Kan-, ken-, kem-, kef-, kev-, kiv-, kom-, kon- : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Diachronie)
(modification de détail)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le [[morphème]] ''ken-'' apparaît aussi sous les formes ''ke-'', ''kev-'', ''kef-'', ''ki-'', et les nasales ''kem-'', ''kom-''. Les formes ''kan-'' et ''kon-'' est apparentée.
+
Le [[morphème]] ''ken-'' apparaît aussi sous les formes ''ke-'', ''kev-'', ''kef-'', ''ki-'', et les nasales ''kem-'', ''kom-''. Les formes ''kan-'' et ''kon-'' sont apparentées.
  
 
Ce [[préfixe]] est très productif. Il implique une notion de groupe, de collectif ou un parallélisme sur les noms ou les verbes.  
 
Ce [[préfixe]] est très productif. Il implique une notion de groupe, de collectif ou un parallélisme sur les noms ou les verbes.  

Version du 8 décembre 2014 à 13:28

Le morphème ken- apparaît aussi sous les formes ke-, kev-, kef-, ki-, et les nasales kem-, kom-. Les formes kan- et kon- sont apparentées.

Ce préfixe est très productif. Il implique une notion de groupe, de collectif ou un parallélisme sur les noms ou les verbes.


(1) Ha, dezhañ _ bevañ e kumuniezh, n’en doa ket d’he c’henlodañ gant den.
et, de.lui vivre en commun.auté ne’3SGM avait pas àla com-partager avec personne
'Et, bien qu’il vive en communauté, il n’avait pas à la partager avec quiconque.
Standard, Drezen (1990:64)


(2) : kenvreuriañ, 's'affilier'

kenvroad, 'compatriote'
kenwerzh, 'commerce'; kenwerzhañ, 'commercer'; kenwerzhour, 'commerçant', Deshayes (2003:37)


(3) kevrenn, 'part, portion' (Trépos 2001:§121), 'section' (Favereau 1997:§194)


Trépos (2001:§121) cite kengarantez, 'affection mutuelle', kenvreur, 'confrère'

Gros (1984:369) donne kevannus, 'fréquenté'.


Morphologie

choix des allomorphes

Kervella (1947:§877) donne :

  • kenson, kengarantez, kenganañ, kenober, kenoad, kenouenn,
kenstrollañ, kenderc'hel, kenep, kenliv
  • kenforn mais keflusk, keferata, kefrifi, kefrisa
  • kenvroad mais kevleue, kevilin, kevezer, keveler,
  • kevenderv, kevrenn, kevre, kevred, kevnid, kevrin, kevatal, kewez
  • kivioul, kivni


Les racines en /m, p, b/ déclenchent les formes nasales du préfixe: kempouez, kemmesk, kombod, kemenn


variation

La morphologie du préfixe hésite parfois: keveil = keneil.


mutations

Kervella signale que ken- déclenche une lénition sur sa racine, à l'exception des racines en /d/ (kendere).


(5) Ne gare ket nemeur e genvreur, abalamour d’e spered risigner.
ne1 aimait pas guère son confrère à.cause de son esprit rican.eur
'Il n'aimait guère son confrère à cause de son esprit moqueur.'
Standard, Drezen (1990:28)


(6) kendalc’h, ' continuation' (Favereau 1997:§194), 'maintien' (Trépos 2001:§121)


Selon Chalm (2008:w-217), ken- ne provoque pas non plus de lénition sur une initiale en /g/.


Sémantique

Selon Deshayes (2003:37), ken- rend l’idée de "mutualité, de réciprocité, ou implique l’idée de conjonction, de regroupement, d’accession". Selon Trépos (2001:§121), ce préfixe exprime une idée de communauté.

Il implique donc une pluralité sémantique des entités dénotées par sa racine.


relevés sémantiquement opaques

Certaines initiales en kem- sont données comme exemple de ce préfixe sans qu'on retrouve sa sémantique habituelle.


(1) kempenn, 'ordonné', Favereau (1997:§194)


Il est possible qu'il s'agisse de préfixes différents. Gros (1984:369) considère que le préfixe en (2) remonte au vieux breton et "n'est plus productif en breton trégorrois".


(2) kembennad, 'long moment', Gros (1984:369)


Diachronie

Deshayes (2003:37) propose la dérivation diachronique suivante :

  • vieux breton co-
> breton moderne ke- noté principalement devant une initiale en h.
cf. gallois cy-
  • vieux breton con-
> breton moderne kon-
> breton moderne ken-, qui provoque une mutation sauf sur /d, g/
variante kun- pour les mots dont le radical a une initiale contenant un u, /y/.
cf. gallois cyn-
  • vieux breton com-
> moyen breton queff- > breton moderne kev- devant une voyelle
cf. gallois cyf-
> breton moderne kem- par assimilation devant m ou par labialisation devant un p ou un b.


Le Bayon (1878:15) propose quelques dérivations:

  • kan- + dereu, 'souche' > kan̄derw, 'de même souche, cousin'
  • ken- + ment, 'taille' > kement, 'autant, de même mesure'
  • kam- + pouis, poids > kampouis, kempouez, 'de même poids'