Différences entre les versions de « Koulskoude »

De Arbres
 
(62 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
''Koulskoude'' est un adverbe qui marque une opposition logique (comme 'cependant', 'néanmoins', 'toutefois').
L'[[adverbe]] ''koulskoude'' 'cependant, pourtant, néanmoins, toutefois' marque une opposition logique. C'est aussi une [[particule de discours]] 'tout de même, quand même'.




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(1)|| Ne rafent   ket   an   dra-se anezo, '''koulskoude'''!
|(1)|| Ne || rafent || ket || an dra-se || anezo, || '''koulskoude''' !
|-
|-
| || [[ne]] [[ober|feraient]] [[ket|pas]] [[art|le]] chose-[[DEM|là]]   [[a|P]].[[pronom incorporé|eux]],    cependant
||| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> || [[ober|feraient]] || [[ket|pas]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[tra|chose]]-[[DEM|là]] || [[a|P]].[[pronom incorporé|eux]] || cependant
|-
|-
|||colspan="4" | 'Ils ne feraient tout de même pas cela!'||||''Cornouaillais'', [[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:444)
|||colspan="15" | 'Ils ne feraient tout de même pas cela !'
|-
|||||||colspan="15" | ''Cornouaillais'', [[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:444)
|}
|}


Ligne 13 : Ligne 15 :
== Morphologie ==
== Morphologie ==


=== composition ===
''Koulskoude'' est formé du nom ''[[koulz]]'' 'moment' et de l'adverbe ''[[goude]]'' 'après', avec un [[dévoisement]] de son initiale par [[sandhi]]. Son sens n'est pas compositionnel en ce qu'il ne s'agit pas d'un adverbe temporel.
Le glissement du temporel à l'argumentatif peut venir de ''goude'' seul. En français aussi, l'adverbe ''après'' a une interprétation argumentative (''J'aime pas ça, '''après''' j'en ferai pas une maladie !'').
=== variation dialectale ===
=== variation dialectale ===


[[De Rostrenen (1738)|De Rostrenen (1738]]:166-7) donne, à côté de ''coulscoude'': ''gousgoude'', ''gouscoude'' et ''couscoude''.
On trouve la forme ''goulskoude'' en Léon ([[Miossec (1980)|Miossec 1980]]:66, [[Elegoet (1975)|Elegoet 1975]]:14), et en Cornouaille à Locronan.


En Léon, on trouve la forme ''goulskoude'' ([[Miossec (1980)|Miossec 1980]]:66, [[Elegoet (1975)|Elegoet 1975]]:14).


=== répartititon dialectale ===
{| class="prettytable"
|(2) … || ha || '''goulskoude''' || me || c'hall || lar || dit || n'on || ket || den || ebet !
|-
||| [[&|et]] || pourtant || [[pfi|moi]] || [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[gallout|peux]] || [[lavarout|dire]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|toi]] || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[COP|suis]] || [[ket|pas]] || [[den|personne]] || [[ebet|aucun]]
|-
|||colspan="15" | '… et pourtant je peux te dire que je ne suis pas personne !'
|-
|||||||colspan="15" | ''Cornouaillais (Locronan)'', [[A-M. Louboutin (02/2022)]]
|}
 
 
Dans ''Feiz ha Breiz'' (1905:[https://br.wikisource.org/wiki/Pajenn:Feiz_ha_Breiz_1903-1907.djvu/347 50]), on trouve la forme ''koulsgoude''. [[De Rostrenen (1738)|De Rostrenen (1738]]:166-7) donne, à côté de ''coulscoude'': ''gousgoude'', ''gouscoude'' et ''couscoude''.
 
