Koulskoude : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(variation dialectale)
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
|(1)|| Ne  rafent  ket  an    dra-se  anezo, '''koulskoude'''!
 
|(1)|| Ne  rafent  ket  an    dra-se  anezo, '''koulskoude'''!
 
|-
 
|-
| || [[ne]] [[ober|feraient]] [[ket|pas]]  [[art|le]] chose-[[DEM|là]]  [[a|P]].[[pronom incorporé|eux]],    cependant
+
| || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[ober|feraient]] [[ket|pas]]  [[art|le]] chose-[[DEM|là]]  [[a|P]].[[pronom incorporé|eux]],    cependant
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Ils ne feraient tout de même pas cela!'||||''Cornouaillais'', [[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:444)
 
|||colspan="4" | 'Ils ne feraient tout de même pas cela!'||||''Cornouaillais'', [[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:444)
Ligne 20 : Ligne 20 :
  
 
Dans ''Feiz ha Breiz'' (1905:[https://br.wikisource.org/wiki/Pajenn:Feiz_ha_Breiz_1903-1907.djvu/347 50]), on trouve la forme ''koulsgoude''.
 
Dans ''Feiz ha Breiz'' (1905:[https://br.wikisource.org/wiki/Pajenn:Feiz_ha_Breiz_1903-1907.djvu/347 50]), on trouve la forme ''koulsgoude''.
 +
  
 
=== répartititon dialectale ===
 
=== répartititon dialectale ===
  
 
[[De Rostrenen (1738)|De Rostrenen (1738]]:166-7) signale les formes concurrentes ''Cèpandant'' en trégorrois, ainsi que les formes vannetaises ''[[neoazh|neoah]]'' et ''naoah''.
 
[[De Rostrenen (1738)|De Rostrenen (1738]]:166-7) signale les formes concurrentes ''Cèpandant'' en trégorrois, ainsi que les formes vannetaises ''[[neoazh|neoah]]'' et ''naoah''.
 +
  
 
== Syntaxe ==
 
== Syntaxe ==
Ligne 49 : Ligne 51 :
 
|(2)||Ha '''koulskoude''' ||he deus ezhomm a-walc'h ||da gaout un dra bennak ||da reiñ d'he bugale.
 
|(2)||Ha '''koulskoude''' ||he deus ezhomm a-walc'h ||da gaout un dra bennak ||da reiñ d'he bugale.
 
|-
 
|-
| || [[&|et]] pourtant|| 3SGF [[kaout|a]] [[ezhomm|besoin]] [[a-walc'h|assez]] ||[[da|de]]<sup>[[1]]</sup> [[kaout|avoir]] [[art|un]] chose [[bennak|quelconque]]|| [[da|à]] [[reiñ|donner]] [[da|à]]'[[POSS|son]] enfants   
+
| || [[&|et]] pourtant|| 3SGF [[kaout|a]] [[ezhomm|besoin]] [[a-walc'h|assez]] ||[[da|de]]<sup>[[1]]</sup> [[kaout|avoir]] [[art|un]] <sup>[[1]]</sup>chose [[bennak|quelconque]]|| [[da|à]] [[reiñ|donner]] [[da|à]]'[[POSS|son]]<sup>[[2]]</sup> enfants   
 
|-
 
|-
 
||| colspan="4" | 'Et pourtant, elle a bien besoin d'avoir quelque chose à donner à ses enfants.'
 
||| colspan="4" | 'Et pourtant, elle a bien besoin d'avoir quelque chose à donner à ses enfants.'

Version du 8 mai 2017 à 22:36

Koulskoude est un adverbe qui marque une opposition logique (comme 'cependant', 'néanmoins', 'toutefois').


(1) Ne rafent ket an dra-se anezo, koulskoude!
ne1 feraient pas le chose- P.eux, cependant
'Ils ne feraient tout de même pas cela!' Cornouaillais, Trépos (2001:444)


Morphologie

variation dialectale

De Rostrenen (1738:166-7) donne, à côté de coulscoude: gousgoude, gouscoude et couscoude.

En Léon, on trouve la forme goulskoude (Miossec 1980:66, Elegoet 1975:14).

Dans Feiz ha Breiz (1905:50), on trouve la forme koulsgoude.


répartititon dialectale

De Rostrenen (1738:166-7) signale les formes concurrentes Cèpandant en trégorrois, ainsi que les formes vannetaises neoah et naoah.


Syntaxe

distribution

La conjonction koulskoude peut se trouver en périphérie droite de proposition.


(1) Ar marc'hadour roñseed, hag a oar e vicher koulskoude, a chomas berr da laerezh anezhañ.
le march.and chevaux C R sait son métier cependant R resta court pour voler P.lui
'Le marchand de chevaux, qui connait pourtant son métier, n'a pu le voler.'
Press (1986:208), citant Trépos (1974:121)


La conjonction koulskoude peut aussi apparaître ailleurs (Trépos 2001:§378), précisément en périphérie gauche de la phrase, ou en incise.


(2) Ha koulskoude he deus ezhomm a-walc'h da gaout un dra bennak da reiñ d'he bugale.
et pourtant 3SGF a besoin assez de1 avoir un 1chose quelconque à donner à'son2 enfants
'Et pourtant, elle a bien besoin d'avoir quelque chose à donner à ses enfants.'
Cornouaille, (Pleyben), Ar Gow (1999:18)


(3) Ur re bennak, koulskoude, zo chomet en tier.
un ceux quelconque cependant R est resté dans.le maisons
'Quelques-uns, cependant, sont restés dans les maisons.'
Trégorrois, Berthou (1985:78)