Komz : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Morphologie)
 
(37 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le verbe ''komz'', 'parler', est un verbe d'expression, un verbe déclaratif.  
+
Le verbe ''komz'' 'parler' est un verbe d'expression.  
  
  
 
== Morphologie ==
 
== Morphologie ==
  
Les [[préfixes]] ''[[gou-]]'' et ''[[mous-]]'' forment '''''gou'''gomz'' et '''''mous'''komz'', 'parler à voix basse' ([[Menard & Kadored (2001)|Menard & Kadored 2001]]).
+
=== infinitif ===
 +
 
 +
Le [[suffixe verbal de l'infinitif]] est le plus souvent un [[morphème zéro]], mais on trouve aussi le suffixe ''[[-al (V.)|-al]]''.
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(1)||E  tāvarn  Kervrehan || e  oa  degouezhet  an  deiz-se || get  an  dud  || komz'''al'''  ag  an deskamant.
 +
|-
 +
| ||[[P.e|dans]] café Kervrehan || [[R]]<sup>[[4]]</sup> [[COP|était]] [[degouezhout|arrivé]] [[art|le]] [[deiz|jour]]-[[DEM|ci]] || [[gant|avec]] [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[tud|gens]] || parler [[eus|de]] [[art|le]] éducation
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'Au café Kervréhan les gens s’étaient mis ce jour-là à parler éducation.'||||''Vannetais'', [[Jaffre (1986)|Jaffre (1986]]:97)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
=== dérivation ===
 +
 
 +
Les [[préfixes]] ''[[gou-]]'' et ''[[mous-]]'' sont des [[atténuateurs]] qui forment ''gou'''gomz''''' et ''mous'''komz''''', 'parler à voix basse' ([[Menard & Kadored (2001)|Menard & Kadored 2001]]). ''Mouskomz'' signifie aussi 'parler à mots couverts, faire des litotes'.
 +
 
 +
Le préfixe ''[[drouk-]]'' forme ''droug'''komz''''', comme ''drouglavar'', ''drougprezeg'', 'médire, médisance'.
 +
 
 +
=== répartition dialectale ===
 +
 
 +
Le verbe ''komz'' est en concurrence à travers les dialectes avec ''[[kaozeal]]'', ''[[prezeg]]'', ''[[prech]]'', ''parlant'' et ''[[savariñ]]'', de même sens.
 +
 
 +
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-408.jpg 408] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale des traductions pour ''parler, causer (converser)''. Lorsque ''kaozeal'' est connu dans un dialecte ainsi qu'un de ses concurrent, ''kaozeal'' tend à se spécialiser sur le sens de ''causer, converser''.
 +
 
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(1)||<font color=green>/ gã  pij ||<font color=green> epøs '''kõmzɛt''' ||<font color=green>  aʁ mintin mã/|||||| ''Saint-Pol-de-Léon'', [[Avezard-Roger (2004a)|Avezard-Roger (2004a]]:434)
 +
|-
 +
| || Gant piv || e peus '''komzet''' || ar mintin-mañ?
 +
|-
 +
| || [[gant|avec]] [[piv|qui]] || 2 [[kaout|avoir]] parlé|| [[art|le]] [[mintin|matin]]-[[DEM|ci]]
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'A qui as-tu parlé ce matin?'
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
  [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'kaozéal'):
 +
  "''[[Kaozeal]]'' dans la langue parlée tend à supplanter ''komz''. Il est à remarquer qu'en français populaire, et surtout à Paris, ''causer'' tend aussi à détrôner ''parler''."
  
Le préfixe ''[[drouk-]]'' forme ''drougkomz'', comme ''drouglavar'', ''drougprezeg'', 'médire, médisance'.
 
