L'imparfait

De Arbres
Révision datée du 22 mai 2014 à 10:17 par Mjouitteau (discussion | contributions) (aspect)
Aller à : navigation, rechercher

L'imparfait exprime un temps du passé.

C'est un temps imperfectif, ce qui l'oppose au passé simple (Heinecke 2001:79).


Sémantique

borne de fin

L'imparfait peut être utilisé pour des procès dont la borne de fin n'est pas antérieure au moment de l'énonciation.


(1) Me n'am-boa ket a hoant e vije gwerzet mann ebed.
moi ne R.1SG-avais pas de envie R serait vendu zéro aucun
'Je ne voulais (veux) pas que l'on vende quoi que ce soit.' Trégorrois, Gros (1984:155)


(2) Ne oa ket un den desket bras nemet gouzout a rae kaozeal brav.
ne était pas un homme instruit grand seulement savoir R faisait parler beau
'Ce n'était pas quelqu'un de très instruit mais il savait bien s'exprimer.' Chalm (2008:211)

aspect

Comme en français, l'imparfait peut être utilisé pour obtenir un aspect itératif: des actions ponctuelles répétées.


(4) Krozal ha stlaka a rae a bep eil.
grond.er et éclat.er R faisait à.chaque.second
'Il grondait et il éclatait tour à tour.' Léonard, Kerrien (2000:16)


(5) Kement a riv o doa ar vicherourien ken e raent tan evit mann...
autant de froid 3PL avait le1 ouvriers tant R faisaient feu pour zéro
'Les ouvriers avaient tellement froid qu'ils faisaient du feu pour rien.'
Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:72)

conditionnel

La forme morphologique de l'imparfait peut remplacer un conditionnel dans les subordonnées (même si c'est le plus souvent le plus-que-parfait qui remplace le conditionnel).


(6) An hini a yaje a-benn dezañ e hallfes lavared hardiz e oa maro.
le celui R irait à.tête à.lui R pourrais dire sans.crainte R était mort
'Celui qui l'aurait affronté, tu pourrais dire sans crainte qu'il était (qu'il serait) mort.' Trégorrois, Gros (1970:27)

Stylistique

On trouve des usages de l'imparfait pour intensifier un effet de sens temporel.


(7) erru oah!
arrivé étiez
'Vous voilà!, (lit. Vous étiez arrivé.e.s.)' Ar Merser (2009:584)


Dans la limite de cet effet stylistique, l'imparfait peut convoyer le même ancrage temporel qu'un présent:


 Gros (1970:26):
 "L'imparfait correspond à un présent dans certaines formules de politesse comme:
 
 Arru oas?
 /arrivé étais?/
 'Tu étais arrivé', 'Te voila?'
 
 O vond oah ive?
 /ptc aller étiez aussi/ 
 'Vous alliez (vous allez) aussi' 
 (sous-entendu: vous promener, faire une course, etc.)
 
 Deut oah e kêr ive?
 /venu étiez en ville aussi/ 
 'Vous étiez (vous êtes) venu en ville aussi?'