbale ne de la négation est un complémenteur (Tallerman 2005, Anderson 2005, Jouitteau 2005/2010), comme son équivalent en irlandais (Hendrick 1990:130).

Lorsque le sujet apparaît au-dessus du complémenteur ne, il déclenche un accord riche. Empiriquement, lorsque le sujet est devant la partie ne de la négation, ce sujet est doublé par un pronom de même traits qui s'incorpore sur le verbe et y déclenche un accord riche (voir l'article sur le sujet prénégation). Selon Jouitteau (2005:411), le pronom qui déclenche l'accord sur le verbe est un résomptif du sujet déclenché par un ' that-trace effect'.


incompatibilité avec bez '

Les phrases qui contiennent la particule bez' ne sont pas compatibles avec la négation (Press 1986:193).


incompatibilité avec la conjugaison en ober

Les structures de conjugaison analytique en ober ne sont pas compatibles avec la négation.


incompatibilité avec le pronom objet postverbal d'un impératif

La négation propositionnelle bipartite ne... ket est incompatible avec le pronom objet postverbal d'un impératif (Le Gléau 1973:19). C'est alors le proclitique objet qui est utilisé.


(1) hasǝ cǝt.
Na ma c'hasit ket
ne1 me2 envoyez pas
'Ne m'emmenez pas.'
Bas-vannetais, Cheveau (2007:207)

Sémantique

On relève des cas d'absence superficielle de ne, où la négation est tout de même calculée sémantiquement. A l'inverse, il existe aussi des contextes où ne réalise une négation explétive, c'est-à-dire une négation qui n'est pas calculée sémantiquement.

Lorsque plusieurs éléments négatifs sont présents dans une même phrase, le breton suit pour le calcul de la négation le système de la.

Deux marques de la négation dans la même phrase peuvent être calculées comme une seule négation (concordance négative), ou comme deux négations qui s'annulent (bris de concordance négative). A l'inverse, deux expressions positives ne peuvent jamais être calculées comme une négation.


La présence dans une phrase d'une négation permet l'usage de certains éléments autrement agrammaticaux: les items de polarité négative.


La négation est un contexte monotone décroissant, ce qui veut dire qu'elle implique ses sous-ensembles.

  • Si L'ordinateur ne reconnait pas Michel et Zoé., ceci implique logiquement que L'ordinateur ne reconnait pas Zoé.
  • Si Je n'ai pas mangé de gâteau, ceci implique logiquement que Je n'ai pas mangé de gâteau aux pommes.
  • Si Il est sans chemise et sans pantalon., ceci implique logiquement que Il est sans chemise.


notation

En sémantique formelle, la négation est notée par le symbole ¬. On lit ¬ p par 'ce n'est pas le cas que /proposition/'.


Diachronie

En moyen breton, la particule ne(nd) est restreinte aux phrases matrices et la particule na(c) aux enchâssées et aux impératives. La particule postverbale quet s'y rajoute progressivement en moyen breton. Pour une comparaison des systèmes de la négation dans la diachronie des langues brittoniques, se reporter à Willis (2013).


Horizons comparatifs

Dans les langues indo-européennes, la négation qu'elle soit continue ou discontinue apparaît proche du verbe fléchi. Ce n'est pas toujours le cas à travers les langues du monde. Plusieurs zone de l'Afrique subsaharienne montrent par exemple un phénomène de négation de fin de phrase (Idiatov 2018).


(1) ʔám gbɛ́ sàɗì hã́ kóò kɔ́m ɲɔ́ŋ .
Je tuais animal pour.que femme mon mangeait NEG
'Je n'ai pas tué de gibier pour nourrir ma femme.' (que ma femme mange)
Gbaya Kara (Centre Afrique)
Roulon-Doko (2012:5), citée dans Idiatov (2018)

Terminologie

Le terme breton qui correspond à 'la négation' est an nac'hañ. Le terme de ger nac'h renvoie aux mots négatifs.