  
 
== Syntaxe ==
 
== Syntaxe ==
Ligne 21 : Ligne 60 :
  
 
==== destinataire : ''komz ouzh / doc'h'' ====
 
==== destinataire : ''komz ouzh / doc'h'' ====
 +
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)|| An den ||emaon ||o '''komz''' || outañ.
+
|(1)|| <u>An den</u> ||emaon ||o komz || out''''''.
 
|-  
 
|-  
| || [[art|le]] personne<sub>1</sub> || [[COP|suis]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> parler || [[ouzh|à]].[[pronom incorporé|lui]]<sub>1</sub>|||| ''Standard'', [[Kervella (1995)|Kervella (1995]]:§230)
+
| || [[art|le]] personne || [[COP|suis]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> parler || [[ouzh|à]].[[pronom incorporé|lui]]|||| ''Standard'', [[Kervella (1995)|Kervella (1995]]:§230)
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" | 'La personne à qui je parle/ Je suis en train de parler à la personne.'  
 
| ||colspan="4" | 'La personne à qui je parle/ Je suis en train de parler à la personne.'  
 
|}
 
|}
  
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
|(2)|| Ne gomzen mui ||'''oc'h''' || ma mestr-skol || nemet e galleg. ||||''Léon (Bodilis)'', [[Ar Floc'h (1985)| Ar Floc'h (1985]]:26)
 +
|-
 +
| || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> parlais [[mui|plus]] || [[ouzh|à]] || [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> [[mestr|maître]]-[[skol|école]] ||[[nemet|seulement]] [[P.e|en]] [[galleg|français]]
 +
|-
 +
|||colspan="4" |'Je ne parlais plus que français à mon maître d'école.'
 +
|}
 +
 +
 +
 +
(3) ''Né gomz népréd '''ouz-iñ'''.''
 +
:  'Il ne me parle jamais', ''Vannetais'', [[Hingant (1868:§116)]]
 +
  
 
En bas-vannetais de Kistinid, le verbe ''komz'' [[sélectionne]] pour le destinataire la [[préposition]] ''doc'h''.
 
En bas-vannetais de Kistinid, le verbe ''komz'' [[sélectionne]] pour le destinataire la [[préposition]] ''doc'h''.
Ligne 43 : Ligne 97 :
 
| ||colspan="4" |'Parlez-moi, parlez-nous.'  
 
| ||colspan="4" |'Parlez-moi, parlez-nous.'  
 
|}
 
|}
 
  
 
==== thème : ''komz diwar-benn/deus/eus'' ====
 
==== thème : ''komz diwar-benn/deus/eus'' ====
Ligne 51 : Ligne 104 :
 
| (2)|| Hag e '''komz''' d'in '''deus''' ar gêr,|| '''eus''' an aotrou person ||en deus ||va lakaet || da ober va faskou.
 
| (2)|| Hag e '''komz''' d'in '''deus''' ar gêr,|| '''eus''' an aotrou person ||en deus ||va lakaet || da ober va faskou.
 
|-
 
|-
| || [[C.ha(g)|et]] [[R]] parle [[da|à]]'[[pronoms incorporés|moi]] de [[art|le]] foyer||[[eus|de]] [[art|le]] monsieur curé || [[R]].3SG a ||[[POP|moi]] [[structures causatives|mis]] ||[[da|à]] faire [[POSS|mon]] Pâques   
+
| || [[C.ha(g)|et]] [[R]] parle [[da|à]]'[[pronoms incorporés|moi]] [[deus|de]] [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[kêr|foyer]]||[[eus|de]] [[art|le]] [[aotrou|monsieur]] recteur || [[R]].3SG a ||[[POP|moi]] [[structures causatives|mis]] ||[[da|à]] [[ober|faire]] [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> Pâques   
 
|-  
 
|-  
| || colspan="4" | 'Et il me parle de chez moi, du curé qui m'a fait faire mes Pâques.'  
+
| || colspan="4" | 'Et il me parle de chez moi, du recteur qui m'a fait faire mes Pâques.'  
 
|-  
 
|-  
 
| || |||| colspan="4" |  ''Cornouaille (Pleyben)'', [[Ar Floc'h (1950)|Ar Floc'h (1950]]:78)
 
| || |||| colspan="4" |  ''Cornouaille (Pleyben)'', [[Ar Floc'h (1950)|Ar Floc'h (1950]]:78)
Ligne 92 : Ligne 145 :
 
| (5)|| Eveshaet en deus ivez || peger bihan eo niver ar soudarded,|| hag e komz ||diàr ||kement-se.
 
