Ket : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Bibliographie)
(Étymologie)
Ligne 109 : Ligne 109 :
  
 
=== Étymologie ===
 
=== Étymologie ===
 
En gallois ou en français, la partie postverbale de [[la négation]] est a une origine connue: un [[nom nu]] servant de minimiseur (''ddim'', 'chose'; ''pas'').
 
  
 
L'origine de ''ket'' en breton est à mettre en lien avec le nom ''ket'', 'rien'.
 
L'origine de ''ket'' en breton est à mettre en lien avec le nom ''ket'', 'rien'.
Ligne 122 : Ligne 120 :
 
|||colspan="4" | '... quelques jeunes gens des deux côtés, tués pour rien.'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:85)
 
|||colspan="4" | '... quelques jeunes gens des deux côtés, tués pour rien.'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:85)
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
Il est commun à travers les langues que du matériel morphologique de [[la négation]] vienne d'un [[nom nu]] servant de minimiseur. En gallois, ''ddim'' a signifié 'chose'. En français, les minimiseurs ''pas'', ''goutte'', ''mie'', ont aussi évolué en parties postverbales de la négation.
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:adverbes|Categories]]
 
[[Category:adverbes|Categories]]

Version du 1 octobre 2013 à 18:32

L'adverbe ket est la partie postverbale prototypique de la négation bipartite ne ... ket.


(1) Ar re-man an neus gwelet ar re-ze n'o deus ket.
le ceux-ci R.3SG a vu le ceux- ne 3PL 3.a pas
‘Ceux-ci ont vu, ceux-là n'ont pas vu.’ Tréguier, Leclerc (1986:76)


On le trouve dans certains textes anciens sous la forme orthographique quet.


(2) m' ha punissou, té, pé n'ellein quet er gobér.
moi te punirai toi ou ne pourrai pas le faire
'Je te punirai, toi, ou je ne le pourrai pas.' Vannetais, Guillome (1836:32)


Morphologie

En vannetais et en haute-cornouaille, la consonne initiale de ket est palatalisée.

(1) [fOta čeT ].
Faot ket.
faut pas
Il ne faut pas' Haute-Cornouaille (Lanvenegen), Evenou (1987:571)


(2) [ mǝ ʃǝ ɔ͂ ɟɥǝlǝt ]
Meus ket gwelet.
ai.1SG pas le vu
‘Je ne l'ai pas vu.’ Bas-vannetais, Cheveau (2007:208)


(3) [ nǝ hasǝ cǝt]
na ma c'hasit ket
ne me envoyez pas
‘Ne m'emmenez pas.’ Bas-vannetais, Cheveau (2007:207)


Dans la vallée du Scorff, ket peut être réduit à ' devant voyelle.


(4) Ar paotr-se n'eo k'arru mat anezhoñ. ([netʃaru...])
le gars- ne est pas arrivé bien P.lui
'Ce gars-là, il n'est pas bien arrivé, i.e. il n'est pas bien mûr.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:12)


accentuation

L'accentuation de ket varie selon les dialectes:

Ket est accentué en Léon, il est inaccentué en breton central (Langonned) et vannetais (Saint Servais) (Plourin 1982:667).

En dialecte de Tréguier, ket compte pour l'accentuation comme faisant partie intégrante du verbe. C'est donc, dans ce système où l'avant-dernière syllabe est accentuée, la désinence verbale qui porte l'accentuation Le Dû (2012:73).

Distribution

Tallerman (1997:218) note que ket précède le marqueur progressif o. Elle en conclut que la négation est une projection fonctionnelle externe à la projection maximale du groupe verbal (VP).


(4) Va breur n'emañ ket o vont a-hed an hent .
mon frère ne est pas à aller à.long le route
‘Mon frère ne va pas le long de la route.’ Press (1986:155)


'ket ken'

Ar Merser (2009:549) note qu'en Haute Cornouaille principalement, ken, 'plus', ne provoque pas la disparition de 'ket'.


(5) N'eus ket ken .
ne y.a pas plus
'Il n'y en a plus.' Ar Merser (2009:549)

Étymologie

L'origine de ket en breton est à mettre en lien avec le nom ket, 'rien'.


(1) ... un nebeud tud yaouank ag an daou du, lazhet e'it ket.
... un peu gens jeune de le deux côté tué pour rien
'... quelques jeunes gens des deux côtés, tués pour rien.' Vannetais, Herrieu (1994:85)


Il est commun à travers les langues que du matériel morphologique de la négation vienne d'un nom nu servant de minimiseur. En gallois, ddim a signifié 'chose'. En français, les minimiseurs pas, goutte, mie, ont aussi évolué en parties postverbales de la négation.