Bibliographie

breton

description générale

  • Chalm, E. 2008. La Grammaire bretonne pour tous, An Alarc'h embannadurioù (p.86-88).
  • Kervella, F. 1995 [1947].Yezhadur bras ar brezhoneg, 1947 edition Skridoù Breizh, La Baule ; 1995 edition Al Liamm.
  • Hemon, Roparz. 1975. A historical morphology and syntax of Breton, Dublin: Institute for Advanced Studies (/ moyen breton, surtout p. 281–6).
  • Hemon, R. 2000. Yezhadur Istorel ar Brezhoneg (traduction Hemon 1975 par A. Dipode), Hor Yezh.
  • Press, I. 1986. A Grammar of Modern Breton, Mouton, Berlin (p.110-114).


description de la variation dialectale

  • Gros, Jules 1970. Le trésor du breton parlé I. Le langage figuré. Saint Brieuc: Les Presses Bretonnes.
  • Gros, Jules 1974 [1984]. Le trésor du breton parlé III. Le style populaire. Barr-Heol, Lannion: Giraudon, édition 1984 Brest: Emgleo Breiz - Brud Nevez.
  • Trépos, Pierre. 2001 [1968, 1980, 1996], Grammaire bretonne, 1968 édition Simon, Rennes.- 1980 édition Ouest France, Rennes; 1996, 2001 édition Brud Nevez, Brest.
  • Wmffre, I. 1998. Central Breton. [= Languages of the World Materials 152] Unterschleißheim: Lincom Europa.
en particulier Wmffre (1998:19,20)
  • Plourin, Jean-Yves. 1982. Description phonologique et morphologique comparée des parlers bretons de Langonnet (Morbihan) et de Saint-Servais (Côtes-du-Nord), thèse de doctorat, Université de Rennes II.


ouvrages théoriques sur la négation en breton

  • Schafer, Robin. 1995, 'Negation and Verb Second in Breton.', Natural Language and Linguistic Theory 13, 135-172.
  • Schafer, Robin. 1992. Negation and Verb Second in Breton. Santa Cruz, UCSC unpublished manuscript.
  • Le Pipec, Erwan. 2009. 'La phrase négative en breton : de la phonologie à la syntaxe', La Bretagne Linguistique 14, CRBC.
  • Schapansky, Nathalie. 2000. Negation, Referentiality and Boundedness in Gwenedeg Breton: A Case Study in Markedness and Asymmetry, Lincom Europa, Munich.
  • Schapansky, Nathalie. 1996. Negation, Referentiality and Boundedness in Breton, a case study in markedness and asymmetry, ms. de thèse.
  • Schapansky, Nathalie. 1994a. 'Affixal negation in Breton', Proceedings of the 1994 Annual Conference of the Canadian Linguistic Association.
  • Schapansky, Nathalie. 1992a. 'The scope of negation in Celtic: an introduction', Proceedings of the 1992 Annual Conference of the Canadian Linguistic Association, 285-300. texte.
  • Schapansky, Nathalie. 1992b. 'The Preverbal Position in Breton and Relational Visibility', Working papers in Linguistics 2, Burnaby SFU, 136-170. (MA thesis)
  • Schapansky, Nathalie. 1991. 'Negation in Celtic: A Preliminary Study of the Interactions Between Word Order and Scope of Negation', Proceedings of the Centre for System Science and Graduate Student Review, Simon Fraser University, Burnaby.
  • Willis, David. 2013. 'Negation in the history of the Brythonic Celtic languages', David Willis, Christopher Lucas & Anne Breitbarth (éds.), The History of Negation in the Languages of Europe and the Mediterranean, 239-298.

langues de contact

  • Donaldson, Bryan, Monique Dufresne, Marie Labelle. 2018. 'Diachronie de la négation phrastique en français: apports d'une approche sociohistorique', Canadian Journal of Linguistics 63:2, 221-241.
  • Becerra Zita, Samantha & Demirdache Hamida. 2018. 'On negative indefinites in Gallo: Evidence for non-intrinsically negative (scalar) negation', Lingvisticæ Investigationes 41(1):111-128.
  • Guilliot, Nicolas & Samantha Becerra Zita. 2017. 'Negative Concord and Sentential Negation in Gallo', ms.