| (5)|| Eveshaet en deus ivez || peger bihan eo niver ar soudarded,|| hag e komz ||diàr ||kement-se.
 
|-
 
|-
|||  remarqué 3SGM [[kaout|a]] [[ivez|aussi]]|| [[pegen|combien]] petit [[COP|est]] nombre [[art|le]] soldat[[-ed (PL.)|s]] || [[&|et]] [[R]] [[komz|parle]] ||[[diwar|de]] ||[[kement|autant]]-[[se|ça]]
+
|||  remarqué 3SGM [[kaout|a]] [[ivez|aussi]]|| [[pegen|combien]] petit [[COP|est]] nombre [[art|le]] soldat[[-ed (PL.)|s]] || [[&|et]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> parle ||[[diwar|de]] ||[[kement|autant]]-[[se|ça]]
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" | 'Il a vu aussi le peu de soldats qu'il y avait, et en parle.'  
 
| ||colspan="4" | 'Il a vu aussi le peu de soldats qu'il y avait, et en parle.'  
Ligne 110 : Ligne 163 :
 
||| an ti ||an hani ||''''gomzec'h''' din |||| 'zo e lein ||ar vourc'h.
 
||| an ti ||an hani ||''''gomzec'h''' din |||| 'zo e lein ||ar vourc'h.
 
|-  
 
|-  
||| [[art|le]] maison ||[[art|le]] [[hini]]|| [[R]] parlez [[da|à]].moi|||| [[R]] [[zo|est]] [[P.e|en]] haut ||[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>bourg
+
||| [[art|le]] [[ti|maison]] ||[[art|le]] [[hini]]|| [[R]]<sup>[[1]]</sup> parlez [[da|à]].[[pronom incorporé|moi]] |||| [[R]] [[zo|est]] [[P.e|en]] [[lein|haut]] ||[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[bourg]]
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" |'La maison dont vous me parlez est en haut du bourg.'
 
| ||colspan="4" |'La maison dont vous me parlez est en haut du bourg.'
 
|-  
 
|-  
| ||||||||colspan="4" |''Bas-vannetais'', [[Nicolas (2005)|Nicolas (2005]]:48)   
+
| ||||||||colspan="4" |''Vannetais (Kistinid)'', [[Nicolas (2005)|Nicolas (2005]]:48)   
 
|}
 
|}
  
Ligne 120 : Ligne 173 :
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:verbes|Categories]]
 
[[Category:verbes|Categories]]
 +
[[Category:verbes intransitifs|Categories]]
 +
[[Category:verbes inergatifs|Categories]]

Version actuelle datée du 28 septembre 2020 à 11:52

Le verbe komz 'parler' est un verbe d'expression.


Morphologie

infinitif

Le suffixe verbal de l'infinitif est le plus souvent un morphème zéro, mais on trouve aussi le suffixe -al.


(1) E tāvarn Kervrehan e oa degouezhet an deiz-se get an dud komzal ag an deskamant.
dans café Kervrehan R4 était arrivé le jour-ci avec le 1gens parler de le éducation
'Au café Kervréhan les gens s’étaient mis ce jour-là à parler éducation.' Vannetais, Jaffre (1986:97)


dérivation

Les préfixes gou- et mous- sont des atténuateurs qui forment gougomz et mouskomz, 'parler à voix basse' (Menard & Kadored 2001). Mouskomz signifie aussi 'parler à mots couverts, faire des litotes'.

Le préfixe drouk- forme drougkomz, comme drouglavar, drougprezeg, 'médire, médisance'.

répartition dialectale

Le verbe komz est en concurrence à travers les dialectes avec kaozeal, prezeg, prech, parlant et savariñ, de même sens.

