Différences entre les versions de « Kousk »

De Arbres
(Remplacement de texte — « |- |||colspan="10" |' » par « |- |||colspan="10" | ' »)
m (Remplacement de texte — « |- |||||||||colspan="10" |'' » par « |- |||||||||colspan="10" | '' »)
(3 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 5 : Ligne 5 :
|(1)|| Soñj || ' || ran || lar || 'mañ || chomet || ar vicherourien || da || '''gousket'''.
|(1)|| Soñj || ' || ran || lar || 'mañ || chomet || ar vicherourien || da || '''gousket'''.
|-
|-
||| [[Soñjal|penser]] || [[R]] || [[ober|fais]] || [[la(r)|que]] || [[eman|est]] || [[chom|rest]].[[-et (Adj.)|é]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[micher|ouvr]].[[-ourien|iers]] || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> || dormir
||| [[Soñjal|penser]] || [[R]] || [[ober|fais]] || [[la(r)|que]] || [[emañ|est]] || [[chom|rest]].[[-et (Adj.)|é]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[micher|ouvr]].[[-ourien|iers]] || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> || dormir
|-
|-
|||colspan="10" | 'Je pense que les ouvriers sont restés dormir.'
|||colspan="10" | 'Je pense que les ouvriers sont restés dormir.'
|-
|-
|||||||||colspan="10" |''Scaër/Bannalec'', [[H. Gaudart (04/2016b)]]
|||||||||colspan="10" | ''Scaër/Bannalec'', [[H. Gaudart (04/2016b)]]
|}
|}


Ligne 32 : Ligne 32 :
|||colspan="10" | 'Je parviens à m'endormir à peu près car je n'en peux plus... '
|||colspan="10" | 'Je parviens à m'endormir à peu près car je n'en peux plus... '
|-
|-
|||||||||colspan="10" |''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:306)
|||||||||colspan="10" | ''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:306)
|}
|}


Ligne 46 : Ligne 46 :
|||colspan="10" | 'Personne n'a pu dormir.'
|||colspan="10" | 'Personne n'a pu dormir.'
|-
|-
|||||||||colspan="10" |''Vannetais'', [[Jaffré (1986)|Jaffré (1986:46)]]  
|||||||||colspan="10" | ''Vannetais'', [[Jaffré (1986)|Jaffré (1986:46)]]  
|-
|-
|||||||||colspan="10" |cité par [[Schapansky (1996)|Schapansky (1996]]:180)
|||||||||colspan="10" |cité par [[Schapansky (1996)|Schapansky (1996]]:180)
Ligne 59 : Ligne 59 :
|||colspan="10" | '… et pas question de faire un somme à midi comme les hommes.'
|||colspan="10" | '… et pas question de faire un somme à midi comme les hommes.'
|-
|-
|||||||||colspan="10" |''Léon (Plouzane)'', [[Briant-Cadiou (1998)|Briant-Cadiou (1998]]:45)
|||||||||colspan="10" | ''Léon (Plouzane)'', [[Briant-Cadiou (1998)|Briant-Cadiou (1998]]:45)
|}
|}


Ligne 73 : Ligne 73 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(5)|| War || zigarez || ma '''oa''' || '''kousket''' || e || ranke || lezel || anezañ || eno || hep || na || tamm || na || takenn?
|(5)|| War || zigarez || ma '''oa''' || '''kousket''' || e || ranke || lezel || anezañ || eno || hep || na || tamm || na || takenn ?
|-
|-
||| [[war|sur]]<sup>[[1]]</sup> || [[digarez|excuse]] || [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> [[COP|était]] || endormi || [[R]]<sup>[[4]]</sup> || [[rankout|devait]] || [[lezel|laisser]] || [[a|P.]].[[pronom incorporé|lui]] || [[eno|là]] || [[hep|sans]] || [[na... na|ni]] || [[tamm|morceau]] || [[na... na|ni]] || [[minimiseur|goutte]]
||| [[war|sur]]<sup>[[1]]</sup> || [[digarez|excuse]] || [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> [[COP|était]] || endormi || [[R]]<sup>[[4]]</sup> || [[rankout|devait]] || [[lezel|laisser]] || [[a|P.]].[[pronom incorporé|lui]] || [[eno|là]] || [[hep|sans]] || [[na... na|ni]] || [[tamm|morceau]] || [[na... na|ni]] || [[minimiseur|goutte]]
Ligne 79 : Ligne 79 :
|||colspan="15" | 'Sous prétexte qu'il dormait, fallait-il qu'il le laissât là sans boire ni manger ?'
|||colspan="15" | 'Sous prétexte qu'il dormait, fallait-il qu'il le laissât là sans boire ni manger ?'
|-
|-
|||||||||colspan="15" |''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'digarez')
|||||||||colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'digarez')
|}
|}



Version du 19 avril 2022 à 17:11

Le verbe kousk, kousket 'dormir' est un verbe intransitif inergatif.


(1) Soñj ' ran lar 'mañ chomet ar vicherourien da gousket.
penser R fais que est rest.é le 1ouvr.iers à1 dormir
'Je pense que les ouvriers sont restés dormir.'
Scaër/Bannalec, H. Gaudart (04/2016b)


Morphologie

suffixe verbal de l'infinitif

Le suffixe verbal de l'infinitif est parfois -et, parfois phonologiquement nul.


dérivation

Le préfixe mor-1 obtient 'somnoler'.


(2) Donet a ran da benn a vorgousket, rak ne harzan ket mui…
venir R fais à1 bout à1 mi.1.dormir car ne1 supporte pas plus
'Je parviens à m'endormir à peu près car je n'en peux plus... '
Vannetais, Herrieu (1994:306)


Il existe plusieurs nominalisations. Le nom masculin kousked, avec le suffixe -ed formant des noms abstraits, dénote le 'sommeil', comme la dérivation avec un morphème vide.


(3) Hani nen des gellet kavout er housket.
celui ne.3SGM a pu trouver le 5sommeil
'Personne n'a pu dormir.'
Vannetais, Jaffré (1986:46)
cité par Schapansky (1996:180)


(4) … hag ano ebed da ober eur housk da greisteiz evel ar wazed.
et nom aucun de1 faire un 5sommeil à1 midi comme le 1hommes
'… et pas question de faire un somme à midi comme les hommes.'
Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:45)


En haut-vannetais du XXI°, Delanoy (2010) donne le verbe dihousk 'réveiller', avec un préfixe privatif di- (le breton standard choisira plutôt dihuniñ 'réveiller').

Syntaxe

sélection de l'auxiliaire

Le verbe kousk se trouve avec l'auxiliaire kaout 'avoir' et bezañ 'être'.


(5) War zigarez ma oa kousket e ranke lezel anezañ eno hep na tamm na takenn ?
sur1 excuse que4 était endormi R4 devait laisser P..lui sans ni morceau ni goutte
'Sous prétexte qu'il dormait, fallait-il qu'il le laissât là sans boire ni manger ?'
Trégorrois, Gros (1989:'digarez')