L'habitude : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
m (a déplacé Formes d'habitude vers HAB)
m (a déplacé HAB vers Formes d'habitude en écrasant sa redirection)
(Aucune différence)

Version du 27 juillet 2012 à 13:03

Les verbes 'être' et 'avoir' ont en breton un paradigme particulier pour les formes d'habitude.

Le morphème d'habitude est ici noté HAB en gloses.


(1) Pé zigoueemp assam’s plijadur, set’ ' c'hoant d’ond kwa.
Pa zigouezhemp asambles e veze plijadur setu em bez c'hoant da vont, kwa.
quand trouvions ensemble R était.HAB plaisir donc j'ai.HAB envie d'aller quoi
'Quand on se retrouvait, c'était plaisant, alors j'ai envie d'aller.'
Skrignac, Y. Ar Gac (1981), Kazetenn ar Menez
audio:[5:27 ], transcription sur brezhoneg digor


Productivité

En standard, la productivité du morphème d'habitude est restreinte à deux verbes.

Des usages dialectaux étendent la productivité du morphème d'habitude, surtout au passé.

autres verbes : ober, mont, dont

Comme mentionné dans Favereau (1997:§415), entre Cornouaille et bas-vannetais morbihanais (des Montagnes Noires à Groix), la forme d'habitude se trouve aussi parfois sur les verbes ober, 'faire', mont , 'aller', et dont, 'venir' (pour Lanvenejen et Gourin, cf. Daouphars 2004).


(2) [ hjize ndyd dǝ-dal ǝ Stê:r ]
ec'h yaje an dud da-dal ar stêr.
R allait.HAB le gens vers le rivière
'Les gens allaient à la rivière.' Haute-Cornouaille (Lanvenegen), Evenou (1987:627)


(3) pa yeze an dud d'ar fest-noz.
quand allait.HAB le gens à le fest-noz
'Quand les gens allaient au fest-noz.' entre Cornouaille et Vannetais, Favereau (1997:§459)


(4) [ tize ndu:r gla:S ]
(E) teuje.HAB an dour glas.
R venait.HAB le eau bleu
'L'eau devenait bleue.' Haute-Cornouaille (Lanvenegen), Evenou (1987:628)


(5) ken ' teze d'ar gêr.
jusqu'à venait.HAB à le maison
'Jusqu'à ce qu'il revînt à la maison (régulièrement).' entre Cornouaille et Vannetais, Favereau (1997:§459)


(6) [ brôsa ndijad rize če ndên ]
Broustad an dilhad ne rize.HAB ket an den.
brosser le vêtements ne faisait pas IMP
'On ne brossait pas les vêtements.' Haute-Cornouaille (Lanvenegen), Evenou (1987:633)


(7) Neuze 'h reze skorn.
alors R faisait.HAB glace
'Alors il y avait de la glace.' entre Cornouaille et Vannetais, Favereau (1997:§459)

tous les verbes

Favereau (1997:§415, §459) rapporte qu'à Groix, selon Ternes, tous les verbes auraient une forme d'habitude. Il cite la forme laboureze (travaillait.HAB).

Analyse

Favereau (1997:§459) propose que l'usage dialectal étendu des morphèmes du l'habituel viendrait d'une confusion entre le morphème du conditionnel du passé (vije) d'une part, et de l'imparfait d'habitude de bezañ (veze) d'autre part.

Il serait cependant étrange que des locuteurs confondent ces paradigmes uniquement pour certains verbes. Cette hypothèse prédirait aussi que ces dialectes utilisent effectivement vije pour les formes d'habitude du verbe être, ce qui est à démontrer.


Selon Gros, la lecture d'habitude peut être créée par un effet stylistique de remplacement de l'imparfait par le conditionnel passé. Selon lui, donc, en trégorrois, il est possible d'obtenir une lecture d'habitude sur tous les verbes, en utilisant le paradigme du conditionnel passé.


 Gros (1970:31):
 "Le trégorrois parlé exprime encore l'idée d'habitude, quel que soit le verbe, en employant 
 le futur au lieu du présent, et le conditionnel au lieu de l'imparfait."
 
 Hennez pa vo mezo na dostäo ket amañ .
 'Celui-la, quand il est saoul ne s'approche pas d'ici (et cela, de façon habituelle, 
 chaque fois qu'il est saoul).'
 
 Diou lonkadenn a evje...
 'Il buvait habituellement deux gorgées'...

Bibliographie

  • Daouphars, A. 2004. Brezhoneg Gourin, ms. UBO.