La carte 408 de l'ALBB documente la variation dialectale des traductions pour parler, causer (converser). Lorsque kaozeal est connu dans un dialecte ainsi qu'un de ses concurrent, kaozeal tend à se spécialiser sur le sens de causer, converser.


(1) / gã pij epøs kõmzɛt aʁ mintin mã/ Saint-Pol-de-Léon, Avezard-Roger (2004a:434)
Gant piv e peus komzet ar mintin-mañ?
avec qui 2 avoir parlé le matin-ci
'A qui as-tu parlé ce matin?'


 Gros (1989:'kaozéal'):
 "Kaozeal dans la langue parlée tend à supplanter komz. Il est à remarquer qu'en français populaire, et surtout à Paris, causer tend aussi à détrôner parler."


Syntaxe

structure argumentale

Ce verbe qui peut être transitif (parler une langue) ou inergatif (parler fort).

Selon Kervella (1995:§629.II), quand le verbe komz, 'parler', a deux arguments (indirects: 'parler à qq de qqch.'), si le premier argument est introduit par la préposition da, le second le sera par la préposition eus. Si le premier est introduit par la préposition gant, le second le sera par la préposition diwar-benn.


(11) Komz dezhan eus e vignoned / Komz gantan diwar-benn an dra-se.


destinataire : komz ouzh / doc'h

(1) An den emaon o komz out.
le personne suis à4 parler à.lui Standard, Kervella (1995:§230)
'La personne à qui je parle/ Je suis en train de parler à la personne.'


(2) Ne gomzen mui oc'h ma mestr-skol nemet e galleg. Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:26)
ne1 parlais plus à mon2 maître-école seulement en français
'Je ne parlais plus que français à mon maître d'école.'


(3) Né gomz népréd ouz-iñ.

'Il ne me parle jamais', Vannetais, Hingant (1868:§116)


En bas-vannetais de Kistinid, le verbe komz sélectionne pour le destinataire la préposition doc'h.


(4) [ kõzə dohtõ kõzətohɛm ]
Komzit doc'htoñ Komzit doc'himp Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:34)
parlez à.moi parlez à.nous
'Parlez-moi, parlez-nous.'

thème : komz diwar-benn/deus/eus

(2) Hag e komz d'in deus ar gêr, eus an aotrou person en deus va lakaet da ober va faskou.
et R parle à'moi de le 1foyer de le monsieur recteur R.3SG a moi mis à faire mon2 Pâques
'Et il me parle de chez moi, du recteur qui m'a fait faire mes Pâques.'
Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:78)


(4) ...ha kammed den ne glevas komz anezhe.
... et jamais homme ne1 entendit parler P.eux
'Et jamais nul n'entendit parler d'eux.' Trégorrois (Kaouenneg), ar Barzhig (1976:34)


On trouve des exemples avec la préposition complexe diwar-benn, mais aussi avec la préposition simple diwar.


(3) Evidout-te, komzet 'zo bet diwar da benn.
pour.toi-toi parlé R est été de ta1 tête
'Quant à toi, on a parlé de toi.' Standard, Jouitteau (2005:183)


(4) Ne gomz diwar mann.
ne1 parle de zéro
'Il parle de rien.' Trégorrois, Schafer (1995:153)


(5) Eveshaet en deus ivez peger bihan eo niver ar soudarded, hag e komz diàr kement-se.
remarqué 3SGM a aussi combien petit est nombre le soldats et R1 parle de autant-ça
'Il a vu aussi le peu de soldats qu'il y avait, et en parle.'
Vannetais, Herrieu (1994:295)


relativisation du thème

L'élément relativisé peut être un élément oblique comme l'argument thème dans 'parler de X', komz diwar-benn X. Il peut alors apparaître sans la préposition.


(5) [ ǝnti [ nɛ͂ go͂zɛχtaɲ ] zǝ ilaɲ ǝr vɔrh
an ti an hani 'gomzec'h din 'zo e lein ar vourc'h.
le maison le hini R1 parlez à.moi R est en haut le 1bourg
'La maison dont vous me parlez est en haut du bourg.'
Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:48)