horizons comparatifs et théoriques

  • Borsley, Robert D., and Jones, Bob Morris. 2005. Welsh negation and grammatical theory, Cardiff: University of Wales Press.
  • Breitbarth, Anne and Liliane Haegeman. 2008. Not continuity, but change: stable stage II in Jespersen's cycle. Manuscript, University of Cambridge & STL Lille III.
  • Brown, Sue. 2003. 'A minimalist approach to negation in Old Church Slavonic: A look at the Codex Marianus', Annual workshop on Formal Approaches to Slavic Linguistics: The Amherst meeting 2002, eds. Wayles Browne, Ji-Yung Kim, Barbara H. Partee and Robert A. Rothstein, 159–78. Ann Arbor, Mich.: Michigan Slavic Publications.
  • Déprez, Viviane. 2000. 'Parallel (a)symmetries and the internal structure of negative expressions', Natural Language and Linguistic Theory 18:253–342.
  • Giannakidou, Anastasia. 2000. 'Negative Concord?', Natural Language and Linguistic Theory 18:457–523.
  • Haegeman, Liliane. 1995. The syntax of negation, Cambridge: Cambridge University Press.
  • Haspelmath, Martin. 1997. Indefinite Pronouns. Oxford: Clarendon Press.
  • Idiatov, Dmitry. 2018. 'An areal typology of clause-final negation in Africa: Language dynamics in space and time', Daniël Van Olmen, Tanja Mortelmans, Frank Brisard (éds.), Aspects of linguistic variation, De Gruyter Mouton, 115-163texte.
  • Ingham, Richard et Pierre Larrivee (éds.) 2012. The Evolution of Negation. Beyond the Jespersen Cycle, Mouton de Gruyter.
  • Jespersen, Otto. 1917. 'Negation in English and other languages', Historisk-filologiske Meddelelser 1, Copenhagen: A. F. Høst.
  • Richards, Melville. 1948. 'The negativing of the verb noun in Welsh', Études Celtiques 4:369–78.
  • Roberts, Ian, and Roussou, Anna. 2003. Syntactic change: A minimalist approach to grammaticalization, Cambridge: Cambridge University Press.(sur le grec et le français)
  • Rooryck, J. 2008. On the scalar nature of syntactic negation in French. (ms.)
  • Roulon-Doko, Paulette. 2012. 'Le marqueur de négation ná en gbaya. Paper presented at the workshop “The history of post-verbal negation in African languages” at the 7th World Congress of African Linguistics, University of Buea, 20–24 August. http://idiatov.

mardi.myds.me/WOCAL7_Negation/ROULON-DOKO_2012_Presentation.pdf (accessed 7 April 2018, cité dans Idiatov 2018)

  • Rowlett, Paul. 1998. Sentential negation in French, Cambridge: Cambridge University Press.
  • Slomanson, P, 2009. 'Morphological Finiteness as Increased Complexity in Negation Systems', Complex Processes in New Languages, E. Aboh & N. Smith (éds.), Amsterdam: John Benjamins Publishers.
  • Van Kemenade, Ans. 2000. 'Jespersen's Cycle revisited: Formal properties of grammaticalization', Diachronic syntax: Models and mechanisms, eds. Susan Pintzuk, George Tsoulas and Anthony Warner, 51–74. Oxford: Oxford University Press.
  • Willis, David. 2006. 'Negation in Middle Welsh', Studia Celtica 40 (2006): 63–88.
  • Willis, David. 2010. 'A Comparative perspective on the negative cycles in Welsh and Breton', presentation at the 6th Celtic Conference, University College of Ducblin sept. 12th.
  • Willis, David. 2010. 'Motivating the emergence of new markers of sentential negation, The case of Welsh ddim', Diachronica 27:1, 110-156.
  • Willis, David. 201X. 'Reconstructing last week's weather: Syntactic reconstruction and Brythonic free relatives', ms.
  • Willis, David. 201X. 'Brythonic Celtic', ms.
  • Willis, David. 201X. 'Negative polarity and the Quantifier Cycle: Comparative diachronic perspectives from European languages', ms.
  • Zeijlstra, Hedde. 2005. 'What the Dutch Jespersen Cycle may reveal about negative concord', In Proceedings of the 38th meeting of the Chicago Linguistics Society, ed. Mary Andronis, Erin Debenport, Anna Pycha and Keiko Yoshimura, ii. 143–58. Chicago: Chicago Linguistics Society.
  • De Zwart, Henriette. 2006. Expression and interpretation of negation. Book manuscript (submitted)