Ket : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Bibliographie)
(Diachronie)
Ligne 115 : Ligne 115 :
 
Selon [[Willis (2013)|Willis (2013]]:253), ''ket'' est apparu dans l'intervalle entre le vieux breton (IX°-XI°) et le moyen breton (à partir de 1450).
 
Selon [[Willis (2013)|Willis (2013]]:253), ''ket'' est apparu dans l'intervalle entre le vieux breton (IX°-XI°) et le moyen breton (à partir de 1450).
  
[[Fleuriot (1964)|Fleuriot (1964]]:283) propose une connection avec le [[complémenteur]] ''cet'', 'bien que' du vieux breton correspondant au moyen gallois ''kyt''. [[Hemon (1975)|Hemon (1975]]:284) évoque et rejette une connection avec le moyen breton ''quet'', 'effectivement'. [[Willis (2013)|Willis (2013]]:254) confirme ne pas voir de lien entre ces deux éléments.  
+
[[Fleuriot (1964)|Fleuriot (1964]]:283) propose une connection avec le [[complémenteur]] ''cet'', 'bien que' du vieux breton correspondant au moyen gallois ''kyt''. [[Hemon (1975)|Hemon (1975]]:284, [[Hemon (2000)|2000]]:§185) évoque et rejette une connection avec le moyen breton ''quet'', 'effectivement'. [[Willis (2013)|Willis (2013]]:254) confirme ne pas voir de lien entre ces deux éléments.  
 +
 
 +
[[Hemon (2000)|Hemon (2000]]:§185) note qu'en moyen-breton, ''quet'' vient parfois renforcer une forme positive. Il donne:
 +
: ''da-n re á fynys '''quet''' ho fet en pechedou'', [[M.]] 1396
 +
: ''ancouffnez... ho holl poan ho-deues '''quet''' gouzaffet... a raint'', [[M.]] 3313
 +
: ''ne gouzyent pe respontsent '''quet''''', [[Pm.]] n. 147
 +
 
 +
[[Hemon (2000)|Hemon (2000]]:§185) cite aussi en moyen breton et en breton pré-moderne des usages comme [[items de polarité négative]] après la préposition privative ''hep'', 'sans'.
 +
: ''hep quet sy'', [[Nl.]] n. 13
 +
: ''hep quet mar'', [[Pm.]] n. 78, [[BD.]] 1788
 +
: ''hep dout quet'', [[G.]] 169.
 +
: ''hep quet a reiz'', [[Dag.]] 144
 +
: ''hem quet abus'', [[NG.]] 340
 +
 
  
 
[[Willis (2013)|Willis (2013]]:254) propose de chercher l'étymologie de ''ket'' parmi les éléments connus par ailleurs à travers les langues pour fournir une source profuse d'éléments de négation: les minimiseurs et les [[indéfinis]]. Il est commun à travers les langues que du matériel morphologique de [[la négation]] vienne d'un [[nom nu]] servant de minimiseur. En gallois, ''ddim'' a signifié 'chose'. En français, les minimiseurs ''pas'', ''goutte'', ''mie'', ont aussi évolué en parties postverbales de la négation. Un exemple d'indéfini grammaticalisé en négation est l'anglais ''not'' (< 'nothing', 'rien').  
 
[[Willis (2013)|Willis (2013]]:254) propose de chercher l'étymologie de ''ket'' parmi les éléments connus par ailleurs à travers les langues pour fournir une source profuse d'éléments de négation: les minimiseurs et les [[indéfinis]]. Il est commun à travers les langues que du matériel morphologique de [[la négation]] vienne d'un [[nom nu]] servant de minimiseur. En gallois, ''ddim'' a signifié 'chose'. En français, les minimiseurs ''pas'', ''goutte'', ''mie'', ont aussi évolué en parties postverbales de la négation. Un exemple d'indéfini grammaticalisé en négation est l'anglais ''not'' (< 'nothing', 'rien').  
Ligne 121 : Ligne 134 :
 
   [[Willis (2013)|Willis (2013]]:254):
 
   [[Willis (2013)|Willis (2013]]:254):
 
   "More promising, given general pathways of [[grammaticalization]], is an etymological connection with Welsh ''cadach'' ‘rag’ (a loan from Irish ''cadach'' ‘calico’) or with Welsh ''ceden'' ‘coarse hair, nap, shag, cotton’ (cognate with Irish catán ‘nap of shagged cloth’). While the bare-root formation ''cet'' is not found independently in Breton, it is found as part of a compound noun in Old Breton ''guelcet'' ‘festival clothing’ (< guel ‘festival’ + ''cet'' ‘clothing’) and possibly in Old Welsh ''bronnced'' ‘breast veil’ (< ''bronn'' ‘breast’ + ''ced'' ‘clothing’), although the latter is itself dubious, cf. Falileyev (2000:19). In this case, ''quet'' would have developed from use as a minimizer (‘he didn’t eat a scrap’ > ‘he didn’t eat at all’). This can be compared to the development of English scrap, which has also grammaticalized as a weak [[negative polarity item]] (including as a [[quantifier]] e.g. ''The police didn’t have a scrap of evidence'' but not [[*]]''The police had a scrap of evidence''). Although this may be a promising line of inquiry, the connection between these items and Middle Breton ''quet'' is not phonologically straightforward, and more research is needed to evaluate this hypothesis."
 