 
=== répartition dialectale ===


[[De Rostrenen (1738)|De Rostrenen (1738]]:166-7) signale les formes concurrentes ''Cèpandant'' en trégorrois, ainsi que les formes vannetaises ''[[neoazh|neoah]]'' et ''naoah''.
[[De Rostrenen (1738)|De Rostrenen (1738]]:166-7) signale les formes concurrentes ''Cèpandant'' en trégorrois, ainsi que les formes vannetaises ''[[neoazh|neoah]]'' et ''naoah''.


== Syntaxe ==
== Syntaxe ==


=== distribution ===
=== distribution ===
==== périphérie droite ====


La conjonction ''koulskoude'' peut se trouver en [[périphérie droite]] de [[proposition]].
La conjonction ''koulskoude'' peut se trouver en [[périphérie droite]] de [[proposition]].
Ligne 31 : Ligne 56 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (1) || Ar marc'hadour roñseed,|| hag a oar e vicher '''koulskoude''',|| a chomas berr || da laerezh anezhañ.
|(1)|| Ar marc'hadour || roñseed, || hag a || oar || e || vicher || '''koulskoude''', || a chomas || berr || da || laerezh || anezhañ.
|-
|-
|||[[art|le]] march.[[-our|and]] chevau[[-ed (PL.)|x]] || [[hag a|C R]] [[gouzout|sait]] [[POSS|son]] métier cependant || [[R]] [[chom|resta]] court ||[[da|pour]] vol[[-ezh (V.)|er]] [[a|P]].[[pronom incorporé|lui]]  
||| [[art|le]] [[marc'had|march]].[[-our|and]] || chevau.[[-ed (PL.)|x]] || [[hag a|C R]] || [[gouzout|sait]] || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> || [[micher|métier]] || cependant || [[R]] [[chom|resta]] || [[berr|court]] || [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> || [[laerezh|voler]] || [[a|P]].[[pronom incorporé|lui]]  
|-  
|-  
| ||colspan="4" |'Le marchand de chevaux, qui connait pourtant son métier, n'a pu le voler.'  
|||colspan="20" | 'Le marchand de chevaux, qui connait pourtant son métier, n'a pu le voler.'  
|-
|||||||||||colspan="20" | [[Trépos (2001)|Trépos (1974]]:121)
|-
|-
|||||colspan="4" | [[Press (1986)|Press (1986]]:208), citant [[Trépos (2001)|Trépos (1974]]:121)
|||||||||||colspan="20" | cité dans [[Press (1986)|Press (1986]]:208)
|}
|}




La [[conjonction]] ''koulskoude'' peut aussi apparaître ailleurs ([[Trépos (2001)|Trépos 2001]]:§378), précisément en [[périphérie gauche]] de la phrase, ou en [[incise]].
{| class="prettytable"
|(2)|| Ar || marc'had || e || Breizh || n'eo || ket || stanket || '''koulskoude'''.
|-
||| [[art|le]] || [[marc'had|marché]] || [[P.e|en]] || [[Breizh|Bretagne]] || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[eo|est]] || [[ket|pas]] || [[stankañ|inond]].[[-et (Adj.)|é]] || cependant
|-
||| colspan="15" | 'Mais le marché en Bretagne n'est pas saturé.'
|-
|||||||||||||colspan="15" | ''Standard'', [[Ily (2018)]]  
|}
 
 
==== périphérie gauche ====
 
{| class="prettytable"
|(3)|| '''Koulskoude''', || ret || oa || din || bevañ, || hag || ober || seurt || pe || seurt.
|-
||| cependant || [[ret|obligé]] [[R]]<sup>[[1]]</sup>|| [[COP|était]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|moi]] || [[bevañ|vivre]] || [[&|et]] || [[ober|faire]] || [[seurt|sorte]] || [[pe|ou]]<sup>[[1]]</sup> || [[seurt|sorte]]
|-
|||colspan="15" | 'Pourtant, il me fallait me nourrir et faire quelque chose comme métier.'
|-
|||||||colspan="15" | ''Léonard (Bodilis)'', [[Ar Floc'h (1985)| Ar Floc'h (1985]]:74)
|}




