Différences entre les versions de « Krec'h, kwec'h, trec'h »

De Arbres
Ligne 8 : Ligne 8 :
La carte carte 018 du [[NALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''le haut''. On voit que ''krec'h, kwec'h, trec'h'' est une forme trégorroise et centrale. Le Trégor utilise ''kwec'h'', l'aire centrale ''krec'h'' qui irradie le long de l'Aulne et de l'Elorn jusqu'à leur embouchure avec la forme ''trec'h''.  
La carte carte 018 du [[NALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''le haut''. On voit que ''krec'h, kwec'h, trec'h'' est une forme trégorroise et centrale. Le Trégor utilise ''kwec'h'', l'aire centrale ''krec'h'' qui irradie le long de l'Aulne et de l'Elorn jusqu'à leur embouchure avec la forme ''trec'h''.  


Le reste de l'aire parlante utilise d'autres noms en compétition: le vannetais utilise ''[[lein]]'', l'ouest du Léon et de la Cornouaille utilisent ''[[laez]]'', l'est de la cornouaille utilise ''[[nec'h]]''. Seuls quelques dialectes isolés ont une stratégie de [[nominalisation]] pour l'adjectif ''uhel'' 'haut'. La région autour de Groix et sa côte (Ploemeur, Belz, Nostang, Plouhinec, Plouharnel) utilise, avec probablement le préfixe ''[[de-, di-, dis-]]'', utilise des variantes de la forme ''dehuel''. A Plozévet, [[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:195) donne aussi ''uhel, an uhel'' 'haut, le haut' et d'autres adjectifs qui suggèrent une productivité locale générale des nominalisations d'adjectifs.
Le reste de l'aire parlante utilise d'autres noms en compétition: le vannetais utilise ''[[lein]]'', l'ouest du Léon et de la Cornouaille utilisent ''[[laez]]'', l'est de la cornouaille utilise ''[[nec'h]]''. Seuls quelques dialectes isolés ont une stratégie de [[nominalisation]] pour l'adjectif ''uhel'' 'haut'. La région autour de Groix et sa côte (Ploemeur, Belz, Nostang, Plouhinec, Plouharnel) utilise, avec probablement le préfixe ''[[de-, di-, dis-]]'', des variantes de la forme ''dehuel''. A Plozévet, [[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:195) donne aussi ''uhel, an uhel'' 'haut, le haut' et d'autres adjectifs qui suggèrent une productivité locale générale des nominalisations d'adjectifs.





Version du 2 juillet 2020 à 11:05

Le nom krec'h, ou kwec'h, trec'h, dénote le 'haut'.


Morphologie

répartition et variation dialectale

La carte carte 018 du NALBB documente la variation dialectale de la traduction de le haut. On voit que krec'h, kwec'h, trec'h est une forme trégorroise et centrale. Le Trégor utilise kwec'h, l'aire centrale krec'h qui irradie le long de l'Aulne et de l'Elorn jusqu'à leur embouchure avec la forme trec'h.

Le reste de l'aire parlante utilise d'autres noms en compétition: le vannetais utilise lein, l'ouest du Léon et de la Cornouaille utilisent laez, l'est de la cornouaille utilise nec'h. Seuls quelques dialectes isolés ont une stratégie de nominalisation pour l'adjectif uhel 'haut'. La région autour de Groix et sa côte (Ploemeur, Belz, Nostang, Plouhinec, Plouharnel) utilise, avec probablement le préfixe de-, di-, dis-, des variantes de la forme dehuel. A Plozévet, Goyat (2012:195) donne aussi uhel, an uhel 'haut, le haut' et d'autres adjectifs qui suggèrent une productivité locale générale des nominalisations d'adjectifs.


dérivation

Dans les divers adverbes complexes traduisant en haut, certaines utilisent krec'h, comme ses compétiteurs (cf. war-laez, a-us, e-krec'h, war-grec'h, war nec'h, etc.).