   "More promising, given general pathways of [[grammaticalization]], is an etymological connection with Welsh ''cadach'' ‘rag’ (a loan from Irish ''cadach'' ‘calico’) or with Welsh ''ceden'' ‘coarse hair, nap, shag, cotton’ (cognate with Irish catán ‘nap of shagged cloth’). While the bare-root formation ''cet'' is not found independently in Breton, it is found as part of a compound noun in Old Breton ''guelcet'' ‘festival clothing’ (< guel ‘festival’ + ''cet'' ‘clothing’) and possibly in Old Welsh ''bronnced'' ‘breast veil’ (< ''bronn'' ‘breast’ + ''ced'' ‘clothing’), although the latter is itself dubious, cf. Falileyev (2000:19). In this case, ''quet'' would have developed from use as a minimizer (‘he didn’t eat a scrap’ > ‘he didn’t eat at all’). This can be compared to the development of English scrap, which has also grammaticalized as a weak [[negative polarity item]] (including as a [[quantifier]] e.g. ''The police didn’t have a scrap of evidence'' but not [[*]]''The police had a scrap of evidence''). Although this may be a promising line of inquiry, the connection between these items and Middle Breton ''quet'' is not phonologically straightforward, and more research is needed to evaluate this hypothesis."
 +
  
 
=== usages nominaux de ''ket'' ===
 
=== usages nominaux de ''ket'' ===
Ligne 142 : Ligne 156 :
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | '... quelques jeunes gens des deux côtés, tués pour rien.'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:85)
 
|||colspan="4" | '... quelques jeunes gens des deux côtés, tués pour rien.'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:85)
|}  
+
|}
 
 
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==

Version du 26 août 2014 à 10:42

L'adverbe ket est la partie postverbale prototypique de la négation bipartite ne ... ket.


(1) Ar re-man an neus gwelet ar re-ze n'o deus ket.
le ceux-ci R.3SG a vu le ceux- ne 3PL 3.a pas
'Ceux-ci ont vu, ceux-là n'ont pas vu.' Tréguier, Leclerc (1986:76)


Morphologie

variation dialectale

En vannetais et en haut-cornouaillais, la consonne initiale de ket est palatalisée.

(1) [fOta čeT ].
Faot ket.
faut pas
Il ne faut pas' Haute-Cornouaille (Lanvenegen), Evenou (1987:571)


(2) [ mǝ ʃǝ ɔ͂ ɟɥǝlǝt ]
Meus ket gwelet.
ai pas le vu
‘Je ne l'ai pas vu.’ Bas-vannetais, Cheveau (2007:208)


(3) [ nǝ hasǝ cǝt]
na ma c'hasit ket
ne me envoyez pas
‘Ne m'emmenez pas.’ Bas-vannetais, Cheveau (2007:207)


Dans la vallée du Scorff, ket peut être réduit à [tʃ] devant voyelle.


(4) Ar paotr-se n'eo k'arru mat anezhoñ. ([netʃaru...])
le gars- ne est pas arrivé bien P.lui
'Ce gars-là, il n'est pas bien arrivé, i.e. il n'est pas bien mûr.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:12)


accentuation

L'accentuation de ket varie selon les dialectes:

Ket est accentué en Léon, il est inaccentué en breton central (Langonned) et vannetais (Saint Servais) (Plourin 1982:667).

En dialecte de Tréguier, ket compte pour l'accentuation comme faisant partie intégrante du verbe. C'est donc, dans ce système où l'avant-dernière syllabe est accentuée, la désinence verbale qui porte l'accentuation Le Dû (2012:73).


forme orthographique

La négation apparaît sous l'orthographe cet ou quet dans les textes de moyen breton. Cette orthographe perdure parfois dans des textes moins anciens.


(5) m' ha punissou, té, pé n'ellein quet er gobér.
moi te punirai toi ou ne pourrai pas le faire
'Je te punirai, toi, ou je ne le pourrai pas.' Vannetais, Guillome (1836:32)

Syntaxe

Tallerman (1997:218) note que ket précède le marqueur progressif o. Elle en conclut que la négation est une projection fonctionnelle externe à la projection maximale du groupe verbal (VP).


