Jouitteau (2019)

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
  • Jouitteau, M. 2019. 'The nativeness of Breton speakers and their erasure', Studia Celtica Posnaniensia 4(1), 1-26, texte.


 Abstract:
 "I discuss the nativeness of heritage speakers of Breton in the twentieth century. I present a syntactic test designed for Breton that sets apart the natives and the late learners, for which Breton is a second language. Nativeness is revealed by a better tolerance to syntactic overload when sufficient linguistic stress is applied. Both heritage speakers of inherited Breton and early bilinguals whose linguistic input comes exclusively from school answer this test alike, which I take as a sign they are cognitively natives. The syntactic nativeness of children deprived of familial Breton input suggests there is much more young Breton natives among contemporary speakers than previously assumed. Taking stock of these results, I discuss the cultural invisibilisation of Breton native speakers. I compare their cultural treatment with the figure of the ghost." 


 Résumé:
 "Je discute du degré de nativité en breton pour les locuteurs de cette langue d'héritage au XXI° siècle. Je présente un test syntaxique conçu pour le breton qui discrimine les locuteurs natifs des apprenants tardifs pour lesquels le breton est une langue seconde. Le degré de nativité est révélé par une meilleure tolérance à la surcharge syntaxique dans des conditions impliquant suffisamment de stress linguistique. Répondent de manière similaire au test les locuteurs d'héritage du breton par transmission familiale et les bilingues précoces dont l'input breton vient uniquement de l'école, ce que j'interprète comme un signe qu'ils sont cognitivement natifs de la langue. La nativité syntaxique d'enfants sans foyer brittophone suggère que le nombre d'enfants natifs du breton qui sont présents dans le système scolaire est actuellement sous-estimé.
 Je prends ces résultats en compte et je discute l'invisibilisation culturelle des locuteurs natifs du breton. Je compare leur traitement culturel avec la figure du fantôme."