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(2)||Ha '''koulskoude''' ||he deus ezhomm a-walc'h ||da gaout un dra bennak ||da reiñ d'he bugale.
|(4)|| Ha || '''koulskoude''' || he deus || ezhomm || a-walc'h || da || gaout || un dra || bennak || da || reiñ || d'he || bugale.
|-
|-
| || [[&|et]] pourtant|| 3SGF [[kaout|a]] [[ezhomm|besoin]] [[a-walc'h|assez]] ||[[da|de]]<sup>[[1]]</sup> [[kaout|avoir]] [[art|un]] chose [[bennak|quelconque]]|| [[da|à]] [[reiñ|donner]] [[da|à]]'[[POSS|son]] enfants  
||| [[&|et]] || pourtant || 3SGF [[kaout|a]] || [[ezhomm|besoin]] || [[a-walc'h|assez]] || [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> || [[kaout|avoir]] || [[art|un]] <sup>[[1]]</sup>[[tra|chose]] || [[bennak|quelconque]] || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> || [[reiñ|donner]] || [[da|à]] [[POSS|son]]<sup>[[2]]</sup> || [[bugel|enfant]].[[pluriel interne|s]]  
|-
|-
||| colspan="4" | 'Et pourtant, elle a bien besoin d'avoir quelque chose à donner à ses enfants.'
||| colspan="15" | 'Et pourtant, elle a bien besoin d'avoir quelque chose à donner à ses enfants.'
|-
|-
||||||||| colspan="4" | ''Cornouaille, (Pleyben)'',|| [[Ar Gow (1999)|Ar Gow (1999]]:18)
||||||||| colspan="15" | ''Cornouaillais, (Pleyben)'', [[Ar Gow (1999)|Ar Gow (1999]]:18)
|}
|}
==== incises ====
La [[conjonction]] ''koulskoude'' peut aussi apparaître ailleurs ([[Trépos (2001)|Trépos 2001]]:§378) comme en [[incise]].




{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (3) ||Ur re|| bennak,||'''koulskoude''',|| zo chomet en tier.
|(5)|| Ur || re || bennak, || '''koulskoude''', || || zo || chomet || en tier.
|-
|-
|||[[art|un]] [[hini|ceux]]|| [[bennak|quelconque]] ||cependant|| [[R]] [[COP|est]] [[chom|resté]] [[P.e|dans]].[[art|le]] maisons
||| [[art|un]] || [[hini|ceux]] || [[bennak|quelconque]] || cependant || [[R]] || [[COP|est]] || [[chom|rest]].[[-et (Adj.)|é]] || [[P.e|en]].[[art|le]] [[ti|maison]].[[-er, -ier (PL.)|s]]
|-  
|-  
| ||colspan="4" | 'Quelques-uns, cependant, sont restés dans les maisons.'
|||colspan="15" | 'Quelques-uns, cependant, sont restés dans les maisons.'
|-
|||||||||colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Berthou (1985)|Berthou (1985]]:78)
|}
 
== Particule de discours ==
 
Comme ''mais'' en français, ''koulskoude'' a un usage non-argumentatif de particule de discours.
 
 
{| class="prettytable"
|(1)|| Nag || hen || a zo || diod || '''koulskoude''' !
|-  
|-  
| ||||||||colspan="4" |''Trégorrois'', [[Berthou (1985)|Berthou (1985]]:78)  
||| [[Na(g)|que]] || [[pfi|lui]] || [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[zo|est]] || [[diot|idiot]] || cependant
|-
||| colspan="15" | ''''Mais''' qu'est-ce qu'il est bête !'
|-
|||||||colspan="15" | ''Cornouaillais / Léon'', [[Croq (1908)|Croq (1908]]:70)
|}
|}




[[Category:articles|Categories]]
[[Category:articles|Categories]]
[[Category:adverbes|Categories]]
[[Category:conjonctions|Categories]]
[[Category:particules de discours|Categories]]

Version actuelle datée du 22 janvier 2023 à 20:44

L'adverbe koulskoude 'cependant, pourtant, néanmoins, toutefois' marque une opposition logique. C'est aussi une particule de discours 'tout de même, quand même'.