(4) Va breur n'emañ ket o vont a-hed an hent .
mon frère ne est pas à aller à.long le route
'Mon frère ne va pas le long de la route.' Press (1986:155)


ket ken

Ar Merser (2009:549) note qu'en haut-cornouaillais principalement, ken, 'plus', ne provoque pas la disparition de 'ket'.


(5) N'eus ket ken .
ne y.a pas plus
'Il n'y en a plus.' Ar Merser (2009:549)

Diachronie

Selon Willis (2013:253), ket est apparu dans l'intervalle entre le vieux breton (IX°-XI°) et le moyen breton (à partir de 1450).

Fleuriot (1964:283) propose une connection avec le complémenteur cet, 'bien que' du vieux breton correspondant au moyen gallois kyt. Hemon (1975:284, 2000:§185) évoque et rejette une connection avec le moyen breton quet, 'effectivement'. Willis (2013:254) confirme ne pas voir de lien entre ces deux éléments.

Hemon (2000:§185) note qu'en moyen-breton, quet vient parfois renforcer une forme positive. Il donne:

da-n re á fynys quet ho fet en pechedou, M. 1396
ancouffnez... ho holl poan ho-deues quet gouzaffet... a raint, M. 3313
ne gouzyent pe respontsent quet, Pm. n. 147

Hemon (2000:§185) cite aussi en moyen breton et en breton pré-moderne des usages comme items de polarité négative après la préposition privative hep, 'sans'.

hep quet sy, Nl. n. 13
hep quet mar, Pm. n. 78, BD. 1788
hep dout quet, G. 169.
hep quet a reiz, Dag. 144
hem quet abus, NG. 340


Willis (2013:254) propose de chercher l'étymologie de ket parmi les éléments connus par ailleurs à travers les langues pour fournir une source profuse d'éléments de négation: les minimiseurs et les indéfinis. Il est commun à travers les langues que du matériel morphologique de la négation vienne d'un nom nu servant de minimiseur. En gallois, ddim a signifié 'chose'. En français, les minimiseurs pas, goutte, mie, ont aussi évolué en parties postverbales de la négation. Un exemple d'indéfini grammaticalisé en négation est l'anglais not (< 'nothing', 'rien').

 Willis (2013:254):
 "More promising, given general pathways of grammaticalization, is an etymological connection with Welsh cadach ‘rag’ (a loan from Irish cadach ‘calico’) or with Welsh ceden ‘coarse hair, nap, shag, cotton’ (cognate with Irish catán ‘nap of shagged cloth’). While the bare-root formation cet is not found independently in Breton, it is found as part of a compound noun in Old Breton guelcet ‘festival clothing’ (< guel ‘festival’ + cet ‘clothing’) and possibly in Old Welsh bronnced ‘breast veil’ (< bronn ‘breast’ + ced ‘clothing’), although the latter is itself dubious, cf. Falileyev (2000:19). In this case, quet would have developed from use as a minimizer (‘he didn’t eat a scrap’ > ‘he didn’t eat at all’). This can be compared to the development of English scrap, which has also grammaticalized as a weak negative polarity item (including as a quantifier e.g. The police didn’t have a scrap of evidence but not *The police had a scrap of evidence). Although this may be a promising line of inquiry, the connection between these items and Middle Breton quet is not phonologically straightforward, and more research is needed to evaluate this hypothesis."


usages nominaux de ket

L'hypothèse que l'origine de ket est à chercher dans un indéfini serait à mettre en lien avec le nom négatif ket, 'rien' relevé en vannetais moderne chez Herrieu. Favereau (1997:§490) mentionne en avoir trouvé trace dans un manuscrit de la grammaire de Fave datant de 1997.


(1) Rac'h an traoù-se e'it ket.
tout le choses- pour rien
'Tout ça pour rien.' Vannetais, Herrieu (1994:45)


(2) ... un nebeud tud yaouank ag an daou du, lazhet e'it ket.
... un peu gens jeune de le deux côté tué pour rien
'... quelques jeunes gens des deux côtés, tués pour rien.' Vannetais, Herrieu (1994:85)

Bibliographie

  • Fleuriot, L. 1964b. Dictionnaire des gloses en vieux-breton (DGVB.), édition 1964 Klincksieck, Paris; édition 1985: Claude Evans & Léon, Toronto, p.104.
  • Hemon, R. 2000. 'Ar ger quet;ket ', Yezhadur istorel ar Brezhoneg/Dictionnaire historique du breton, Hor Yezh. [éd. 1958 - 1978, Preder, La Baule], §185.
  • Willis, David. 2013. 'Negation in the history of the Brythonic Celtic languages', David Willis, Christopher Lucas & Anne Breitbarth (éds.), The History of Negation in the Languages of Europe and the Mediterranean, 239-298.