La(r)

De Arbres
Révision datée du 19 mai 2011 à 10:05 par M. Jouitteau (discussion | contributions) (Page créée avec « == Morphologie == Ce complémenteur qui introduit les enchâssées est une grammaticalisation du verbe ''lavar'' ('dire'). Favereau (1997:§597) rapport... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Morphologie

Ce complémenteur qui introduit les enchâssées est une grammaticalisation du verbe lavar ('dire').

Favereau (1997:§597) rapporte la prononciation [la]/[læ.r] en Poher.

Variation dialectale

Ce complémenteur est utilisé en Haute-Cornouaille (voir Evenou 1987:580), en breton central et jusqu'à Uhelgoat.

Selon Favereau (1997:§597), l’apparition de ‘’la’’ est à mettre en relation avec l’amuïssement du rannig e dans les parlers de Cornouaille (« de Plogoff au Poher, à l’exclusion de l’extrême-Est – Pelem »).

Le complémenteur la(r) est inconnu des autres dialectes.

Ordre des mots dans la proposition

Après le complémenteur la, l’ordre des mots dans la proposition peut être à verbe initial ou à verbe second.

‘la’ –VSO

L'ordre canonique après le complémenteur la(r) est à verbe initial.

(y) a. Ne oa ket dav lârout lar’oa flaer
ne était pas dire.INF C était puant
'Fallait pas dire qu'il sentait mauvais.'
Kore, transcription de l'enregistrement de Pêr Bras en 1977 par Mona Bouzeg


(y) b. C’hwi n’ouiec’h ket lâr emaon pounner.
2PL ne savez pas C suis lourd(e)
'Vous ne savez pas que je suis lourde.'
Kore, transcription de l'enregistrement de Pêr Bras en 1977 par Mona Bouzeg


(z) me waɤ (laɤ) mɔħ tõnd
1SG sais.3SG C êtes.2PL P venir]
[Je sais que vous venez]
'I know (that) you are coming' breton central, Wmffre (1998:57)


(i) h~ɛmə la.ɤe (laɤ) vɛle kalz tXɔw
[this.one disait.3SG C voyait beaucoup choses ]
['Il disait qu'il voyait beaucoup de choses']
'He said that he saw many things' breton central, Wmffre (1998:57)


(5) Goud a ouien eur mare zo lar e oa teo ar vamm!
savoir R savais un temps (R) y.a C R était grosse le mère
'Je savais depuis un moment que la mère était grosse!' Uhelgoat, Skragn (2002:89)


(6) Me a wele a-walh lar e-noa mizer an hini ruz ...
1SG R voyais assez C R-avait misère le N rouge
'Je voyais bien que le rouge avait de la peine.'
Uhelgoat, Skragn (2002:129)


 Favereau (1997:§597). Complétives en la
 […] La complétive factuelle peut suivre […] le même ordre des mots, soit
 Proposition + la’ + V + S + O 
 
 Ur bariadenn la’ on trec’h dit !
 '(Je fais) le pari que je te bats !'
 Krediñ ‘ran la’ ‘no soñj deus outoñ.
 ‘Je crois bien qu’il se souviendra de lui.’
 Gwir eo la’ oa kalz skoaselloù.
 ‘Il est vrai qu’il y avait beaucoup d’ornières.’
 Peogwir ‘n’a tapet ar vrud la’ ouie ober.
 ‘Puisqu’il avait acquis la réputation qu’il savait le faire.’
 Deut ‘oa paotred kêr da c’hoût la’ teue ur paotr yaouank deus pell.
 ‘Les gars du village avaient appris qu’un jeune homme venait de loin.’
 Soue’et bras ‘oa-eñ la’ roulemp war div rod.
 ‘Il était fort étonné que nous roulions sur deux roues.’
 Klevet ‘na-int ar gaoz la’ ‘h ae ar vugale gantoñ ba e dreid.
 ‘Ils avaient entendu raconter qu’il emportait les enfants dans ses serres.’
 Setu ‘veze gouiet la oa un eured ba kêr.
 ‘Ainsi savait-on qu’il y avait une noce au village.’
 Ankouaet ‘n’a la ‘h ae an dour dreist ar bontenn.
 ‘Il avait oublié que l’eau passait par dessus la passerelle.’
 Neu’n ‘vije bet ar chañs la’ chomeche muioc’h re yaouank ‘barzh ar vro.
 ‘Alors, il y aurait eu une chance que davantage de jeunes restent au pays.’
 
 Favereau (1997:§598) :
 (Ne) ‘m eus ket klevet laret la’ oa hi !
 ‘Je n’ai pas entendu dire que c’était elle !’
 Goût a rez da-hun’ la’ (ne) ‘m eus takenn ebet.
 ‘Tu sais bien toi-même que je n’en ai pas une goutte.’


‘la’ – V2

Les propositions en ‘la’ peuvent aussi introduire des ordres V2. Favereau (1997:§598) associe cet usage aux plus jeunes locuteurs, ou à ceux de Basse-Cornouaille, « bigoudène ou autre ». Il y voit une influence de l’emploi du français de « que », mais note aussi le parallèle avec les ordres V2 en breton après le complémenteur ‘’ha(g)’’ (Favereau 1997:§598).

 Favereau (1997:§598). Structures alternatives des complétives en la.
 
 Deut ‘oa anaouedegezh da berc’henn an ti la’ ar chupenn oa aet.
 ‘Le propriétaire de la maison avait réalisé que la veste avait disparu.’
 Soñjal a ran la’ an ouvrierien a chomas da gousket.
 ‘Je pense que les ouvriers restèrent dormir.’
 Un teod ‘n’eus lavaret la’ dre an Ti-meur an dour ‘vise aet.
 ‘Un bavard a affirmé que l’eau passerait par le Tymeur.’
 Evel ar c’hefeleg, la’ ma ve yen an amzer en em blija…
 ‘Comme la bécasse, qui si le temsp est froid, se plaît à… (YFK)


horizons comparatifs

Il n'est pas rare à travers les langues que des verbes comme 'dire' se grammaticalisent en complémenteurs. C'est par exemple le cas en Gungbe, langue Kwa parlée au Bénin.