Koulskoude : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Distribution)
(Distribution)
Ligne 23 : Ligne 23 :
 
| || [[&|et]] pourtant|| 3SGF a besoin [[a-walc'h|assez]] ||[[da|de]]<sup>[[1]]</sup> avoir [[art|un]] chose [[bennak|quelconque]]|| [[da|à]] donner [[da|à]] [[POSS|son]] enfants   
 
| || [[&|et]] pourtant|| 3SGF a besoin [[a-walc'h|assez]] ||[[da|de]]<sup>[[1]]</sup> avoir [[art|un]] chose [[bennak|quelconque]]|| [[da|à]] donner [[da|à]] [[POSS|son]] enfants   
 
|-
 
|-
||| colspan="4" | 'Et pourtant, elle a bien besoin d'avoir quelque chose à donner à ses enfants,
+
||| colspan="4" | 'Et pourtant, elle a bien besoin d'avoir quelque chose à donner à ses enfants.'
 
|-
 
|-
 
||||||||| colspan="4" | ''Cornouaille, (Pleyben)'',|| [[Ar Gow (1999)|Ar Gow (1999]]:18)
 
||||||||| colspan="4" | ''Cornouaille, (Pleyben)'',|| [[Ar Gow (1999)|Ar Gow (1999]]:18)

Version du 9 janvier 2013 à 12:24

Koulskoude est une conjonction adverbiale qui marque une opposition logique (comme 'cependant,', 'néanmoins', 'toutefois').


(1) Ne rafent ket an dra-se anezo, koulskoude!
ne feraient pas le chose- P.eux, cependant
'Ils ne feraient tout de même pas cela!'
Cornouaillais, Trépos (2001:444)


Distribution

La conjonction koulskoude apparait en périphérie de phrase, ou en incise.


(2) Ha koulskoude he deus ezhomm a-walc'h da gaout un dra bennak da reiñ d'he bugale
et pourtant 3SGF a besoin assez de1 avoir un chose quelconque à donner à son enfants
'Et pourtant, elle a bien besoin d'avoir quelque chose à donner à ses enfants.'
Cornouaille, (Pleyben), Ar Gow (1999:18)


(3) Ur re bennak, koulskoude, zo chomet en tier: ar re gozh amparfal hag ar vugale vihan.
un ceux quelconque cependant R est resté dans.le maison le ceux1 vieux maladroit et le enfants1 petit
'Quelques-uns, cependant, sont restés à la maison: les vieux malhabiles et les petits enfants.'
Trégorrois, Berthou (1985:78)

Variation dialectale

De Rostrenen (1738:166-7) donne, à côté de coulscoude; gousgoude, gouscoude et couscoude.

Il signale aussi la forme concurrente Cèpandant en trégorrois, ainsi que les formes vannetaises neoah et naoah.