(1) Ne rafent ket an dra-se anezo, koulskoude !
ne1 feraient pas le 1chose- P.eux cependant
'Ils ne feraient tout de même pas cela !'
Cornouaillais, Trépos (2001:444)


Morphologie

composition

Koulskoude est formé du nom koulz 'moment' et de l'adverbe goude 'après', avec un dévoisement de son initiale par sandhi. Son sens n'est pas compositionnel en ce qu'il ne s'agit pas d'un adverbe temporel.

Le glissement du temporel à l'argumentatif peut venir de goude seul. En français aussi, l'adverbe après a une interprétation argumentative (J'aime pas ça, après j'en ferai pas une maladie !).


variation dialectale

On trouve la forme goulskoude en Léon (Miossec 1980:66, Elegoet 1975:14), et en Cornouaille à Locronan.


(2) … ha goulskoude me c'hall lar dit n'on ket den ebet !
et pourtant moi R1 peux dire à.toi ne1 suis pas personne aucun
'… et pourtant je peux te dire que je ne suis pas personne !'
Cornouaillais (Locronan), A-M. Louboutin (02/2022)


Dans Feiz ha Breiz (1905:50), on trouve la forme koulsgoude. De Rostrenen (1738:166-7) donne, à côté de coulscoude: gousgoude, gouscoude et couscoude.


répartition dialectale

De Rostrenen (1738:166-7) signale les formes concurrentes Cèpandant en trégorrois, ainsi que les formes vannetaises neoah et naoah.


Syntaxe

distribution

périphérie droite

La conjonction koulskoude peut se trouver en périphérie droite de proposition.


(1) Ar marc'hadour roñseed, hag a oar e vicher koulskoude, a chomas berr da laerezh anezhañ.
le march.and chevau.x C R sait son1 métier cependant R resta court pour1 voler P.lui
'Le marchand de chevaux, qui connait pourtant son métier, n'a pu le voler.'
Trépos (1974:121)
cité dans Press (1986:208)


(2) Ar marc'had e Breizh n'eo ket stanket koulskoude.
le marché en Bretagne ne1 est pas inond.é cependant
'Mais le marché en Bretagne n'est pas saturé.'
Standard, Ily (2018)


périphérie gauche

(3) Koulskoude, ret oa din bevañ, hag ober seurt pe seurt.
cependant obligé R1 était à.moi vivre et faire sorte ou1 sorte
'Pourtant, il me fallait me nourrir et faire quelque chose comme métier.'
Léonard (Bodilis), Ar Floc'h (1985:74)


(4) Ha koulskoude he deus ezhomm a-walc'h da gaout un dra bennak da reiñ d'he bugale.
et pourtant 3SGF a besoin assez de1 avoir un 1chose quelconque à1 donner à son2 enfant.s
'Et pourtant, elle a bien besoin d'avoir quelque chose à donner à ses enfants.'
Cornouaillais, (Pleyben), Ar Gow (1999:18)


incises

La conjonction koulskoude peut aussi apparaître ailleurs (Trépos 2001:§378) comme en incise.


(5) Ur re bennak, koulskoude, zo chomet en tier.
un ceux quelconque cependant R est rest.é en.le maison.s
'Quelques-uns, cependant, sont restés dans les maisons.'
Trégorrois, Berthou (1985:78)

Particule de discours

Comme mais en français, koulskoude a un usage non-argumentatif de particule de discours.


(1) Nag hen a zo diod koulskoude !
que lui R1 est idiot cependant
'Mais qu'est-ce qu'il est bête !'
Cornouaillais / Léon, Croq (1908:70)