Krak !, Krac'h !

De Arbres
Révision datée du 24 juin 2022 à 07:24 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Remplacement de texte — « colspan="10" » par « colspan="15" »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

L'interjection Krak !, Krac'h ! 'Crac ! Paf !' exprime une chute et une cassure de l'élément qui a chuté.


Morphologie

variation dialectale

  • Krac'h, ... ha krac'h ! '... Et paf !', dénouement, Monfort (2006:8)


Sémantique

structure sémantique verbale : boum vs. krak

Les onomatopées d'action contiennent une structure sémantique précise de type verbal. Ci-dessous, la locutrice utilise boum pour une chute bruyante d'objet lourd, mais krak si l'objet se rompt et casse en tombant. En (1), Boum war an douar ! est paraphrasé par Kouet eo 'bank. Rien n'est dit sur l'état du banc. En (2), l'utilisation de la coordination montre que les deux actions sont consécutives ; le banc tombe d'abord et casse ensuite.


(1) Kouet eo ' bank boum ! war an douar !
tomb.é est (le) banc Badaboum ! sur1 le terre
'Le banc est tombé, badaboum ! par terre.'
Trégorrois (Bulien), Bodiou-Stephens (12/2021)


(2) Kouet eo ' bank ha crac war an douar !
tomb.é est (le) banc et crac ! sur1 le terre
'Le banc est tombé, (et il s'est cassé) crac par terre.'
Trégorrois (Bulien), Bodiou-Stephens (12/2021)