Kelien : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
 
(8 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1) ||ar '''c'helien''' ||o tigori ||o askellou,|| da vont e kuit.
+
|(1)|| ar '''c'helien''' || o tigori ||o || askellou,|| da || vont || e || kuit.
 
|-
 
|-
||| [[art|le]] <sup>[[5]]</sup>mouche.[[nom collectif|s]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> [[digeriñ|ouvrir]] ||[[POSS|leur]] [[askell|aile]].[[-où (PL.)|s]] || [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> [[mont|aller]] [[P.e|en]] [[kuit|parti]]
+
||| [[art|le]] <sup>[[5]]</sup>mouche.[[nom collectif|s]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> [[digeriñ|ouvrir]] || [[POSS|leur]] || [[askell|aile]].[[-où (PL.)|s]] || [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> || [[mont|aller]] || [[P.e|en]] || [[kuit|parti]]
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="4" | 'les mouches en train d'ouvrir leurs ailes, pour partir'||||''Sein'', [[Fagon & Riou (2015)|Fagon & Riou (2015]]:'askell')  
+
|||colspan="10" | 'les mouches en train d'ouvrir leurs ailes, pour partir'
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |''Sein'', [[Fagon & Riou (2015)|Fagon & Riou (2015]]:'askell')  
 
|}
 
|}
  
Ligne 13 : Ligne 15 :
 
== Morphologie ==
 
== Morphologie ==
  
=== composition ===
+
=== composition et diachronie ===
 +
 
 +
Le suffixe ''[[-en (N. coll.)|-en]]'' est un ancien pluriel ([[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:§79). Il vient d'une forme ''-on'' que l'on trouve encore dans les dialectes conservateurs, et a évolué en ''-an'' dans certains dialectes modernes (cf. ''[[gwenan]]'' 'abeilles').
  
Le suffixe ''[[-en (N. coll.)|-en]]'' est un ancien pluriel ([[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:§79). Il vient d'une forme ''-on'' que l'on trouve encore dans les dialectes conservateurs, et a évolué en ''-an'' dans certains dialectes modernes 'cf. ''[[gwenan]]'' 'abeilles'.  
+
En breton moderne, ce pluriel n'est plus interprété, et ''kelien'' est un [[nom collectif]].
  
  
 
=== variation dialectale ===
 
=== variation dialectale ===
+
 
A Bourg de Batz en guérandais, [[Ernault (1882)|Ernault 1882]]) relevait la forme ''ur geliéoñ'' 'une mouche'.
+
La [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-371.jpg carte 371] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''des mouches, mouche''.
 +
 
 +
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:362) donne le [[singulatif]] ''kelien'''enn''''' 'mouche', qui est la forme du singulier en [[breton standard]], ''ur gelienenn''. A Bourg de Batz en guérandais, [[Ernault (1882)|Ernault (1882]]) relevait la forme ''ur geliéoñ'' 'une mouche'.
  
  
Ligne 27 : Ligne 33 :
 
Le singulier est formé sur ce [[nom collectif]] par la suffixation du [[singulatif]] ''[[-enn]]'' qui obtient ''kelien'''enn''''' 'mouche' (par ex., [[Gros (1984)|Gros 1984]]:362).
 
Le singulier est formé sur ce [[nom collectif]] par la suffixation du [[singulatif]] ''[[-enn]]'' qui obtient ''kelien'''enn''''' 'mouche' (par ex., [[Gros (1984)|Gros 1984]]:362).
  
A Locronan, [[A-M. Louboutin (09/2015a)]] a ''kelien'', ''kelienenn'', mais pas le double pluriel ''[[*]] kelienennoù''.
+
A Locronan, [[A-M. Louboutin (09/2015a)]] a ''kelien'', ''kelienenn'', mais pas le double pluriel ''[[*]] kelienennoù''. [[M. Lincoln (05/2015)]] en Léon/Standard refuse aussi cette finale en ''[[-ennoù]]''.
 
 
  
  
Ligne 39 : Ligne 44 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1) || Hennez || n'eo ket ||goest|| da zic'hrasio || deñ.
+
|(2)|| Hennez || n'eo || ket ||goest|| da || zic'hrasio || deñ.
 
|-  
 
|-  
| || [[DEM|celui.ci]] ||[[ne]]'[[COP|est]] [[ket|pas]] || [[gouest|capable]]|| [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> désobliger || [[nom nu|personne]]
+
||| [[DEM|celui.ci]] ||[[ne]] [[COP|est]] || [[ket|pas]] || [[gouest|capable]]|| [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> || désobliger || [[nom nu|personne]]
 
|-
 
|-
||| colspan="4" | 'Il ne ferait pas de mal à une mouche.'  
+
||| colspan="10" | 'Il ne ferait pas de mal à une mouche.'  
 
|-
 
|-
||||||| colspan="4" | ''Cornouaillais de l'est intérieur'', [[Martin (1929)|Martin (1929]]:179)  
+
||||||| colspan="10" | ''Cornouaillais de l'est intérieur'', [[Martin (1929)|Martin (1929]]:179)  
 
|}
 
|}
 
   
 
   
 +
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]
 
[[Category:noms collectifs|Categories]]
 
[[Category:noms collectifs|Categories]]

Version actuelle datée du 1 septembre 2021 à 11:01

Le nom kelien dénote des 'mouches'.


(1) ar c'helien o tigori o askellou, da vont e kuit.
le 5mouche.s à4 ouvrir leur aile.s pour1 aller en parti
'les mouches en train d'ouvrir leurs ailes, pour partir'
Sein, Fagon & Riou (2015:'askell')


Morphologie

composition et diachronie

Le suffixe -en est un ancien pluriel (Favereau 1997:§79). Il vient d'une forme -on que l'on trouve encore dans les dialectes conservateurs, et a évolué en -an dans certains dialectes modernes (cf. gwenan 'abeilles').

En breton moderne, ce pluriel n'est plus interprété, et kelien est un nom collectif.


variation dialectale

La carte 371 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de des mouches, mouche.

Gros (1984:362) donne le singulatif kelienenn 'mouche', qui est la forme du singulier en breton standard, ur gelienenn. A Bourg de Batz en guérandais, Ernault (1882) relevait la forme ur geliéoñ 'une mouche'.


nombre

Le singulier est formé sur ce nom collectif par la suffixation du singulatif -enn qui obtient kelienenn 'mouche' (par ex., Gros 1984:362).

A Locronan, A-M. Louboutin (09/2015a) a kelien, kelienenn, mais pas le double pluriel * kelienennoù. M. Lincoln (05/2015) en Léon/Standard refuse aussi cette finale en -ennoù.


Expression

'ne pas faire de mal à une mouche'

Le nom singulier kelienenn n'est pas conventionnalisé en minimiseur.


(2) Hennez n'eo ket goest da zic'hrasio deñ.
celui.ci ne est pas capable de1 désobliger personne
'Il ne ferait pas de mal à une mouche.'
Cornouaillais de l'est intérieur, Martin (1929:179)